Brèves

WebTV

Compétitions



North ferme ses portes

5031 8

Après quatre ans de péripéties, de promesses incroyables, de line-up éclatées et de résultats décevants, North a décidé d'arrêter les frais et de fermer sa section esport. Une expérience qu'on qualifiera poliment de "mitigée".

Lorsque North débarque sur CS:GO, début 2017, elle décide de mettre le paquet. Soutenue par le FC Copenhague, plus grand club de football du Danemark, North aligne les billets et les promesses, avec des bootcamps dans l'enceinte du club et un objectif clair : devenir la plus grosse organisation du pays et s'installer parmi les meilleures équipes du monde. Le moins qu'on puisse dire, c'est que leur première année fut extrêmement encourageante.

Sous la férule de Mathias "MSL" Lauridsen, l'équipe s'installe aux alentours de la cinquième place mondiale et devient une équipe redoutée sur la scène internationale. Ce sera malheureusement l'apogée de l'existence de North. Année après année, l'équipe tente de renouveler son cinq au gré des départs et des contre-performances sans jamais parvenir à infléchir son irrémédiable descente dans le classement HLTV. Elle finit 2018 à la 10ème place, 2019 à la 20ème place et 2020 à la 29ème place.

Parmi les décisions incroyables, on se souviendra de ce rebranding, parodiant involontairement son propre logo
(Crédits : Dexerto)

Le plus terrible dans cette histoire, c'est que plus la scène danoise est montée en puissance, plus North s'est enfoncée. Depuis bientôt trois ans, il ne fait aucun doute que le Danemark est le pays le plus en vue sur CS:GO. Derrière la locomotive Astralis, les MAD Lions, Heroic et autres Tricked ont montré que le réservoir danois de joueurs talentueux est presque infini.

Pourtant, malgré ses millions, North a raté quasiment toutes les pépites locales depuis 2017. Hormis valde, North a laissé passer des joueurs comme stavn, TeSeS, roeJ ou encore blameF, tout en s'entêtant avec des gade, JUGI et autres aizy.

North à son sommet, finaliste de la DreamHack Masters Malmö 2017

2020 aura donc été le chant du cygne de la structure nordique. Malgré quelques résultats intéressants, notamment à l'ESL One : Road to Rio, les frais engagés étaient démesurés par rapport aux résultats. Dans un contexte de réduction des revenus du sponsoring, North aura été victime d'un contexte, mais surtout de sa propre incompétence, malgré des moyens alors inédits dans l'univers de CS:GO.

Pour rappel, en plus de MSL et aizy sur le banc, la dernière composition de North était la suivante :

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles