Brèves

WebTV

Actualité de la scène

Compétitions



Ils ont réussi à gagner avec un stand-in

5557 2

Gagner un tournoi de très haut niveau sur Counter-Strike n'est jamais chose aisée, même pour une équipe expérimentée dont les cinq joueurs se connaissent sur le bout des doigts. Alors imaginez un peu quand ce cinq est cassé, quand l'un des membres du quintet se retrouve pris par un problème personnel, un souci de visa, une blessure, un événement extérieur au jeu qui l'oblige à ne pas participer à une lan. Le forfait est possible, le coach souris à la main aussi, mais certaines formations préfèrent faire appel à un stand-in, un remplaçant de dernière minute, un dépanneur à intégrer bon an mal an à l'effectif le temps d'un événement.

S'imposer dans de telles conditions semble relever de l'impossible. Et pourtant, dans l'histoire de CS:GO, certaines équipes sont parvenues à soulever un trophée en ne jouant pas avec leur line-up habituelle. mousesports au tout récent cs_summit #5 en constitue l'exemple le plus récent. Une prouesse rare, mais qui prouve bien que sur une lan, avec un peu d'alchimie sortie de nulle part, tout est toujours possible.

Juin 2015 – NiKo qualifie Kinguin pour la Gaming Paradise

Tournoi : Qualification offline Gaming Paradise
Stand-in : NiKo remplace SKYTTEN

Formation internationale de luxe regroupant plusieurs rejetés ou insatisfaits de leurs scènes nationales respectives, Team Kinguin débarque en Slovénie en juin 2015, deux mois après sa création, afin de participer à la qualification offline pour la Gaming Paradise. Manque de chance, son leader, le Suédois SKYTTEN, tombe malade et ne peut pas faire le déplacement. ScreaM et ses compagnons se tournent alors vers un remplaçant de luxe, NiKo.

Le Bosnien est sous contrat chez mousesports mais cire le banc depuis que la structure a fait le choix de privilégier une line-up communiquant en allemand. Le "Balkan Prodigy" est donc tout disponible pour donner un coup de main à ces Kinguin qui serviront de base, quelques mois plus tard, à... FaZe Clan, maison de NiKo depuis 2018. Mais c'est une autre histoire.

Donc, Kinguin s'avance dans cette qualification avec un statut de favorite à défendre. Certes, son leader n'est pas là, mais sa puissance de feu paraît colossale. Et NiKo va rapidement confirmer qu'il n'est pas étranger à ce constat. Il dépasse la barre des 50 frags cumulés lors des deux cartes remportées contre les Hongrois de Rock, puis va se muer en véritable sauveur contre les FlipSid3 d'un certain s1mple.

Top fragger des siens sur Cache (perdue 12-16) et Mirage (gagnée 16-13), il ne réitère pas la performance sur Train mais fait peut-être encore mieux en sortant un 1vs4 providentiel lors d'un round de match contre Kinguin, à 19-21. Les Européens égaliseront à 21 partout avant de conclure lors de l'overtime suivant, 25-22.


Un 1vs4 pour sauver le monde

En grande partie grâce à son stand-in, Kinguin se retrouve donc en finale de cette qualification. Elle ne sera le lendemain qu'une formalité, 16-4 / 16-8 contre FlipSid3 revenue du loser bracket. Et qui trône à nouveau en haut du scoreboard, seul joueur du serveur à avoir dépassé les 40 frags ? NiKo, évidemment. Voilà Kinguin qualifiée pour le tournoi principal.

Deux mois plus tard, l'équipe soulèvera la coupe de cette Gaming Paradise au terme d'un week-end riche en péripéties logistiques et sanitaires. Sans NiKo, évidemment. Il est retourné chez mousesports et a regagné une place de titulaire, la structure se rendant probablement compte qu'un talent tel que lui, ça ne devait pas rester au vestiaire. Engagée dans cette même Gaming Paradise, mouz ne pourra toutefois faire mieux qu'un top 5/6. Le début d'un long chemin de croix pour NiKo, qui fera tout pour porter l'organisation au sommet sans jamais y parvenir. Jusqu'à sa libération par FaZe, début 2018.

 

Novembre 2015 – Cloud9 fait revivre swag le temps d'un tournoi

Tournoi : RGN Pro Series
Stand-in : swag remplace sgares

Que faire quand son leader doit à tout prix assister à un mariage le week-end d'une lan ? Appeler un banni à la place. C'est en tout cas le choix de Cloud9 en cet automne 2015. Les RGN Pro Series Championships réunissent la crème de la scène américaine, ainsi que les Polonais de CSGOLOUNGE venus on ne sait trop pourquoi disputer cette compétition, mais sgares n'est donc pas disponible pour prendre part au tournoi. Qu'à cela ne tienne, C9 sort de sa manche swag, exclu de quasiment tout le circuit international depuis son implication dans l'affaire des matchs truqués chez iBUYPOWER.

Ce n'est pas vraiment un atout qui vient de nulle part pour n0thing et ses coéquipiers, puis Cloud9 a officiellement recruté swag trois mois plus tôt en tant qu'analyste. Mais pour beaucoup, ce mouvement vise juste à s'assurer la présence du jeune espoir américain au sein de l'organisation en attendant le jour de son débannissement.

Avant les RGN Pro Series, l'équipe toutefois est bien contente d'avoir un swag tout chaud pour prendre la place de sgares le temps d'un week-end. Les RGN l'autorisent à participer et la sauce monte avant l'événement. Le manager stunna évoque le possible "dernier tournoi pour swag" s'il venait à rester banni. Et qui voudrait rater l'ultime apparition du prodige américain, longtemps considéré quasiment à lui seul comme l'avenir de son pays ?

Ses plus grands fans vont en tout cas pouvoir se délecter de son talent le temps d'un week-end. 21-3 contre compLexity, 23-7 contre Method, 15-9 contre Nexus Storm, swag n'a pas vraiment de temps à perdre en poule contre des adversaires bien plus faibles. Les choses se compliquent dans l'arbre mais C9 tient bon contre les Games Academy de TACO et fnx, les Australiens de Renegades et les rivaux nationaux de Team Liquid, 2-1 à chaque fois. Skadoodle prend le relais niveau carry et poursuivra son œuvre en grande finale contre des Renegades revanchards mais à nouveau impuissants.

Cloud9 l'emporte sans sgares mais avec swag. Quatre ans plus tard, il s'agit toujours de la dernière lan d'une telle envergure remportée par ce dernier. Si DreamHack, ESL et de nombreux autres organisateurs l'ont laissé revenir dans leurs tournois, Valve n'a toujours pas changé d'avis. Et la carrière de swag, quasiment terminée alors qu'elle venait de décoller, semble désormais éternellement liée aux termes "énorme gâchis".


Dans l'ombre sur la photo des vainqueurs, swag le sera aussi pour la suite de sa carrière #paietamétaphore

 

Septembre 2016 – NiP et Maikelele, je t'aime moi non plus

Tournoi : StarLadder i-League S2
Stand-in : Maikelele remplace pyth

Ninjas in Pyjamas et Maikelele, c'est une relation teintée de mystères et de regrets. Sixième joueur à porter le maillot NiP sur CS:GO après l'éviction de Fifflaren, premier à avoir l'honneur de remplacer un membre du cinq historique, Maikelele disputera seulement quatre lans avec cette équipe suite à son arrivée fin 2014. Pour un bilan très positif : un titre à l'Assembly Winter, et deux médailles d'argent au Major de la DH Winter et aux X-Games ! Plutôt solide en seulement trois mois, d'autant que les statistiques individuelles du sniper se révèlent bonnes.

Ambianceur à la DH Winter 2014

Mais voilà, ça ne va pas coller. Problème d'attitude, d'entente entre les joueurs, le flou va régner sur cette affaire, une seule certitude émergeant pour finir : l'aventure de Maikelele chez NiP s'arrêtera rapidement. Les Suédois disputeront le reste de l'année 2015 avec le Finlandais allu, puis recruteront en 2016 leur compatriote pyth. Pendant ce temps, Maikelele créera la nouvelle mouture internationale Kinguin, ensuite recrutée par G2 puis FaZe. Avant d'en être écarté courant 2016.

Or, durant l'été de cette même année, pyth se blesse à la main et doit rester au repos de longues semaines. NiP se tourne d'abord vers le jeune disco doplan pour dépanner, mais celui-ci ne peut pas être présent en permanence étant donné qu'il joue toujours chez Epsilon en parallèle. Avec la rentrée chargée de septembre en approche, les ninjas doivent trouver un joueur complètement libre pour servir de cinquième temporaire... Maikelele, ça se tente à nouveau ?

Bien sûr que ça se tente, et même plus que ça. Le quatuor NiP le connaît déjà, les présentations ne sont plus à faire. Ce cinq au succès éphémère va rapidement retrouver ses automatismes et le chemin de la victoire. Pour sa première sortie, à la StarLadder i-League S2, le résultat va être sans appel : il ne perdra pas un match. HellRaisers et GODSENT ne peuvent pas lutter en poules. Astralis craque, comme à la grande époque, en quart de finale malgré un score porté à 16-6 / 11-4 à sa faveur. Cloud9 est tranquillement effacée en demi-finale, G2 ne remporte pas une carte en finale. Quand Maikelele est avec NiP, ça performe souvent. GeT_RiGhT ne tarit pas d'éloges sur le "nouvel homme" qu'est devenu l'ancien FaZe. Et si tout ce beau monde retentait de collaborer sur le long terme ?

Cela semblait tentant, voire même logique, mais la structure et les joueurs resteront fidèles à pyth. Maikelele disputera dans la foulée deux autres tournois avec NiP, sans renouer toutefois avec la victoire (élimination précoce à l'EPICENTER, top 3/4 aux Finales ESL Pro League S4). Ensuite, pyth reprendra sa place. Et les ninjas illumineront leur fin d'année en triomphant aux IEM Oakland. Maikelele, lui, retournera poursuivre son parcours dans les méandres des scènes suédoise et européenne. Loin de cette parenthèse victorieuse et de cette histoire si étrange qu'il entretient avec Ninjas in Pyjamas.


Célébration un peu plus sobre à la StarLadder

 

Mai 2018 – FaZe Clan, expert en stand-in, épisode 1 : Xizt à la rescousse

Tournoi : IEM Sydney
Stand-in : Xizt remplace olofmeister

FaZe aurait sans doute préféré que cela soit un poisson d'avril, mais il n'en fut rien. Le 1er avril 2018, olofmeister annonce son retrait passager de la line-up active pour cause de problèmes personnels. Sa mise à l'écart d'une durée indéterminée oblige l'équipe à faire appel à un stand-in sur du moyen terme. Écarté de chez NiP peu de temps auparavant, Xizt vient combler le quota suédois de FaZe et occuper cette position moyennement confortable.

Dans un tel contexte, difficile d'afficher de fortes ambitions, même si FaZe demeure toujours une équipe comptant dans ses rangs de gros calibres comme NiKo, rain ou GuardiaN. Si la DH Masters Marseille ne réussira ainsi pas vraiment à la formation avec une élimination sèche dès les quarts de finale contre Astralis, les IEM Sydney, deux semaines plus tard, vont en revanche changer la donne.

Pourtant au bord de la faillite dès la phase de poules après une défaite contre Renegades et un désavantage de 0-1 face à Grayhound en loser bracket, FaZe va se rappeler que perdre contre des Australiens sur Counter-Strike, c'est quand même pas folichon, et passer la seconde. Grayhound est finalement écartée, puis Cloud9 balayée durant le match décisif d'accession aux play-offs.

Xizt fait le job sans particulièrement briller, mais cela suffit. Le style de lead assez libre de karrigan facilite l'intégration de ce nouveau venu tout en laissant à NiKo et GuardiaN suffisamment d'espace pour leur talent. fnatic doit s'incliner 2-0 en quart, les surprenants Chinois de TYLOO piquent une carte en demie avant de devoir céder sur la dernière. Voilà FaZe en finale des IEM Sydney avec un stand-in, mais le plus gros défi reste à relever : Astralis est en face, et il va falloir battre les Danois en Bo5 pour conclure de la plus belle manière cette parenthèse xiztienne.

Ce colossal pari sera relevé avec brio. 3-0. FaZe a vraiment réalisé un match d'exception ? Astralis a complètement déjoué ? Ni l'un ni l'autre. Jamais un score final n'aura aussi peu reflété la physionomie d'une rencontre. FaZe l'emporte 19-17 / 22-20 / 16-14, au cours de trois cartes qui auraient facilement toutes pu basculer dans l'autre sens. Pour la première fois sur CS:GO, Xizt soulève une coupe avec un autre maillot que celui des Ninjas in Pyjamas. Et FaZe affirme ainsi un peu plus son statut de meilleure équipe internationale jamais créée sur Counter-Strike, capable de gagner avec à peu près n'importe qui.


Le plateau du vainqueur soulevé par Xizt, comme un symbole

 

Juin 2018 – FaZe Clan, expert en stand-in, épisode 2 : cromen prend le relais

Tournoi : ESL One Belo Horizonte
Stand-in : cromen remplace olofmeister

Les semaines passent du côté de FaZe, olofmeister annonce qu'il revient, en fait non, mais Xizt a été recruté définitivement par fnatic entre temps, il faut donc trouver un nouveau stand-in. Cette fois, karrigan & Co jettent leur dévolu sur cromen, un Norvégien de 23 ans passé par dignitas ou Heroic, sans réelles références au très haut niveau. Au pire, un ou deux tournois seront sacrifiés, olofmeister fera son retour définitif, et tout pourra repartir comme avant.

Sauf que la sélection de cromen ne sera pas du tout un mauvais mouvement. Le bougre est loin d'être à la traîne au niveau individuel. Certes, Astralis s'avère meilleure aux finales ECS S5, mais l'ESL One Belo Horizonte qui suit paraît plus ouvert. FaZe se débarrasse tranquillement de Ghost et Space Soldiers en poules avec un cromen appliqué, et débarque en confiance dans le dernier carré.

Le duel face à Team Liquid semble serré sur le papier, mais il ne l'est pas tant que ça en réalité. Les Américains remportent péniblement Dust2 16-14, tandis que FaZe déroule sur Nuke, 16-3, et sur Mirage, 16-7. Un nouveau Bo5 attend la formation en grande finale. Un match aux allures de miroir : en face, mousesports est la seconde équipe cosmopolite sérieuse de la scène, et pour cet ESL One, elle a également un stand-in ! oskar n'a pas pu venir en raison, lui aussi, de problèmes personnels, et a été remplacé par n0thing le temps de la compétition.

C'est donc un match complètement unique que les deux vont disputer, et les coups vont pleuvoir. FaZe frappe en premier, 16-6 sur Inferno, mouz réplique d'une gauche sur Cache, 16-14, d'une droite sur Train, 16-12. Dans les cordes, FaZe va sortir sa meilleure Mirage pour rester en vie, 16-9. NiKo se chargera de conclure sur Dust2, 30 frags finaux pour un 16-10 synonyme de triomphe. cromen termine à 87 frags, n0thing à 63. Dans la bataille entre stand-in, il n'y eut guère de suspense.

FaZe remporte ainsi son second trophée en deux mois avec, à chaque fois, un cinquième joueur différent ! Un petit exploit qui valorise superbement le lead de karrigan et la capacité d'adaptation de ses coéquipiers. Et qui prouve qu'avec quatre joueurs maîtrisant leur art, la greffe d'un cinquième n'est parfois pas si compliquée que cela. olofmeister reviendra finalement un peu moins d'un mois plus tard, pour de bon cette fois. Et FaZe... ratera presque tout le reste de sa saison, ne sauvant l'honneur qu'à l'EPICENTER en octobre avant d'évincer karrigan fin décembre.


Un mois plus tard, rebelote, avec cette fois-ci cromen à l'honneur

 

Juillet 2018 – North tente de s'internationaliser

Tournoi : DreamHack Valencia
Stand-in : mixwell remplace mertz

Comment réveiller une équipe qui dort, qui peine à atteindre ses objectifs, à se hisser parmi les meilleures ? C'est la question que se pose North en 2018. Et la solution trouvée par le management, c'est de passer à l'international. Fini le monopole danois, la line-up peut désormais accueillir des joueurs de toutes les nationalités. Le premier test grandeur nature a lieu à la DH Valencia, en juillet : le sniper mertz passe sur le banc, l'Espagnol mixwell le remplace. Libre depuis l'échec de son passage chez G2, il jouera chez North en test lors de cette DreamHack qui a lieu dans son pays. Si le courant passe, pourquoi ne pas penser au long terme ?

Cette expérimentation inédite aurait pu prendre fin dès les poules. North bat les Portugais de Giants mais s'incline ensuite contre ses compatriotes d'Heroic. Le match décisif face à AGO se révèle tendu, accroché. Les Danois s'en sortent finalement de justesse, 16-14 / 6-16 / 16-12. L'intégration de mixwell semble toutefois au point, malgré une préparation proche du néant avec lui. L'ancien OpTic a terminé top fragger de la rencontre face à AGO et occupe parfaitement la place d'AWP qui lui est réservée.

Déjà assurée d'un top 4 final, l'équipe hispano-danoise ne va pas pour autant se laisser aller en play-offs, au contraire. Dans le sillage d'un grand valde, Fragsters passe à la trappe 2-0 et voilà North en finale, poussée par tout le public ravi d'avoir un représentant local à supporter jusqu'au bout. Contre les Brésiliens de Luminosity, valde va de nouveau faire le spectacle, assurant encore une fois un succès net et sans bavure, 2-0. North remporte cette DH Valencia et le test de mixwell apparaît comme une vraie réussite.

Il n'y aura pourtant pas de suite. Début août, North annonce le recrutement du Danois niko en tant que cinquième soldat. Le stand-in de mixwell n'aura bien été qu'un stand-in. L'international attendra, pour les deux parties : North est toujours restée cantonnée à du 100 % danois depuis, mixwell passera une année chez les Espagnols de Movistar avant de retenter l'étranger, cette fois-ci chez Cloud9, sans succès. Ne restera donc de cet essai pourtant réussi qu'une seule médaille d'or.


Un Espagnol au sommet chez lui !

 

Décembre 2019 – mousesports, un stand-in... et un coach !

Tournoi : cs_summit #5
Stand-in : NaToSaphiX remplace woxic

woxic a beau être un excellent joueur, il ne peut rien faire contre les problèmes de visa. Depuis qu'il est professionnel, le Turc se retrouve régulièrement confronté à des entrées retardées sur le territoire américain et à l'impossibilité d'y jouer certains tournois. Pour le cs_summit #5, dosputé à Los Angeles, c'est encore le cas, et mousesports doit donc faire appel à un remplaçant de dernière minute. Elle choisit NaToSaphiX, un sniper danois prometteur qui peine cependant à trouver chaussure à son pied en termes de collectif, et s'avère donc disponible pour dépanner la line-up européenne.

Habitué de cette situation depuis l'aventure printanière de FaZe l'année précédente, karrigan s'adapte rapidement et va à l'essentiel. Pas le temps de travailler sept maps, ou ne serait-ce que six ou cinq, mouz se concentre sur les basiques. Sur ses 10 cartes jouées durant la phase de poule en round-robin, elle se retrouve quatre fois sur Mirage, quatre fois sur Vertigo et deux fois sur Dust2 ! Un map pool restreint qui permet au cinq de ne pas s'éparpiller. La stratégie porte ses fruits et mouz finit deuxième du classement à la fin des dix maps jouées, seulement devancée par G2.

En demi-finale, elle profite d'une toute jeune équipe d'OG en rodage pour gratter Inferno, 16-5, puis conclure sur Dust2, 16-12, après avoir initialement perdu Mirage sur le même score. Derrière les deux brutes frozen et ropz, NaToSaphiX gère très bien le fusil vert pour ne pas faire tâche dans cette composition. Même si le cs_summit se veut un événement fun et relax où les casters passent plus de temps à raconter leur vie qu'à parler des matchs, une grande finale est toujours bonne à prendre pour la confiance, surtout avec un stand-in. Mais cette dernière marche contre G2, qui a détruit mouz 16-2 sur Vertigo, 16-3 sur Dust2 lors de la première phase, semble un peu trop haute.


Tentative d'invocation au soleil pour que la chance soit avec mouz

La finale commence toutefois sur Mirage, la map la plus jouée par ce cinq mouz lors de l'événement. Le combat y est beaucoup plus rude. Mouz atteint les 15 en tête, mais G2 sauve deux rounds de map et réclame l'overtime. Peine perdue, les Franco-Serbes doivent s'y incliner 17-19. mousesports prend la tête de la finale ! Avant de perdre son leader.

Comme si jouer avec un stand-in ne suffisait pas, karrigan doit en effet filer en vitesse à l'aéroport pour régler, lui aussi, un problème de visa concernant l'EPICENTER russe de la semaine suivante. Impossible de jouer à quatre, mouz va donc faire appel à son coach Rejin pour terminer la finale. 40 % de la line-up n'est donc pas celle habituelle, en grande finale d'un tournoi à 150 000 $. Pas banal.

Évidemment, G2 va en profiter. 16-1 sur Vertigo, encore plus sévère qu'en poule, et voilà les deux adversaires à un partout. La troisième map, Train, semble déjà jouée d'avance tant mouz paraît désormais trop affaiblie. G2 s'envole rapidement et mène 8-1 quand son opposant tente le tout pour le tout. Un jeu plus rapide, plus libre, du double AWP en attaque, on va jouer les duels et on fait les comptes à la fin. mouz grappille ainsi quatre autres rounds et vire à 5-10 à la mi-match. Un écart certes important, mais une défense solide sur Train pourrait remonter tout ça. Avec un peu de chance. Et d'exploits individuels.

Comme une éco quasi sèche rentrée à 6-12, grâce à un désamorçage fini à 0,4 seconde de l'explosion. Ou un Rejin qui y va de son triple kill à 8-12. Et des chrisJ ou ropz capables de double et triple kill sur leurs positions. Assez incroyablement, mousesports tient et remonte à 13-13 contre des G2 à court de solutions. Un 2vs3 de ropz et NaToSaphiX en retake donne le draw à leur équipe et confirme qu'une présence divine accompagne mouz pendant cette grande finale. G2 pourra sauver un round de match mais pas deux et mouz remportera ainsi Train, la grande finale et le cs_summit #5 avec un stand-in, et un coach en bonus pour la fin !


Quand t'es coach et que tu gagnes un tournoi en débarquant sur le serveur, souris et clavier entre les mains

 

Bonus – Hiko et s1mple, un stand-in pour une histoire restée dans les mémoires

Tournoi : ESWC 2015 / ESL One Cologne 2016
Stand-in : Hiko remplace WorldEdit / s1mple remplace adreN

Problèmes de visa et Amérique du Nord, citez un duo plus emblématique.

Réponse : Hiko et s1mple. Un duo créé grâce aux problèmes de visa. Quelle histoire.

ESWC 2015, Montréal, le sniper russe WorldEdit voit sa demande de visa être refusée par les autorités canadiennes. Son équipe FlipSid3 se retrouve dans la panade puisqu'il est bien trop tard pour appeler en renfort un autre joueur russophone. Il faut donc composer avec quelqu'un qui serait déjà sur place et ne jouerait pas la compétition avec sa propre formation. La structure, par le biais de sa manager, trouve ainsi un accord avec Hiko, ancien meilleur joueur américain, pilier de compLexity puis Cloud9, qui s'est depuis enlisé dans le subtop américain, chez Nihilum, mais affiche encore quelques beaux restes.

Deux jours avant les premières rencontres, Hiko se retrouve ainsi embarqué dans ce projet de dernière minute et s'envole pour Montréal, histoire de se retrouver au milieu d'un quatuor russe avec lequel il n'a jamais joué. Le leader B1ad3 se met donc à parler mi-russe mi-anglais, le coach Johnta traduit en direct les informations données en russe, markeloff, qui possède le meilleur anglais du groupe, devient le binôme attitré d'Hiko sur les sides de défense. "Les sides CT sont un peu compliqués parce que je ne sais pas ce qu'il se passe et qu'ils ne comprennent pas ce que je raconte !", s'amuse Hiko.


Hiko en terres inconnues aux côtés de markeloff

Et au milieu de tout ça, s1mple. Un gamin de 17 ans dont le talent n'a d'égal que la toxicité sur le serveur. L'Ukrainien bénéficie déjà d'une grande aura tant son skill semble immense, mais son incapacité à s'entendre avec ses coéquipiers et à travailler en équipe le poursuit également. Comment la cohabitation avec Hiko va-t-elle se passer ?

Eh bien, sans problème. Les deux ne se comprennent qu'à moitié, mais l'entente est bonne. Et FlipSid3 va en profiter pour réaliser un tournoi plus qu'honorable. Les poules sont passées grâce à des victoires contre les Brésiliens de Keyd Stars et les Canadiens de Boreal. En quart de finale, des NiP confiants s'emparent facilement de la première carte, 16-1, mais F3 a du répondant et gagne les deux autres, 16-10 / 16-12. L'aventure s'arrêtera en demi-finale contre des Na'Vi bien trop forts, mais tout de même : ce top 3/4 était encore inespéré quelques jours plus tôt au vu des circonstances.

Hiko et s1mple ont donc fait connaissance. Leurs chemins se séparent au soir de la demi-finale. Ils ont cependant pris rendez-vous pour l'avenir, même s'ils ne le savent pas encore.

Un mois plus tard, Hiko relancera complètement sa carrière chez Team Liquid. Dans cette nouvelle organisation, les changements seront légion durant un moment afin de trouver l'alchimie adéquate. Et quand l'Amérique semble à court de ressources, Hiko repense à cet Ukrainien un peu fou avec qui il avait joué à l'ESWC. s1mple a quitté FlipSid3. Il est libre. Il va réfléchir, un peu, à la proposition d'Hiko de venir le rejoindre. Et finalement dire oui. Le voilà parti aux États-Unis pour jouer chez Team Liquid. Malgré sa réputation toujours plus grise que rose. Et sa maîtrise approximative de l'anglais.


Bien qu'improbable, l'union de ces deux-là va se révéler incroyable, tant sur le serveur qu'en dehors

Les débuts ne seront pas faciles. L'entente entre s1mple et adreN, leader de l'équipe, est loin d'être idyllique. Mais l'Ukrainien est tellement fort qu'il fait tout de même avancer la barque Liquid. Le duo s1mple/Hiko devient la nouvelle bromance de la scène. Il marque de son empreinte le Major de la MLG Colombus, disputé en terres américaines en mars 2016, entre les clutchs de l'un et la folie de l'autre. Team Liquid se hisse jusqu'en demi-finale où elle disputera l'un des matchs les plus célèbres de l'histoire de CS:GO, encaissant un double comeback complètement insensé contre Luminosity et laissant filer au total 15 rounds de maps pour s'incliner 0-2, 15-19 / 16-19  !

L'histoire était déjà belle, les événements suivants ne feront que la rendre encore plus mythique. s1mple repart chez lui peu après le Major, mais il n'a toujours pas d'équipe. Team Liquid peine à retrouver son niveau de jeu sans lui. Les deux s'accordent alors pour un dernier coup ensemble, durant l'été. Cette fois, contrairement à un an auparavant, c'est s1mple qui jouera le stand-in le temps de deux tournois, prenant la place d'adreN dont le contrat n'a pas été renouvelé.

Les Finales ECS S1 ne déboucheront sur rien. Mais l'ESL One Cologne, second Major de l'année, sera incroyable. Liquid se transcende et va faire encore mieux que six mois plus tôt. En battant Na'Vi puis fnatic en play-offs, elle devient la première équipe nord-américaine à atteindre la finale d'un Major. SK y sera largement au-dessus, privant ce récit d'une parfaite happy end, mais le duo s1mple – Hiko a, même sans cette victoire finale, marqué son temps et la communauté. "Je le vois un peu comme mon petit frère sur la scène", disait encore Hiko en 2019.

Et dire que tout ça est parti d'une histoire de stand-in...


Oscar 2016 du meilleur scénario

 

Crédits photos : HLTV, ESL, DreamHack, BeyondTheSummit, DRAFT5

Merci à Elnum pour la bannière !

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles