Brèves

WebTV

Compétitions



Quel bilan pour la scène nord-américaine en 2020 ?

1513 2

À l’heure où le COVID-19 sévit encore partout dans le monde, l’univers de CS est très ombragé sur le sol nord-américain. Outre l’épidémie, il a été touché par l’absence de compétitions de haut niveau, mais surtout de compétitions tout court. Focus sur un sujet qui risque d’être encore plus d’actualité en 2021 si la situation sanitaire ne s'améliore pas.

KSCERATO, un des hommes forts de FURIA

Team Liquid et Evil Geniuses la tête ailleurs, FURIA se défend

Bien que leurs structures soient américaines, Team Liquid et Evil Geniuses, deux des meilleures équipes du continent, disputent régulièrement des compétitions avec les grosses écuries européennes, comme les Finales BLAST Premier, dès la mi-janvier, où Liquid, EG et même FURIA seront présentes. Ce qui affaiblit le niveau des autres compétitions nord-américaines, qui se disputent parfois sans ces cadors. Ainsi, la DreamHack Masters Winter américaine a vu Chaos l'emporter sur TeamOne.

Même lorsqu'elles sont présentes, les équipes de Tarik "tarik" Celik et de Jake "Stewie2K" Yip ont réalisé des contre-performances sur un sol qu’elles sont pourtant censées dominer, notamment aux IEM Beijing North America, terminant à la 3/4è place ou, plus marquant, lors de l'ESL Pro League S12 américaine, en septembre, finissant là encore à la 3è et 4è place. 

De leur côté, les Brésiliens de FURIA ont une nouvelle fois montré leur hargne en remportant des compétitions comme l’ESL Pro League S12 américaine ou les IEM New York 2020 North America. Avec, en plus, un passage en Europe pour disputer d’autres compétitions, la formation préférée de Neymar a fait preuve d’une certaine régularité, montrant qu’elle est actuellement la meilleure équipe brésilienne voire américaine, et plus globalement l’une des meilleures au monde. Il faudra maintenant voir si elle peut continuer sur le même rythme après avoir changé de sniper et recruté un sixième joueur.

Un mot également sur MIBR, qui tentera de concurrencer FURIA avec sa toute nouvelle composition, qui reprend quatre éléments de l'ancienne équipe BOOM. De quoi se relancer après une année 2020 à oublier.

Grastifaction, le joueur à la moustache, fait partie de ces joueurs "lâchés" par sa structure

Chaos, Gen.G, Cloud 9, 100 Thieves, Complexity, MIBR, Envy… L’exode ou la fin

Comme chaque année sur CS, des structures quittent le jeu, faute de résultats ou de retours financiers, pour potentiellement revenir plus tard. Toutefois, l’année 2020 a été marquée par de nombreuses fins de cycle côté américain. 

À commencer par Complexity, qui avait fini 2019 en lâchant l'Amérique et en rejoignant la scène européenne avec le recrutement de trois nouveaux éléments (blameF, poizon et k0nfig). Cloud9 a suivi un chemin similaire quelques mois plus tard avec l’arrivée du célèbre caster HenryG en tant que manager général d'une nouvelle équipe. Composée majoritairement de joueurs européens (ALEX, mezii, es3tag), elle ne joue pour l'instant pas sur le continent américain, même si des structures fixes à Los Angeles avaient été annoncées pour le futur lors de la création de la line-up.

Puis, place à 100 Thieves, qui a annoncé en octobre dernier son départ du jeu, rendant la bande néo-australienne d'Aaron "AZR" Ward libre comme l’air. Peu avant ça, c’était Gen.G qui annonçait le départ de deux de ses membres, Damian "daps" Steele et Sam "s0m" Oh, rendant l’équipe extrêmement instable. Depuis, aucun remplacement n'a été effectué. Des rumeurs circulent également sur l'arrivée d'un nouveau projet entre certains membres et d'autres Européens sans équipe. Pendant ce temps, 100 Thieves est partie, et Gen.G va sans doute en faire de même.

Plus récemment, la révélation de cette fin d’année 2020, Chaos, a également connu la même trajectoire. Malgré de beaux résultats et une place acquise pour l'IEM Global Challenge 2020 (le slot a finalement été attribué à BIG, faute du soutien de la structure pour Chaos), la formation de Anthony "vanity" Malaspina n’existe plus depuis le début de cette nouvelle année. La raison ? Le déficit de revenus engendré par la pandémie et le passage de toutes les compétitions en ligne, qui ont eu raison de Chaos pour continuer l'aventure. Sans aucune organisation, les ex-coéquipiers de Eric "Xeppa" Bach risquent maintenant faire leur route chacun de leur côté, plusieurs joueurs étant convoités par différentes équipes selon les dernières rumeurs.

En ce début d'année 2021, c'était ensuite au tour d'Envy, connu pour avoir adopté un roster français de 2015 à 2018, de quitter CS, au moins pour le moment. Pourtant membre fondatrice de la ligue Flashpoint, l’équipe s’arrête. L’ensemble des joueurs a été placé sur la liste des transferts, et la structure attendra une période plus intéressante pour réintégrer, éventuellement, le jeu.

Le départ de grosses équipes fait le bonheur des autres

Avec le retrait d’équipes connues, certaines en ont profité pour marquer leur territoire et s’imposer comme de potentielles valeurs sûres du continent. À commencer par Triumph, une formation qui ne vous dit peut-être pas grand-chose, deuxième des IEM Beijing 2020 North America, derrière Chaos mais en ayant vaincu Liquid en demi-finale.

Autres surprises au tableau, les belles performances de TeamOne (pic à la 22ème place au classement HLTV) et Yeah (31ème au mieux), deux équipes composées majoritairement de Brésiliens, qui viennent apporter un vent de fraîcheur venu de Rio sur la scène nord-américaine. La première a même atteint la finale de la DH Masters Winter, s'y inclinant 2-3 contre Chaos.

Et attention tout de même aux anciens membres de Cloud9 (oSee, JT, motm, Sonic), évoluant désormais sous le nom d’Extra Salt, sans floppy resté chez C9, qui pourraient venir jouer les trouble-fêtes face aux bolides les plus costauds. Ils évolueront prochainement contre les ex-membres de Chaos, Yeah et Triumph en ESEA Premier S36, débutant prochainement.

nitr0, steel, Hiko... Les ex de CS ont visiblement changé de goûter en passant à Valorant

Absence de compétitions, COVID-19 mais aussi... l'arrivée de Valorant

Une autre raison notable de cette mauvaise dynamique n’est autre que l’arrivée de Valorant. Le jeu créé par Riot (et surtout les billets que les structures américaines sont prêtes à distribuer dessus) en a séduit plus d’un, depuis les joueurs emblématiques, à l’image de nitr0 et Hiko (ex-Team Liquid), steel (ex-Chaos) ou encore Skadoodle (ex-Cloud9), en passant par des jeunes talents comme s0m (ex-Gen.G) et TenZ (ex-Cloud9). Une liste bien plus exhaustive, mais qui vient tourner d’une certaine manière une page de l’histoire de CS. Reste à voir si, avec le temps, certains joueurs ne feront pas marche arrière pour revenir aux sources et réintégrer le célèbre jeu de Valve.

Pour résumer, l’enchaînement de tous ces événements cités précédemment a mis du plomb dans l’aile à la scène nord-américaine. Malgré une mise en avant de nouvelles équipes et de nouveaux joueurs, le retour à la normale n’est pas prévu pour tout de suite, et cela risque bien d’impacter les structures et pousser les équipes à s’orienter d'autant plus vers l’Europe à l’avenir. 

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles