Brèves

WebTV
Road to Global

Actualité de la scène

Compétitions



Les grands absents du PGL Major Stockholm

3055 1

Il y aura 24 équipes présentes au Major, et derrière celles-ci qui prendront la lumière, beaucoup d'absentes ! Pas tout le monde ne se rendra dans la capitale suédoise à la fin de ce mois d'octobre. Les qualifications ont fait des déçus, accouché d'échecs, et parfois déjà été la cause de changements dans les effectifs. Bref, après avoir passé en revue les participants du PGL Major Stockholm, voyons qui manquera à l'appel pour la grand-messe de Counter-Strike.

OG, une conclusion finalement pas illogique à 2021

Ne pas voir OG au Major est une surprise... relative. Oui, c'en est une parce que sur le papier, une équipe menée par Aleksib, qui compte dans ses rangs une brute de rifle comme valde, un espoir aussi talentueux que flameZ et un sniper du calibre de mantuu devrait tous les jours se qualifier au plus gros tournoi de l'année. Et en même temps, non, ce n'est pas si étonnant que ça quand on connaît le manque de constance de cette équipe.

C'est simple : OG n'arrive pas à enchaîner deux tournois réussis. Si l'on exclut le combo 1ère place au Spring Sweet Spring #1 - 2ème place aux IEM Summer en juin, sa saison est un grand huit, qui aura même mis du temps à démarrer au cours d'une première moitié d'année très poussive. Et malheureusement, après une 14ème saison d'ESL Pro League plutôt concluante, terminée sur un top 3/4 en septembre, la formation a replongé au pire moment possible.

Battue deux fois de manière assez brutale lors des IEM Fall (09-16 par Vitality sur Mirage après s'être fait martyriser en défense, et surtout 09-16 par MAD Lions sur Nuke après un side terroriste des plus rouillé), OG n'a pas réussi à se sortir d'une poule qui semblait abordable, filant sur la pente glissante des matchs de classement. Là-bas, à l'expérience, à la gnaque aussi peut-être, FaZe la mangeait presque toute crue, 10-16 / 16-14 / 04-16, OG remontant un déficit de 05-14 sur la deuxième map pour ne pas être humiliée. Au final, FaZe, qui semblait bien plus mal embarquée qu'OG avant ces fameux matchs de classement, sera au Major. Pas OG.

Le temps des changements est-il venu pour les hommes d'Aleksib ? Le temps de la remise en question peut-être. Il va falloir se décider à renforcer ce map pool, puisque ne jouer ni Vertigo (pas une seule fois depuis la création de la line-up originale en fin 2019 !) ni Ancient (deux fois seulement depuis que la map est apparue, pour deux défaites) et quasiment pas Overpass se révèle tout de même sacrément handicapant. Et pour les remplacements, laissons d'abord la justice faire son travail, histoire de voir si niko survit à l'affaire Heroic.


Aleksib n'emmènera pas OG en finale de Major, comme il l'avait fait avec ENCE aux IEM Katowice 2019


Complexity doit retrouver la bonne formule

Complexity avait fait un peu de ménage avant l'été, évinçant RUSH au profit d'es3tag et disant au revoir à son coach keita pour le remplacer par peacemaker. Alors que la saison allait reprendre, l'organisation était obligée de réaliser une troisième modification dans sa line-up, poignet cassé pour k0nfig oblige. NaToSaphiX puis surtout coldzera sont venus dépanner. Et même si le Brésilien a dominé la scène plus tôt dans sa carrière, c'était il y a maintenant quasiment quatre ans. Depuis, il n'est plus vraiment aussi impactant.

Complexity y a pourtant cru en débarquant aux IEM Fall. Dans une poule B relevée, on savait d'avance qu'un membre du trio Astralis - Heroic - Complexity passerait à la trappe. Mais on n'imaginait pas pour autant la troupe de blameF finir cinquième de son groupe. Tout le monde lui est passé dessus, même Movistar et Sinners, et seule Endpoint, qui jouait aussi avec un last, a fait preuve d'un peu de compassion en se faisant battre 16-07. Il fallait à tout prix que Complexity finisse dans le top 11 de ces IEM pour marquer des points et croire au Major. Avec son top 17/20, elle est loin du compte.

Quelle est la suite ? En panne durant quasiment toute l'année 2021, Complexity ne peut pas parler de cette non-qualification comme d'un simple accident de parcours. La blessure est plus profonde. Peut-être qu'il faut lui laisser du temps pour se relancer après ces changements estivaux, mais peut-être aussi que les performances en dents de scie de jks et poizon en agaceront certains. La DreamHack November, où Complexity concourra aux côtés d'ENCE, Spirit et plusieurs qualifiés, sera un bon indicateur pour savoir si la formation doit toujours être considérée comme un prétendant au top 5 monde où si elle est redescendue à l'étage inférieur. En tout cas, elle ne pourra plus compter sur k0nfig, qui a profité de cette pause forcée pour mettre les voiles, sans doute direction Astralis. Ce sera donc coldzera... ou un énième nouveau joueur.


L'avenir de coldzera s'écrit-il chez Complexity ?

 

fnatic, pas de miracle

Avec 294 petits points accumulés dans la course au Major avant les IEM Fall, il fallait un exploit à fnatic pour se qualifier au tournoi de Valve. Il n'y en a pas eu, et on en fut même très loin : cinq défaites, dont trois contre des adversaires qui paraissaient largement prenables (DBL PONEY, SKADE, Fiend), et deux revers secs contre les gros noms de la poule (07-16 contre NiP, 05-16 contre FaZe). Alors, certes, cette nouvelle escouade britanno-suédoise a été créée il y a à peine deux mois, mais une telle débâcle a tout de même de quoi inquiéter.

Il est évident qu'il est trop tôt pour parler de quelconques changements et... ah non en fait. Jackinho a déjà été mis sur le banc. Sanction immédiate pour le jeune sniper qui a pris pour ses deux coéquipiers suédois, eux aussi ayant complètement raté leurs IEM. En termes statistiques, Brollan a réalisé son pire événement depuis... 2018.

La greffe d'ALEX et mezii va sûrement demander du temps, surtout que le premier vient également imposer son lead. Le départ de Jackinho pourrait cependant agir comme un électrochoc : quelques jours après son échec en terres nordiques, fnatic a assuré lors de la qualification ouverte pour les IEM Winter (disputée avec smooya en last), en passant le cut avec brio pour rejoindre la phase fermée.

Est-ce le vrai départ pour ALEX et mezii ? L'aventure commence réellement maintenant ? Affaire à suivre. Il faut simplement ne pas trop penser au fiasco qu'a été Cloud9 et se dire que fnatic ne pourra que difficilement faire pire. Après le StarLadder Major Berlin, ce sera tout de même le deuxième Major consécutif manqué par l'organisation. Avant ces deux-là, elle avait fait acte de présence 14 fois sur... 14. Un sans-faute qui appartient à une autre époque.


Vétéran de fnatic avec ses 27 ans, KRIMZ va devoir montrer l'exemple pour relancer les siens

 

FunPlus Phoenix n'est pas sortie de l'ombre

C'était l'une des inconnues de ces IEM Fall : FunPlus Phoenix allait-elle réussir son coup ? Neuvième de Flashpoint 3 en mai, elle y avait récupéré 800 points et s'affichait à la 7ème place du classement européen, avec un total tout à fait honorable de 1 040 points. La qualification n'était pas dans la poche, mais elle semblait jouable. L'aura mystérieuse qui planait autour de l'équipe, que l'on avait à peine revu depuis Flashpoint, laissait augurer d'une manigance.

Et en fait, non. FPX n'avait juste pas les armes. Ses deux apparitions en septembre, conclues sur une élimination en ronde suisse des Pinnacle Series Fall #1 et une défaite brutale contre MAD Lions (05-16 / 12-16) en finale de la Fantasyexpo Cup, n'étaient pas des leurres. À Stockholm, FPX n'a pas réussi à rivaliser, arrachant tout de même une belle victoire contre mousesports pour décrocher un tie-breaker, qu'elle perdit ensuite sans trop de suspense en s'inclinant cette fois-ci contre mouz et une nouvelle fois contre BIG.

Sa décision de rappeler emi en avril dernier, après l'avoir écarté pour tester chrisJ et suNny, avait déjà étonné tant l'apport du Serbe paraît limité, aussi bien individuellement que dans son lead. Cette contre-performance ne manquera pas de faire ressurgir ce débat. S'il n'est pas impossible que ce cinq-là poursuive l'aventure faute de mieux, il paraît en revanche difficile de le voir aller bien plus haut que là où il est actuellement, c'est-à-dire à la frontière du subtop. Même s'il compte bien prouver le contraire, comme l'atteste son encourageant rebond en qualification ouverte des IEM Fall, où il a réussi à venir à bout d'Entropiq et d'Eternal Fire pour rejoindre la qualification fermée.


Meilleur joueur de FPX aux IEM Fall, STYKO ne disputera pas son 4ème Major à Stockholm

 

forZe rate le coche

forZe avait presque tout pour se hisser au Major : une cinquième place provisoire au classement de la région CIS qui exigeait d'elle un "simple" top 5 aux IEM Fall pour confirmer sa qualification, une belle forme avant ce dernier tournoi qualificatif (top 9/12 à l'ESL Pro League après avoir battu G2, Complexity, Virtus.pro et Sinners en Bo3 en poule ! ; parcours parfait en Gjirafa Masters League face au subtop de sa région), et un groupe où tout semblait possible.

Il ne lui a finalement manqué qu'une chose : répondre présent le jour J. forZe s'est ratée et va sûrement maudire les Bo1. Elle s'est inclinée contre Unique et INDE IRAE, qui semblaient un ton en dessous dans la théorie, n'a pas renouvelé sa performance contre Virtus.pro et a cédé face à Gambit en overtime. Au final, une cinquième place de poule décevante qui prive les Russes d'un Major qu'ils auraient pourtant mérité, après avoir relancé leur dynamique suite aux remplacements de xsepower et facecrack par zorte et KENSI en début d'année.

Il va maintenant s'agir de rebondir et de ne pas se laisser accabler par ce qui est un coup dur certes, mais pas une fin. forZe continue de prendre rendez-vous pour l'avenir et devrait avoir d'autres occasions de le démontrer prochainement.


Toujours à la baguette chez forZe, Jerry n'était pas loin de concrétiser cette belle saison 2021 par un Major

 

K23 se scinde en deux sur un échec

À peine la qualification ratée, K23 annonçait le départ de mou et AdreN. Comme si ce raté avait scellé le sort d'un effectif qui jouait son avenir sur sa présence au Major. Et au vu des prémices, on aurait pu le comprendre : comme forZe, K23 était bien engagée au classement régional et semblait s'avancer relativement confiante vers ces IEM Fall, ayant renoué avec la victoire début septembre lors de l'European Development Championship #5, son premier trophée depuis décembre 2020.

Mais la suite du mois a été plus compliquée. La saison 38 d'ESEA Advanced s'est terminée sur un frustrant top 9/12, le Funspark ULTI a été poussif. K23 est finalement arrivée un peu à court de jus et l'a payé cash aux IEM. Quatre défaites, toujours sur des scores serrés (14-16 contre INDE IRAE, 13-16 contre Gambit, 13-16 contre forZe, 11-16 contre Virtus.pro), mais quatre défaites quand même. Personne ne s'est vraiment raté individuellement, mais personne n'a non plus pris le rôle de moteur qui sait appuyer sur l'accélérateur quand il faut.

C'est presque dommage de voir ce cinq K23 s'arrêter là tant il pouvait faire mal, mais on comprend que repartir à nouveau à la bataille dans le subtop sans la carotte du Major au bout est douloureux. Reste à observer les intégrations de xsepower et X5G7V, nouvelles têtes déjà annoncées, pour savoir si elles sauront faire oublier les vétérans mou et AdreN, qui ont de leur côté déjà décroché le Graal il y a quatre ans de cela.


mou sera resté plus d'un an et demi chez Syman/K23

 

EXTREMUM se retrouve sans rien

Que va faire EXTREMUM sans Major ? Recrutés par cette organisation après la fin de l'aventure avec 100 Thieves, les Australiens, toujours accompagnés de jkaem et BnTeT, misaient beaucoup sur le tournoi de Valve. Le reste de leur saison a été très anecdotique : leurs diverses venues en Europe et au printemps n'ont rien donné (un top 3/4 à la Winstrike CIS Cup Spring I, en mars, pour meilleur résultat), et ils n'étaient qualifiés ni pour l'ESL Pro League ni pour les BLAST Premier.

Troisième du cs_summit 8, premier tournoi nord-américain qualificatif pour le Major, EXTREMUM paraissait bien parti pour se retrouver à Stockholm. L'équipe passait même en tête du classement continental suite aux retraits de points infligés à Liquid et FURIA pour leurs changements. Il lui suffisait d'assurer aux IEM Fall et le tour était joué.

Et là, patatras. Battue par Liquid et paiN en poules, EXTREMUM se retrouve embarquée dans un match pour la 5/6ème place décisif face à Evil Geniuses. Malheur aux perdants, et la formation aux trois continents va vite le comprendre. Le trio australien se troue complètement (-25 pour Liazz, -21 pour Gratisfaction, -17 pour AZR) et le match s'envole, 1-2, malgré une belle réaction d'orgueil sur Mirage.

EXTREMUM ne sera pas au Major, et au vu du reste de son année 2021, difficile de dire que c'est illogique. La line-up n'a jamais rien montré de réellement convaincant et semble en bout de souffle. Les aventures américaines des plus célèbres des Australiens se poursuivront-elles à l'avenir ? Si oui, il va falloir sacrément se réveiller pour relancer une machine grippée depuis un long moment.


Sa présence au Major était un peu la carte "on est toujours en vie !" d'EXTREMUM... Que va-t-elle faire sans ?

 

MIBR n'a pas su freiner sa descente

Depuis quelques mois, MIBR et Sharks se rapprochaient. La première, si longtemps dominatrice en Amérique du Sud, voyait son ascenseur tomber un peu plus à chaque compétition. Au contraire, la seconde spammait le bouton pour monter et se hissait de plus en plus vers le trône. Aux IEM Fall, MIBR et Sharks se sont finalement croisés, au pire moment pour la première, au meilleur pour la seconde qui a ravi le spot au Major à sa concurrente.

Déjà battue en demi-finale de la CBCS Elite League S2, deuxième tournoi régional qualificatif pour le Major, MIBR n'a pu faire mieux aux IEM. Elle s'est inclinée en finale du loser bracket contre son rival, 12-16 / 07-16, dans ce qui ressemblait fort à une finale pour le Major puisque la formation qui finirait devant l'autre lors de cette compétition remporterait le précieux ticket pour la Suède.

MIBR n'a pas connu une rentrée facile. Son voyage en Europe s'est transformé en excursion pas très amusante puisqu'elle dut jouer les poules des BLAST Premier Fall avec son coach et un last. Mais même sans cela, l'équipe semblait tout de même arriver en fin de cycle. La line-up n'avait jamais paru aussi peu souveraine depuis son arrivée dans la structure, en janvier, après avoir dominé la saison 2020 sous les couleurs de BOOM. Le départ de felps, un pilier de l'équipe, parti rejoindre ses autres copains chez GODSENT, n'y est sans doute pas étranger. Cet échec dans la course au Major a ainsi été la goutte d'eau pour l'organisation, qui a annoncé les arrivées en test de WOOD7 et Tuurtle à la place de yeL et shz. Du côté de LDLC, qui a pu se frotter à cette nouvelle line-up lors de la REPUBLEAGUE, on ne se montre sûrement pas convaincu par ces nouveautés.


Le temps passe et les sommets s'éloignent pour boltz, qui fut l'un des cinq premiers Brésiliens à disputer
un Major sur CS:GO,
avec Keyd Stars à l'ESL One Katowice 2015 (boltz, Steel, fer, FalleN, zqk)

 

ViCi rate à nouveau le coche

Sur la route du Rio Major de 2020, ViCi avait échoué d'un souffle face à TYLOO dans la course asiatique, avec 5 600 points au compteur contre 5 688 pour son ennemi de toujours. Mais le Major avait été annulé et le duel devait de nouveau avoir lieu pour la qualification à ce PGL Major Stockholm. Et une nouvelle fois... ViCi a craqué. Encore de pas grand-chose, puisque tout s'est joué en finale des IEM Fall.

Avant cela, la bande d'adveNt affichait une belle forme dans sa région : elle avait d'abord remporté la Perfect World League qui lui avait permis de revenir à hauteur de TYLOO au classement asiatique, avant d'enchaîner lors des qualifications pour la BLAST en mettant à nouveau son concurrent à terre. ViCi semblait prendre le dessus. Mais septembre est arrivé et a rebattu les cartes.

TYLOO a profité d'un mois sans compétition pour se requinquer, et s'est même mise en confiance début octobre en remportant la qualification asiatique pour les IEM Winter. Quelques jours plus tard, lors des IEM Fall, la formation chinoise enchaînait et martyrisait des ViCi peut-être trop sous pression, ou trop attendus, ou trop confiants. 16-02 / 16-08 en finale du winner bracket, 16-11 / 16-05 le lendemain en grande finale, TYLOO a déroulé et assuré la victoire, indispensable pour distancer définitivement ViCi au classement. AttackeR & Co joueront leur quatrième Major, ViCi nourrira sans doute des regrets pour les mois à venir. Elle ne pourra même pas se consoler en jouant le BLAST Showdown pour lequel elle s'était qualifiée, puisqu'elle a cédé sa place à Lynn Vision afin de... se concentrer sur la qualification Major. Double peine.


Kaze, le Malaisien de chez ViCi, ne disputera pas un second Major après l'ELEAGUE Boston Major 2018,
joué sous les couleurs de Flash Gaming

 

  Zeus met fin à sa série

Il n'a pas essayé de se qualifier à ce Major puisqu'il est à la retraite depuis deux ans, alors forcément : Zeus sera absent. Ainsi, le cercle des joueurs ayant participé à tous les Majors de l'histoire de CS:GO va se resserrer un peu plus et passer de six à cinq membres.

Zeus s'est arrêté à 15 mais devant lui, à 16/16, trônent encore cinq légendes, qui seront bien au rendez-vous à Stockholm, comme elles l'ont toujours été partout dans le monde depuis 2013 : device, dupreeh, Xyp9x, olofmeister et shox. Qui sera le dernier survivant ?


15 participations et une apothéose à la 11ème pour Zeus, pour ce qui reste l'une des plus belles histoires de CS:GO

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles