WebTV
    PGL Major Stockholm : L'arbre
Poules indisponibles
Arbre indisponible
News
En bref...
Pas de breves pour le moment dans ce coverage !


Les enjeux des play-offs du Major

2521 6

Après une grosse semaine de Challengers Stage puis de Legends Stage, il est temps d'aborder l'ultime phase de ce PGL Major Stockholm : les play-offs ! Ou Champions Stage, officiellement. Huit équipes sont encore en piste sur la route du plus beau des succès : des grandes favorites qui ne se satisferont de rien d'autre que la victoire finale, des outsiders qui n'ont plus grand-chose à perdre, des formations qui peinent encore à montrer leur plein potentiel. Bref, un beau panel qui amène des questions, forcément, sur ce qu'il va se passer.

2

Le nombre d'équipes ayant survécu au Challengers Stage puis au Legends Stage : Heroic et Virtus.pro. Les six autres formations de l'arbre final ont toutes débuté directement au Legends Stage (NAVI, Vitality, Gambit, FURIA, G2, NiP).

NAVI peut-elle assumer son rang jusqu'au bout et remporter son premier Major ?

Jamais NAVI n'avait entamé un Major avec un costard de favorite taillé aussi serré. Lors de la MLG Colombus 2016, fnatic attirait la lumière avec sa série de six lans gagnées consécutivement. Au FACEIT Major London 2018, Astralis avait débuté sa montée en puissance et commençait à prendre toute la place. À chaque fois, NAVI était un outsider solide, et à chaque fois, NAVI s'était inclinée en finale sans remporter une seule carte.

Cette fois, les choses sont différentes. Et pour le moment, NAVI s'accomode parfaitement de son nouveau statut. Son Legends Stage a été parfait. Trois matchs gagnés sans avoir perdu une seule carte et, mieux, sans jamais avoir été inquiétée. Heroic a été écartée 16-11, Virtus.pro balayée 16-04, NiP muselée par un double 16-09. NAVI n'a pas encore paniqué. Le symbole de cette maîtrise s'appelle B1T : pour son premier Major, le rookie de 18 ans se hisse tout simplement à la première place du classement individuel provisoire avec 1,44 de rating, devant s1mple à 1,40, excusez du peu.

NAVI a encore trois épreuves à réussir avant de pouvoir exulter. La première s'appelle Vitality. Si les joueurs de l'Est partiront largement favoris face aux Français, ces derniers leur avaient accroché la jambe comme pas permis il y a deux mois en finale de l'ESL Pro League S14 (16-10 / 06-16 / 16-11 / 07-16 / 16-14). Avec un ZywOo des grands jours, Vitality peut embêter NAVI. Mais le map pool donne déjà un premier avantage à s1mple & Co. Vitality ne pourra pas bannir Ancient (son permaban) et Nuke (chasse gardée de NAVI qui est sur une série de 16 victoires consécutives) en même temps, ce qui donne virtuellement un 1-0 pour les jaunes. Il restera à conclure sur une seconde carte.

La deuxième s'appelle Gambit, adversaire présumé de NAVI en demi-finale si les Russes ne se ratent pas face à FURIA. Ô que cette rencontre sera mentale. Les deux se sont tellement jouées, en région CIS ou ailleurs, ont tellement échangé de cartes, de succès et de défaites que pas grand-chose ne semble jouer d'avance. Lors de leur dernier affrontement, début octobre en finale des IEM Fall CIS, Gambit l'avait emporté sans trembler, 16-07 / 16-11. La bande d'Hobbit est la seule contre qui NAVI ne part pas avec une nette avance sur le papier. Son triomphe en Major se jouera sans doute en grande partie ici.

La troisième s'appelle... la pression. Parce que qu'importe son adversaire en grande finale, si elle y parvient, NAVI sera en théorie au-dessus. Il faudra alors résister à l'envie de gagner trop vite, à la peur de perdre, à une équipe en face qui jouera peut-être comme elle n'a jamais joué parce que c'est la finale du Major.

Si NAVI survit à tout ça, et aucun doute qu'elle en a les moyens, elle gagnera son Major. Et ce sera amplement mérité.

1, 3, 5

Les positions actuelles de B1T, s1mple et electronic au classement statistique individuel de ce Major. Les trois stars de NAVI sont en pleine forme. Il va falloir se lever tôt pour les stopper ou espérer une baisse de régime en play-offs.

 

Vitality peut-elle sortir un exploit ?

Vitality a eu droit au pire tirage possible. Quasiment miraculée lors du Legends Stage après avoir perdu ses deux premiers matchs, l'équipe française n'aura le temps de souffler que deux journées avant de repartir au charbon face à la meilleure line-up du monde. Pas évident, d'autant plus que, comme dit plus haut, la formation d'apEX n'a pas l'avantage aux vétos. Il faudra soit prendre un risque, soit aller défier NAVI sur sa meilleure carte, Nuke. Les Français la jouent aussi, donc ça se tente... mais ça reste très complexe.

Dans tous les cas, il faudra montrer un bien meilleur niveau de jeu que celui affiché jusqu'à maintenant. apEX l'a dit, misutaaa ne fait pas un très bon tournoi pour le moment, ZywOo a mis du temps à se mettre dedans mais semble enfin lancé, et lui-même ne lead pas du mieux qu'il peut, à l'image de certains sides terros poussifs. À l'heure d'affronter un monstre en quart de finale du plus gros tournoi de l'année, ça laisse peu de place à l'optimisme.

Alors, peut-on y croire ? Oui, évidemment, parce qu'autrement, autant donner tout de suite la coupe à NAVI et rentrer à la maison. On va y croire parce que ce sont les play-offs du Major et que les surprises n'y sont pas si rares, parce qu'il y a ZywOo, parce que ce cinq a tout de même prouvé ces derniers mois qu'il avait une place dans le top 3 monde, et parce qu'on n'est jamais à l'abri d'un jour sans en face.

Le pire dans tout ça, c'est que même si Vitality sort le match de l'année et l'emporte... ça ne rapportera rien. Ce ne sera pas fini, il faudra encore gagner une demi-finale et une finale ensuite, contre des adversaires sans doute survoltés à l'idée que le grand favori ne soit plus là et qu'il faille en profiter. Vitality ne devra pas simplement accomplir un exploit, mais aussi le digérer rapidement pour ne pas faire une France 1999 ou 2007, que les fans de rugby regrettent encore.

2/4

Deux des quatre vainqueurs de Major encore en lice à Stockholm sont chez Vitality : shox et apEX. Les deux autres sont device (chez NiP) et Hobbit (chez Gambit).

 

Gambit est-elle capable d'aller au bout ?

Gambit n'a pas trop fait parler d'elle pour le moment. Sa défaite assez nette contre Entropiq, 09-16 sur Vertigo sans avoir marqué un seul round en attaque, a sans doute un peu échaudé ses supporters. Mais les Russes se sont ensuite bien repris pour sortir du piège Virtus.pro, 16-14, et gérer NiP, 16-13 / 16-06. Au final, Gambit a fini son Legends Stage sans avoir trop sué, 3-1, et va jouer en quart contre une équipe qui semble largement à sa portée, FURIA.

Non pas que les Brésiliens constituent une proie facile, mais disons qu'ils sont sans doute les plus abordables au vu du reste de l'arbre. Ils n'ont battu aucun gros calibre en Legends Stage (MOUZ et Liquid en Bo1, Entropiq en Bo3) et peuvent déjà être heureux de leur performance. Dominer Gambit demandera vraiment de se projeter un ton au-dessus. Possible, mais peu probable, d'autant que les deux formations jouent plus ou moins les mêmes cartes.


Quatre ans après le PGL Major Krakow, Hobbit en route vers un second titre avec Gambit ?

Le réel enjeu pour Gambit, c'est bien sûr NAVI qui l'attendra sûrement dans le dernier carré. Et il vaut peut-être mieux d'ailleurs puisque Vitality est un peu la bête noire de Gambit, l'ayant battu les deux fois où elles se sont rencontrées cette année, aux IEM Summer et à l'ESL Pro League S14, sans perdre une map. Mais si la logique est respectée et que NAVI passe, là, il y aura une très belle affiche.

Le permaban Nuke est un gros atout pour Gambit dans ce duel. Derrière, les Russes peuvent aller défier leurs homologues à peu près n'importe où. Et depuis le début de saison, ils ont eu le loisir de tout tester : les deux opposants se sont déjà affrontés 11 fois !

Plus qu'une simple bataille entre deux équipes de haut niveau, ce match, s'il a lieu, sera un véritable derby entre deux line-up qui se connaissent par coeur et se livreront sans doute une belle guerre psychologique. Le seul élément qui changera ici, ce sera le public et le fait que c'est une demi-finale de Major. Et qu'il y aura le Graal le lendemain pour celui qui en sortira gagnant.

4

Quatre joueurs de chez Gambit disputent leur premier Major : sh1ro, Ax1Le, nafany et interz. Un élément qu'il ne faut pas négliger. La souris tremblera-t-elle un peu plus à l'heure de jouer dans l'arène ?

 

Quel finaliste dans la seconde partie de tableau ?

On parle de NAVI, on parle de Gambit, mais au moins une de ces deux-là n'atteindra pas la finale. Une place est reservée au survivant du bas de tableau, à savoir NiP, G2, Heroic ou Virtus.pro. Chacun a des raisons d'y croire et, à l'exception de Virtus.pro, ce ne sera pas surprenant de retrouver l'un des trois autres encore en piste dimanche prochain.

À l'exception de Virtus.pro, parce que l'équipe a effectué un changement de joueur juste avant la compétition en remplaçant SANJI par FL1T. Quelques jours pour créer une nouvelle synergie, ce n'est pas l'idéal. Mais VP est toujours en vie et a survécu à un Legends Stage où elle a eu très peur lors de ses trois victoires. Face à Vitality d'abord, elle menait 15-7 mais a dû attendre le dernier round pour conclure. Contre MOUZ ensuite, dans un match éliminatoire, elle était devant 10-1 sur la troisième carte, s'est faite remonter et a dû jouer un overtime pour s'en sortir. Enfin, dans la dernière rencontre face à FaZe Clan, Virtus.pro a perdu sa carte puis s'est retrouvée derrière 08-13 sur la deuxième. Elle est revenue, a gagné 16-14, puis l'a emporté sur la troisième map 16-11.

Bref, c'est déjà un petit miracle que Virtus.pro n'ait pas déjà repris l'avion. Preuve d'une belle résilience certes, mais aussi d'un niveau de jeu qui semble trop juste pour s'approprier l'un des premiers rôles dans ces play-offs. D'ailleurs, aucun joueur de l'équipe ne possède pour le moment un ratio positif : YEKINDAR, Qikert et Jame sont à 0 pile (ce qui est assez fou), et buster et FL1T à -16.

Devant VP, les paris sont lancés. Heroic devra se réveiller un peu plus pour aller au bout. Elle a eu du mal à passer le Challengers Stage, 3-2, avant d'émerger en Legends Stage pour battre Vitality et Astralis en Bo1, puis CPH Flames en Bo3. C'est bien, mais ça manque encore d'une vraie performance référence. Un beau succès net face à Virtus.pro pourrait faire l'affaire. Ensuite, face à NiP ou G2, ce sera dans les deux cas une autre paire de manches.

Les deux dernières équipes de cet arbre apparaissent en effet comme les mieux armées pour aller loin. G2 peut compter sur des individualités en pleine forme, qui s'expriment bien mieux en lan, avec un NiKo particulièrement affûté. L'équipe a fait le plein de confiance lors du Legends Stage en ne perdant pas une seule carte, même si aucun de ses opposants n'avait le calibre de ceux qu'elle va désormais rencontrer (CPH Flames, FaZe, Entropiq). Si elle accélère dans l'Avicii Arena, elle pourrait laisser tout le monde dans le rétro jusqu'à la finale.

NiP a eu très chaud au Legends Stage. Incapables de piquer une carte à NAVI et Gambit, les Suédois ont dû attendre l'overtime de la troisième map du dernier match contre CPH Flames pour assurer leur passage en play-offs. Et la rencontre aurait largement pu basculer dans l'autre sens s'il n'y avait pas eu quelques clutchs de LNZ et ouvertures d'hampus. Malgré tout, NiP semble aborder ces play-offs dans une position plutôt favorable. Le véritable échec pour elle, ça aurait été de ne pas jouer devant son public. Maintenant que cette mission est accomplie, les ninjas vont pouvoir lâcher les chevaux. Évidemment, il y a plus simple que G2 comme premier ennemi à éliminer, mais une victoire pourrait amorcer une belle dynamique, surtout si device, encore un peu timide pour l'instant, s'énerve.

Après, la question est de savoir si l'équipe de bas de tableau qui parviendra jusqu'en finale pourra empêcher NAVI, ou Gambit, ou une Vitality dans la forme de sa vie pour être arrivée jusqu'ici, de s'emparer du titre. Ce sera sans doute encore un peu plus compliqué.

5

Cinq joueurs de cette partie de tableau ont déjà atteint une finale de Major : device (à quatre reprises avec Astralis), NiKo (avec FaZe Clan) et le trio buster - Qikert - Jame (avec AVANGAR). Personne chez Heroic n'a en revanche effectué un tel parcours.

 

Le retour du public peut-il avoir un impact ?

On l'attendait depuis longtemps, il sera là, avec ses cris, ses applaudissements, ses pancartes et ses costumes : le public ! Pour la première fois depuis le début de la pandémie de Covid-19, les matchs auront lieu sur une vraie scène avec de la foule devant, des lumières partout et le cast à fond dans les enceintes.

Pour un joueur peu expérimenté qui n'a jamais connu ça (16 des 40 joueurs encore en lice vivent leur premier Major actuellement), un booth qui vibre et des spectateurs à quelques mètres, ça peut impressionner. Certains auront peut-être besoin d'un petit temps d'adaptation, mais il ne faudra pas que ça dépasse une map, ou bien adaptation rimera sûrement avec élimination. À l'inverse, le public pourrait exhorter certains joueurs, notamment chez les NiP, qui seront soutenus par tout un peuple.

Si on avait tendance à le négliger lorsque les lans s'enchaînaient partout dans le monde toutes les semaines, tant il faisait partie du paysage et n'influençait sans doute plus autant des joueurs habitués à cette situation, le public aura à nouveau son importance ici. En deux ans, la scène a changé et des petites jeunes sont apparus. Pour eux, évoluer devant une arène remplie, ce sera nouveau. Et ça pourrait compter.

619

Le nombre de jours écoulés entre la dernière grosse lan CS:GO avec du public, la DH Anaheim 2020, et le retour des spectateurs pour ce PGL Major Stockholm. Il y avait bien eu les IEM Katowice après Anaheim, mais ESL avait annulé la présence du public dans l'arène au dernier moment : la pandémie de Covid-19 allait débuter.

 

Début des play-offs jeudi 4 novembre à 16h30 ! - Le tableau des play-offs

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles