BLAST Pro Series Madrid
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
Phase de poule
BLAST Pro Series Miami
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
Phase de poule
BLAST Pro Series São Paulo
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
Phase de poule
BLAST Pro Series Lisbonne
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
Phase de poule
BLAST Pro Series Copenhague : La poule
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
Phase de poule
BLAST Pro Series Istanbul
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
Phase de poule
BLAST Pro Series
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
Phase de poule
WebTV
News
Breves
Pas de brève pour le moment dans ce coverage !


BLAST Pro Istanbul : Qui arrivera en finale ?

2820 1

Après le Major, certaines formations du top mondial ont choisi de traverser le détroit du Bosphore pour se réadapter au rythme effréné des vols menant à l’autre bout du monde, mais aussi, et surtout, pour jouer à Counter-Strike sous de nouvelles latitudes. C’est ainsi que 6 équipes se rendent aux BLAST Pro Series Istanbul d’aujourd’hui à dimanche, où, dans le cadre d’une compétition au format extrêmement inhabituel, 250 000 $ sont en jeu.

Dans la mesure où, contrairement à la majeure partie des compétitions du jeu, les formations invitées ont déjà choisi les cartes sur lesquelles elles allaient s’affronter dans ce Round Robin ("tout le monde contre tout le monde") en Bo1, il est possible de s’avancer plus précisément sur les chances qu’elles ont de rejoindre la finale, qui aura lieu dimanche.

Tous les pourcentages qui suivent décrivent, pour l’équipe dont on parle, le rapport entre une victoire sur une carte donnée et le nombre de fois où cette carte a été jouée par cette même équipe en LAN sur les trois derniers mois.

En tant que championne du FACEIT Major London, mais potentiellement aussi en tant que meilleure équipe de l’histoire de Counter-Strike : Global Offensive, Astralis débarque en Turquie avec le vent en poupe. À Londres, elle n’a perdu que 2 cartes sur les 14 qu’elle a jouées, et ce en overtime à chaque fois (dont une contre NiP, perdue 26-28). Difficile de parler d’autre chose que de domination.

Une des raisons qui expliquent un tel niveau est le map pool des Danois ; leurs plus mauvais résultats ont eu lieu sur Mirage et Inferno, qu’ils n’ont remporté que... 70 % des fois. À titre de comparaison, MIBR et NiP n’ont que 2 cartes chacune sur lesquelles elles atteignent ou dépassent 70 % de victoires.

Concentrés sur la suite

À Istanbul, Astralis va jouer Inferno 3 fois (contre Virtus.pro, Space Soldiers et Cloud9 - sans doute parce que ces équipes ont beaucoup joué la carte au Major), affronter NiP sur Nuke (carte sur laquelle les Danois sont à 19-0 en LAN) et se mesurer à MIBR sur Dust2 (équipe qu’elle avait battu 16-0 au Major).

Dans de telles conditions, parier qu’Astralis ne perde pas une seule carte avant d’arriver en finale semble loin d’être inconcevable. Une fois en finale, elle aura à cœur de s’approprier le titre de champion, qui lui avait été volé par SK l’année dernière.

MIBR sort d’un Major qui indiquerait que le projet de reconstruction qu’elle entreprend depuis l’ajout de Janko "YNk" Paunovic est sur la bonne voie. Dans la capitale britannique, les Brésiliens ont globalement fait le travail contre moins forts qu’eux, ont battu NiP en Bo3, passé compLexity en quarts, avant de perdre sèchement contre Na’Vi en demi-finale. À l’exception d’Astralis, on les imagine donc capables de battre toutes les équipes en lice.

MIBR possède des résultats mitigés sur les différentes maps qu’elle joue. Si elle a remporté Cache 63 % des fois (qu’elle va jouer contre Virtus.pro) et Dust2 57 % des fois (où elle va se retrouver face à C9 et Astralis), elle n’a remporté Mirage que 25 % des fois (qu’elle va donc disputer à NiP et Space Soldiers). En toute logique, MIBR devrait s’imposer contre Cloud9, Virtus.pro et Space Soldiers, mais les matchs contre Astralis et NiP seront plus compliqués.

Depuis le dernier shuffle suédois, qui les a vu attraper Jonas "Lekr0" Olofsson, les Ninjas in Pyjamas sont sur une pente ascendante. Ils ont non seulement réussi à se qualifier pour le Major après deux ans d’absence, mais sont passés à deux doigts d’y devenir Légende, au terme d’une campagne en ronde suisse handicapée par des tirages exécrables (elle y a joué mouz, Liquid, Na'Vi, Vega Squadron et MIBR). Forte d’une expérience de matchs en Bo1 contre des gros poissons et d’une victoire contre Astralis au New Challengers Stage, NiP a de quoi faire mal.

NiP va entrer sur le serveur sur Mirage à trois reprises (face à Space Soldiers, MIBR et C9 - elle avait d’ailleurs battu MIBR à Londres dessus), carte qu’elle a remporté 63 % du temps, ainsi que sur Cache (contre VP) et sur Nuke (contre Astralis). Ces deux derniers matchs semblent plus incertains, puisque NiP n’a joué Cache qu’une fois depuis début juillet, et qu’Astralis sont les rois de la centrale nucléaire.

Suite à un Major où Cloud9 n’a battu que Winstrike (en overtime), la line-up nord-américaine a annoncé le déroutant recrutement de Robin "flusha" Rönnquist il y a quatre jours. Si on suppose que les retrouvailles avec Mikail "Golden" Selim donneront un coup de pouce au cinq, les récents résultats sont loin d’être encourageants ; sur les trois derniers mois, Cloud9 n’a remporté que deux cartes en LAN (sur 13 jouées), à savoir deux fois Inferno.

C'est bon, on peut repartir ?

Après une entame de tournoi contre Jake "Stewie2K" Yip et Tarik "tarik" Celik sur Dust2 – qu’il va impérativement falloir gérer pour avoir une chance d’aller loin -, Cloud9 va jouer Mirage trois fois (face à VP, Space Soldiers et NiP) et Inferno (contre Astralis).

Virtus.pro, qui avait joué un Major dont elle était sortie dernière avec Pawel "byali" Bielinski, a ensuite fait l’acquisition de Piotr "morelz" Taterka, et se présentera donc sous un nouveau jour, celui de la jeunesse, et peut-être donc de la nouveauté. Ce nouveau jour se reflète petit à petit dans son map pool puisque, contrairement à Cloud9 ou Space Soldiers, le cinq a enregistré des victoires en LAN ces trois derniers mois - ceci sans toutefois aller jusqu'à dire que les Polonais sont capables d’affronter le haut du panier dès maintenant.

Sur place, Virtus.pro va espérer tirer profit de Cache (qu’elle va jouer contre NiP et MIBR - elles-mêmes historiquement fortes sur la carte), mais va jouer Astralis sur Inferno, Cloud9 sur Mirage et Space Soldiers sur Dust2.

Space Soldiers, comme Virtus.pro, est sorti du Major à la dernière place. À Londres, les Turcs n’ont joué qu’Inferno, qu’ils ont perdu à trois reprises – même si, pour leur défense, ils jouaient avec leur coach. C’est d’ailleurs les seuls matchs qu’ils ont joué en LAN ces trois derniers mois, ce qui pourrait tourner à leur avantage. De plus, on sait que l’équipe aura à cœur de se présenter sous un beau jour face au public turc, et qu’elle aura donc spécifiquement préparé cette compétition.

Les Turcs vont aller trois fois sur Mirage (contre NiP, MIBR et Cloud9), une fois sur Inferno (contre Astralis) et une fois sur Dust2 (contre Virtus.pro). Si les matchs contre les meilleures équipes en lice paraissent hors de la portée d’Engin "MAJ3R" Kupeli & Co., ils auront également eu le plus gros temps de préparation. De quoi faire pencher la balance en leur faveur.

 

Au vu des compositions en présence et de leur historique carte par carte en LAN, il y a fort à parier qu’Astralis, MIBR et NiP se disputeront les deux places de la finale, tandis que Cloud9, Virtus.pro et Space Soldiers devront vraisemblablement se contenter des dernières places.

Début des matchs vendredi 28/09, 18h - Les poules

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles