WebTV
    Katowice Major : Champions Stage
Poules indisponibles
Arbre
34684 43
News
En bref...
Pas de breves pour le moment dans ce coverage !
De l'action
Tous - One Actions - Highlights - Winning Moments
Vidéos - Interview et ambiance
 
 


Finalistes surprises, quels résultats ?

4158 5

ENCE est en finale du Major ! Qui aurait pu imaginer ça au début de la compétition, au début du Legends Stage, au début des play-offs ? Le meme EZ4ENCE devient un peu plus réalité chaque jour. Ce n'est toutefois pas la première fois qu'une équipe se hisse en finale d'un Major en déjouant tous les pronostics. Par le passé, d'autres ont réussi cet exploit, mais n'ont ensuite pas connu le même destin en finale. Alors, les finalistes surprises, qu'est-ce que ça a déjà pu donner ?

fnatic (JW, flusha, schneider, Devilwalk, pronax) à la DreamHack Winter 2013

Le premier Major de l'histoire de CS:GO devait s'achever sur une finale Ninjas in Pyjamas - VeryGames, pour clore en beauté la première année et demie de vie du jeu. Évidemment, l'histoire ne se construit pas aussi simplement et il n'en a rien été. Les deux favoris se rencontrent en demi-finale après une phase de poules mitigée qui avait vu VeryGames sortir en deuxième position de son groupe. La place de second finaliste est donc libre pour accompagner les ninjas, vainqueurs 2-1 des Francophones de VG.

À ce petit jeu, Astana Dragons a les faveurs des pronostiqueurs, mais compLexity met fin aux espoirs de l'équipe d'Europe de l'est dès les 1/4 de finale. fnatic ne fait ensuite qu'une bouchée des Américains en demie afin de rejoindre la finale et d'endosser le costume de menu fretin pour des NiP donnés gagnants avant l'heure.

Résultat de la finale ? Victoire 2-1 de fnatic

Premier Major et première surprise : fnatic va étonner tout le monde pour s'adjuger un titre de prestige. pronax, recruté deux semaines plus tôt, déroule son jeu d'attaque sur Dust2 et permet aux siens de remonter d'un 3-12 sur la première carte pour l'emporter 16-14. Inferno est ensuite laissée 6-16, avant que JW et schneider n'asphyxient des ninjas qui avaient sans doute trop sous-estimé leur adversaire, 16-2 sur Train. fnatic a joué sans se poser de question et en faisant parler sa fougue et sa jeunesse. Pari réussi. Finaliste surprise, 1, grand favori pour le titre, 0.

Devilwalk avait fait le pari de finir en caleçon sur scène en cas de victoire contre NiP.
Défi relevé sans broncher (photo : HLTV)

Ninjas in Pyjamas (friberg, f0rest, GeT_RiGhT, Xizt, Fifflaren) à l'ESL One Cologne 2014

Les NiP en finale d'un Major, ce n'est pas une surprise. Sauf à l'été 2014. Les Suédois vont très mal, plus mal qu'ils n'ont jamais été sur CS:GO. Personne ne les voit atteindre la finale. Ils sortent tout de même des poules en profitant de la faible opposition des Indiens de Wolf, puis en prenant le meilleur sur HellRaisers. Leurs play-offs ressemblent à une apnée permanente : double 16-14 contre Cloud9 après avoir perdu la première map en 1/4, 16-14 pour conclure contre LDLC après avoir encore concédé la map initiale. NiP arrive en finale par miracle, même si son aura reste immense.

En face, fnatic monte en puissance depuis le recrutement d'olofmeister et KRiMZ. L'autre équipe suédoise a sorti Na'Vi et Dignitas pour parvenir jusqu'à l'ultime match, prouvant tout son potentiel. Elle semble un cran au-dessus de son rival national.

Résultat de la finale ? Victoire 2-1 de NiP

S'il fallait définir la "NiP Magic", un seul replay de cette finale suffirait pour illustrer le concept. Les ninjas se transcendent au meilleur des moments possibles. GeT_RiGhT réalise une performance dantesque, friberg est solide comme jamais, même Fifflaren y met du sien. Le quintette suédois obtient sa seule victoire en Major dans le tournoi et la finale où il était le moins attendu, sans doute aidé par l'atmosphère si particulière qui se dégage des duels entre équipes d'un même pays. Cette victoire n'est pas forcément rationnelle ni même logique, tant fnatic semblait avoir toutes les cartes en main pour s'imposer. Mais la "NiP Magic" était juste trop forte.

Na'Vi (Edward, Zeus, GuardiaN, seized, flamie) à la DreamHack Cluj-Napoca 2015

Na'Vi était une bonne équipe en 2015, mais pas une que l'on attendait en finale de Major. La line-up aux trois nationalités n'avait toujours pas brisé le plafond de verre qui l'empêchait d'intégrer le cercle des tous meilleurs. Et c'est à Cluj, en Roumanie, qu'elle le fera voler en éclats. Ce Major devait être une bataille à quatre entre EnVyUs, fnatic, Virtus.pro et TSM pour savoir qui était la meilleure formation du monde, mais il sera bien différent tant les surprises seront nombreuses.

Trois de ces quatre favoris se font sortir dès les 1/4. De son côté, Na'Vi évite les gros poissons et élimine d'abord les Brésiliens de Luminosity, puis explose NiP dans le dernier carré, 32-9 au cumulé des deux maps avec un GuardiaN phénoménal. Elle rejoint EnVy en finale, débordant de confiance.

Résultat de la finale ? Victoire 2-0 d'EnVy

Cette confiance, Na'Vi va l'exploiter autant qu'elle peut sur Train, première carte, face à des Français contre qui elle a toujours eu du mal. Elle mène 11-9 en défense avant que cette dernière ne se fissure petit à petit sous les assauts tricolores, 11-11, 12-13, 14-15. Na'Vi s'incline finalement sur le plus petit des écarts, 14-16. Et ne s'en relevera pas. La tête des joueurs à la fin de cette map suffisait à comprendre que la finale était déjà terminée. Sur Cobblestone, l'alliance russo-slovaquo-ukrainienne ne peut rien faire et perd très sèchement, 5-16. Le manque d'expérience dans le money-time l'a blessé, le manque de recul pour oublier la première carte et se remobiliser sur la seconde l'a achevé. Na'Vi devait gagner Train pour espérer poursuivre son rêve et son fabuleux parcours, mais elle manqua, d'un rien, le bon wagon.

32 frags sur Train pour seized... mais c'est quand même perdu. Il finira Cbble avec 9 petits kills.

Team Liquid (nitr0, EliGE, Hiko, jdm64, s1mple) à l'ESL One Cologne 2016

C'est l'histoire d'un dernier tournoi, d'une dernière chance, d'un dernier coup ensemble. Team Liquid joue son ultime compétition avec s1mple à l'ESL One Cologne, alors que l'Ukrainien n'est déjà plus sous contrat avec l'organisation qui lui a permis de réellement franchir un cap. jdm64 vient tout juste d'être recruté, et tout ce beau monde arrive au Major avec un mois de préparation à cinq. Et les performances de qualité vont s'enchaîner.

Portée par s1mple, Liquid sort Na'Vi 2-1 en quart, avant de coller un double 16-13 à fnatic en demi-finale avec une action devenue immortelle. La Lanxess Arena toute entière pousse derrière ces cinq-là qui n'auraient jamais dû jouer ensemble. Ils prennent rendez-vous pour le dernier dimanche de la compétition face aux Brésiliens de SK Gaming, tenants du titre en Major après leur succès à la MLG Colombus 2016 sous les couleurs de Luminosity.

Résultat de la finale ? Victoire 2-0 de SK Gaming

C'est peut-être la finale la plus décevante et oubliable de l'histoire des Majors. Les espoirs plantés par Liquid tout au long des play-offs ne pourront jamais germer face à l'armada sud-américaine. SK est bien trop en place, s1mple se noie sous la pression et n'affiche jamais son niveau des tours précédents. L'affaire est réglée en 45 rounds, 16-7 sur Train puis 16-6 sur Cobblestone. Le favori aura largement fait respecter son rang.

Cloud9 (Skadoodle, Stewie2k, autimatic, tarik, RUSH) à l'ELEAGUE Boston Major 2018

Pour ce troisième Major sur ses terres, Cloud9 veut bien faire. L'équipe américaine était absente lors de l'édition précédente et avait été éliminée dès les poules à la MLG Colombus, deux ans plus tôt. Cette fois, elle passe avec brio la première phase, 3-0 en ronde suisse, avant de réaliser une superbe remontée en deuxième phase, de 0-2 à 3-2, en sortant Virtus.pro, Astralis et Vega Squadron dans des rencontres à très haute tension.

Voilà C9 en quart de finale pour un duel qui s'annonce complexe face à la "superteam" française G2. Ou pas : les tricolores se ratent totalement et Cloud9 boucle l'affaire sans sourciller, 2-0. En demi-finale, l'exploit continue à prendre forme puisque SK Gaming est sortie 2-1. Une line-up américaine est en finale du plus gros tournoi de l'année, chez elle. Mais face au pire adversaire possible, qui répond au nom de FaZe. Le mastodonte européen est la bête noire de C9, avec six cartes gagnées en six cartes jouées les quatre mois précédant ce Major. FaZe aurait déjà été favorite contre bon nombre d'adversaires, mais contre celui-là, elle l'est encore plus.

Résultat de la finale ? Victoire 2-1 de Cloud9

Est-ce la pression ? L'ambiance un peu folle de l'Agganis Arena, remplie à ras bord de supporters C9 ? Les deux cumulés ? Quoi qu'il en soit, FaZe ne va jamais afficher son visage habituel de domination. À 15-11 en sa faveur sur la troisième et dernière carte, la line-up cosmopolite va même balbutier son Counter-Strike et se faire inexplicablement remonter alors que le titre lui tendait les bras. C9 égalise à 15 partout et enflamme l'arène. Le match bascule dans une autre dimension et est conclu à 22-19 par la victoire américaine. Dans n'importe quel autre contexte, FaZe aurait sans doute gagné ce match. Mais au Major, en finale, chez elle, Cloud9 a su exploiter la seule petite chance qu'elle avait pour s'offrir le plus beau des titres.

Quand tu perds une finale que tu étais censé gagné sans problème sur le papier

Le cas un peu spécial de Gambit - Immortals au PGL Major 2017

Le PGL Major de l'été 2017 se démarque par la présence en finale non pas d'une, mais de deux équipes surprises. Ni Gambit ni Immortals n'auraient dû parvenir à un tel stade dans un monde régi uniquement par la logique, mais le dieu des surprises est parfois très taquin. Dans cette rencontre inattendue où chacun remportera sa carte sans trembler, ce sera finalement Gambit qui raflera la mise sur Inferno grâce à quelques actions décisives aux moments cruciaux, comme ce 1vs3 de HObbit pour enfin lancer son équipe sur le side terroriste, ou la fameuse grenade de Dosia, synonyme de catastrophe économique pour Immortals et preuve qu'une belle action n'est pas forcément dépendante du nombre de headshots rentrés.

Et puis, ce succès permettra à Zeus d'écrire l'une des plus belles pages de sa carrière et d'enfin gagner un Major, après deux échecs précédents en finale avec Na'Vi.

 

Alors, quel destin pour ENCE dans tout ça ? Une lutte acharnée pour un triomphe total ou une défaite sèche qui ramène les pieds sur terre instantanément ? L'entre deux (un beau combat finalement perdu) ne semble pas vraiment exister, du moins pas pour l'instant, à l'exception peut-être de Na'Vi à Cluj, mais la défaite magnifique ne fut que sur une carte, avant une volée plus sévère sur la seconde.

Le dernier obstacle que doit franchir ENCE est plus qu'immense. Sortir Liquid et Na'Vi était déjà incroyable, mais battre Astralis serait véritablement miraculeux tant l'équipe danoise semble au-dessus de tout ce qui a déjà pu être fait sur Counter-Strike. Gagner une carte serait une belle performance pour les Finlandais. Mais eux arriveront sûrement sur le serveur en visant la victoire finale, évidemment. Et bien leur en prendra, puisqu'il leur faudra une confiance en eux en béton armé pour tenter de faire trembler Astralis.

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles