Brèves

WebTV

Actualité de la scène

Compétitions



Qu'est-ce que VaKarM ?

7302 43

"Et ça rapporte VaKarM ? Vous êtes combien à y bosser ? Non mais le président, il est payé quand même ?" Ces questions, il nous est arrivé de les entendre en lan, lors de coverages, sur les forums, sur Twitter... Et il est vrai qu'en dehors de trois paragraphes (qui n'ont pas bougé depuis de longues années) écrits sur la page Staff du site, il est compliqué de savoir ce qu'est VaKarM en dehors d'un site sur Counter-Strike. Alors, si cela vous intéresse, voilà quelques lignes supplémentaires sur le site, l'association, le staff, bref, VaKarM.net.

La petite histoire de VaKarM

À la base, VaKarM n'est pas du tout un site d'actualité, ni même un acteur de Counter-Strike. Le tag "VaKarM" a été créé en 2002 par un dénommé Warbird, qui s'en servait pour son clan sur le jeu Soldiers of Fortune 2. Plus d'un an après, en décembre 2003, le nom de domaine VaKarM.net est déposé. Peu à peu, le clan va se développer et passer sur d'autres jeux, dont Counter-Strike: Source. Sachez par exemple que Ryu7z ou Celen, future championne du monde sur CS:GO, ont porté le tag VaKarM en lan, vers 2004-2005.

L'ancien logo de VaKarM, changé en octobre 2007

À l'été 2005, une nouvelle version du site voit le jour, la V1, créée par PouaZz, futur président de l'association. Un premier module permettant la création d'articles est ajouté, mais VaKarM reste toujours une multigaming et continue de soutenir des équipes sur plusieurs jeux.

Ce n'est qu'en 2006, lorsque sort la V2 du site, que PouaZz et stark, recruté entre temps, vont commencer à se tourner vers l'actualité, avec pour objectif de concurrencer des sites comme aAa et de donner un lieu dédié à CS:S, jusqu'alors dans l'ombre du grand frère qu'était CS 1.6. Le premier coverage de tournoi sur place est réalisé en janvier 2007, à la Starlan, et en août 2007, VaKarM ferme toutes ses sections d'équipes pour devenir officiellement un site de news, focalisé sur un jeu : Counter-Strike: Source.

Et voilà, c'était parti. La V3 du site sort en janvier 2008, les premiers VaKarM Awards sont lancés en janvier 2009. Une association loi 1901, au nom du site, se crée en juin 2009, entraînant la constitution du premier bureau composé de membres du staff avec à l'époque PouaZz, stark, L4p et Kiwi. VaKarM s'en va hors des frontières françaises pour la première fois en octobre 2010 afin de couvrir la DSRack #3, au Danemark. La webtv sera inaugurée en novembre 2011, avant de fermer ses portes quatre ans plus tard, fin 2015. Et la V4, version actuelle du site, sera inaugurée en septembre 2012. Des tonnes de projets ont été imaginés durant ce laps de temps, certains parfaitement menés, d'autres morts-nés, quelques-uns qui laisseront des regrets aux personnes impliquées. Tous ont, à plus ou moins grande échelle, façonné le site et son staff.

Aujourd'hui, en quelques chiffres, VaKarM c'est environ 10 000 visiteurs par jour, une trentaine de personnes dans le staff, aux alentours de 800 articles (plus ou moins longs) publiés chaque année, plus de 200 vidéos uploadées sur la chaîne YouTube tous les ans, à peu près 3 500 matchs affichés et remplis à la main dans le scoreboard sur une année. C'est aussi plus de 45 000 membres inscrits (dont un certain petit paquet bannis), qui laissent tous les ans la bagatelle d'environ 50 000 commentaires sur le site, et plus de 18 000 membres dans le hub FACEIT de la VaKarM League by Avast.

Voilà pour l'histoire, dans les très grandes lignes, de ce site et surtout de ce nom, VaKarM.

L'association et le staff

VaKarM.net est donc une association loi 1901 depuis 2009, avec statuts officiels déposés en préfecture et tout le tintouin. L'association est un bon moyen d'officialiser un regroupement de personnes ayant un but commun, sans pour autant qu'il y ait un objectif lucratif derrière. Ce qui est le cas ici, puisque VaKarM n'existe pas pour gagner de l'argent. Le site n'est pas une entreprise et sa raison d'être n'est pas de générer du profit. Il s'agit plutôt de promouvoir le jeu vidéo, l'esport, Counter-Strike, tout ça à la fois, sans qu'une ambition pécuniaire ne chapeaute le tout. Le statut d'association permet également de bénéficier d'un régime fiscal avantageux (puisque VaKarM, même si ce n'est pas une entreprise, a tout de même besoin d'argent pour fonctionner, nous y reviendrons plus tard), ce qui est un point à ne pas négliger.

Serious business, l'administratif ça rigole pas vraiment

VaKarM ne possède pas de local ou d'entité physique, cela n'aurait pas réellement d'utilité actuellement. Le fonctionnement interne est régi par un bureau regroupant quatre ou cinq personnes : le président, le vice-président, le secrétaire et le trésorier. Cela permet de gérer un peu plus concrètement le fonctionnement du site et du staff, même si rien n'oblige une association à posséder un bureau complet. En revanche, il faut qu'une personne soit désignée comme responsable morale vis-à-vis de la loi. Dans notre cas, c'est le président qui tient ce rôle. Auparavant, VaKarM possédait également un conseil d'administration, composé d'une douzaine de personnes qui aidaient à la prise de décision. Son existence était officiellement précisée dans les statuts de l'association, mais il a finalement été supprimé en raison d'une utilité qui s'est révélée relative au fil des années.

Enfin, le fonctionnement interne est aussi basé, à peu près une fois par semestre, sur les AG, assemblées générales, qui sont l'occasion de discuter du fonctionnement du site, des projets en cours, des choses à améliorer, etc. À cette occasion, tous les membres du staff sont présents : les rédacteurs qui écrivent les articles ; les traducteurs qui traduisent les interviews, les déclarations des joueurs, et tout ce qui a besoin d'être transcrit dans une autre langue ; les graphistes qui s'occupent des bannières, des images sur les réseaux sociaux, et de tout ce qui est visuel ; les développeurs qui s'assurent que le site ne se casse pas et avancent sur la V5, prochaine version ; les moviemakers qui se chargent du montage des vidéos et de la réalisation des fragmovies ; les modérateurs qui veillent au bon fonctionnement du forum et des commentaires ; les admins de la League qui gèrent les joueurs de la VaKarM League by Avast et leurs petits problèmes ; le responsable sponsoring, en charge des relations avec les sponsors. Et oui, il faut autant de compétences et de personnes différentes pour faire tourner VaKarM.

Le statut de bénévole

Tous les membres du staff de VaKarM sont bénévoles. Depuis le président jusqu'au dernier recruté il y a quelques semaines, tout le monde est sur le même pied d'égalité là-dessus. Personne ne gagne d'argent, que ce soit sous la forme d'un salaire ou d'une rémunération ponctuelle. Jamais aucun membre du staff VaKarM n'a été payé pour collaborer au fonctionnement du site. Tout ce qui est réalisé est fait de manière bénévole, sur le temps libre et au bon vouloir de chacun. Tout le monde a en parallèle un "vrai" travail, des études, bref, une vie étudiante et/ou professionnelle.

Cela n'a jamais changé depuis les débuts du site. Et pour l'instant, ça marche toujours. Si l'argent est un moteur dans le monde du travail parce qu'il permet de contrebalancer une activité pas toujours choisie ou intéressante, il devient secondaire lorsqu'il touche une passion. VaKarM s'est toujours fondé sur le bénévolat parce que toutes les personnes impliquées sont avant tout volontaires, veulent s'impliquer dans un projet qui touche un jeu vidéo leur tenant à coeur, apporter leur pierre à l'édifice ou rencontrer d'autres passionnés. Le tout sans administration stricte, chef autoritaire ou collègues qu'on ne peut pas encadrer. Dans ces circonstances, et parce que chacun en a conscience, la question d'une éventuelle rémunération n'est pas spécialement à l'ordre du jour, même si elle a évidemment déjà été mise sur le tapis. Et même sans salaire, VaKarM est un bon moyen pour mettre un premier pied dans l'esport et gagner en expérience dans le domaine.

Une partie du staff à l'ESL One Cologne 2016

En parallèle, cette absence de salaire ou de locaux à payer permettent de se libérer d'un énorme poids financier. Si demain VaKarM s'arrête, concrètement, ça ne changera la vie professionnelle d'aucun des membres du staff, étant donné que VaKarM n'a aucune incidence financière sur eux (sur nous, quoi). Il n'y a donc aucune pression professionnelle ou salariale découlant de l'activité du site. De plus, salarier des personnes demanderait une remise en cause totale du fonctionnement interne. Actuellement, VaKarM est loin d'avoir les ressources financières pour pouvoir payer décemment plusieurs personnes à temps plein. Devenir une entreprise est un véritable défi, et ce n'est pas le chemin que VaKarM a choisi de prendre pour l'instant.

Mais le statut de bénévole n'a pas que des avantages, loin de là. Comme personne n'est à plein temps sur VaKarM, cela limite notre réactivité quotidienne, notre capacité à mener des projets, à tenter de nouvelles choses, ce qui peut s'avérer compliqué à gérer avec la professionnalisation globale du milieu esportif. Cela peut aussi influer sur la motivation des personnes du staff, leur envie de participer, puisqu'il n'y a aucune obligation ou contrepartie financière en jeu. Si demain, untel ou untel veut partir ou arrêter de s'impliquer, aucune bonne raison ne pourra réellement le retenir.

Être bénévole ne doit donc pas servir d'excuse pour justifier un peu tout et n'importe quoi : c'est un choix, avec ses inconvénients, mais qui reste volontaire. Pour nous, qui exerçons ou étudions souvent dans des domaines qui n'ont rien à voir avec l'esport, être bénévole peut même être une fierté. Se retrouver en salle presse d'un événement, au milieu de personnes dont couvrir la scène est le métier, alors que vous n'êtes là que parce que vous avez posé vos RTT, est quelque chose d'assez unique à vivre. Se retrouver dans les coulisses de Katowice ou Cologne alors que vous étiez au bureau ou preniez des notes dans vos amphithéâtres de cours deux jours plus tôt, ça n'arrive pas tous les jours. Le statut de bénévole est parfois pesant, mais il permet aussi de démultiplier toutes les expériences vécues. Rien que pour ça, s'impliquer dans une association, VaKarM ou autre, vaut le coup.

Pour en revenir à des choses plus terre à terre, malgré cette absence de salaires ou de locaux à payer, le site a quand même des sponsors, et donc des revenus. Pourquoi faire ?

L'argent

VaKarM a besoin d'argent pour trois grandes raisons :

  • Payer les frais techniques divers (serveurs, hébergement du site, etc.)
  • Défrayer des personnes en coverage
  • S'équiper en matériel adéquat pour mener à bien les coverages

Dans les frais techniques, il n'y a rien de bien passionnant. Il s'agit des dépenses liées aux serveurs, au nom de domaine, mais aussi aux frais bancaires, aux colis à envoyer aux gagnants des concours lorsque c'est à nous de le faire, etc. C'est donc tout ce qui permet au site d'être opérationnel d'un point de vue technique, et quelques autres choses.

Parce qu'il y a aussi un derrière la caméra

Ensuite, les coverages. Aller sur le lieu des compétitions, que ce soit à Tours, Paris, Cologne, Londres ou Atlanta, coûte forcément des sous. Il faut payer le transport des 2-3-4 membres du staff qui iront faire le coverage, l'hébergement, mais aussi la nourriture, les potentiels déplacements en transport en commun, etc. Tout cela revient plus ou moins cher selon le lieu, le nombre de personnes engagées, la quantité de coverages à effectuer pendant l'année, etc.

Même si ce poste de dépenses est le plus coûteux, il reste assez indispensable à l'association. L'une des forces de VaKarM – du moins, c'est ce qu'on pense – est justement d'être sur place lors des plus grands tournois, de pouvoir tourner des interviews avec les joueurs, français mais aussi étrangers, de créer du contenu avec eux, etc. Évidemment, on ne pourra jamais être partout, notre budget n'étant pas suffisant pour tout couvrir et les membres du staff ne pouvant pas toujours se rendre disponibles. Mais se déplacer aux Majors ou aux plus grandes compétitions reste quand même une sacrée opportunité pour nous, à la fois pour le site et pour les bénévoles.

Pour mener à bien tous ces coverages, il faut du matériel. Caméra(s), micro(s), appareil(s) photo, ordinateur(s) pour monter puis faire le rendu des vidéos, accessoires divers... Tous ces équipements s'achètent et se renouvellent au fil des années et de leur usure. Parfois, il faut donc bien passer à la caisse, même si certains membres du staff friands de photographie et de vidéo amènent leur propre matériel lorsqu'ils vont en coverage. Ce qui explique pourquoi selon les tournois, la qualité d'image ou de son des vidéos va être différente, parce que les appareils utilisés ne sont pas toujours les mêmes.

Donc, où trouver tout cet argent pour payer ces dépenses ? Notre principale source de revenus est constituée par nos sponsors, à savoir, actuellement, AORUS et Avast. Nous avons des contrats avec eux, stipulant une aide financière de leur part contre une mise en avant de leur marque et de leurs produits de notre côté. À une échelle moindre, le fonctionnement est similaire avec eGG-One School : leur service est indiqué sur notre site, en contrepartie d'une rétribution financière. Nous pouvons également compter sur des sponsors qui nous aident au niveau matériel. Ainsi, Bequipe nous fournit des chauffe-mains pour la VaKarM League, et Engine-Serv nous met à disposition un serveur TeamSpeak pour cette même VaKarM League. En échange, ils sont mentionnés et promus sur tous les contenus et visuels de la League. Bref, tout ça fonctionne selon le principe classique mais efficace du sponsoring.

Un principe qui a toutefois des limites. Même si certains sponsors proposent de (très) grosses sommes d'argent, s'allier avec des sites de gambling, de paris ou de toute autre activité qui nous semble peu recommandable dans l'absolu ne nous paraît pas très judicieux. D'abord parce qu'une partie de notre public est mineur, ensuite et surtout parce que nous ne voulons pas associer notre image à celle de sites parfois pas très nets, ni leur faire de la publicité. De la même manière, nous essayons de limiter au maximum les procédés un peu "faciles", type giveaway en échange de follows, souvent réclamés par les sponsors, qui ne servent qu'à appâter les internautes et ne sont généralement que des moyens bien trop tendancieux de gagner une audience éphémère.

En dehors des sponsors, d'autres sources de revenus annexes existent : la publicité présente sur le site, sur les vidéos YouTube, les quelques dons réalisés via le site ou l'abonnement au hub de la VaKarM League. C'est pour cela que l'on vous demande régulièrement de désactiver Adblock sur le site, car c'est l'un de nos moyens de faire rentrer de l'argent dans les caisses de l'association, et donc de continuer à aller en coverage, élaborer des projets, etc. Tout l'argent récolté est ensuite intégralement réinvesti dans le site et l'association. Si cela vous intéresse plus en détails, vous pouvez consulter d'anciens bilans financiers annuels de l'association ici ou , afin d'avoir des chiffres un peu plus concrets (ils n'ont pas été publiés ces dernières années parce que plus personne du staff n'a vraiment le courage de mettre tout ça au propre et d'en faire un article détaillé, mais peut-être recommencera-t-on un jour).

Le mot de la fin

Parce qu'il est toujours pour les interviewés, cette fois, à nous le mot de la fin. Pour être honnête, cet article avait deux objectifs : le premier, le plus évident, était de décrire le fonctionnement de VaKarM, et de répondre à des questions que vous vous posiez peut-être (ou pas) sur la face interne du site.

Le second, plus discret, était simplement de montrer à quel point VaKarM était une aventure collective un peu folle. Des bus de supporters à Cologne, des movies de lan et documentaires de presque une heure, des articles à foison sur la scène, son histoire et ses problématiques : personne ne sait vraiment comment certains projets ont abouti, mais ils ont bien eu lieu, parce qu'un(e) passionné(e) en a persuadé d'autres que monter ceci ou cela était bien possible, même avec des moyens et du temps limité. Ce n'est pas toujours logique, mais ça marche, et c'est bien ça le principal.

C'est aussi ce que permet une organisation assez libre comme la nôtre. Cette liberté, c'est un peu ce qu'il y a de plus précieux pour nous. Parce que nous n'avons que très peu de pression financière, que nous choisissons nos sponsors avec soin et que nous avons avant tout envie de promouvoir Counter-Strike, nous pouvons faire beaucoup de choses. Rester en dehors du moule n'est pas facile tous les jours, mais c'est aussi une force incroyable. Surtout quand vous, la communauté, continuez de venir jour après jour pour commenter, échanger, vous foutre sur la tronche ou partager les grandes victoires de vos équipes favorites. Si le site attire encore du monde, on se dit que ce qu'on fait continue d'avoir du sens. Et se sentir utile est toujours un sentiment agréable.

Alors, comment fonctionne VaKarM ? Avec de la passion, de l'envie, de l'entraide. C'est parfois chiant, tendu, lassant, comme dans toute aventure humaine. Mais quand un projet aboutit, quand le site vit grâce au travail cumulé de toutes ces petites mains, qu'est-ce que c'est bon.

 

Si vous avez une question qui vous passe par la tête et qu'il n'y a pas la réponse là au-dessus, n'hésitez pas à la laisser dans les commentaires !

Et merci à Miles, Durandal, Cerogrimm, iXalT, SPK et SekYo pour leurs retours et avis, à Pikana pour avoir eu l'idée originale de cet article, ainsi qu'à LordBaguette pour la bannière

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles