Galerie photos
WebTV
    IEM Katowice : Playoffs
Poules indisponibles
Arbre indisponible
News
En bref...
Pas de breves pour le moment dans ce coverage !


Entretien avec apEX & XTQZZZ aux IEM Katowice

3053 2

Le lendemain de leur élimination contre Heroic, Dan "apEX" Madesclaire et Rémy "XTQZZZ" Quoniam nous ont accordé un bel entretien où nous avons pu aborder différents sujets tournant autour de ce duo reformé chez Vitality, presque deux ans après avoir été séparé. Nous avons ainsi parlé de leurs retrouvailles, de leur évolution, de l'apport de l'un sur l'autre dans la victoire au BLAST Paris Major, de leur connexion sur Counter-Strike et, évidemment, de ce début d'année 2024.

 Une interview également disponible sur :

YouTube Pour ceux qui préfèrent le visuel à l'écrit, et ont envie profiter des mimiques d'XTQZZZ et, surtout, d'apEX.

 

Pour revenir sur cette entrevue d'environ 43 minutes, débutons par l'habituel sommaire afin de suivre plus facilement le fil des sujets abordés, des retrouvailles d'apEX et XTQZZZ en octobre 2023 à ces IEM Katowice, en passant par leur évolution à l'international avec la victoire au BLAST Paris Major. 

Sommaire :     
 

I.
II.
III.

apEX & XTQZZZ, deux ans plus tard.
Les dessous du BLAST Paris Major.
Nouvelle année, nouveaux défis.


I - II - III


I. apEX & XTQZZZ, deux ans plus tard.

Près de deux ans se sont écoulés entre le départ de XTQZZZ, fin 2021, et son retour chez Vitality à l'automne 2023. Deux années durant lesquelles le coach ainsi apEX ont continué d'évoluer, chacun de leur côté. Comment se sont passées les retrouvailles ?


XTQZZZ : Salut VaKarM, c'est XTQZZZ et apEX !

Écoute, on a eu des relations sexuelles, on a tout fait immédiatement... [rires]

Non, rien de particulier en fait. Je pense que pour beaucoup de monde c'est un focus, pour moi c'est juste de dire que je reviens chez Vitality avec des gens que je connais. Comme tu peux t'en douter, j'étais déjà plus dans les transferts et à gérer l'équipe parce qu'ils étaient numéro un à ce moment-là. Je savais à quel point ça pouvait être difficile, tu es numéro un et d'un seul coup ce n'est pas que tout s'envole mais presque, puisque ce sont des mois de travail et une habitude qui se cassent.

Donc, forcément, content de retrouver la maison, des gens que je connais, mais on ne s'est pas dit "c'est trop chouette, vas-y !". Franchement, on a directement parlé du jeu et de ce qu'on voulait, on ne s'est pas dit "putain c'est cool". 

apEX & XTQZZZ prenant la pose avant cette interview réalisée à l'hôtel des joueurs

apEX : Il y a déjà eu une petite période d'adaptation, de réadaptation même, parce que c'était un peu soudain. De mon côté, ce n'était pas voulu comme c'était un départ [celui de zonic]. Donc, bien sûr que Rémy (XTQZZZ) était la bonne personne pour remplacer Danny (zonic), mais c'était un moment un peu compliqué, en tout cas pour moi. Comme il l'a dit, tu travailles pendant un certain temps, tu trouves des solutions, donc ça a été un peu dur à digérer au début.

J'ai surtout commencé à ressentir les bienfaits de la venue de Rémy à partir de Copenhague [lors des Finales BLAST Premier Fall], quand on était en lan, qu'on a réussi à un peu retrouver cette complicité qu'on avait avant sur le jeu, comment on pouvait s'entendre pour amener l'équipe à chercher des trophées. Donc, non, ça s'est fait un peu naturellement j'ai envie de dire. On n'a pas poussé la chose, on n'était pas trop en mode "oh trop bien, c'est la folie !" On s'est dit qu'on avait déjà travaillé ensemble et qu'on a changé depuis, voyons voir ce que ça donne de retravailler ensemble, comment on a évolué et comment ça va évoluer.

 

 

En 2021, les derniers mois de XTQZZZ chez Vitality avaient été marqués par la "Last Dance" du roster français de l'époque, qui savait qu'il allaît disparaître en fin de saison. Les dernières lans avaient donc été jouées dans une ambiance un peu particulière, ce qui n'avait pas si mal réussi aux tricolores, qui s'étaient notamment imposés aux IEM Winter.


XTQZZZ : Je pense que les gens ne mesuraient pas à quel point, quand même, c'était bien ce qu'on a fait quand on voyait la scène et les équipes qu'il y avait, même si je pense qu'on était dans une période où la scène était assez faible en général. Il y avait NAVI et le reste.

apEX : Clairement.

XTQZZZ : Je trouvais qu'il n'y avait personne de bon, à mon sens, et je ne le dis pas pour enlever du mérite aux NAVI, mais je pense que si on avait eu une équipe un peu plus forte, des individualités un peu plus fortes, on aurait pu beaucoup plus les chatouiller, et d'autres équipes aussi par ailleurs.

C'est ce qui a engendré, je pense, beaucoup plus d'équipes internationales en 2022, parce qu'il n'y a pas que Vitality qui a voulu se renforcer, G2 aussi, et là tu vois que ça continue à l'inter. D'autres joueurs ont émergé aussi, il y a quand même plein de nouveaux jeunes joueurs qui ont émergé entre 2022 et 2023. Donc, non, on n'a pas eu le temps [de parler de la Last Dance], on s'est juste dit que c'était bien et que ce n'est pas la même façon de fonctionner entre un projet inter et un projet national.

apEX : Puis, les joueurs aussi.

 

C'est sûr que c'était un bon moment quand on y repense, mais ce n'est pas un sujet de discussion.

 

XTQZZZ : Les joueurs, ce n'est pas du tout la même chose, ils sont vraiment différents [il insiste]. Il y en a qui vont avoir beaucoup plus de demandes, veulent être performants, et d'autres, à notre époque avec la France, où on leur demandait comment ils voulaient être performants et ils ne savaient pas. Là où, maintenant, ils le savent un peu plus, même si on doit encore les pousser.

Donc ce sont plein de choses différentes, si on en parle [de l'époque française], c'est juste par nostalgie ou pour raconter aux Israéliens et à William (mezii) des histoires un peu connes qui se sont passées à notre époque. Sinon, non, on n'en parle pas. 


C'était tout de même sympathique, cette Last Dance

apEX : On va dire que cette Last Dance sur les trois derniers tournois, entre le Major et les finales BLAST World, on veut un peu pracc' mais on fait deux ou trois maps par jour. Je pense qu'à l'époque, j'arrive à Copenhague avec 10 ou 12 heures de jeu sur les deux dernières semaines, donc il n'y a pas un focus. C'était plus un focus sur le fait de profiter et de jouer de la meilleure façon possible, parce qu'on est quand même des compétiteurs, mais de se relâcher.

C'est vrai que c'était un bon moment, surtout un bon moment humain. On a passé un mois ensemble quand même, quatre tournois de suite, c'était un peu long. D'ailleurs, cette deuxième semaine à Stockholm [pour les IEM Winter], où on n'a pas de game pendant six jours...

XTQZZZ : Et on était seuls avec le Covid.

apEX : On ne pouvait pas trop sortir, enfin... on avait le droit, mais il faisait moins quinze degrés à Stockholm, c'était horrible. On a plus partagé une practice room avec G2 pour boire des coups le soir que pour jouer à Counter-Strike. C'est sûr que c'était un bon moment quand on y repense, mais ce n'est pas un sujet de discussion. 

 

 

Durant deux ans, apEX a travaillé avec zonic, arrivé chez Vitality en même temps que dupreeh et Magisk. XTQZZZ, lui, s'est essayé à l'international, d'abord chez G2 puis un peu chez TSM. Des expériences qui ont permis au leader et au coach de connaître de nouvelles choses.


apEX : Déjà, ce qu'il [zonic] m'a quand même beaucoup apporté, c'est d'avoir une autre vision. En tant que leader, je n'avais travaillé qu'avec Rémy par le passé, donc avoir une vision différente sur comment travailler, comment voir les choses. Et, aussi, avoir des joueurs beaucoup plus expérimentés que ceux qui étaient avec moi. shox, RpK, ce sont des joueurs expérimentés, mais RpK ce n'est pas lui qui va apporter cette expérience pure du fond de jeu, c'est plus dans sa manière d'être mais pas trop sur le jeu en lui-même.

Là, j'ai quand même eu un coach et deux joueurs très expérimentés [dupreeh et Magisk], donc tu apprends quand même beaucoup à leur côté. Surtout, la personne qui m'a le plus aidé de ce côté-là, c'était Lars. Avoir un coach mental sur le long terme, avec qui on peut travailler, avec qui on construit une relation, je sais que ça m'a beaucoup aidé, c'est là où j'ai le plus appris.

Donc, automatiquement, quand on se retrouve fin 2023 [avec XTQZZZ], je suis quelqu'un de différent, même si dans le fond je suis toujours le même Dan avec la même façon de fonctionner, mais je pense m'être amélioré et être une personne assez différente. 

XTQZZZ : De mon côté, il y a des choses qui continuent à me convaincre. C'est-à-dire que, quand j'arrive à l'inter, beaucoup disent, et je pense aussi, que l'inter c'est différent, que c'est plus dur parce qu'il y a plein de cultures. Cependant, il y a quelque chose qui ne change pas pour moi, c'est l'identité d'une équipe.

Au début, tout le monde disait qu'il fallait uniquement de la puissance de feu à l'inter, et il en faut, évidemment. Tu as forcément moins de teamplay parce que c'est un peu plus dur mais, à la fin, c'est quand même un homme derrière qui dirige une équipe, qui a une identité et qui doit emmener tous ses joueurs [avec lui], peu importe que ce soit le meilleur joueur du monde, le deuxième, ce que tu veux. C'est une idée qui m'a convaincu en ayant fait G2, encore plus même à l'international, parce que si tu n'as pas ça, c'est la zizanie.

apEX : Peu importe les joueurs que tu as, ça c'est sûr.

XTQZZZ : Oui, n'importe lequel. Donc, ça, c'était le premier point pour moi. 

 

Avec les rosters français, j'étais coach mais je ne me suis pas senti complètement l'être. J'étais beaucoup, je vais être un peu cru, dans l'assistanat.

 

XTQZZZ : Le deuxième, qui m'a permis d'évoluer... Honnêtement, avec les rosters français, j'étais coach mais je ne me suis pas senti complètement l'être. J'étais beaucoup, je vais être un peu cru, dans l'assistanat. Ça fait partie du métier de les aider, de les guider, mais pour moi, tu dois aider et guider, mais pas tout faire. Finalement, tu es sans arrêt en train de fixer des points mais ça ne te fait que régler des problèmes à court terme et ça ne donne pas une vision d'ensemble.

C'est quelque chose auquel je suis beaucoup plus attaché, même là pour l'équipe, même si on a encore de jeunes joueurs. En réalité, William (mezii) est un peu plus expérimenté mais Spinx, même s'il est Top 5 [HLTV 2023], il est encore jeune et il a vraiment encore des choses à apprendre, et flameZ aussi, bien sûr. Maintenant, je veux à tout prix éviter ça parce que c'est ce qui t'empêche d'être constant à mon sens. À un moment, tu restes humain, et si tu passes ton temps à tout faire pour les gars, tu vas connaître des baisses. Donc c'est quelque chose qui m'a convaincu.

Après, quelque chose qui n'a pas changé, ce sont les relations humaines. Chaque personne est un package, avec les bons et les mauvais côtés, et tu dois l'accepter. Au début, à l'inter, j'ai fait l'erreur d'essayer de régler les mauvais côtés des gars alors qu'en fait, ils sont ce qu'ils sont. C'est sans doute parce que ça n'était que ma deuxième expérience en tant que coach au final. J'étais dans un cocon avec Vitality, même langue, etc. G2, je pense que j'ai trop essayé de corriger ça plutôt que d'essayer de suffisamment les réunifier, même si c'était particulier. Donc c'est ce à quoi je suis vraiment attaché aujourd'hui.

C'était le cas avec le roster français, on s'est peut-être un peu perdu avec G2 quand on cherchait des solutions, mais maintenant je sais que cette expérience-là il ne faut pas la répéter pour cette équipe. Même si je connais Dan et Matou (ZywOo), je connais moins bien les trois autres, même si je commence à bien les connaître maintenant. Voilà, c'est ce genre de choses que t'apprends quand tu pars. 


Un passage chez G2 pas évident pour XTQZZZ, mais qui a permis de tirer des leçons utiles aujourd'hui

apEX : Ouais, utiliser leurs forces, c'est quelque chose de vraiment important. L'être humain, surtout quand on dirige, on a tendance à essayer d'améliorer les défauts de chacun et, même si c'est important de le faire, je pense qu'il faut surtout s'appuyer sur les forces. Tous ces joueurs qui sont là aujourd'hui, c'est parce qu'ils sont vraiments bons dans un domaine particulier. Un mec comme ZywOo dans beaucoup plus que d'autres, soyons honnêtes. Mais si demain on se dit qu'il faut qu'on apprenne à Lotan (Spinx) à entry, ça ne marchera pas, mais ce n'est pas grave. Il a son identité de jeu, il est comme ça et il nous fait du bien avec cette identité-là. On ne va pas dire à flameZ d'apprendre à lurk, à jouer les fins de rounds, ce n'est pas possible.

Un exemple un peu bête, c'est qu'on a Spinx qui est certainement le plus mauvais dans l'équipe pour lancer des grenades. Honnêtement, il n'est vraiment pas assez bon. Donc oui, il faut le pousser un peu mais je ne vais pas lui dire que demain il va devenir le meilleur stuffer du monde. Il faut qu'il s'améliore un peu, parce qu'il est tellement un niveau en dessous. Par contre, comme le dit Rémy, il faut surtout le pousser dans ses points forts. Je pense que c'est quelque chose d'important dans le management. 

 


I - II - III


II. Les dessous du BLAST Paris Major.

Le climax de 2023 pour Vitality, c'est évidemment la victoire au Major parisien, l'achèvement ultime de la structure depuis qu'elle avait débarqué sur la scène Counter-Strike en 2018. Un succès compliqué à aller chercher tant la pression était forte, et auquel XTQZZZ a également discrètement participé, en coulisses.


XTQZZZ : Bah écoute, j'étais en train de caster, je pense que ça s'entend à ma voix. J'étais forcément heureux. Bien sûr, on ne va pas mentir, il y a de l'ego, tu te dis que tu n'as pas réussi à le faire avec eux. C'est normal, s'il y en a un qui me dit qu'il ne ressentirait pas ça, il serait sacrément con.

Après, il y a la place au bonheur, surtout que j'ai fêté ça avec eux après sur le bateau, peut-être un peu trop même [il rigole]. C'était un bon moment, je voulais vraiment le caster en plus. Un, parce que j'y croyais, il y a un truc qui flairait, en plus j'aidais un tout petit peu l'équipe à côté, donc j'avais les retours, j'avais discuté avec Dan après Katowice par exemple. J'étais vraiment heureux, déjà parce que le tournoi était incroyable, l'ambiance était incroyable. Les voir gagner, c'était fou. Bon, comme d'habitude, ils ont pleuré [il rigole], à chaque fois ils pleurent quand il y a un grand évènement comme ça. C'était cool de les voir comme ça, cool de les voir réussir surtout.

Je pense que les gens ne réalisent pas, et ce n'est pas valable que pour Vitality mais pour toutes les équipes, comme c'est dur de réussir quand il y a d'énormes attentes. Parce qu'il y a quand même beaucoup d'équipes qui gagnent [alors qu'elles sont en "lune de miel"]. Même ce tournoi-là, aujourd'hui. On disait beaucoup, avant, que la stabilité était le secret de la réussite. Aujourd'hui, les équipes, quand elles sont en "honeymoon", c'est vraiment dur. FaZe, en 2022, ils gagnent Katowice...

apEX : Sur un poil de cul.

XTQZZZ : Merci nous ! Avec un stand-in, et ça leur crée le momentum pendant quatre mois et plus tard, ils l'ont perdu. Même là, ils ont très bien terminé la saison avec leur ancien cinq car ils savent que l'équipe est terminée en fait. En fait quand t'as de hautes attentes aujourd'hui...

apEX : C'est très dur.

XTQZZZ : C'est très, très dur. Ce n'est pas une excuse, ce n'est pas mon point. La chance avec Counter-Strike, c'est que t'as entre dix et quinze tournois à l'année, donc si tu échoues quelque part, tu peux te reprendre, c'est une chance. Par contre, quand tu gagnes, le truc, c'est d'être capable de le répéter, notamment après les vacances.

 

Qui croit vraiment au début de l'année qu'on va gagner le Major de Paris ? Il faut être honnête, je pense qu'on est à moins de 5 % des gens.

 

XTQZZZ : Répéter, répéter, parce que t'as l'impression, finalement, pas que tu n'as rien fait, parce que ces tournois tu les as gagnés, ils sont acquis, le Major il est acquis, tout ce que tu as fait par le passé est acquis ; mais pendant ce temps-là, les équipes se renforcent. Elles ont envie de prouver qu'elles peuvent être à ton niveau, elles crèvent la dalle. C'est vachement dur. C'est pour ça que, pour le Major de Paris... Alors, certes, il y a forcément des mauvaises langues qui diront que, sur leurs playoffs, ils n'ont pas joué de gros noms, mais je pense qu'il faut comprendre [que c'était dur de le faire avec les attentes], c'est ma vision.

apEX : Ce n'est pas notre faute.

XTQZZZ Un, ce n'est pas votre faute, mais ma vision aujourd'hui, c'est que les gros noms, c'est juste de la fanbase. Mais tu regardes les matchs, tu regardes ces IEM Katowice, je ne vais pas dire que chaque match c'est du 50/50 - peut-être un peu plus maintenant avec le MR12 -, mais c'est vachement dur. C'est compliqué parce que c'est beaucoup de jugement de valeur en tant que fan.

Tout ça pour dire qu'au-delà même de gagner le Major, le fait de remplir une attente qui était extrêmement forte, qui était présente depuis des mois, c'est ça qu'il faut mettre en valeur à mon sens, parce que je suis pragmatique, plus technicien. C'est ça que j'ai apprécié et qui m'a rendu vraiment heureux pour eux. 

apEX : Pour rebondir là-dessus, c'est vrai que c'est quelque chose dont les gens ne se rendent pas compte. Bien sûr, il y a eu le public et ça t'aide, c'est clair, mais ça peut tellement être à double tranchant. Le problème qu'on a, c'est qu'il y a d'énormes attentes sur l'équipe, ça ne marche pas très bien, on se dit que Paris on y croit mais, au final, qui croit vraiment au début de l'année qu'on va gagner le Major de Paris ? Il faut être honnête, je pense qu'on est à moins de 5 % des gens.

Comme Rémy le dit, pour nous, la pression est très haute, je n'ai jamais ressenti cette pression de ma vie [il repète]. Surtout pour les groupes, surtout pour les deux premiers Bo1. Je sais que G2 et ENCE c'était... [il mime le choc] Après les matchs, c'était l'enfer, j'étais dans un état... Je ne suis pas quelqu'un de vraiment stressé de base mais là, j'ai pris une vraie claque dans la gueule. C'est quelque chose que les gens ne voient pas mais remplir cette case, réussir à gagner ce tournoi, parce qu'on voulait le gagner, c'était chez nous pour ZywOo et moi, c'était quelque chose d'important. Puis, quand tu regardes, tous les grands ont échoué contre des petits noms au final. G2 a perdu contre Bad News Eagles et fnatic, Heroic contre GamerLegion ou encore Liquid contre Apeks.

XTQZZZ : NAVI qui se fait tarter par Monte, 2-1.


Les GamerLegion de Keoz et acoR, grosse surprise du Major de Paris

apEX : Nous, on arrive là, on joue Into The Breach en quart de finale parce qu'on a fait 3-0 avant, on joue le plus petit seed, c'est normal. Après, on s'était préparés en se disant que, si on gagnait, c'était Liquid en demi-finale [en réalité Apeks, qui a battu Liquid] puis Heroic en finale [en réalité GamerLegion, qui a battu Heroic]. Mais, encore une fois, on ne l'a pas choisi ça, on était juste prêts mentalement.

Pour revenir sur ce côté "honeymoon" dont Rémy parlait, Katowice, on a très rapidement mis une croix dessus en début d'année, mais il y a eu beaucoup de transferts, beaucoup de jeunes équipes qui sont arrivées avec ce côté "honeymoon", qu'on a eu aussi en fin d'année 2023 [victoires aux Finales BLAST Fall et World alors que mezii venait d'arriver]. Puis, on sort d'une grande saison : meilleure équipe de l'année, de loin, meilleur leader, meilleur joueur, Top 5, meilleur coach, même s'il n'est plus là.

On a réalisé une année incroyable mais, là, ce que j'ai déjà dit plusieurs fois en interview, on a une énorme cible dans le dos, les gens vont se donner à 1 000 % contre nous. Donc, même si je pense qu'on est potentiellement meilleur que ces équipes, si on ne donne pas autant au même moment qu'elles, on ne gagnera pas. C'est exactement ce qui s'est passé ici.

Après, je ne dis pas que c'est évident, surtout quand tu es un peu plus jeune, de comprendre qu'il faut que tu donnes encore plus que l'année dernière. Je pense que, voilà, l'humain il lui faut une grosse claque dans la gueule, comme là en étant dernier, pour se dire "ah ouais ! Je ne suis pas si beau que ça". 

XTQZZZ : Et ce n'est pas une excuse. 

apEX : Zéro excuse.

XTQZZZ : C'est justement parce qu'on était conscient de ça et c'est juste qu'on n'a pas réussi. Franchement, la BLAST c'était déjà moyen, on s'en sort quand même mais c'était moyen.

apEX : Matou (ZywOo) nous a sauvés quoi.

XTQZZZ : Oui, honnêtement et indignement, on est un peu moins bons et on a senti qu'aujourd'hui, et c'est pour ça à mon avis qu'il y a tant d'upset en Major, c'est que certaines équipes [n'ont rien à perdre] et se disent, par exemple, qu'elles sont déjà au Major et qu'elles ont déjà gagné. 

apEX : On a déjà gagné, on a des stickers !

 

Le MR12 a plus d'impact psychologiquement parlant. Ça va très vite, tu peux gagner des matchs où tu as l'impression de surdominer ton adversaire mais, à la fin, il n'y a que 13-10.

 

XTQZZZ : Alors que, quand t'es un grand club - et pas que le nôtre, il y en a quelques uns -, le Major, ce n'est pas suffisant, ça va plus loin. Du coup, tu te mets des trucs dans la tronche qu'on ne maîtrise pas encore assez, à mon avis, car ça reste la première génération de professionnels, parce qu'on n'a pas été assez éduqués là-dedans. Pour moi, c'est l'une des explications. Je connais très bien G2 aussi, je sais que dès qu'il y a des attentes, ça explose, alors que quand ils n'en ont pas, bizarrement ça clique, mais c'est le cas aussi d'autres équipes.

On fait peut être le focus sur nous quand ce sont de grands tournois mais Heroic, l'équipe danoise, on s'est dit à un moment donné que ça y allait, on les a attendus sur beaucoup de tournois, et on les attend toujours. C'est le jeu, il faut être fort, on travaille là-dessus et on savait que ce n'est pas car c'était acquis que ça allait continuer. Hier soir, j'ai dit aux gars qu'il fallait vraiment mettre 2023 de côté, que c'est une nouvelle année, qu'il n'y a pas de meilleure équipe du monde, qu'il n'y a personne qui domine le jeu, qui est encore nouveau. Il y a aussi le MR12, qui est très impactant quand même.

apEX : Ça va vite !

XTQZZZ : Bien plus qu'on ne le croit. Pas forcément sur le jeu en lui-même, mais je trouve pour le moment que le MR12 a plus d'impact psychologiquement parlant. Ça va très vite, tu peux gagner des matchs où tu as l'impression de surdominer ton adversaire mais, à la fin, il n'y a que 13-10. Qu'est-ce qui s'est passé ? T'as perdu les deux pistols.

J'ai eu une conversation avec zonic la semaine dernière, il m'a dit qu'on était largement au-dessus d'eux sur Vertigo mais qu'il y a 13-9 parce qu'ils ont gagné les deux pistols et qu'au final ils sont restés dedans, ils se sont dit qu'ils pouvaient le faire. C'est ce genre d'aspects, je pense, qui vont augmenter la pression pour les gros quand ils auront des attentes parce que si tu rates un start, ça peut être emmerdant. 

apEX : Rémy parle d'un point important mais nous, chez Vitality, l'investissement qui est mis dans les salaires, dans les joueurs, dans le recrutement et dans tout le reste... Neo [président de Vitality] est pragmatique, il est là pour gagner des Majors en fait. Automatiquement, il y a un impact sur nous. Et, oui, il faut savoir le gérer, c'est la base, mais dans de plus petites équipes, ça ne se passe pas comme ça et c'est exactement ça les upsets. Bad News Eagles, à chaque fois, le Major, c'est le tournoi de leur vie.

Alors que, dans le RMR, par exemple quand G2 ne passe pas, tu sens qu'en fait tu as tout à perdre quand tu es le gros. Si tu perds, c'est la fin du monde, tu es humilié et ce sont ces choses-là qui ne sont pas évidentes à gérer pour certains joueurs, c'est sûr. 

XTQZZZ : On s'est égaré de dingue ! [rires]

apEX : Ouais, c'est pas grave, on devait faire une interview de quinze minutes, on est déjà à une heure, c'est parfait. [rires]

 

 

Autre moment marquant de l'année écoulée, le stand-in de JACKZ en remplacement de dupreeh lors des poules de l'ESL Pro League S17. Un passage éclair pour l'ouvreur français, mais qui va nettement impacter la manière dont apEX va mener ses troupes par la suite, ainsi que sa relation avec dupreeh.


apEX : Il y a deux points qui m'aident à ce moment-là. Le premier, j'ai une conversation avec Rémy qui me consolide dans mon idée où on ne joue pas vraiment comme j'aime. On joue un style de jeu un peu hasardeux, pas en première intention, etc. Non pas car je n'en ai pas envie, mais parce que je n'ai pas un joueur qui peut vraiment avancer, jusqu'à ce que dupreeh comprenne et ce sera le deuxième point.

Rémy me dit ça, et je suis tout à fait d'accord avec, mais je lui explique que ce n'est pas si simple en fait. Oui, j'ai envie de jouer un peu plus rapide, qu'on mette du rythme, que ce soit un peu différent. En équipe internationale, jouer vraiment doucement, ça peut fonctionner, je ne dis pas le contraire, mais ça prendra beaucoup de temps pour créer les automatismes et ce n'est pas spécialement mon ADN de jouer de cette façon.

Au final, il me consolide dans cette idée et me dit qu'il faut vraiment que j'arrive à lead de la manière que j'aime parce qu'il ne me reconnait pas. Le vrai apport de Rémy, il est dans cette discussion et le fait qu'il me pousse à le faire. Puis ce qui me confirme encore plus que je veux changer, c'est quand JACKZ arrive en stand-in.

XTQZZZ : J'étais responsable du remplacement.


Le stand-in de JACKZ chez Vitality, un moment important pour apEX

apEX : Il arrive pour les groupes de l'ESL Pro League et, là, Jacky, je sais comment l'utiliser. Je sais que c'est un chien fou, que je peux en faire un peu ce dont j'ai envie et je me rappelle avoir dit à zonic, avant l'EPL, qu'on n'avait que trois jours de préparation avec Jacky - étant donné qu'il faisait une qualification RMR au Moyen-Orient... 

XTQZZZ : Oui, Moyen-Orient, il était à Dubaï non ? 

apEX : Ouais à Dubaï, il était avec des Israéliens. Il ne passe pas d'ailleurs, super Jacky, bravo ! [sourires]

XTQZZZ : Tant mieux au final !

apEX : Oui et non, même s'il était passé, il aurait quand même pu venir, il aurait été qualifié pour le RMR. Il vient avec nous et, donc, je dis à zonic que je sais comment on va jouer, qu'on ne va jouer que rapide, que je ne call aucun round lent [il insiste]. Au final, on gagne notre premier match, je ne sais plus contre qui, puis on bat OG et après on joue FaZe, avec ce comeback à 1-14 sur Anubis. On ne fait que jouer rapide, on leur met du rythme et je pense qu'il y a eu un déclic chez zonic et dupreeh.

 

Jacky vient avec nous et, donc, je dis à zonic que je sais comment on va jouer, qu'on va jouer que rapide, que je ne call aucun round lent.

 

zonic a compris comment je peux être quand il y a vraiment un joueur qui [correspond à mon jeu]. dupreeh aussi, qui comprend les attentes qu'on a de lui et, de là, on a une vraie discussion avec lui. Je lui explique que, quand je call quelque chose de rapide, je veux bien passer en premier, je veux bien qu'on alterne parce que je kiffe ça, mais je veux sentir qu'il me suive et je ne veux pas passer devant lui quand il est premier, il faut avancer mon pote, il faut appuyer sur Z. Spinx n'est pas du tout capable de ça, ZywOo oui mais ce n'est pas du tout son rôle, et Magisk pas vraiment, il prend des duels mais il ne va pas spécialement courir. Donc je dis à dupreeh qu'on est deux, que c'est à nous de le faire et il le comprend.

Au final, on peut jouer un style plus rapide et on commence à prendre du niveau et, lui, en contrepartie, il me demande plus de liberté sur les autres moments. Dès qu'on est en map control, je lui dis de call un peu plus, de call des trucs sur lui, pas de problème. Il ne faut pas grand-chose au final, ce n'est pas un changement mais juste notre mentalité qui bouge.

dupreeh se dit à ce moment-là qu'il n'est plus le dupreeh de 2018-2019, top 3/4 rifle du monde, qu'on a des attentes différentes sur lui et qu'il a quand même deux voire trois mecs derrière qui peuvent assurer, donc qu'il doit créer de l'espace pour eux. À ce moment-là, tout commence à prendre et encore plus maintenant avec flameZ, qui est capable de totalement prendre ce rôle.

XTQZZZ : En gros, ce qui s'est vraiment passé, c'est que vers le mois de janvier (2023), pendant qu'ils sont dans les groupes BLAST, j'ai commencé à chercher un remplaçant pour dupreeh puisqu'il allait être papa et que Vitality m'avait contacté pour ça.

J'ai un groupe avec zonic et MaT, on discute des options et, je ne sais plus qui l'amène, JACKZ arrive sur la table. Il n'est plus avec HEET, je pousse un peu dans ce sens, notamment du côté de Vitality comme MaT était convaincu, que ça ferait du bien à tout le monde, déjà car c'est un soldat mais aussi car il apporte le bonheur, la bonne humeur. 

apEX : Sa façon d'être.

XTQZZZ : Même si c'est un stand-in, ça fera du bien, ça amènera une petite fraîcheur supplémentaire qui peut aider. On est d'accord avec MaT que ça peut aussi aider Dan pour son jeu et que ça pourrait donner des idées. Là où zonic et MaT ont du mérite, c'est notamment que MaT a parlé avec dupreeh pour lui montrer comment JACKZ avait joué, comment ça avait pu fluidifier le jeu. Moi, j'étais en charge de pousser Vitality, dire que c'était bien ce remplaçant-là qu'il fallait, parce qu'il y en avait d'autres. Il y avait un ou deux Danois et un autre, je n'ai plus les noms en tête.

apEX : es3tag.

XTQZZZ : Il y avait es3tag, mais pour être franc je ne me souviens plus des autres noms.

Après, mon rôle, c'était entre les challenger et [les rassurer], leur dire qu'ils allaient dans la bonne direction. Ce qu'il faut savoir, c'est que durant le RMR et le Major, je castais, et on s'était fait un call avant pour parler des tendances de jeu qui se dégageaient de ces tournois, parce qu'ils ne pouvaient pas tout regarder évidemment avec la préparation, les voyages, les media day, etc. J'étais même venu à l'hôtel à Paris pour les aider pour le match contre G2, parce que savais comment ils fonctionnaient. C'était globalement pareil pour les playoffs.

C'était juste pour les consolider la plupart du temps, parce que, honnêtement, ils étaient dans le juste. Les consolider, ou même parfois s'ils avaient envie de parler d'un truc. Je leur ai aussi dit qu'il y avait des tendances à corriger sur une ou deux cartes parce que c'était plus facile pour moi [de les voir], j'étais en spec' donc je pouvais voir les antistrat. Je disais à MaT, notamment en CT, "fais gaffe, ils ont repéré ça - je ne vais pas dire quoi car ça existe encore aujourd'hui -, ils peuvent vous défoncer".

C'était assez minimaliste, parce que j'étais aussi en réflexion sur l'académie. J'ai travaillé un peu sur le dossier, ça ne s'est pas fait uniquement pour des raisons budgétaires et aussi, très souvent, pour des histoires de timing. Au moment où on se lançait, on avait des informations que WePlay [la ligue des équipes académiques] devait reprendre puis, finalement, on a reçu un mail disant que tout s'arrêtait.

Au final, ça m'a permis de rester un peu dans [le bain] parce que je savais que j'allais revenir, et ça me permettait en même temps de penser un peu à moi-même, donc c'était un bon deal pour moi.

 


I - II - III


III. Nouvelle année, nouveaux défis.

Le duo apEX - XTQZZZ reformé, comment compte-t-il évoluer ? Certains automatismes reviennent, d'autres ont changé depuis 2021, forcément. Il faut se donner un peu de temps.


apEX : Je pense qu'on a la même façon de penser. En fait, c'est marrant, mais Rémy, c'est quelqu'un qui, quand il arrive dans une équipe, ne parle pas énormément, comme là par exemple. Il devait aussi voir comment les joueurs étaient, comprendre un peu comment chacun fonctionne, donc on n'a pas eu beaucoup de discussions. Puis, dès qu'on a commencé à plus parler, on s'est très vite entendu, ré-entendu même.

Il m'a quand même fait grandir en tant que leader pendant deux ans et avant ça, il m'avait eu en tant que joueur-coach pendant un an donc, automatiquement, on parle le même Counter-Strike, c'est sûr. Comme, longtemps, gla1ve et zonic l'ont parlé parce que l'un a fait grandir l'autre, l'a éduqué. Rémy m'a éduqué dans le lead, puis j'ai ajouté ma façon d'être mais, quand on discute, on est sur la même longueur d'ondes.

Par exemple, ce matin on commençait déjà à bosser sur la suite et on a à peu près les mêmes idées d'amélioration, sur de nouvelles choses, sur ce que chacun doit apporter, faire évoluer ou garder. Donc oui, c'est assez simple de discuter ensemble et de se comprendre, on voit CS de la même manière.

XTQZZZ : En fait, de base, j'ai toujours été un diesel, je n'ai pas de problème à le dire. Quand un projet commence, surtout que là il était déjà en place, je ne connais pas les personnes et je reste un coach, je ne joue pas. Donc, même si avec Dan c'est plus facile, je dois apprendre [à les connaître].

Par le passé, notamment chez G2, c'est quelque chose qui n'avait pas été compris. Tu as besoin d'observer et de comprendre ce que les gens aiment, comment ils pensent et tu ne peux pas arriver avec tes grands sabots et dire "ça va être comme ça !", surtout dans un projet international où tu dois construire ton identité. Forcément, j'étais observateur au début, parce que Dan a évolué, bien sûr, et que nous sommes des personnes qui prennent beaucoup de place. Pour moi, le coach doit s'adapter : si le lead prend beaucoup de place, lui ne doit en prendre qu'un petit peu ; parfois il faut une meilleure balance, c'est ce qu'on va essayer de faire là par exemple. Ça dépend aussi des autres joueurs que tu as.


XTQZZZ le diesel

Quand c'était le projet français, honnêtement, il y avait un peu Richard (shox), mais c'était surtout nous deux et point barre - sans parler de MaT mais en restant sur les joueurs. Là, petit à petit, je ne dis pas que ce sera aussi nous deux et point barre, mais ça sera principalement nous, et on attend quand même un certain pourcentage des autres. De ce que Dan m'en a dit, je pense que si Emil (Magisk) était resté, ç'aurait été différent.

C'est comme ça que je fais et, aussi, j'ai voulu prendre le temps de voir comment les équipes et les gens ont évolué dans la préparation, dans l'antistrat, dans leur manière de jouer, parce que ça faisait quand même un an [sans jeu] pour moi. Ce n'était pas forcément évident, notamment le premier tournoi car on n'a joué que des équipes "new look", donc au final tout le monde jouait son jeu. Là où, par exemple, lors de la BLAST la semaine dernière, il y a plus de choses qui m'interpellent, où je me dis qu'on doit corriger deux ou trois points dans la manière dont on approche les matchs. Je ne dis pas qu'elle est mauvaise, mais il nous manque des petites choses pour se sentir plus fluide.

Après, sur le côté connexion entre Dan et moi, historiquement déjà on vient de France, on a quand même souvent parlé le même CS en France, donc c'est plus facile. Maintenant, je crois qu'on comprenait aussi qu'il fallait qu'on aille plus loin que le côté français, donc c'est assez facile finalement. Je sais quand il a besoin que je sois plus présent, et à l'inverse quand je ne vais pas l'aider car je sens qu'il est en contrôle. Typiquement, je ne prendrais pas de pause dans ces moments pour ne pas lui brouiller le cerveau alors qu'il maîtrise la game.

 

Après des poules BLAST Spring poussives mais concluantes – qualification décrochée pour les Finales de juin –, ces IEM Katowice ont été un gros échec pour Vitality, éliminée sans avoir remporté un seul match. Après une année 2023 très réussie, l'équipe doit oublier ses victoires passées et travailler dur de nouveau. Plus facile à dire qu'à faire.


apEX : La claque, elle est méritée. Quand tu perds deux Bo3 de suite contre des équipes qui sont censées être moins fortes que toi, qu'est-ce que tu veux que je te dise, c'est mérité.

Je pense que ça va faire du bien. En fait, je pense qu'en tant que joueur, quand tu n'as jamais dominé avant, ce n'est pas évident de comprendre comment il faut bosser. Encore une fois, ce n'est pas pour trouver des excuses, mais je pense qu'on a de très jeunes joueurs... Moi, j'ai déjà dominé un petit peu, j'ai quand même un peu cette expérience même si elle n'est pas énorme, puis je suis leader donc je sais que les gens vons nous regarder et que je dois changer des choses. Mais eux, en tant que jeunes joueurs, ils ne se disent pas qu'ils vont être regardés. Si t'as sept victoires de suite sur Inferno, les gens se demandent qui est la meilleure équipe en ce moment sur Inferno, et ils vont regarder comment elle joue. Les joueurs ne se disent pas qu'ils doivent avoir un coup d'avance sur tout ça et qu'ils doivent préparer de nouvelles choses. On se dit qu'il faut continuer dans ce qui fonctionne. Oui, il faut s'appuyer là-dessus, continuer dans cette macro, mais il faut changer des petits détails et c'est comme ça que tu vas baiser les gens.

Je pense que c'est quelque chose qui est nécessaire aujourd'hui pour se remettre sur la bonne voie. D'avoir pris une claque, même pour moi, après un petit peu de réflexion même si on va avoir quelques jours en plus pour approfondir, je me rends compte que je n'ai pas bossé de la bonne manière en tant que leader depuis le début de l'année. Que ce soit sur mes débuts de side, peut-être mes anti-éco, sur certains rounds, sur les mid-rounds aussi. En fait, c'est juste que, quand tu gagnes, tu fais potentiellement ces erreurs mais comme tu mets les rounds, tu les vois un peu moins et tu les ressens beaucoup moins aussi. Là, comme t'es éliminé, que t'es dernier de Katowice, tu te dis qu'il y a quelque chose qui ne va pas, ce n'est pas de la malchance. Ce n'est pas parce que hier, on a perdu 0-2 avec deux prolongations et qu'on aurait pu gagner 2-0, qu'il n'y a pas quand même des choses à revoir. Donc, oui, une claque nécessaire pour avancer. 

XTQZZZ : Je ne sais pas si le mot "important" est le bon [en abordant le sujet, nous avons demandé s'il était important de perdre maintenant, avant le RMR et le Major, après avoir connu une période lune de miel avec mezii]. Oui, ça peut aider mais, en fait, ce qui est triste et qui nous a énervé, au-delà même de finir dernier, c'est qu'on l'a senti venir, et ça c'est chiant.

On en a parlé, on a essayé de travailler dessus, plus sur le côté mental parce qu'effectivement, sur le jeu, il y avait des choses dont on avait parlé. Par exemple, nos débuts de match, on en a parlé et finalement on n'a pas bien fait les choses mais ça, c'est toujours pareil, quand tu es concentré sur un point, tu te relâches un peu sur un autre puis tu te rends compte que tu n'as pas fait une bonne balance. C'est comme ça, c'est Counter-Strike, puis comme j'ai dit, tous les tournois qu'il y a te permettent de t'en rendre compte.

Oui, je pense que ce n'est pas évident, quand tu es numéro un, parce qu'avant ça tu pouvais encore gagner des matchs en étant à 80, 90 %, mais quand tu es la cible, 80, 90 % ce n'est pas possible, parce que les mecs en face sont à 200 %. On l'a vu hier et je l'ai dit aux gars, quand j'entends les mecs contre qui on a joué, l'énergie et l'intensité qu'ils ont mis par rapport à la nôtre... Le gap qu'il pouvait y avoir entre les deux équipes a été inexistant parce que, sur d'autres domaines, on a été faibles. Donc, voilà, il faut apprendre sur ça.

 

Ce qui est triste et qui nous a énervé, au-delà même de finir dernier, c'est qu'on l'a senti venir, et ça c'est chiant.

 

Après, ça devrait aller mieux dans les prochaines semaines, mais il y a d'autres trucs aussi, notamment pour nos Israéliens, qu'on arrive à faire pour que leur environnement soit un peu meilleur. Ça a été au début de l'équipe, fin 2023, mais il faut savoir qu'ils vivent un peu partout et nulle part à la fois depuis trois mois, presque quatre. Ça va s'améliorer là, et encore une fois ce n'est pas une excuse, parce qu'on a essayé de mettre des choses en place et qu'eux étaient conforts mais, quand même, il y a quelques jours avec Dan, on s'est dit que ça ne l'était pas tant que ça, que c'est assez puant.

Comme il l'a dit, avant on gagnait, mais on a ressenti depuis la reprise que c'est quand même quelque chose qui leur pèse plus et ça s'est vu au niveau individuel. Parce qu'individuellement, on n'a pas été bons à ce tournoi. Il y a bien sûr d'autres trucs à corriger, on était catastrophiques. La semaine dernière, ce n'était pas brillant non plus mais Matou (ZywOo) était en mode "vous inquiétez pas, je gère !", il faut le dire. Alors que, là, Matou se sentait bien mais on était encore un petit peu moins bien que la semaine dernière et, un tournoi comme celui-là, tu le payes cash. On est prévenus, c'est une leçon. Finalement, ce dont on est en train de parler, ça arrive chaque saison à différentes périodes.

apEX : À toutes les équipes.

XTQZZZ : À n'importe quelle équipe, ce n'est pas quelque chose de ciblé. Au final, ton plus grand adversaire, tous les jours, c'est toi-même, ta propre équipe. C'est ce que tu fais, la direction dans laquelle tu vas. Sur deux ou trois choses, on s'est peut-être un petit peu égarés et sur deux ou trois autres, peut-être que le focus était trop élevé aussi, donc ça va nous servir. Ce qui est chiant, c'est que c'est encore à Katowice. Cette année, en tout cas, ce n'est pas la malédiction Katowice, je préfère le dire. C'est vraiment autre chose qui fait qu'on a échoué ici, parce qu'on a échoué.

apEX : Ça aurait pu être n'importe où, ça aurait pu être un Major, à Paris, ça aurait été la même chose. 

XTQZZZ : Je pense que ça aurait été les IEM Dallas maintenant, ça aurait été la même chose.

apEX : Exactement. Pour rebondir sur ce que disait Rémy, c'est vrai que c'est quelque chose dont je parlais beaucoup et dont j'essaie encore plus de parler maintenant, mais j'aime bien reprendre l'exemple du sport. Nadal, à Roland-Garros, il en gagne quoi ? 13 ? 11 ? Enfin, beaucoup quoi [14]. En fait, ce qui est fou de sa part, ce n'est pas de gagner les Roland-Garros, c'est d'aller en finale tout le temps et de gagner tous ses matchs d'avant. C'est plus ou moins ce qu'on vit nous : quand t'es le meilleur quelque part, tout le monde veut ta place et, là, il faut que tu comprennes que tu dois énormément donner pour y arriver. Tu sais que tu es le meilleur, mais il va falloir que tu donnes énormément pour gagner. 

Ça, je pense que ça nous manque pour le moment. Même si on est en lune de miel, les deux victoires BLAST, on a envie, tu le sens, on a envie. On perd des rounds, on s'en fout. On perd une carte, on s'en fout. Il y avait quelque chose, on était prêts à tout. Là, comme on se voit un peu trop beaux, quand on perd un round, on se dit que c'est la merde ; on perd une map, on joue mal ou on ne porte pas nos couilles, on est en mode "ohlalalala". En fait, directement, notre niveau descend.

Vraiment, ça faisait plus ou moins depuis l'avant Rio [en novembre 2022] que je n'avais pas vu ce genre de rounds que l'on perd d'une manière folle. On a un 4v2 sur Mirage, hier, on en a parlé pendant une heure je pense, mais on tue trois mecs en A. En l'espace de quatre secondes, on en tue un connector, un sur le A et un window. Et en fait, on ne plante pas la bombe, on ne prend pas d'espace et on est un peu tétanisés. On voit les choses trop faciles. Parfois, on se dit qu'on n'a pas besoin de jouer trop agressif, qu'on va jouer reculer, qu'on n'a pas trop besoin de jouer notre jeu et que ça suffira, mais non, ça ne suffit pas. Toutes les games, il faut vraiment se donner à fond. C'est tellement serré, les gens ont tellement envie, c'est ça le haut niveau.

On peut le voir aussi dans les grands tournois, comme en Coupe de France au foot, où les équipes ont vraiment la dalle. Il y a tout le temps des surprises car les gens, c'est le tournoi de leur vie. Là, je suis désolé, ENCE ils font un tournoi de fou, mais c'est le tournoi de leur vie, ils n'ont jamais joué dans la Spodek les mecs, sauf gla1ve bien évidemment. Quatre Polonais, bien sûr que c'est le tournoi de leur vie, bien sûr qu'il fallait s'attendre à ce que ce soit compliqué pour nous, et ça a été compliqué. Ils ont été meilleurs parce qu'ils en voulaient, tu le sentais.

XTQZZZ : Et il faut le reconnaître, ENCE jouait très bien. On n'a pas été parfaits, mais il faut aussi le reconnaître. Alors, peut-être que les gens se disent qu'ENCE ça ne va pas être fort, mais ils ont très bien joué, y a pas à dire. 

apEX : Ouais, ils avaient la grinta, ils avaient tellement envie, tu le sentais, comme on avait pu avoir à Paris. C'est juste que c'est ça qui est dur aujourd'hui, c'est de reproduire. Comme il y a beaucoup de tournois, reproduire ça tout le temps [il répète]. C'est ce qu'on essaie de prôner depuis le début de l'année, malheureusement on n'y est pas encore. Mais, là, je pense qu'on a compris que si on ne se donne pas un peu plus, ça va être dur.


Peut-être qu'à Katowice, ENCE avait un peu plus envie que Vitality

XTQZZZ : Finalement, ce qu'on dit, c'est très facile à identifier franchement, même à voir de l'extérieur je pense. Mais de créer le switch, c'est tellement personnel...

apEX : Moi, je ne peux pas impacter Lotan (Spinx) ou Shahar (flameZ). Je peux leur dire, je peux leur expliquer, mais c'est à eux de faire le travail personnel. Même notre performance coach, Jack, ou même Lars, ils ne peuvent pas changer un joueur. C'est la personne qui a envie de changer, qui a envie de se dire "ouais, c'est vrai, il a raison !". C'est elle qui se rend compte qu'il faut qu'elle donne plus, qu'elle mette plus d'énergie. Si le mec ne se rend pas compte, tu peux lui dire 100 fois... C'est comme un enfant, ou un kleptomane, lui dire "arrêter de voler", il n'y arrivera pas, c'est la même chose.

XTQZZZ : Belle réf, franchement belle réf ! [rires]

apEX : Pour mateOo, pour mateOo. 

 

Et on conclut par le traditionnel mot de la fin !


XTQZZZ : Déjà, merci pour le soutien. Je sais que j'en ai eu beaucoup et que je ne communique pas, je suis dans ma bulle que ce soit côté pro ou perso. 

apEX : Comme Diam's !

XTQZZZ : Exactement, ça c'est une meilleure réf déjà. Donc merci pour le soutien. Je n'aime pas trop m'excuser, parce que je sais qu'on a essayé de faire du mieux possible. Je n'aime pas trop cette formule, donc je dirais simplement qu'on se bat pour trouver des solutions à chaque fois et pour réaliser, pourquoi pas encore, une grande année. C'est la seule chose qu'on peut leur dire, qu'on leur promet qu'on donnera tout ce qu'il faut.

apEX : Je suis d'accord. Enfin, je vois quand même des messages de Français, c'est un peu difficile. Tout le monde perd, tout le monde a des résultats compliqués à certains moments, ce serait trop facile de tout gagner. J'aimerais gagner deux Majors, Katowice et Cologne cette année, aucun problème avec ça, mais il faut être un minimum indulgent je pense. Merci pour le soutien. Comme d'habitude, 99 % des gens sont incroyables en France et ça fait du bien, parce que je me suis fait un peu boloss par les Polonais après ENCE.

XTQZZZ : Sit down. [rires]

apEX : Le soutien français fait du bien. Après, ça fait partie du jeu, j'ai une grande gueule donc quand je perds... Mais j'assumerai toujours ! Merci à tous en tout cas. Comme l'a dit Rémy, on va tout faire pour relever la tête le plus rapidement possible, comptez sur nous. On a déjà commencé à bosser et je pense qu'on a déjà les axes d'amélioration, donc si les autres nous suivent, je pense que la saison va être belle.



I - II - III


 

Coverage sponsorisé par  Predator

Grâce au soutien de la gamme d'ordinateur pour Gamers, Predator par Acer, sur laquelle les joueurs de ces IEM Katowice joueront toute la semaine, nous avons la possibilité d'envoyer deux personnes pour couvrir les playoffs de l'évènement. Merci à eux !

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles