Brèves

WebTV

Actualité de la scène

Compétitions



Souvenirs soviétiques de Cache

12234 20

La nouvelle version de Cache sera dévoilée tout à l'heure, à l'occasion du showmatch de l'ESL One New York. Avant de découvrir le travail effectué par FMPONE et l'environnement graphique inédit qu'il a imaginé, rendons un dernier hommage à ce qu'était, jusqu'alors, Cache. Une ancienne carte de CS:Source arrivée sur Global Offensive en 2012, jouée (seulement) deux fois en finale de Major, à Cologne 2014 (fnatic 16 - 8 NiP) et Katowice 2015 (NiP 16 - 10 fnatic).

Une map basée près de Prypiat, en Ukraine, et donc de Tchernobyl et de sa tristement célèbre centrale nucléaire. Une ville devenue fantôme, comme le dit si bien le Capitaine MacMillan, où faucilles et marteaux continuent de s'afficher fièrement sur les devantures et où l'alphabet cyrillique fait sa loi. Un endroit plein de souvenirs pour les joueurs de CS:GO, entre aces réputés, snipers qui tombent du ciel et clutchs de gloires passées.

Ceux qui ont dominé ont inscrit ici leur trace au pistolet

Évidemment, Cache a connu des tonnes d'aces au pistol round au fil des années, et certains des meilleurs joueurs du monde, à leur apogée, y sont allés du leur. Le plus emblématique est peut-être celui de dennis, inscrit face à G2 aux finales ESL Pro League S3, quand le Suédois était alors considéré comme un monstre lors de ces premiers rounds. SmithZz se fait décapiter en plein saut et le reste de ses coéquipiers ne peut que subir la loi de dennis.

shox répondra indirectement quelques semaines plus tard en y allant également de son full team lors de la première saison de l'ELEAGUE, contre les Américains de Selfess, au moment où il affichait sa meilleure forme individuelle depuis 2013 :

On pourrait également citer, évidemment, les deux chefs d'oeuvre de NiKo, qui humilia Titan au Deagle en 2015 sur le BP A, lors d'une rencontre en ligne, puis remit la même un an plus tard, cette fois-ci en lan contre mouz, sur le BP B, contre sa future équipe de FaZe. Et puis n'oublions pas olofmeister, futur n°1 mondial en 2015, qui avait donné un avant-goût de son talent en octobre 2014 face à HellRaisers en collant un ace éclair sans recharger une seule fois son Glock puis son P2000 ramassé.

 

Les 1vs5, y a que ça de vrai

L'ace de NiKo contre Titan était un 1vs5, et d'autres ont réussi à inscrire ces clutchs extrêmes sur Cache, en lan s'il vous plaît. Le plus fameux est rain, contre EnVyUs lors de la DH Cluj-Napoca, avec une maîtrise insolente et irréprochable. Mais il y eut aussi Skadoodle face à Immortals lors du Minor américain pour le PGL Major, Troubley contre mouz à la qualification pour l'ESL One Katowice 2015, jdm64 vs EnVyUs à l'ELEAGUE Major 2017, qui entraînera la "FUCK YEAH JOSH !" d'Hiko et le début d'une folle remontée, et quelques autres encore.

Mais pour la gloire du subtop français, mettons ici en avant celui de liptoNNN, qui avait vaincu Team-LDLC à lui seul lors des finales du premier Championnat national, en 2016.

 

shox et ScreaM, back in 2013

L'une des actions les plus marquantes de l'époque tant tout est représentatif du passé : VeryGames vs NiP, ScreaM qui enchaîne les headshots à une vitesse folle, shox qui prend ensuite le relais et clutch pour conclure le round, et le duo qui confirme sa réputation dévastatrice. Le haut niveau il y a six ans, c'était ça.

 

L'improbable duo s1mple - Hiko

La bromance de 2016 avait tout de l'improbabilité, elle emmena pourtant Team Liquid en demi-finale puis en finale d'un Major. Ancien meilleur joueur de son pays, Hiko contacte s1mple pour le faire venir chez Liquid après avoir fait sa connaissance chez FlipSid3 à l'occasion de l'ESWC 2015, quand l'Américain avait dépanné l'équipe de l'est, à la recherche d'un last de dernière minute.

Leur premier Major joué ensemble, la MLG Colombus, va rappeler Hiko à son glorieux passé. Demi-finale contre Luminosity, il rentre un 1vs4 et fait chavirer le public.

Outsider total, Liquid passera tout près de la grande finale en perdant cette demie 15-19 / 16-19, gâchant au total 15 rounds de map. Elle se vengera quatre mois plus tard à l'occasion du second, et dernier Major disputé par le duo s1mple - Hiko. Cette fois-ci c'est l'Ukrainien qui entrera dans l'histoire grâce à un autre clutch inscrit face à fnatic, un 1vs2, sans doute bien plus connu.

Cette chute libre depuis la hauteur B suivie d'un double noscope lui vaudra un graffiti, qu'il se fera ensuite lui-même tatouer sur le bras. Petite anecdote, le stream officiel, lors de l'action, ne montrait pas la vue de s1mple mais celle des deux terroristes. Il fallut attendre le replay pour se rendre compte que le sniper avait rentré un double noscope, ce qui inspira le fameux "He had one button on his mouse ! There was no zoom !" de James Bardolph.

 

Les murs ne sont pas un problème pour les Français

Les wallbangs, c'est toujours marrant à rentrer et impressionnant à voir. Et sur Cache, les Français en connaissaient en rayon. bodyy est devenu célèbre pour son fameux "1:49", un tir de sniper complètement irréaliste qui traverse toute le map et deux murs différents pour détruire les CT sortant du connector. Ça méritait bien le plus beau des "DÉGUEULASSE" de Zuper.

kennyS se défendait aussi pas mal dans le domaine avec cette brochette contre NRG, sans voir aucun des deux joueurs, ce headshot des enfers pour envoyer karrigan au prochain round, ou celui-là pour faire redescendre jkaem sur terre. Un dernier pour conclure : celui qu'a subi somebody, un tir, un headshot, un mort, pas d'hésitation. Propre.

Pour conclure avec ces wallbangs, mention spéciale à l'Américain Nifty et à son round d'anthologie face à TYLOO, trois tirs, trois wallbangs, dont au moins un qui n'aurait sûrement pas dû exister et dont pas grand-monde ne soupçonnait l'existence.

 

Et shroud se fit une réputation

Ce n'est pas la seule, mais cette action participa grandement à construire la réputation de shroud comme futur star de la scène nord-américaine. Ce qu'il ne sera jamais réellement, mais c'est un autre débat. Finales CEVO S5, grande finale, dernière map, C9 est menée 14-15 et entame le trentième round quasiment sans argent. Boostée sur la pyramide, shroud va sortir un triple kill salvateur au CZ-75 pour sauver les siens et arracher l'OT. C9 y perdra, mais qu'importe, l'action et son contexte, avec le public qui crie juste derrière et n0thing qui se lève pour embrasser shroud, sont devenus iconiques outre-Atlantique.

 

Le plus talentueux des ninjas

C'était un streamer comme les autres, mais MaStA_BzH a eu droit à son quart d'heure de gloire grâce à une action ninja sortie d'ailleurs mêlant ennemis aveugles, timings de l'infini et clutch final. Un round unique qui méritait bien d'être partagé sur la toile.

 

Le moins dégourdi des managers

Et un fail incroyable pour finir. Finale de l'ESL Wintermeisterschaft 2015, une compétition allemande (on s'en serait douté). PENTA vs KILLERFISH en grande finale, la première mène 15-9 sur la map décisive et kRYSTAL parvient à remporter un dernier 1vs1 pour conclure le match. Du moins, pense-t-on. Parce qu'il doit encore désamorcer la bombe. Et s'il commence à le faire, son manager, euphorique après la victoire, lui saute dessus et lui arrache le bras du clavier. Le désamorçage est lâché, la bombe explose. Tout est à refaire.

Heureusement, PENTA concluera une seconde fois dès le round suivant, évitant une remontée qui aurait été mythique et transformant ce fail en anecdote rigolote. Mais le manager a cette fois dû se faire tout petit lors de l'explosion de joie finale !

 

Évidemment, plein d'autres actions auraient pu intégrer cette rétrospective, mais voilà déjà une petite sélection subjective de moments qui auront marqué l'histoire de cette version de Cache. Nul doute que la prochaine apportera également son lot d'instants épiques.

Et vous, quels souvenirs garderez-vous de cette Cache version soviétique ?

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles