Brèves

WebTV

Actualité de la scène

Compétitions



Les easter eggs de CS:GO

4819 3

C'est un classique d'internet : les easter eggs, littéralement les "oeufs de Pâques", pullulent sur la toile et surtout dans les jeux vidéo. Un petit rappel de la définition s'impose pour les derniers arrivés. Les easter eggs sont des clins d'oeil, des références à d'autres choses, qui peuvent prendre plusieurs formes et sont parfois dissimulés, parfois évidents. Ces easter eggs jouent un rôle intéressant dans le contexte d'un jeu vidéo tant ils attirent la convoitise. Leur recherche peut devenir un objectif à part entière en parallèle du jeu en lui-même. 

L'hystérie collective autour de Valve et de sa gamme vidéoludique a fait des différents jeux sortis par la firme de Seattle de véritables terrains de chasse. De Half-Life premier du nom à Dota 2 en passant évidement par CS:GO, les aficionados voient en chaque titre de nouvelles possibilités de trouver ces petites surprises laissées par les développeurs. Il faut dire que les passionnés de l'univers conçu par Valve sont gâtés tant les hommes de Gabe Newell se prêtent au jeu et glissent des oeillades par-ci par-là dans toutes leurs créations. 

Ainsi, depuis près d'une décennie maintenant, les plus motivés ont passé des heures à la recherche de ces easter eggs sur Global Offensive. Des fichiers du jeu à un graffiti sur un mur caché d'une carte en passant par le nom d'un bot, il existe une infinité de possibilités de tomber sur l'un d'eux. Les fréquentes mises à jour et la rotation des cartes permettent et permettront encore aux développeurs de s'amuser un peu. Tour d'horizon des easter eggs les plus célèbres de CS:GO, histoire de vous donner l'envie de vous lancer en quête d'inédits qui vous rapporteraient votre lot de notoriété sur les sites communautaires ou reddit. 

 

Hommage à l'esport et ses héros

Si, auparavant, la dimension compétitive des jeux estampillés Valve n'était pas ou peu reconnue par leurs développeurs, depuis Dota 2, elle fait partie intégrante de leur stratégie marketing. En mettant en place les Majors, Valve a permis à la scène compétitive CS:GO de prendre un tournant avec des matchs d'anthologie pour des cashprizes toujours plus fous. Ainsi, certaines anecdotes et actions ont marqué des millions de téléspectateurs, forgeant un peu plus la légende du sport électronique. Les développeurs ont décidé d'en immortaliser quelques-unes avec des graffitis.

olofmeister, l'homme qui ne craignait pas les flammes

Le premier graffiti ajouté remonte à 2014 suite au troisième Major de l'histoire de CS:GO, à Cologne. Il est visible sur un mur du bombsite B d'Overpass, qui a été le théâtre d'une action plus insolite que vraiment impactante du Suédois et alors nouveau joueur fnatic olofmeister. Tout se déroule en demi-finale face aux Danois de Dignitas (futurs TSM puis Astralis) dans une rencontre au sommet de la scène scandinave. Vainqueurs de la première carte 16-11, les fnatic ont plus de mal sur Overpass et les offensives des hommes de FeTiSh font mouche jusqu'au moment crucial. À 14-14, les Dignitas parviennent à amorcer la bombe mais se retrouvent vite en 2vs4. En se repositionant, device jette une molotov sur la bombe histoire de gagner du temps. Alors qu'il semble pouvoir attendre, olofmeister se jette dans les flammes pour désamorcer le C4. Il y parviendra sur le fil puisqu'il tombera le centième de seconde suivant son succès. 

Ce round, qui semblait néanmoins gagné même sans ce petit exploit d'olofmeister, permettra aux fnatic de l'emporter pour rejoindre Ninjas in Pyjamas en grande finale et s'y incliner après une rencontre frissonnante. Valve a visiblement apprécié la dramaturgie autour de cette action et a décidé de rendre un hommage surprenant et jusqu'alors inédit pour un joueur professionnel. Dans une mise à jour consécutive à l'événement, ce graffiti d'un ange CT est donc apparu, immortalisant cet instant. olofmeister n'est pas resté indifférent à cette belle attention. 

 

Une Stalingrad pour l'histoire

C'est une nouvelle fois les fnatic qui sont à l'honneur lorsque Valve a décidé, un an après, de rendre hommage à une deuxième action anecdotique. Après l'édition 2014, les Suédois parviennent à rééditer leur performance en se qualifiant pour la finale de l'ESL One Cologne 2015. En face d'eux, les Français d'EnVyUs qui, sous l'impulsion des deux récentes recrues kennyS et apEX, semblent en pleine forme. C'est d'ailleurs ce dernier qui va avoir le rôle du malheureux dans toute cette histoire. La première carte, Dust2, part bien pour EnVyUs qui mène 14-7. Mais un 1vs3 mémorable de KRiMZ relance tout. Les coéquipiers de Happy craquent et finissent par concéder l'overtime.

Surfant sur la vague de la confiance, les fnatic accrochent les deux premiers rounds de la prolongation. Le sou ne manquant pas, ils décident avant de changer de côté d'acheter quatre snipers afin de faire un maximum de dégâts lors du passage des CT vers le bombsite B. Une stratégie assez courante et souvent efficace, aussi connu sous le nom de Stalingrad, en référence à la bataille du même nom et au film relatant le duel de deux tireurs d'élite. Avec le style de jeu aggressif qu'on lui connaît, apEX va avoir le malheur de tenter sa chance, lui aussi au sniper. Une mauvaise surprise l'attend et forcément, il ne pourra rien faire.

Amusé par ce fait de jeu qui permettra notamment à fnatic de remporter le round, puis la carte, le match et le Major, Valve ajoutera ce graffiti en hauteur au spawn des terroristes. Une empreinte sur la carte la plus célèbre et la plus jouée de l'histoire des FPS. Difficile de rêver mieux, même si la mise à jour future de Dust2 aura raison de ce tag, qui ne figure plus sur la version la plus récente de la map.

 

Le coldzera sauteur

Nous avons vu que les deux premières actions "récompensées" par Valve étaient finalement des situations assez cocasses avec un impact limité sur l'issue des matchs. Avec son troisième graffiti, l'éditeur a souhaité honorer une action à la fois hallucinante dans sa réalisation mais également décisive pour le reste du match voire même pour l'intégralité du tournoi. Rien que cela. Elle est l'oeuvre du Brésilien et alors futur meilleur joueur de la planète, coldzera. Pour le premier Major outre-Atlantique, la MLG Colombus 2016, l'équipe brésilienne Luminosity est attendue de pied ferme et va subir une concurence féroce jusqu'à sa demi-finale face aux locaux de l'étape de Team Liquid. 

Avec s1mple et adreN, les Liquid accrochent les Brésiliens jusqu'à se procurer plusieurs rounds de première carte. À 15-9, leur avance semble plus que confortable. Mais coldzera va mettre un coup d'arrêt à la dynamique nord-américaine avec quatre frags flirtant l'impossible. Armé de son AWP, il stoppe le rush massif de ses adversaires dans l'appartement de Mirage avec deux unscops monstrueux. Dont l'un en sautant. Avec une brochette.

Difficile de faire plus spectaculaire. Les commentateurs n'en croient pas leurs yeux. Cette action mythique va assomer les Liquid qui s'effondreront totalement, perdant cette carte en overtime puis s'inclinant également sur la seconde. Les Brésiliens s'envoleront en finale, où ils remporteront leur premier Major. 

Valve ne pouvait fermer les yeux sur cette action ayant défié la logique même du jeu. Désormais, si vous vous baladez du côté de la sortie de l'appartement B sur Mirage, vous apercevrez donc un graffiti en mémoire de quatre frags ayant changé le cours de l'histoire. coldzera sera tellement fier de son accomplissement qu'il rendra à son tour hommage à Valve en gravant ce dessin sur son bras

 

Un s1mple tombé du ciel

Malgré la belle performance de Team Liquid à la MLG Colombus, s1mple a été remercié de l'effectif. Peu rancunier, il acceptera de jouer au last pour son ancienne équipe à l'ESL One Cologne 2016. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Liquid lui devra une fière chandelle. Loin d'être de grands favoris, les Américains iront de surprise en surprise pour atteindre, encore, les demi-finales. Cette fois, ce sont les fnatic qui les attendent. Ces derniers ont perdu de leur superbe et ne sont plus au sommet de leur art. Liquid en profite pour remporter la première carte et prendre le large sur Cache, la seconde. 

Arrive le treizième round où s1mple se retrouve en situation de 1vs2. Ses deux opposants souhaitent entrer sur le bombsite B mais ils sont loin de s'attendre à l'éclair qui va les stopper net. Le jeune Ukrainien va effectuer un mouvement assez surprenant, souhaitant visiblement se replacer rapidement afin de mieux cueillir les deux fnatic. Mais il semble qu'ils soient arrivés plus vite que prévu et s1mple saute juste à côté du premier. Pas de soucis pour autant : il parvient à le tuer en unscope alors qu'il est encore dans les airs. Il enchaîne sur le deuxième avec un autre unscope, plus longue portée. Boom.

Il n'en fallait pas plus pour que Valve fasse entrer s1mple dans la légende. Un graffiti explicite inscrit juste à côté de la hauteur B que FMPONE, le créateur de la map sur CS:GO, a pris bien soin de conserver lorsqu'il mit à jour la carte quelques années plus tard.

A l'image de coldzera, s1mple reprendra également ce graffiti pour un tatouage sur son bras. Quand le jeu vidéo dépasse le cadre virtuel...

 

Dosia, le nez fin

Pas besoin de rentrer des dingueries à l'AWP pour se faire une place dans le jeu. PGL Major Krakow 2017, grande finale. Deux outsiders que personne n'attendait à un tel niveau s'affrontent, les Russophones de Gambit et les Brésiliens d'Immortals. Les deux équipes savent qu'elles tiennent sans aucun doute une chance unique de s'adjuger le plus beau des trophées. Immortals remporte la première map, Gambit la seconde, et tout le monde part sur Inferno pour se départager.

En défense, Gambit commence à s'envoler. À 9-1, Immortals parvient enfin à inscrire un second round. La bombe bip de plus en plus vite sur le bombsite A, les deux joueurs Gambit encore en vie sont allés sauver leurs armes. Mais Dosia a une petite idée derrière la tête. Il revient par l'appartement et, anticipant la position des Brésiliens dans le pit lorsque la bombe explosera, leur lance une grenade quelques secondes avant que tout ne pète. LUCAS1 et steel perdent soudainement la moitié de leur vie et ne survivent pas à la bombe. Même le premier ne peut s'empêcher de sourire face à une telle intelligence de jeu.

Perdre un round sur Counter-Strike, c'est toujours embêtant. Alors si on peut ruiner l'économie adverse, c'est tout de même une belle compensation. Dosia l'avait parfaitement compris. Gambit concluera son side de défense à 11-4 puis l'emportera 16-10. Quelques jours plus tard, Valve fera apparaître dans le pit une bien belle affiche pour célébrer cette inspiration des plus ingénieuses.

 

Un boost célèbre et un roi fruité

Ce qui est toujours intéressant avec Valve est la façon dont les développeurs entretiennent quelque peu le mystère autour de ces easter eggs. En effet, ces graffitis restent très implicites et seuls les initiés qui suivent un minimum la scène compétitive peuvent les apprécier à leur juste valeur. Parfois, une touche d'humour voire même d'auto-dérision est même ajoutée.




Au spawn CT sur Overpass   Dans la banane sur Inferno

Ainsi, sur Overpass, ce panneau est placé sur le bombsite A suite au scandale du boost des fnatic durant le quart de finale de la DreamHack Winter 2014 face aux Team-LDLC. Il est inscrit en allemand "Interdiction d'enjamber la barrière". Un clin d'oeil humoristique à une situation qui avait néanmoins provoqué un énorme scandale à l'époque et ne laissait guère de place aux sourires. Aujourd'hui et avec du recul, cela permet de ne pas oublier ce genre d'anecdotes qui ont elles aussi contribué à bâtir la légende autour du jeu.

Dans le même style et à l'occasion de la sortie de la nouvelle version d'Inferno, les développeurs ont placé des pancartes avec des noms de rue. L'une des plus marquantes est sans doute "Via Adamo", ou rue Adam, qui a été interprétée comme une référence à l'ex-joueur des Ninjas in Pyjamas Adam "friberg" Friberg, célèbre pour ses différentes actions réalisées dans la banane. Il a d'ailleurs longtemps été surnommé "King of Banana", ce qui a sans doute mené à ce clin d'oeil original de Valve.

 

Souvenirs de Danger Zone

Pour célébrer la sortie récente du mod Danger Zone, ESL organisa un showmatch lors des IEM Katowice 2019, premier Major post-apparition de ce battle royale. Un showmatch avec un prix un peu spécial : le duo gagnant aurait droit à un graffiti à son nom sur Blacksite, la première map de Danger Zone sortie.

Huit équipes s'affrontent, composées de casters, joueurs pros et personnalités de la scène. Trois parties sont disputées, avec des points distribués selon le nombre d'éliminations réalisées et la position atteinte. À ce petit jeu, ce sont GruBy et Furlan, deux joueurs d'AGO, qui vont décrocher le jackpot à domicile en remportant notamment le troisième match grâce à un 1vs2 de Furlan face à la paire australienne jks - SPUNJ.

Cette dernière victoire permet à la doublette polonaise de dépasser Once Misfits (sgares et Twistzz) et Bogan Bashers (Gratisfaction et HenryG) et de s'imposer au classement final. Quelques temps plus tard, Valve tiendra la promesse d'ESL et un graffiti en hommage à Furlan et GruBy apparaîtra sur le toit du motel où Furlan a réalisé son clutch décisif.

 

Hommage à ceux qui ont façonné Counter-Strike

Il est toujours assez gratifiant de comprendre quelque chose dont on sait que seule une minorité est au courant. Valve joue sur ce sentiment avec des easter eggs assez subtils. Sur les quelques millions de joueurs qui lancent CS:GO chaque mois, combien connaissent les créateurs de Counter-Strike ? Très peu. Pourtant, les pseudos des deux personnes aux origines de ce mod d'Half-Life sont inscrits dans le jeu.

Le plus évident est certainement celui de Minh Le, alias Gooseman, dont le graffiti "Goose" a longtemps décoré un mur près du bombsite A sur Dust2. Absent aux débuts de CS:GO malgré sa présence dans les anciens opus, il a été rajouté ultérieurement, avant de disparaître à nouveau lors de la mise à jour de Dust2. Disparaître... en partie : le mot "goose" a été remplacé par une oie ("goose" en anglais) qui, dans une bulle, dit un mot en arabe, Dust2 prenant place au Maroc : oie. Bref, Gooseman est finalement toujours là. L'ironie veut d'ailleurs que beaucoup de gens utilisent ce nom de position, Goose, sans connaître sa signification. Si c'était votre cas, vous voilà maintenant au courant !




La version standard
  La version la plus récente

Le deuxième est nettement plus caché. Jess Cliffe, cocréateur de Counter-Strike aux côtés de Minh Le, a droit à son hommage sur Nuke. Dotez-vous d'une arme à lunette, descendez sur le BP B et prenez la passerelle de gauche lorsque vous arrivez de la rampe. Là, un porte-documents est accroché. Zoomez sur la fiche qui se trouve dedans : un certain "J.Cliffe" est l'ingénieur qui a mené les tests d'urgence de la centrale. Nous voilà rassurés.


(cliquez pour agrandir)

Des clins d'oeil de ce type, il y en a un bon paquet. Les noms des bots, par exemple, ne sont pas anodins : BOT Minh pour Minh Le et BOT Cliffe pour Jess Cliffe donc ; mais aussi BOT Gabe pour Gabe Newell, le fondateur et patron de Valve ; BOT Dave pour Dave Johnston, le mappeur qui a imaginé Dust2 ou Cobblestone ; BOT Chris pour Christopher Auty, le papa d'Inferno ou Vertigo... D'autres sont des références à des développeurs de Valve, tels que BOT Vitaly et BOT Ido.

Christopher Auty a également eu droit à un easter egg spécial sur la nouvelle version d'Inferno puisque son nom apparaît à plusieurs reprises sur la map, notamment dans le T et sur un mur du bombsite A.

Gabe Newell a aussi droit à une seconde référence. Sur Office, au spawn terro, une petite radio posée sur le comptoir au spawn terro diffuse un bulletin d'informations, prévenant les auditeurs qu'une prise d'otage est en cours dans le bâtiment. La voix du "journaliste" n'est autre que celle de Gaben lui-même.

Autre attention à destination d'un interne de chez Valve, le post-it présent sur un tableau de liège sur Agency, sur lequel il est inscrit "remind magnar to stop watching starcraft streams!", autrement dit "rappeler à magnar d'arrêter de regarder des streams de starcraft !" Ce fameux magnar pourrait-il être Magnar Jenssen, développeur chez Valve et qui était d'ailleurs présent aux EMS One Katowice 2014 ? Peut-être bien.

Un bel easter egg se cache également sur Train. Le créateur de la carte, Christopher Mair, travaillait chez Barking Dog Studios, un studio qui épaulait Valve dans le développement de Counter-Strike aux débuts du jeu. Plus précisément, il exerçait dans la "Popdog team" du studio, dédiée aux FPS, alors que la "Catdog team" se consacrait à d'autres types de jeu. Lorsque cette Popdog team a aidé à concevoir Train, elle a laissé son logo à certains endroits de la carte, dont un exemplaire sur un wagon à côté de la petite échelle qui donne accès au bombsite A. Rapidement, cette position a donc pris le nom de "Popdog" ou, encore plus simplement, "Pop". Sur CS:GO, le logo de la Popdog team avait logiquement disparu, mais Valve l'a discrètement fait revenir sur une caisse située dans ce Pop, évidemment, dans la dernière version de la carte.

Si vous aimez les références au CS d'antan, vous serez ravis d'apprendre qu'il est parfois possible d'apercevoir l'écran d'accueil de la version 1.1 de CS – la première comprenant Inferno – sur l'ordinateur situé derrière une porte entrouverte dans les appartements d'Inferno, côté terro. Précisons tout de même que cela se produit très rarement : selon 3kliksphilip qui a consacré une vidéo au sujet, il n'y a qu'environ 1 % de chances que cet écran apparaisse à chaque round.

Enfin, parce que Valve ne manque pas d'autodérision, citons un dernier easter egg en référence direct au jeu : le panneau interdisant de marcher sur les pigeons sur Train, situé juste après le spawn terro. Une volonté de défendre le bien-être animal ? En réalité, il s'agit plutôt d'un rappel de ce bug assez improbable où, en étant assez rapide, un joueur pouvait profiter des pigeons qui s'envolent dans la grande allée pour atteindre le dessus de la map. Une manoeuvre qui a bien évidemment été patchée depuis... grâce à la suppression des pigeons, tout simplement.

 

Hommage à d'autres jeux (dont pas mal de Valve)

Parce qu'en fait tous les jeux de Valve prennent place dans le même univers (non), il ne pouvait pas ne pas y avoir d'easter eggs liés aux autres réalisations de l'éditeur.

Half-Life, évidemment

Counter-Strike étant à l'origine un mod d'Half-Life, il est logique de retrouver quelques références au jeu-mère sur Global Offensive. Le plus visible est sans doute le phare droit de la fourgonette du spawn de Shortdust, la map de démolition, qui abrite un sombre mais bien identifiable logo d'Half-Life.

Gordon Freeman, héros de HL et célèbre scientifique, fait également acte de présence sans jamais réellement apparaître. Sur la première version de Dust2, et même déjà sur CS:Source, une inscription en arabe au spawn terro indiquait que "Freeman était là".

Enfin, du côté de la construction d'Overpass, vous n'avez peut-être jamais fait attention aux graffitis sur le mur de la coursive menant à la porte du connector.  Si vous vous y intéressez, vous remarquerez un code-barre avec cinq chiffres en dessous. En entrant ces derniers dans Google, on constate qu'il s'agit du code postal d'une petite ville de Virginie-Occidentale, aux États-Unis, nommée... Freeman. Évidemment.

 

Left 4 Dead, un peu partout

Valve a disséminé des références à l'une de ses autres séries phares, Left 4 Dead, à plusieurs endroits. Sur Assault, un panneau routier vert, accroché sous le pont où passent les rails, indique la ville de Riverside, qui sert de décor à plusieurs niveaux de la troisième campagne de L4D1. 

Sur St. Marc, map de démolition, le bateau dans l'eau à droite du spawn terro porte le nom de Santa Lidia II, ce qui laisse penser qu'il s'agit du même que celui du DLC The Sacrifice, sorti à la fois sur Left 4 Dead 1 et 2. Il y a aussi un hélicoptère de la chaîne de télévision News 5 qui apparaît dans le ciel de Vertigo en mode Wingman et dans la campagne No Mercy de L4D.

Mais du coup, la vraie interrogation, c'est : easter egg ou réutilisation de modèles pour gagner du temps ? La question se pose réellement, surtout lorsqu'on s'intéresse plus en détails aux maps du mode démolition et qu'on se rend compte qu'elles sont toutes, à l'exception de Shortdust et Shorttain, inspirées de niveaux de Left 4 Dead. Disons que c'est un hommage et non pas une panne d'idées chez les level designers.


La chaîne HS Top a réalisé une vidéo comparative des maps de démolition et de leur version originale sur L4D

 

Portal, musique maestro

Portal a également droit à ses easter eggs, sous forme sonore. Deux musiques de l'univers d'Aperture Science peuvent être entendus si vous tendez bien l'oreille : sur Overpass, en se collant à une porte pas loin du spawn terro, et sur Inferno, dans le second mid, particulièrement à proximité de la porte en bois située en face de celle qui s'ouvre.

     

Valve a aussi profité de l'apparition du mod Danger Zone pour se faire plaisir. Dans le motel de Blacksite, il existe une chambre avec plusieurs écrans d'ordinateur. Si vous attendez pendant environ trois minutes sans bouger dans cette pièce, une voix va d'abord dicter des mots provenant de l'alphabet phonétique de l'OTAN. Il s'agit en réalité de la clé de déchiffrement qui permet de donner un sens à ce qui peut être entendu ensuite, à savoir une suite de termes en apparence sans queue ni tête. Mais une fois décodés, ils dévoilent les premières paroles de la chanson du générique de fin de Portal : "This was a triumph. I'm making a note here: huge success".

Forcément, certains se sont tout de suite emballés, voyant là une annonce cachée évidente pour un futur Portal 3. Mais Valve a confirmé qu'il ne s'agissait que d'un simple easter egg.

 

Quelques autres jeux

Sur Militia, un seul écran d'ordinateur au rez-de-chaussée de la maison est allumé, mais il vaut le détour. En zoomant un coup, on aperçoit, en plus d'une icône Steam en haut et de plusieurs représentant Counter-Strike: Condition Zero dans la barre des tâches, des raccourcis bureau pour lancer Quake (tout en bas à gauche) et Splinter Cell (à droite de la feuille Excel).


(cliquez pour agrandir)

Bank se prêtait parfaitement à un hommage à Payday 2, le fameux jeu de braquage. Pendant longtemps, plusieurs masques utilisés par les gansters de Payday étaient disséminés sur la map, avant de disparaître lors d'une mise à jour. Dans le même temps, Bank était devenue jouable sur Payday 2. Bref, tout le monde était content.

 

Voilà pour les principaux easter eggs présents dans CS:GO ! Il en existe quelques autres porteurs de références plus ou moins obscures, que vous pouvez trouver dans des vidéos tentant de récapituler tous ces clins d'oeil. Et même dix ans après la sortie de ce jeu, il n'est pas certain que tous ses secrets aient été découverts... Alors soyez attentifs aux détails en apparence anodins de toutes les cartes !

Merci à Elnum pour la bannière

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles