Brèves

WebTV

Actualité de la scène

Compétitions



En bientôt huit ans de Counter-Strike: Global Offensive, des actions légendaires, il y en a eu. Et la scène francophone est loin d'être pauvre dans ce secteur. Le temps est donc venu pour un premier classement, qui en appellera peut-être un autre dans huit ans, si le jeu est toujours vivant. C'est parti pour le Top 20 des actions réalisées sur CS:GO par des joueurs francophones !

Une poignée de précisions avant de commencer. D'abord, seules les actions réalisées en lan ont été retenues. Ce qui élimine déjà pas mal de prétendants qui ont effectué leur exploit sur le net. Plusieurs critères ont ensuite été pris en compte : la beauté brute de l'action évidemment, mais aussi le contexte dans lequel elle a eu lieu, son impact sur la map voire le match et le tournoi, la manière dont elle a pu s'ancrer dans la mémoire collective, et éventuellement toute la symbolique qu'il peut y avoir derrière.

Enfin, une dernière chose, peut-être évidente mais qu'il reste bon de mentionner : ce Top 20 est le Top 20 de VaKarM. Il est donc subjectif, établi selon les critères et la sensibilité des personnes qui sont derrière. Et vous avez évidemment le droit de ne pas être d'accord avec la présence ou la position dans le classement de certaines actions.

Première partie, les actions classées de la 20ème
à la 11ème place !

Pour la suite et fin du classement, rendez-vous ici !

Certains matchs commençant à se faire vieux, les démos étaient parfois introuvables, d'où la nécessité de reprendre le stream de l'époque, et donc d'avoir une qualité d'image/de son d'un peu moins bonne qualité.

Et un énorme merci à shiG, kryz, Al4r1c, Elnum et Dorian. Photos HLTV.

20. bodyy vs. SK

• StarLadder i-League StarSeries S3 (2017) - Ronde suisse - 3ème tour (équipes à 2-0) 
• Situation au moment de l'action : 4-2 pour G2

Début 2017, la France bouillonne : la "superteam" se crée. NBK, kennyS et apEX quittent EnVyUs et rejoignent G2, où les attendent shox et bodyy. Ce dernier constitue peut-être la seule surprise de cette équipe. Les quatre autres ont déjà prouvé leur valeur à très haut niveau depuis des lustres, mais bodyy a découvert cette atmosphère à peine neuf mois plus tôt. Alors que ScreaM a été laissé sur le côté, sa présence au sein de cette line-up peut laisser songeur.

Mais l'ancien LDLC-White va vite prouver qu'il n'a pas usurpé son contrat. Pour la première sortie de cette nouvelle version de G2, lors de l'i-League S3, il va marquer les esprits avec cet ace contre SK Gaming, en sept secondes, quatre headshots et un chargeur. C'était le 8 avril 2017. 364 jours après son recrutement initial à la place d'Ex6TenZ dans la version précédente de G2, qui lui avait permis de gagner la confiance de shox et de faire ensuite partie de ce projet de "superteam".

19. NBK vs. Ninjas in Pyjamas

• ESWC 2013 - Demi-finale 
• Situation au moment de l'action : 2ème map du Bo3 (1-0 pour VG) / 15-11 pour NiP

La veille de cette fameuse finale 100 % francophone de l'ESWC 2013 face à Clan-Mystik, VeryGames retrouvait son meilleur ennemi, Ninjas in Pyjamas, en demi-finale du tournoi. Martyrisés par les Suédois pendant quasiment un an, les Franco-Belges commençaient enfin à maîtriser cet adversaire si coriace. Mais les battre dans le dernier carré d'un championnat du monde, cela restait une tâche incroyablement ardue.

VeryGames remporte la 1ère map, Cache, 16-13. NiP réagit sur Nuke et mène 15-11 face à des CT sans argent. Une troisième map aurait été celle de tous les dangers pour les rouge et blanc, celle d'une possible énième désillusion. Laissé seul en 1vs3 avec un simple Five-Seven, NBK va réussir à éviter ce chemin piégeux en rentrant un clutch crucial pour garder son équipe en vie. VG pourra ensuite remonter à 15-15 avant de l'emporter en overtime. Les NiP sont battus 2-0, le némésis est vaincu. Le titre de l'ESWC semble désormais promis à VeryGames. La suite, on la connaît.

18. kennyS vs. Ninjas in Pyjamas

• DreamHack Valencia 2012 - Finale 
• Situation au moment de l'action : 1ère map du Bo3 / 7-7

C'est la première one action française de l'histoire de CS:GO, réalisée à la DH Valencia, un mois à peine après la sortie officielle du jeu, dans ce qui fut sa première lan internationale. Un 4 kills en 2vs5 de kennyS, avec un 1vs3 ponctué de coups d'AWP déjà supersoniques. Il peut paraître bien fade comparé à ce que le sniper rentrera plus tard, mais il faut bien un commencement. Et il démontre tout le talent que possédait kennyS dès les débuts de Global Offensive, talent qui rendra fou bien des opposants par la suite.

17. shox vs. Selfless

• ELEAGUE S1 (2016) - Phase de poules 
• Situation au moment de l'action : 10-5 pour G2

shox eut deux grands pics de forme lors de sa carrière sur CS:GO, lui permettant de se hisser parmi les tous meilleurs du monde. En 2013 d'abord, lorsqu'il retrouva les couleurs de VeryGames, puis en 2016, quand il prit le lead chez G2. Cet ace express au pistol round illustre parfaitement ce qu'il était capable de réaliser lors de cette seconde période. Un skill pur, posé, des têtes qui s'alignent et une maîtrise totale de l'adversaire. Il n'y a pas grand-chose à ajouter. Quand shox atteignait un tel état de grâce, il était bien dur de lutter.

16. liptoNNN vs. Team-LDLC

• Finales ESL Championnat National S1 (2016) - Demi-finale 
• Situation au moment de l'action : 1ère map du Bo3 / 8-2 pour WE GOT GAME

Le subtop français ne sera pas à l'honneur lors de ce classement, mais le 1vs5 de liptoNNN lors des Finales de la première saison des ECN reste une pépite. Face au grandissime favori LDLC, WE GOT GAME va crânement jouer sa chance et cette action en est l'illustration parfaite. Repéré au niveau de la porte, liptoNNN ne va pas hésiter à sortir avec ses gros sabots pour détruire tout ce qui passe dans son viseur et réussir son clutch en moins de 20 secondes.

L'effort sera finalement vain puisque LDLC gagnera cette demi-finale 2-0, mais cette action subsiste comme une remarquable réussite. Huit saisons plus tard, pas sûr que les ECN aient déjà vu mieux.

15. ScreaM vs. ESC Gaming

• ESH Lan Prague (2012) - Phase de poules
• Situation au moment de l'action : 11-6 pour BuyKey

Un Deagle, c'est tout ce qu'il fallait à ScreaM pour tenir le B d'Inferno à lui seul en 2012. Ici, les Polonais d'ESC en feront les frais, mais le Belge dégoûtera beaucoup d'autres joueurs dans le futur avec ses one tap affolants, que ce soit au Deagle ou à l'AK-47. Quatre mois après la sortie de CS:GO, cette défense du bombsite B s'imposait en tout cas comme l'une des actions les plus marquantes de 2012. Elle sera tout simplement n°1 du classement HLTV de fin d'année, la rapidité d'exécution et la propreté des 4 headshots impressionnant tout le monde.

Après avoir déjà percé sur Source à partir de 2010, ScreaM confirmait ainsi tout son potentiel sur ce nouvel opus. Il faudrait compter sur lui dans les années à venir. Un mois après cette démonstration, il rejoignait VeryGames. Difficile de viser plus haut.

14. Maniac vs. Ninjas in Pyjamas

• EMS One Katowice 2014 - Phase de poules
• Situation au moment de l'action : 5-4 pour Ninjas in Pyjamas

Début 2014, Team-LDLC fait exploser la scène française en constituant une nouvelle équipe composée de joueurs Clan-Mystik et Nameless, laissant ces deux-là dans des situations bien compliquées. Cette line-up inédite doit rapidement prouver sa valeur et le premier Major de l'année, les EMS One Katowice, est l'occasion parfaite de le faire.

Opposés aux redoutables NiP dès la phase de poules, les LDLC vont pouvoir compter sur Maniac pour tenir le choc. Le Suisse le plus connu de la scène française va rentrer un ace ponctué d'un 1vs3 au 10ème round, tout en finesse. Il accompagnera même ses frags de lancers de grenades en clic droit, une fonctionnalité encore toute récente à l'époque, dont chacun essayait de comprendre l'intérêt.

Une telle action lors d'un Major, face à l'une des meilleures équipes du monde, il n'en fallait pas plus pour qu'elle reste dans les mémoires. Même si LDLC s'inclinera sans contestation possible lors de la rencontre, 7-16.

13. kennyS vs. Virtus.pro

• Gfinity 3 (2015) - Phase de poules 
• Situation au moment de l'action : 15-14 pour Virtus.pro

Voilà pourquoi le contexte compte tant. Ce 1vs3 de kennyS aurait facilement pu être oubliable. Mais il le rentre à 14-15 dans un Bo1. Et ça change tout. Malgré l'enjeu, la pression, il ne tremble pas et colle ses trois tirs d'AWP en plein sur ses adversaires. Titan arrache le nul et un point salvateur. Sans ce clutch, Virtus.pro l'aurait emporté et serait sortie de la phase de poules devant les Franco-Belges. Le tirage de l'arbre aurait été complètement différent pour les deux opposants et ils ne se seraient sans doute jamais retrouvés à nouveau en finale. Où cette fois-ci, les Polonais finiront le travail, 2-0.

Bref, le contexte, c'est important. D'autant plus à 15-14.

12. ScreaM vs. HellRaisers

• EMS One Katowice 2014 - Phase de poules 
• Situation au moment de l'action : 14-9 pour HellRaisers

L'histoire de Titan a basculé le 13 mars 2014. Ce jour-là, celle qui était l'une des meilleures équipes du monde et favorite du Major de Katowice 2014 se fait éliminer prématurément de la compétition. Par la suite, elle ne retrouvera plus jamais son aura d'antan. Cette déconvenue, ScreaM aura pourtant tout fait pour l'éviter.

La rencontre décisive contre HellRaisers avait tout du match piège. Les Franco-Belges bafouillent leur CS et voient peu à peu le pire des scénarios prendre vie. À 9-14, laissé seul sur le BP A, ScreaM va, un instant, redonner espoir à tous les supporters en distribuant soudainement trois headshots et en survivant miraculeusement à un dernier 1vs2. Titan repart. Sauve trois de rounds de match et donc d'élimination. S'écroule au trentième en perdant... au temps. La claque est immense. L'action de ScreaM rimera à jamais avec faux espoir et cruauté infinie.

11. Maniac vs. Universal Soldiers

• DreamHack Winter 2013 - Phase de poules
• Situation au moment de l'action : 12-3 pour Universal Soldiers

Match éliminatoire de Major, 12-3 pour l'adversaire à la mi-match : compliqué de faire situation plus désespérée pour Recursive. Mais une action de folie peut relancer toute une équipe. Campé au fond du pit, Maniac va sortir un ace au moment parfait pour lancer le comeback des siens. Son poing serré et la détermination qu'il affiche après le dernier frag résument l'état d'esprit de sa formation durant ce second side. Impérial, les Recursive ne laisseront plus filer qu'un seul round et l'emporteront 16-13, gagnant ainsi leur place en play-offs du premier Major de l'histoire de CS:GO. Merci Maniac.

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles