IEM Cologne : L'arbre
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
IEM Cologne : Poule B
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
IEM Cologne : Poule A
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
IEM Cologne : Play-In
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
WebTV
Breves
Pas de brève pour le moment dans ce coverage !


Pourquoi regarder les IEM Cologne ?

2364 10

Bah oui, c'est vrai ça tiens. Pourquoi s'enfermer et regarder des types jouer à des jeux vidéo dans un hôtel allemand alors que l'été arrive, qu'à peu près tout a rouvert après parfois plusieurs mois de fermeture et que la pause de mi-saison pointe le bout de son nez ? Eh bien, pour plein de raisons. Il suffit d'aimer un peu Counter-Strike. Et puis, si vous avez déjà jeté un oeil au Play-In qualificatif, vous n'allez pas vous priver du tournoi principal !

Parce que c'est le retour des lans

Et cette seule raison pourrait suffire. Après quasiment un an et demi de délocalisation en ligne, de tournois sur Internet sans saveur et d'affaires pas nettes en tout genre, depuis le coaching bug jusqu'aux délais inexistants des GOTV de l'EPIC League CIS, les IEM Cologne se déroulent, eux, en lan. Toutes les équipes regroupées au même endroit, pas d'histoire de ping, d'abus, de quoi que ce soit. Alors, certes, il n'y a pas encore de public ni de grande scène, mais qu'importe. Dans l'esport, il n'y a que les lans qui comptent vraiment. Ces IEM Cologne, c'est la vraie scène compétitive qui redémarre. Et ça, ça ne se rate pas, surtout que sur les 16 participants, 14 font partie du top 16 monde au classement HLTV. Seules manquent OG (13ème), sortie lors du Play-In par Renegades, et Entropiq (16ème). FaZe Clan (36ème) et donc Renegades (50ème) prennent la place de ces deux absents.

Malgré les conditions sanitaires qui compliquent évidemment l'organisation et le show, ESL a tenté de pimper un peu la reprise avec un nouveau HUD, déjà en action lors du Play-In, et un trophée inédit pour le vainqueur, resté secret pour l'instant. Ce n'est pas Byzance, mais c'est tout de même mieux que rien.

Même Valve le dit !

Parce qu'on va voir si les champions du net répondent présent

Si les tournois sur le web ne comptent pas vraiment, que faire des résultats des mois écoulés ? On ne peut pas non plus faire comme s'ils existaient pas. Alors on va simplement voir s'ils s'accordent avec la réalité des lans. Gambit, devenue une machine de guerre enchaînant les succès en ligne, peut-elle reproduire les mêmes performances ? La majorité de ses joueurs restent jeune (tous ont 20 ans ou moins à l'exception d'Hobbit) et, même si Cologne ne sera pas leur première lan, la pression du présentiel peut leur jouer des tours.

Même interrogation pour Heroic, passée devant tous ses rivaux danois et quasiment tous les européens depuis l'an passé : sera-t-elle capable d'afficher le même niveau en lan ? Le poignet pourrait trembler un peu plus qu'à la maison.

Enfin, BIG pourrait aussi rentrer dans cette catégorie, elle qui a confirmé la réputation des Allemands sur Internet tout au long de l'année 2020, un peu moins en 2021. Les hommes de tabseN ont cependant déjà réussi la première étape en se sortant du Play-In grâce à deux victoires convaincantes face à Sprout et OG.

Évidemment, une seule lan ne suffira pas à apporter des réponses à ces questions. Mais un raté total en Allemagne ferait un peu tâche sur le CV de ses maestros du net, tout en accentuant peut-être un peu plus l'attente reposant sur leurs épaules à chaque future sortie. A contrario, gagner ici ferait taire, au moins momentanément, les plus sceptiques.


Gambit, c'est super fort en ligne... mais en lan ?

Parce que la région CIS a un monde à dominer

Derrière Gambit (1ère du classement HLTV), la région CIS affiche une densité dantesque : NAVI (2ème), Virtus.pro (6ème), Team Spirit (14ème), Entropiq (16ème), forZe (17ème), Akuma (23ème) et K23 (25ème) se hissent également dans le top 30, pour un total de huit formations à ce niveau ! Et depuis le début d'année, cette concurrence fait les affaires de la région qui n'en finit plus d'accumuler les titres. Gambit a ainsi remporté les IEM Katowice, les IEM Summer et les BLAST Premier Spring ; NAVI s'est imposé aux Finales BLAST Premier et à la DH Masters Spring ; Virtus.pro a mis le cs_summit #7 dans sa poche. Et au niveau inférieur, Spirit, Entropiq et forZe ont aussi eu droit à leur heure de gloire.

La région CIS est donc en pleine bourre et va maintenant devoir confirmer tout ça en lan face aux autres régions du monde. Avec quatre représentants dont les deux premiers du classement HLTV pré-tournoi (Gambit et NAVI, accompagnées par Virtus.pro et Spirit), elle s'avance en confiance. N'avoir personne en finale serait presque décevant. Déserter le dernier carré paraît improbable.


Un plan aussi s1mple qu'infaillible avait permis à NAVI de remporter l'ESL One Cologne 2018

Parce que l'Europe et l'Amérique ne vont pas se laisser faire

Si la région CIS, domine, forcément, les autres en pâtissent. L'Europe tient là une belle chance de se rebeller, elle qui a vécu une première moitié d'année compliquée tant ses champions ont souffert. Astralis ? Orpheline de device parti renforcer des NiP qui pourraient maintenant grimper la hiérarchie plus vite que prévu, elle peine à se relever, faisant davantage parler d'elle pour la prochaine fin de contrat de ses membres et les rumeurs entourant son avenir que pour ses performances. Le triomphe à Cologne lui a toujours échappé, et ce n'est sans doute pas cette année que cela va changer.

Vitality ? La machine est en train de se rôder, mais c'est le prix à payer lorsqu'on décide de remplacer un dinosaure comme RpK par le jeunot qu'est Kyojin. Les Français ont annoncé venir sans objectif précis en tête. Au moins, pas de pression. G2 ? Le choix de se passer d'un vrai sniper en éjectant kennyS était osé mais il s'avère pour l'instant plutôt payant, même si la formation en partie tricolore peine encore à franchir les dernières marches et échoue souvent juste avant la finale. mousesports, Complexity ? Sur le papier, ça pourrait monter en puissance et même tout exploser sur un tournoi, mais leur irrégularité reste problématique. Heroic, BIG ? Il va falloir prouver ailleurs que sur Internet avant que l'on puisse s'emballer. FaZe Clan ? Séduisante lors du Play-In où elle s'est débarrasée d'Evil Geniuses et Complexity, il ne faudrait pas oublier qu'elle galère depuis de (très) longs mois et qu'elle ne retrouvera sans doute pas les sommets du jour au lendemain.

Le Vieux Continent a de multiples cartes à jouer, mais laquelle pourrait être la bonne ? Dur à dire, d'autant plus qu'une inconnue plane sur l'effet qu'aura le retour en lan, entre un potentiel boost de motivation ou un frein à la performance le temps de se remettre dedans. Mais l'Europe ne sera pas à sous-estimer, loin de là, et la bataille face à l'Est devrait être très intéressante à regarder.


Jusqu'où pourra aller Vitality pour sa première en lan avec cette composition ?

Au final, notre continent bénéficie d'une situation avantageuse par rapport à l'Amérique. Outre-Atlantique, la scène a été décimée par la crise de Covid-19, qui a empêché les équipes de venir jouer et s'entraîner en Europe où le niveau est plus élevé, et par Valorant, qui a siphonné une bonne partie du top et du subtop local. Dans ce contexte, à de rares exceptions près comme Bad News Bears qui a toutefois raté son Play-In et ne sera pas au tournoi principal, seul le très haut du panier a survécu. Et encore, au vu de la galère dans laquelle est embarquée Evil Geniuses – qui a ajouté un échec supplémentaire à sa liste en échouant lors du Play-In, battue par FaZe puis mousesports –, pas sûr que même les gros poissons soient encore vaillants.

FURIA paraît bien terne depuis le départ d'HEN1, le recrutement de junior n'ayant jamais vraiment convaincu. Le retour d'honda, sixième joueur appelé à la rescousse suite au retrait de junior, semble avoir redonné un peu de baume au coeur à la formation brésilienne. Elle a remporté l'Elisa Invitational Summer la semaine dernière, en lâchant tout de même une map à Endpoint et une autre à SKADE. Il faudra faire mieux pour espérer percer à Cologne.

La situation est-elle meilleure pour Team Liquid, l'autre grand représentant américain ? Oui, quand même. En sous-marin depuis plus d'un mois et sa victoire au cs_summit #8, la nouvelle équipe de FalleN a eu du mal à se trouver suite à l'arrivée du Brésilien, ne sachant à qui attribuer le lead entre lui et Stewie2K. Le second a finalement les cartes en main mais pourra toujours compter sur le premier pour l'épauler. Liquid a pour elle sa préparation donc, que l'on imagine optimale d'autant plus qu'adreN a été rappelé début mai pour son apport stratégique, et son réservoir de skill, loin d'être négligeable quand EliGE, NAF et Grim s'énervent en même temps. Et puis la formation reste un adversaire relativement inconnue pour les grands favoris : elle n'a jamais joué Gambit en 2021, et une seule fois NAVI, en février dernier. Ce cinq américano-canado-brésilien pourrait-il être la bonne surprise de cet événement ?


Déjà vainqueur à Cologne en 2016 et 2017 avec SK, FalleN peut-il remettre ça une troisième fois ?

Début du tournoi le jeudi 8 juillet à 13h30 - Les poules

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles