MLG Columbus : L'arbre
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
MLG Columbus : Groupe D
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
MLG Columbus : Groupe C
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
MLG Columbus : Groupe B
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
MLG Columbus : Groupe A
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
Qualif. Columbus : Groupe A
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
Qualif. Columbus : Groupe B
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
Qualif. Columbus : Groupe C
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
Qualif. Columbus : Groupe D
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
Last Chance EU/CIS : Bracket
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
Qualif MLG Colombus : Last Chance NA
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
WebTV
Breves
Pas de brève pour le moment dans ce coverage !


MLG Colombus : Bilan et classement

5443 22

Il paraît que l'on se souvient souvent de la première fois. Si c'est le cas, ce Major restera un long moment dans les mémoires : première fois qu'une équipe non-européenne s'impose, première fois qu'aucune équipe française ne passe les poules, première fois qu'aucune équipe suédoise n'est présente en demi-finale, première fois que deux équipes américaines passent la phase de groupes... Bref, ce Major aura été celui des surprises, dans la lignée de la dernière DH Cluj-Napoca.

Luminosity entre dans la légende

Il y a un an et un mois, une équipe du nom de Keyd Stars gagnait une map contre Virtus.Pro en quart de finale des ESL One Katowice 2015. Un petit exploit qui marquait le début d'une incroyable épopée qui voit aujourd'hui Luminosity Gaming grimper sur la plus haute marche du plus gros tournoi jamais organisé sur Counter-Strike.

Et personne ne peut dire que c'est immérité tant Luminosity a éclaboussé ce Major de son talent. Un jeu incroyable mêlant parfaitement la pléthore de skill contenue dans l'équipe et l'aspect stratégique parfaitement géré par FalleN, le tout supporté par un mental peut-être encore plus fort que celui de fnatic. Tombé dans la partie de l'arbre censée être la plus abordable, Luminosity a pourtant dû batailler ferme contre les anciens de chez Virtus.Pro, la jeunesse de Liquid et l'expérience de Na'Vi. Au terme d'une demi-finale dantesque où LG reviendra deux fois de l'enfer (notamment grâce à un duo coldzera - FalleN totalement hors de contrôle), les Brésiliens gagnaient leur place pour la finale.

Pour l'affrontement tant attendu entre les deux équipes qui donnent actuellement à voir le plus beau CS, la première map, Mirage, fut incroyable. Mais imperturbable, rien ne pouvait arrêter la marche en avant de LG et de son leader FalleN, encore énorme lors de cette soirée, même pas un 11-4 encaissé à mi-map. Les Sud-Américains écoeuraient Na'Vi avant de les crucifier sur la seconde map, Overpass, 16-2. FalleN termine à 47-26, coldzera, sacré MVP de la compétition, à 52-29. Luminosity est au sommet. Et c'est amplement mérité.

Na'Vi y était presque

Pour la deuxième fois, Na'Vi a failli remporter un Major. Si gagner lors de la DH Cluj-Napoca aurait été une surprise, l'emporter ici n'aurait été que pure logique. Mais voilà, l'équipe de l'est s'est heurtée à des Brésiliens que rien ne pouvait arrêter. Et pourtant, Na'Vi a fait tout ce qu'il fallait pour l'emporter.

Finie la "GuardiaN dépendance", le sniper slovaque n'a pas été le meilleur joueur de son équipe, loin de là, notamment à cause de sa blessure au poignet. Mais tour à tour seized, flamie, Edward en demi puis Zeus sur Mirage en finale ont pris le relais et porté leur équipe. Un parcours sans-faute pour s'offrir une deuxième chance de remporter le plus prestigieux des tournois. Des victoires nettes face à Virtus.Pro, NiP et Astralis, rien que ça. Jusqu'à cette fameuse finale…

Na'Vi n'a pas mal joué cette ultime rencontre. Au contraire. Les joueurs coachés par starix ont très bien joué sur Mirage, menant 11-4, puis 15-14, puis 17-16. Ils n'ont même pas "choke" ou quoi que ce soit. Luminosity a juste été trop fort quand il fallait l'être. La seconde map n'est qu'anecdotique et résumer ce dernier match à ce 16-2 serait largement irrespectueux envers Na'Vi. Les Européens sont justes tombés contre le pire adversaire qui soit.

Regrets éternels pour Team Liquid

Pour toujours. Les cinq joueurs de l'écurie américaine ne pourront jamais se satisfaire de ce résultat. Et pourtant, une demi-finale de Major est déjà exceptionnelle pour une équipe Challenger. Battre deux Légendes en poules, dont l'équipe numéro 1 mondiale, relève déjà de l'exploit. Mais rien ne pourra jamais effacer cette demi-finale perdue 2-0 contre Luminosity malgré un total ahurissant de 15 rounds de map non convertis.

Devant 15-9 sur Mirage puis 15-6 sur Cache, Liquid s'est à chaque fois dissolu au pire moment possible. Portée par un excellent jeu terroriste affiché tout au long de la lan, l'équipe bloquait au moment de conclure et la formation devait s'incliner deux fois en prolongations.

Derrière un duo Hiko - EliGE toujours très solide, la surprise est venue d'adreN, qui a sûrement joué là l'une des meilleurs lan de sa vie sur CS:GO alors qu'il ne fait même plus officiellement partie de l'équipe… Quant à s1mple, peut-on parler d'une surprise ? L'Ukrainien, en plus d'être ultra-skillé, a fait tout ce qu'on attendait de lui : le spectacle. Acheter un deagle au pistol round (et coller deux têtes avec contre CLG) ou lors d'une anti-éco, enchaîner les runboosts pour surprendre l'adversaire et, évidemment, mettre des coups de couteau. Il semble qu'enfin, il ait trouvé une équipe à son pied. Pour le plus grand bonheur de tous.

Les vétérans ont répondu présent

Que pouvait réellement espérer Ninjas in Pyjamas de ce Major ? Beaucoup, jusqu'à apprendre l'incapacité de pyth à participer à cause de problèmes de visa. Dès lors, avec THREAT, leur coach, en cinquième joueur, les ambitions paraissaient beaucoup plus limitées. Les anciens ont pourtant assuré l'essentiel en conservant leur statut de Légende, se sortant d'un match piège face à mousesports lors de la rencontre de poule décisive avant de perdre contre Na'Vi. Si THREAT a évidemment évolué un ton en-dessous de f0rest, il n'a cependant pas eu grand-chose à envier à d'autres. Rien d'exceptionnel pour NiP, mais rien de honteux non plus, loin de là.

Virtus.Pro, tout comme NiP, arrivait au Major sans réels objectifs. Mais pas de problèmes de joueurs ici, juste une équipe qui n'est que l'ombre d'elle-même depuis près de 5 mois. Une ombre qui s'est éclipsée au meilleur moment possible : byali et Snax ont répondu présent, pasha a fait un tournoi correct, et VP a pris le meilleur sur G2 dans leur affrontement pour le statut de Légende. Mieux, les Polonais ont piqué une map à Luminosity en quart. Pas si mal, mais il faut maintenant que l'écurie continue sur cette dynamique pour prouver qu'elle fait encore bien partie des meilleures équipes du monde.

Et le rêve américain tourna au cauchemar

Pour la première fois de l'histoire, aucune équipe française n'a franchi l'étape des groupes. Une terrible désillusion à l'heure où EnVyUs voulait profiter de ce major pour trouver une nouvelle dynamique et où G2 Esports pouvait enfin laisser la malédiction Titan derrière.

Dès le premier soir, les choses commençaient à sentir mauvais. Complétement absent en défense, nV laissait CLG créer la surprise et s'imposer sur Cbble. Solidaire de ses compatriotes, G2 Esports subissait la même chose contre Virtus.Pro sur Train. Mais la comparaison s'arrête là.

Car si G2 a réagi d'une superbe manière en renvoyant C9, battue 16-3, à ses leçons de stratégie sur Dust2, EnVy a touché le fond contre Gambit en ratant encore une fois son side de défense sur Cache. Malgré un sursaut d'orgueil d'Happy et apEX, rien ne pouvait arrêter wayLander qui portera sa line-up vers la victoire, 16-13. Aucune victoire, Happy quitte le cercle des joueurs ayant passé les poules à chaque Major mais rentre avec son équipe dans celui des formations en crise.

Dernier espoir, l'équipe d'Ex6TenZ devait se venger de Virtus.Pro, en Bo3 cette fois-ci. Malgré le gain de la deuxième map, les Franco-Belges s'inclineront sur Cbble, ultime carte. Et pourront haïr Valve un moment sur le choix aléatoire de la dernière map, là où Overpass voire même Cache, les deux autres choix possibles, les auraient sûrement avantagés…

Un Major à oublier pour ces deux-là

Dominant les débats sur la scène mondiale depuis l'arrivée de dennis, fnatic a vécu son premier raté au pire moment possible. Dans un groupe annoncé pourtant comme facile, Liquid venait planter le premier clou dans le cercueil suédois en s'imposant 22-19. En quart de finale, Astralis finissait le travail à coups de pelle en enterrant six pieds sous terre l'équipe d'olofmeister. Une défaite 16-10 16-5 sans appel où aucun des joueurs fnatic n'a su relever la tête, KRiMZ finissant même Cache sur un 4-19, la pire performance de sa carrière, tandis qu'olof souffrait en silence avec son poignet douloureux. Pour une équipe à qui on reproche souvent son manque d'humilité, se retrouver sous terre est la meilleure manière de se remettre au travail pour retrouver la voie du succès.

Le problème pour les bourreaux de fnatic, c'est qu'ils ne les ont pas battus en finale. Astralis a sorti un match exceptionnel pour éliminer les Suédois en quart de finale. Vous voyez venir la suite ? Allez, en deux briques : demi-finale, Astralis. Vous l'avez ? Bingo : défaite. Depuis la création de la structure en janvier, les Danois ont perdu quatre fois dans le dernier carré. C'est aussi le total de leurs défaites en Major à ce stade (EMS Katowice 2014, ESL Cologne 2014, ESL Cologne 2015, et donc MLG Colombus 2016). Pourtant bien embarquée face à Na'Vi, la bande de device perdait un round-clé à 14-14 sur Inferno et un autre à 3-8 sur Dust2. Incapable de répondre présente au moment décisif, rien ne semble pouvoir faire passer cet obstacle des demi-finales de Major à cette équipe.

Quant aux autres...

Fortunes diverses pour les autres équipes. Plutôt très bonne pour CLG, qui a pu compter sur un excellent jdm64 et un tarik très bon bien qu'un peu inconstant pour aller s'incruster chez les Légendes grâce à une victoire de prestige contre EnVy et une autre solide contre Gambit. Mais elle n'aura fait le poids qu'un side face à s1mple et Liquid en quart de finale.

Plus contrastée pour Gambit Gaming qui semblait avoir fait le plus dur en survivant face à EnVyUs mais qui n'a pas réussi à battre CLG pour une place dans l'arbre. Un premier side trop faible sur Mirage tuait rapidement le suspense lors de la carte décisive. Ce n'est pas aujourd'hui que l'on reverra le légendaire Dosia en phase finale d'un Major.

Mitigée aussi pour mousesports, qui échoue encore une fois en phase de poules. NiKo au-dessus du lot, chrisJ qui sort sa tête du sable de temps en temps, Spiidi en demi-teinte et nex totalement à l'ouest… Comme d'habitude, mouz pourrait être une excellente équipe si tout le monde était bon en même temps. Mais malheureusement pour eux, cela n'arrive quasiment jamais.

Mathématiquement incorrecte pour FlipSid3 : 45 rounds remportés en deux Bo1, et pourtant deux défaites au rendez-vous pour l'équipe de l'est. La faute à deux rencontres perdues en prolongations, d'abord contre NiP (19-17) puis contre mouz (31-28), dans le plus long match jamais joué en Major. FlipSid3 méritait mieux, c'est sûr, mais la capacité à savoir conclure importe bien plus que le mérite lorsque l'on cherche à gagner un match.

Mauvaise pour Cloud9, battu sans éclat par Na'Vi puis humilié par G2. Skadoodle rate l'arbre du Major pour la septième fois en autant de participations, un record.

Même constat pour FaZe, poussé vers la sortie par Liquid puis fnatic sans aucune réaction d'orgueil. L'équipe qui avait surpris le monde à Cluj semble bien loin. Elle le sera encore plus sans Maikelele, qui a déjà annoncé son retrait de la structure. Après EnVy, il ne faisait pas bon avoir une structure orientée Call of Duty à Colombus.

Et que dire des joueurs de chez Splyce ? Ils ont affronté la meilleure équipe du monde, ont gagné des stickers à leur nom et peuvent se targuer d'avoir participé au seul Major jamais organisé aux États-Unis. Qu'importe leurs deux défaites, ces cinq-là ont vécu cette semaine l'expérience d'une vie pour un joueur de Counter-Strike.

Enfin, malgré un public qui a répondu plus que présent derrière ses équipes (notamment grâce à Dave, devenu le héros (ou le cauchemar, selon) de tous les spectateurs sur Twitch), la production menée par la MLG n'a pas forcément été à la hauteur. Certes, passer après la PGL qui avait rendu une copie quasi-parfaite à Cluj relevait de l'impossible mais les nombreux retards, les problèmes de sons ou le manque de "show" à l'américaine tel qu'on pouvait l'attendre (excepté pour la finale) ont pu en laisser quelques-uns sur leur faim.

Le classement final :

Luminosity Gaming : 500 000 $
Natus Vincere : 150 000 $

3/4. Astralis : 70 000 $
3/4. Team Liquid : 70 000 $

5/8. Ninjas in Pyjamas : 35 000 $
5/8. fnatic : 35 000 $
5/8. Counter Logic Gaming : 35 000 $
5/8. Virtus.Pro : 35 000 $

9/12.  mousesports : 8 750 $
9/12. FaZe Clan : 8 750 $
9/12. Gambit Gaming : 8 750 $
9/12. G2 Esports : 8 750 $

13/16. FlipSid3 Tactics : 8 750 $
13/16. Splyce : 8 750 $
13/16. Team EnVyUs : 8 750 $
13/16. Cloud9 : 8 750 $

Crédits photos : MLG, HLTV

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles