Brèves

WebTV

Actualité de la scène

Compétitions



L'ascension de mixwell

11342 41

shox siempre ha sido mi jugador favorito del CSS. shox a toujours été mon joueur favori sur CSS.

Ces mots, ce sont ceux de mixwell en avril 2017. Il ne se doutait pas une seule seconde qu'il prendrait la place de son ancienne idole un an plus tard chez G2 Esports. Une drôle de destinée pour un garçon qui a longtemps écumé sa scène nationale avant de devoir partir aux Etats-Unis pour se révéler mondialement. Beaucoup ont tenté l'aventure américaine, peu sont revenus auréolés de gloire et d'un statut nouveau. mixwell a réussi. Et son arrivée chez G2, en test pour le moment, pourrait encore le faire rentrer dans une autre dimension. La suite illogique d'une histoire unique commencée en Espagne il y a quelques années.

De Day of Defeat à Counter-Strike: Source

Ce n'est pas avec Counter-Strike que mixwell a rencontré les jeux vidéo. Son grand frère, connu sous le pseudo de DaTaCoM, jouait beaucoup à un cousin de CS, également édité par Valve : Day of Defeat. C'est grâce à ce titre que le joueur espagnol s'est véritablement plongé dans l'univers des FPS et de la compétition, en observant d'abord son aîné jouer à haut niveau avant de lui aussi prendre la souris.

Je revenais à la maison, m'asseyais à côté de lui et le regardais jouer. Il parlait avec ses coéquipiers en même temps sur TeamSpeak, c'était comme le football mais sur un ordinateur. Quand il partait le week-end, j'allais dans sa chambre et après avoir trouvé son mot de passe, je me connectais et jouais. Il a changé son mot de passe mais je l'ai à nouveau découvert et comme ça, j'ai pu continuer à jouer.

J'aurais voulu que mon frère ait plus de soutien de mes parents. S'il avait joué à un jeu avec plus de pratiquants, il aurait pu devenir un pionnier de l'esport en Espagne. Il était incroyable.

Les limites auxquelles s'est heurté son frère, mixwell va les connaître lui aussi. Si Day of Defeat lui apprend les bases du jeu d'équipe et de l'aim, il ne sera jamais assez développé pour qu'une véritable scène naisse dessus. Arrivé à un certain point, mixwell fait donc le basculement sur Counter-Strike: Source. "Je me suis bien amusé sur Day of Defeat mais ce que j'aime, c'est être en compétition et la communauté DoD était trop petite, il était impossible d'en vivre. Mais j'ai beaucoup aimé ce jeu, tout comme j'ai beaucoup aimé CS ensuite."

Sur CS:S, mixwell va connaître de nombreuses équipes mais aucune ne percera réellement. Il est tout de même encore possible de retrouver quelques traces de lui, comme cette compilation de frags de justmind, sa line-up de début 2010 (mixwell, chad, hartril, nain, nibel).

Cet opus ne sera pas le bon, pas celui sur lequel mixwell commencera à vraiment faire parler de lui. Pour l'anecdote, il se fera même réprimander en 2011 par le modérateur d'un forum espagnol dédié au jeu. La raison ? Il postait des vidéos de Street Fighter ou de Call of Duty, sans rapport avec CS:S... Les difficultés financières de sa famille n'arrangent pas non plus le jeune joueur, qui doit parfois aller disputer des lans sans avoir pu s'entraîner chez lui.

2011. "C'était quand j'allais en lan sans avoir joué en ligne avant parce qu'on n'avait pas d'argent pour payer les factures."

Ses déboires ne l'empêchent pas d'admirer les plus grands joueurs de son pays, notamment un : dumbazo, un compatriote qui a tenté sa chance à l'international, au Royaume-Uni. Il remportera la première saison des EPS UK, en 2009, avec l'équipe Four Kings (dumbazo, aLex, cAUzEd, jakem, PEZ). Quelques années plus tard, mixwell dira de lui et de tous les anciens ayant essayé de faire monter l'Espagne au sommet : "Je voudrais vous remercier de m'avoir motivé, vos vidéos et vos exploits m'ont boosté d'innombrables fois quand j'étais encore un noob, vous êtes un exemple pour tous les joueurs."

La pente ascendante sur Global Offensive

Il faudra attendre CS:GO pour que mixwell commence à se faire un nom. Deux mois après la sortie du jeu, il participe à l'une des qualifications pour le Thor Open avec BEMYFRAG. Lui et son équipe s'inclineront contre les Suédois de teaM_x, emmenés par un futur triple vainqueur de Major, pronax. C'est à partir de ce moment que mixwell va devenir un membre à part entière de la scène espagnole. Le succès n'est pas encore là mais son pseudo commence à bien tourner : il se retrouve un temps chez Wizards, passe chez 34united Club et remporte à l'automne 2013 la Mollerussa Lan Party, une lan nationale, avec Clutchmasterz.

Victoire à la Mollerussa Lan Party 2013

Mais tout cela n'était encore qu'un échauffement. C'est en février 2014 que la carrière de mixwell prend un véritable tournant. Ce mois-là, il rejoint gBots, une structure naissante qui va devenir un pilier de la scène nationale. Il se hisse en même temps dans le très haut du panier de son pays, devenant l'un des joueurs à avoir une place réservée dans les meilleures équipes lors des transferts et shuffles.

gBots sera présente lors de la DreamHack Valencia 2014, rendez-vous incontournable pour toute équipe espagnole qui se respecte. Encore un peu tendre, elle s'inclinera deux fois contre les Frenchies de Platinium (bodyy, matHEND, to1nou, Fuks, Storen) et ne franchira pas la phase de poules. mixwell quitte la structure mais reviendra finalement trois mois plus tard pour remporter le premier de ses trois titres nationaux dans la Liga de Videojuegos Profesional, la ligue professionnelle de jeux vidéo, l'une des compétitions phares dans son pays.

Malgré la présence d'Adrià Gispert, manager de gBots et personne très importante dans la carrière de mixwell puisqu'il l'hébergera pendant près d'un an afin de pallier ses problèmes financiers, l'ancien fan de Day of Defeat quitte une nouvelle fois l'organisation fin 2014 et rejoint Atlantis. Il y obtiendra surtout de bons résultats en ligne, dans quelques tournois ibériques et européens, et fera aussi sa première sortie à l'international à la Copenhagen Games 2015. Un peu glorieux top 17/24 servira de conclusion à cette expérience inédite et mixwell s'en ira peu de temps après rejoindre Epsilon, Atlantis ayant décidé d'arrêter la collaboration avec les joueurs.

mixwell dans le public à Valence

Ce passage dans la structure d'origine belge lui permettra d'accrocher sa seconde médaille d'or dans la ligue professionnelle de jeux vidéo espagnole mais ne lui offrira que de rares occasions de briller en lan. mixwell se rend à la DreamHack Valencia 2015, qui hébergeait les finales FACEIT saison 2, en tant que simple spectateur. C'est évidemment sous un autre statut qu'il aurait aimé y être. Après la fin des contrats avec Epsilon, sa line-up de l'époque décide de continuer ensemble et, gBots étant alors sans équipe, la collaboration se fait naturellement. mixwell se retrouve de nouveau à porter ce maillot si particulier pour lui et cette fois, ce n'est pas juste pour faire de la figuration.

Au fil des mois, l'équipe s'affine et s'ajuste. Elle s'affirme comme la numéro 1 sur sa scène en enlevant consécutivement la lan ESL Fun & Serious à Bilbao puis la neuvième saison de la ligue professionnelle de jeux vidéo à Madrid, le troisième succès consécutif pour mixwell dans cette compétition. Mais gBots veut plus. L'international fait rêver tout le monde. L'organisation peaufine son roster, effectue quelques changements. En février 2016, elle affiche un cinq composé de mixwell, loWel, TorPe, Kairi et kanarito. Peut-être le meilleur dont pouvait rêver l'Espagne. Et l'ESL Barcelona, qui regroupera quelques-unes des meilleures formations de la planète, arrive à grands pas. gBots ne peut pas rater ça, surtout que deux places sont réservées à des équipes du pays accueillant la compétition.

Un temps pressentis pour représenter l'équipe russe Team YouPorn à la qualification pour le Major de la MLG Colombus, en raison de problèmes de visa rencontrés par celle-ci, mixwell et loWel ne sont finalement pas sélectionnés comme stand-in et peuvent se concentrer entièrement sur le tournoi catalan qui arrive. Lors de la qualification espagnole, gBots atomise littéralement x6tence, 16-2 / 16-3, pour assurer sa participation à l'événement. La voilà, l'occasion de briller aux yeux de tous. Et mixwell ne va pas la manquer.

Avant l'ESL Expo Barcelona, gBots avait triomphé lors de l'ESL Fun & Serious

Trois mastodontes attendent l'équipe à Barcelone. Si EnVyUs se montrera trop fort et s'imposera 16-4, fnatic et dignitas auront toutes les peines du monde à se débarrasser de cette formation locale venue jouer les trouble-fêtes. Ils s'en sortiront finalement 16-13 et 16-14 mais les Espagnols ont réussi leur coup en tapant dans l'œil des observateurs. PENTA tombe sous le charme de loWel et le recrute un mois plus tard. Pendant ce temps, à l'autre bout du globe, un Canadien repère le potentiel de mixwell et va lui donner la chance de sa vie.

Une maison verte accrochée à la banlieue

Ce Canadien, c'est daps, alors leader-in-game chez OpTic Gaming et à la recherche d'un cinquième joueur. Le talent de mixwell lui a sauté aux yeux lorsqu'il l'a vu jouer à l'ESL Expo Barcelona. Il le contacte et lui fait une proposition pour qu'il rejoigne l'équipe. A l'époque, mixwell ne connaît aucun des joueurs d'OpTic. Après avoir parlé à daps, il reste réveillé la nuit pour les voir jouer, sent qu'ils ont eux aussi ce qu'il faut pour aller très haut et n'hésite pas une seconde à tout quitter pour les rejoindre. Parce qu'il sent que son rêve est en train de devenir réalité.

Honnêtement, à la seconde où ils m'ont demandé de venir, j'ai dit « Je lâche tout. Je quitte ma famille et mes amis. Je m'en fiche. » Je savais que débarquer dans un nouveau pays serait difficile mais ce que je veux par-dessus tout, absolument tout, c'est être le meilleur. J'ai eu des périodes compliquées dans ma vie où je ne pouvais pas jouer, alors j'allais à la bibliothèque pour regarder des fragmovies et les matchs en cours sur HLTV. Je ne pouvais pas voir ça chez moi alors j'allais là-bas et regardais ces vidéos toute la journée parce que je voulais être comme ces joueurs, je voulais jouer avec eux. J'ai essayé d'apprendre tout ce qu'ils faisaient uniquement en regardant, et ensuite je me suis mis à jouer contre des bots sur un vieil ordinateur portable sans Internet, avec 15 FPS.

J'allais en lan sans avoir pu jouer en ligne, je faisais des voyages de 18 heures en bus pour me rendre de l'autre côté du pays. J'ai toujours fait tout ce que j'ai pu pour pouvoir jouer. Je pense que c'est quelque chose qui a toujours été ancré en moi, sans réaliser de sacrifices, on ne peut rien faire. Alors ce n'était pas difficile pour moi de prendre cette décision.

Comme prévu, l'arrivée aux États-Unis n'est pas de tout repos. Un temps hebergé chez daps, mixwell se retrouve ensuite seul dans la gaming house d'OpTic, un peu isolée en périphérie de Chicago. Les visites régulières d'Hector Rodriguez alias H3CZ, propriétaire de l'organisation, l'aident un peu mais ne suffisent pas à chasser le mal du pays. D'autant plus que ses nouveaux coéquipiers et lui ne sont pas toujours sur la même longueur d'onde dans l'attitude à adopter, ce qui amènera quelques mésententes au début de l'aventure. Pour calmer l'ambiance et ne pas laisser mixwell trop isolé, RUSH finira par le rejoindre pour vivre avec lui dans la gaming house.

Malgré ces difficultés initiales, OpTic obtient des résultats. Le monde découvre ce joueur espagnol quasiment inconnu internationalement quelques semaines avant. Les vlogs et la série de documentaires "Vision" tournés au sein de la structure permettent d'en apprendre plus sur la vie de l'équipe, le personnage de mixwell et son intégration. Son arrivée marque le premier pas d'OpTic vers les trophées. Mais en attendant les suivants, elle se contente de grimper dans la hiérarchie planétaire. Et il y a déjà du travail.


mixwell fait son apparition pour la première fois dans la série "Vision" d'OpTic

Une victoire contre Astralis aux finales ESL Pro League saison 3, un succès au Minor américain en battant TSM et deux fois Tempo Storm (futur Immortals), mixwell et ses coéquipiers se font doucement mais sûrement une place dans le top. L'ancien joueur de Source prend le rôle d'AWP principal et travaille d'arrache-pied pour maîtriser autant que possible ce fusil à lunette. Durant l'été, la line-up parvient à se qualifier pour l'ESL One Cologne et mixwell devient le premier Espagnol à participer à un Major. Celui-ci se terminera rapidement suite à deux défaites mais cela montre le chemin déjà parcouru. Profitant également de son passage en Europe, il va disputer la DreamHack Valencia 2016 avec le mix Wololos, prenant sa revanche sur l'édition précédente où il n'avait pu qu'être spectateur.

À l'ESL One Cologne 2016

Cet été annonce déjà de bonnes choses mais ce sont deux nouveaux changements qui vont vraiment permettre à OpTic de passer un cap. D'abord, l'arrivée dans le roster de tarik, meilleur élément de chez CLG qui se retrouvait sans équipe après son départ de cette dernière. stanislaw fait les frais de ce transfert et est écarté. Mais c'est bien son retour, un mois plus tard, qui fera définitivement basculer la line-up dans une nouvelle ère. Le Canadien est rappelé pour prendre la place de son compatriote daps et endosser le rôle de leader-in-game. Tous les élements sont désormais réunis. Le meneur est en place et ses lieutenants sont prêts. Ce cinq d'OpTic (mixwell, RUSH, NAF-FLY, tarik, stanislaw) va s'imposer comme l'un des meilleurs du monde durant les dernières semaines de 2016. Et mixwell va enfin connaître le succès, le très grand succès.

Après un top 5/6 à l'ESL One New York qui servira d'échauffement, OpTic va créer une petite surprise en l'emportant lors de la Northern Arena Montréal, premier succès de la structure dans un tournoi aussi bien doté, battant en finale les favoris de chez G2 pour empocher 50 000 $. Un voyage à Jönköping pour la DreamHack Winter servira de décrassage et n'apportera rien mais début décembre, en l'espace de dix jours, OpTic va réellement marquer les esprits.

Lors de la seconde saison de l'ELEAGUE, avec plus d'un million de dollars en jeu, mixwell et ses coéquipiers ne font qu'une bouchée de mouz puis de FaZe pour se hisser en grande finale. Loin d'être favoris face à Astralis, ils vont profiter de la fébrilité des Danois dans les moments cruciaux pour s'imposer 2-1 grâce à un NAF-FLY de folie sur la dernière carte. OpTic apporte aux États-Unis un trophée de prestige et mixwell fait flotter le drapeau espagnol sur le toit du monde.

Le point d'orgue de cette version d'OpTic

A peine une semaine plus tard, aux finales de la saison 3 des eSport Championship Series, OpTic va prouver que l'ELEAGUE n'était pas qu'un oneshot en reproduisant une performance de haute volée. Elle s'offre le scalp du rival national Cloud9 et à nouveau celui de FaZe lors de la phase de groupes avant de ne laisser que 15 petits rounds à EnVyUs en demi-finale. En finale, Astralis prendra sa revanche et réussira cette fois-ci à ne pas craquer, laissant à OpTic la place de vice-championne. Mais la line-up a prouvé qu'elle pouvait obtenir plusieurs très bons résultats à la suite.

Malheureusement, cette période de succès sera brève. L'équipe arrive à l'ELEAGUE Major de janvier 2017 avec un statut qu'elle n'a encore jamais réellement eu, celui d'outsider sérieux avec une certaine pression sur les épaules. Et lors de ce tournoi, l'un des deux plus importants de l'année, rien ne va se passer comme prévu. Le tirage au sort est compliqué mais OpTic ne parvient pas à reproduire son niveau de jeu affiché durant la fin d'année précédente. Elle s'incline face à Virtus.pro et Astralis, les deux futurs finalistes, entretient l'espoir en écartant FlipSid3 mais cède finalement une dernière fois, une fois de trop, contre GODSENT. Le Major s'arrête après seulement quatre Bo1 disputés et l'étincelle qui animait le cinq s'éteint en même temps. L'heure de gloire d'OpTic est passée. Tout est à refaire pour retrouver les sommets mais le départ surprise de stanislaw chez Liquid, quelques jours à peine après le Major, va être un véritable choc pour l'organisation et notamment pour mixwell.

Pour moi, ça a été un violent coup de massue. Cela nous a tous affectés. On avait travaillé si dur, et il était tellement important pour nous... En fait, n'importe lequel d'entre nous aurait pu partir, ça aurait été dur de le remplacer, mais lui plus particulièrement. Il avait créé notre identité, notre façon de jouer, c'est lui qui prenait les décisions dans le jeu. Il s'était concentré sur cette tâche et nous n'avions pas à nous en soucier, mais quand il est parti et que ça nous a manqué, nous n'avons jamais pu rejouer comme avant. Il avait quelque chose qui faisait que tout le monde autour de lui jouait mieux.

On avait le sentiment d'avoir travaillé si dur et d'être allé si loin, tout ça pour que ça s'écroule du jour au lendemain. Ça m'a détruit. Aller aux États-Unis, tout sacrifier pour partir là-bas et le voir nous quitter comme ça, pour devoir tout recommencer depuis la case départ...

Le cinq est brisé et personne ne pourra jamais remplacer stanislaw. L'élan de mixwell est stoppé net. La lune de miel américaine est terminée.

Un an loin des titres

Les remplaçants se succéderont sans que le succès ne soit jamais vraiment au rendez-vous. Hiko ne convient pas, jasonR occupe un temps le poste de leader avec un certain succès mais préfère finalement retourner streamer, le coach hazed reprend provisoirement la souris mais n'a pas le niveau espéré. OpTic arrive encore à faire illusion par-ci par-là, profitant de la relative faiblesse de la scène américaine pour se hisser dans toutes les phases finales de ligue en ligne, mais plus rien n'est vraiment comme avant.

mixwell devant Hiko à la DH Las Vegas

La fin de cette équipe morte-vivante depuis plusieurs mois arrivera finalement en juillet 2017 après une qualification Major complètement ratée ponctuée de trois défaites contre PENTA, Vega Squadron et Renegades. Des adversaires qu'OpTic aurait battu dans n'importe quel autre contexte. RUSH et tarik partent vers Cloud9, NAF ne re-signe pas dans la structure et mixwell reste seul.

Il pourrait retourner en Espagne mais se sent redevable envers l'organisation qui lui a permis d'exploser aux yeux du monde. Alors il reste et se retrouve au cœur du nouveau projet d'OpTic : une line-up entièrement européenne composée de joueurs seuls sur leur scène nationale. Le Danois Magisk, le Suédois friberg, le Finlandais allu et l'Estonien HS débarquent aux États-Unis pour rejoindre mixwell et former ce que beaucoup voient comme une "mini-FaZe".

Cette équipe est créée avec un seul objectif en ligne de mire : se qualifier pour le prochain Major. C'est son unique raison d'exister, sauf si une lignée d'excellents résultats dans d'autres tournois était amenée à voir le jour. Spoiler : ça n'arrivera pas. Sans décevoir, la formation est correcte mais ne crève pas l'écran. mixwell avec OpTic V2 doit donc passer l'étape du Minor européen pour justifier son existence et sa légitimité. Et c'est là que les choses ne vont pas se dérouler comme prévu.

La qualification en ligne se passe sans problèmes, les poules du Minor et la demi-finale également. Ne reste plus qu'un match à gagner et OpTic sera au Major. Première tentative contre Space Soldiers. La carte inaugurale est gagnée mais pas la suivante ni la troisième, lâchée en overtime 20-22 après avoir perdu deux rounds de matchs. Deuxième tentative le lendemain contre EnVyUs, au fond du trou depuis quasiment un an et qui joue une grande partie de sa saison sur ce Minor. Et les Français vont réussir à élever leur niveau de jeu pile au bon moment, laissant leur adversaire du jour sur le bord de la route après une victoire 16-10 / 16-14. OpTic s'est ratée. mixwell n'ira pas au Major. Et une nouvelle fois, le faible lien qui existait entre ces joueurs rassemblés presque par défaut se brise.

Sur le papier, c'était alléchant, mais en réalité...

Comme quelques mois auparavant, c'est un cinq vivant sur le serveur mais mort en dehors qui finit la saison et attend le futur avec impatience.

Il n'y avait pas d'alchimie et les problèmes que nous rencontrions n'étaient pas traités collectivement. On essayait de trouver des boucs émissaires, de créer des problèmes là où il n'y en avait pas avant. [...] En fin de compte, tout le monde n'était pas prêt à faire les mêmes sacrifices pour l'équipe. Mais nous avions tout de même le talent suffisant pour nous qualifier aux plus grosses compétitions, sortir des groupes, ce genre de choses. Cependant, nous n'avions pas une formation pour gagner des tournois, je m'en suis rendu compte rapidement, car nous avions de gros problèmes d'identité. Certains voulaient jouer d'une certaine façon, d'autres préféraient faire autrement... Il n'y avait pas beaucoup de camaraderie.

2017 se termine et mixwell est concentré sur un autre projet : les World Electronic Sport Games. Ce tournoi international, disputé entre nations, offre aux petits pays de Counter-Strike une chance unique de concourir face aux plus grands. En octobre, mixwell et son équipe Wololos, composée de la crème de l'Espagne, réussissent à franchir les qualifications européennes et prennent rendez-vous pour les finales mondiales en mars 2018.

En début d'année, la fin de cette line-up OpTic est officialisée. Magisk part chez Astralis, HS quitte le navire et mixwell retourne chez lui. Les au revoirs avec la structure et l'Amérique n'ont pas été faciles tant l'Espagnol leur doit beaucoup mais il ne voulait pas faire partie d'un autre projet bancal, construit autour de joueurs venant d'horizons trop différents pour rester ensemble. Il rentre à la maison et se concentre sur Wololos et les WESG, qu'il qualifie "d'événement le plus important dans l'histoire du Counter-Strike espagnol". Quelques semaines plus tard, la line-up espagnole finira sur un top 13/16 lors des finales mondiales après avoir passé la première phase de poules mais buté sur la seconde.

Wololos en Chine, pour les finales WESG, avec tous les espoirs de la scène espagnole sur les épaules

Il annonce aussi vouloir prendre des cours de français, une langue qu'il avait appris petit mais qu'il ne parlait plus du tout depuis. Une annonce qui fait sourire et pousse les plus audacieux à établir des plans sur la comète quant à l'arrivée future de mixwell sur la scène française. Ils ne savaient pas à quel point ils avaient raison.

Un détour en France... et plus si affinités

Après avoir dit que j'allais à nouveau apprendre le français, plusieurs personnes ont tweeté que les équipes françaises devraient me demander de venir dans leur line-up. Alors, plusieurs équipes françaises m'ont demandé si je voulais les rejoindre.

Simple. Basique. Le 9 mars 2018, G2 Esports, meilleure formation française, annonce l'arrivée dans son équipe de mixwell à la place du capitaine et leader-in-game d'alors, shox. Seul un test de trois mois est annoncé pour débuter mais cette nouvelle fait l'effet d'une bombe. D'abord parce que shox est l'un des joueurs les plus emblématiques de la scène française et qu'il semblait bien être l'un des derniers visés en cas de changement chez G2. Ensuite parce que la France n'a jamais connu d'étrangers dans ses équipes nationales, excepté des Suisses ou des Belges. L'arrivée de mixwell est synonyme d'une ouverture inédite qui apporte un réel vent de fraîcheur.

Après avoir tenu l'or entre ses doigts aux États-Unis avec OpTic, même si ce n'était que sur une courte période, mixwell vient tenter sa chance en France. S'il a répété à l'envie que son rêve était de former une équipe compétitive espagnole, il a conscience qu'il faudra encore du temps à ses compatriotes pour qu'ils se hissent à son niveau. En attendant, il continue son aventure en dehors des frontières de son pays. Pour être le meilleur. Pour arriver au sommet, parce que son ascension ne fait peut-être que commencer.

Merci à Elnum pour la bannière

Crédits photos/citations : DreamHack, ESL, HLTV, WESG

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles