<
 
 

Brèves

WebTV

Compétitions



Katowice, théâtre du grand Counter-Strike

5738 24

Avec la Lanxess Arena de Cologne, la Spodek Arena de Katowice est sans doute le lieu le plus emblématique de la scène Counter-Strike. Depuis 2014, l'escale polonaise est un rendez-vous phare de la saison. Et elle le sera encore plus cette année puisque Valve a décidé de réattribuer au tournoi le statut de Major qui le fuyait depuis 2015. L'équipe qui triomphera au soir du 3 mars entrera donc dans l'histoire évidemment pour avoir remporté un Major, mais aussi pour l'avoir gagné ici, à Katowice. En attendant de connaître le nom de cette formation élue, retour sur les grands moments ayant déjà eu lieu dans cette Spodek Arena.

2014 : Virtus.pro, un triomphe total à domicile

Formée début septembre 2013, la line-up polonaise Virtus.pro de l'époque (Taz, NEO, pasha, Snax, byali) montait indubitablement en puissance avant le Major. Sortie en poules à la DreamHack Winter 2013 sous les couleurs d'Universal Soldiers, elle se rattrape dans la foulée en gagnant les finales StarLadder Series VIII, juste avant Noël, malgré la perte de sa structure. Quelques jours avant cette victoire, ESL avait annoncé la tenue du deuxième Major de l'histoire de CS:GO à Katowice, en mars 2014. Pour le cinq qui joue alors sous le nom AGAiN, il est impensable de rater cet événement à domicile. La course au Major est lancée.

La première victoire internationale de cette line-up, quand elle ne s'appellait pas encore Virtus.pro

Fin janvier, le cinq trouve sa nouvelle maison. Ce sera l'organisation russe Virtus.pro, qui redevient active sur Counter-Strike six mois après la fin de son ancienne formation (GuardiaN, Dosia, Fox, kucher, ANGE1). Maintenant qu'ils ont le soutien d'une organisation, TaZ et ses hommes peuvent commencer leur périple sur la route vers le Major. Ils roulent sur la qualification polonaise et font de même au niveau européen pour valider leur billet pour Katowice. Mais la bande veut surtout jouer devant son public et pour ça, il faut passer la phase de poules. Alors elle va s'entraîner dur et hausser son niveau de jeu, au point de faire peur à nombre de ses adversaires avant que la compétition ne commence. La communauté ne s'y trompe pas non plus, et Virtus.pro est désignée comme la troisième grande favorite du Major selon un sondage organisé par HLTV en recueillant 14 % des voix, derrière Titan à 41 % et NiP à 28 %.

Au niveau des adversaires, forcément il y a NiP, et après l'équipe qui me fait la plus peur, qui me fait même plus peur que NiP pour être honnête, c'est Virtus.pro. On les a beaucoup joués en pracc'. Depuis qu'ils sont chez Virtus.pro, ils touchent un salaire, ils en vivent, et ça s'est ressenti. Ils taffent vraiment plus, au niveau des strats, du stuff, de leur skill individuel, ils ont su élever leur niveau de jeu autant collectif qu'individuel. Pour moi ça va être une équipe redoutable, en plus ils vont être à domicile. C'est l'équipe qui me fait clairement le plus peur.

shox, une semaine avant que le Major ne commence

shox aurait sans doute aimé avoir tort, mais il ne pouvait pas viser plus juste. En poules, Virtus.pro ne va laisser aucune chance à Titan, 16-7, après avoir effectué un démarrage un peu poussif contre HellRaisers, 19-16. Assurés d'être en quart de finale et de jouer dans la Spodek Arena, les Polonais ne vont pas se relâcher. Au contraire. Pour le premier match de leur histoire en play-offs d'un Major, ils humilient Team-LDLC 15-0 en jouant en attaque sur Mirage. Le public ne pouvait pas rêver mieux. Les Français sont finalement battus 16-3 / 16-8. En demi-finale, les Suédois de LGB réalisent le petit exploit de remporter une carte, 19-17, mais doivent céder sur les deux autres, 16-8 / 16-7. 

Ne reste que Ninjas in Pyjamas entre Virtus.pro et le trophée, son trophée. La grande finale rêvée entre des Polonais en feu chez eux et des Suédois revanchards de leur deuxième place à la DH Winter 2013. Mais ces derniers vont rapidement se rendre compte qu'une nouvelle fois, ce sera l'argent pour eux au bout du compte. Virtus.pro déroule en attaque sur Mirage, 16-9 avec 11 rounds inscrits en terro, puis en défense sur Inferno, 16-10 avec 11 rounds marqués sur le side CT. Les NiP sont asphyxiés par le sniper de pasha, les ouvertures brutales de byali, l'intelligence de jeu de Snax. Fifflaren se noie avec un 9-44 cumulé sur les deux cartes de la finale.

La line-up polonaise a réussi son coup : elle a gagné un Major devant son public. Et a ainsi écrit la première page de l'aventure Virtus.pro qui s'étendra sur quatre longues années.

 

2015 : Et NiP ne réussit jamais à revenir

Cinquième Major de l'histoire de CS:GO à l'ESL One Katowice 2015. Et troisième grande finale similaire. Après la DH Winter 2013, victoire de fnatic, après l'ESL One Cologne 2014, revanche de NiP, les meilleurs ennemis que sont fnatic (flusha, JW, pronax, olofmeister, KRiMZ) et NiP (friberg, f0rest, Xizt, GeT_RiGhT, allu) sont encore les deux dernières équipes en lice pour le titre.

fnatic est alors l'une des deux meilleures équipes du monde. Son automne 2014, marqué par un fabuleux triplé Finales FACEIT League S2 - ESWC - Finales Fragbite Masters S3 en trois semaines, son début d'année 2015, avec deux triomphes à la ClutchCon et à l'IOS Pantamera, jouent en sa faveur. Sa domination récurrente sur LDLC/EnVyUs, alors à la lutte pour le trône, incite aussi à dire que les Suédois sont au-dessus. Mais il y a eu ce forfait en quart de finale de la DH Winter 2014, après l'histoire du fameux boost d'olofmeister, qui les a empêchés de gagner le Major. Et puis cette demi-finale perdue aux X-Games en janvier, face à NiP, qui a de nouveau laissé un arrière-goût amer aux supporters. Bref, une victoire à ce Major de Katowice permettrait à fnatic de mettre les choses au clair une bonne fois pour toutes et d'être considérée comme numéro 1 sans contestation possible.

De l'autre côté, NiP étonne. En perte de vitesse depuis l'été 2014 malgré un succès miraculeux à l'ESL One Cologne, les ninjas semblent avoir trouvé de quoi se relancer en recrutant Maikelele. Finale à la DH Winter, finale aux X-Games, victoire à l'Assembly Winter, l'avenir paraît prometteur. Mais à la surprise générale, le dernier arrivé est écarté à moins d'un mois du Major en raison de problèmes de comportement. Forcée de trouver un nouveau joueur en une poignée de jours, NiP jette son dévolu sur le Finlandais allu, s'obligeant dans le même temps à passer sa communication en anglais. Autant dire qu'en arrivant au Major, les NiP, s'ils bénéficient encore d'une bonne réputation, ne sont pas non plus les grands favoris à la victoire finale.

L'enjeu : devenir la première équipe à gagner deux Majors sur CS:GO (photo : Helena Kristiansson / ESL)

La phase de poules va très bien se passer pour tout le monde. NiP écarte Keyd Stars 16-9 et CLG 16-7, fnatic vient à bout de Vox Eminor 16-3 puis de Na'Vi 16-7. Les choses se compliquent en quart pour NiP face aux Danois de TSM, qui sont finalement battus 16-8 / 4-16 / 16-12, malgré une défense adverse qui fut compliquée à faire craquer sur Nuke, dernière map. fnatic continue son bonhomme de chemin en se débarrassant facilement des surprenants PENTA, 16-8 / 16-7. Dans le dernier carré, NiP se venge des EnVyUs, leur bourreau de la DH Winter et des X-Games, en les écartant sèchement 2-0, 16-9 / 16-10. fnatic fait mal à tout un peuple en éliminant Virtus.pro, 19-17 / 16-8.

Et voilà donc nos deux équipes suédoises en finale. Comme lors de leurs deux premiers affrontements à ce stade d'un Major, elles ne vont pas se contenter de boucler la situation en deux cartes. fnatic remporte Dust2 16-14 grâce à la puissance du TEC-9 dans les derniers rounds, NiP rééquilibre la balance sur Cache, 16-10, en s'appuyant sur une défense solide. Tout se jouera donc sur Inferno, comme à Cologne 2014. fnatic prend rapidement les devants en défense. NiP ne marque pas beaucoup de rounds et perd le suivant dès qu'elle en inscrit un. Résultat, 11-4 à la mi-side.

- allu : Je boirais bien une bière fraîche les gars, je n'ai pas bu de bière depuis... toujours, putain
- f0rest : mec, tu en auras une uniquement si on gagne ça
- friberg : c'est ça l'enjeu, allu !
- f0rest : je te le promets, on va le faire !
- allu : très bien, je vous fais confiance

Les joueurs NiP au moment du changement de side, sur TeamSpeak

fnatic fait un pas de plus vers la victoire en mettant le pistol round et les deux anti-écos qui suivent, 14-4. "Boys, it's time to unleash the magic !" encourage friberg. Alors les NiP vont sortir leurs baguettes. Et entamer une remontée fantastique.

Rush B stoppé, prise du T contrée, 14-5. Anti-éco bien gérée en A, 14-6. Triple kill de Xizt dans le coin pute vodQ, 14-7. Rush B en éco maîtrisé, 14-8. fnatic trouve finalement la faille grâce à un split A, mais perd tous ses joueurs dans l'explosion de la bombe. 15-8. Ça sent la fin ? NiP a encore de la réserve dans ses grimoires.

Attaque en A stoppée, plus de temps au timer, 15-9. allu et GeT_RiGhT reprennent le B en 2vs4 contre des pistols, 15-10. Reprise assurée en 3vs2 sur le A, 15-11. Exécution B ralentie, la bombe tombe, plus de temps, 15-12. 1vs2 de friberg en un spray pour reprendre le A, 15-13.


La barre du million de viewers fut dépassée durant les derniers rounds de la finale,
en cumulant Twitch et le visionnage en jeu

Cela aurait pu durer jusqu'au trentième round, mais fnatic finira par, enfin, inscrire son seizième point. olofmeister et KRiMZ gagnent un 2vs4 sur le BP A et délivrent enfin leur équipe. La victoire est plus que méritée pour fnatic, à qui il ne manquait qu'un Major pour parfaire sa période de domination. Le comeback de NiP, aussi beau et intense fut-il, restera vain pour toujours. Mais le public de Katowice ne l'oubliera jamais.

 

2016 : fnatic au-dessus du lot, Na'Vi et Luminosity atteignent des sommets d'intensité

En 2016, Katowice perd son statut de Major. Mais garde ses 250 000 $ de cashprize et sa Spodek Arena, ce qui suffit pour que le rendez-vous reste incontournable. Le non-sponsoring de Valve permet également à ESL de prendre des libertés niveau format. L'organisateur teste donc les poules en round-robin avec six équipes dans chaque. Dans la B, Astralis finit en tête devant Tempo Storm et Virtus.pro. Mais ce qui se passe dans la A est nettement plus intéressant puisque Luminosity sort en première position devant fnatic et Na'Vi.

Or, ce sont bien ces trois-là qui animent la scène depuis plusieurs mois. fnatic a recruté dennis en novembre 2015 et affiche un insolent taux de réussite en lan de 100 % suite à cette arrivée. Cinq tournois joués, cinq tournois gagnés. À Katowice, les Suédois sont les grands favoris pour défendre leur titre. De leur côté, les Brésiliens de Luminosity s'affirment de plus en plus comme de sérieux prétendants aux grands titres. Un an plus tôt en Pologne, atteindre les 1/4 de finale était déjà un petit exploit. Cette fois, ils sont venus pour rafler le trophée. Enfin, la finale atteinte à la DH Cluj-Napoca, Major précédent, a servi de déclic à Na'Vi. La formation de l'est possède les capacités pour gagner et rivaliser avec les meilleures. Et tout ce beau monde se retrouve donc dans l'arbre de cette édition 2016 de l'ESL One Katowice.

Qui mettra ses mains sur le trophée de cette cuvée 2016 ? (photo : Patrick Strack / ESL)

fnatic est isolée dans la partie basse. Elle ne va faire qu'une bouchée de Virtus.pro en grande méforme, 16-5 / 16-8, puis prendre le dessus sur des Astralis plus coriaces mais toujours friables dans les moments à tension, 16-6 / 12-16 / 16-7. Voilà l'équipe en route pour un 6 sur 6 en lan. En haut de l'arbre, Na'Vi se retrouve face au Brésil. Tempo Storm pour commencer en quart. Malgré leur inexpérience, les jeunes HEN1, boltz et felps jouent crânement leur chance et accrochent une troisième carte, 10-16 / 19-15. Sur Mirage, ils parviennent à mener 8-0 avant que Na'Vi ne fasse parler son expérience et ne revienne petit à petit au score pour finalement l'emporter 16-13. Les Slovaquo-Russo-Ukrainiens gagnent le droit d'aller jouer Luminosity en demie. Une rencontre dont la première map, Overpass, va entrer dans la légende.

Choisie par Na'Vi, la carte va être disputée dès le début. Luminosity, sur le side CT, frappe en premier avec le pistol round, 3-0, mais Na'Vi revient directement et les deux opposants ne se lâchent plus. 4-4, 5-5, et finalement 8-7 pour l'attaque à la pause. Mais c'est à partir du second side que tout va s'emballer. flamie donne un avant-goût dès le pistol round avec un ace à l'USP sur le BP B. Menés 12 à 7, les Brésiliens sont dos au mur mais restent en vie. À 13-9, coldzera et fer remportent un force-buy de l'extrême en 2vs4 qui brise l'économie adverse et leur permet de se rapprocher, 13-12.

Ce round 26 fait définitivement basculer le match dans une autre dimension. Auteur d'un teamkill, tombé à 17 hp, FalleN va rentrer un 1vs4 incroyable combinant noscope et flick de l'espace. Luminosity passe devant 15-13, mais Na'Vi parvient à remporter le round suivant grâce à ses CZ, Deagle et MAG-7. seized amène tout le monde en overtime grâce à un dernier triple kill effectué alors qu'il brûlait dans une molotov. Comment ce match peut-il devenir encore plus fou ?

Avec un triple boost. Et même deux. Na'Vi sort de sa manche sa carte piège et, dans la longue allée puis au niveau des ballons, dévoile au monde deux triples boosts encore jamais vus à un tel niveau. Les deux fois, le sniper GuardiaN, juché au-dessus de ses deux coéquipiers, prend au moins un frag. Il faudra encore un 1vs2 de flamie à 18-17 pour que Na'Vi survive et accroche un second overtime. Ce ne sera pas suffisant : Luminosity appuie une dernière fois sur l'accélérateur et conclut à 22-19 ce petit chef d'oeuvre de Counter-Strike. La seconde carte ne pouvait être qu'anecdotique en comparaison de la première et les Brésiliens surferont sur leur dynamique pour remporter Inferno 16-12, rejoignant ainsi fnatic en finale.


Non vraiment, cette carte reste encore aujourd'hui à part

Cette dernière rencontre est en Bo5. fnatic est là pour poursuivre sa série de victoires, Luminosity pour s'accaparer un premier grand titre. Et c'est la deuxième qui semble le plus avoir les crocs, avec un premier side CT remporté 12-3 sur Overpass. Un 1vs2 de fnx au pistol round, alors qu'il n'a que 5 petits points de vie, semble clore le sort de cette map 1. Sauf que fnatic a la réputation de pouvoir comeback de tout, et va le prouver de la meilleure des manières en remontant ces dix rounds d'écart. 15-15, overtime, Luminosity se rebelle enfin en inscrivant deux rounds en attaque, mais fnatic fait encore mieux en marquant ses trois rounds sur le side terro, soit autant que durant tout son premier side. 19-17, 1-0 pour la Suède.

Le public a eu droit à un comeback de l'enfer, et voit le schéma se reproduire sur Inferno. 12-3 pour Luminosity, 15-15 à la fin des rounds réglementaires. Le mental de fnatic ne s'effondre jamais, et les Suédois ne perdront pas un seul round en prolongation pour l'emporter 19-15 et aller soulever la coupe. Oui parce qu'entre temps, ils avaient bouclé Cache en moins de 40 minutes, 16-3. Score final, 3-0, 19-17 / 16-3 / 19-15. Luminosity était peut-être l'équipe la plus plaisante à regarder lors de ce tournoi, mais encore une fois, c'est bien à fnatic qu'est revenu le droit de soulever la coupe à la fin.

 

2018 : Au bon souvenir de flusha et KRiMZ

fnatic est encore en finale à Katowice en 2018. Mais le contexte est bien différent des autres fois. Contrairement à 2015 et 2016, la line-up suédoise ne s'avance pas du tout en tant que favorite. En fait, depuis sa victoire à Katowice 2016, elle n'a plus rien gagné. Deux ans sans succès, c'est une première pour la structure depuis la sortie de CS:GO. Mais la Pologne lui réussit toujours bien, même si elle avait été éliminée en poules lors de l'édition 2017. Cette fois, elle s'en sort déjà mieux en sortant en tête de son groupe. Des victoires contre Heroic, G2 et surtout FaZe, pourtant un cran au-dessus sur le papier, lui ouvrent la porte des demi-finales.

De retour dans la Spodek Arena, les Suédois continuent de dérouler leur jeu dans le sillage d'un très grand KRiMZ, meilleur joueur des trois Bo3 disputés jusque-là par les siens. Team Liquid est éliminée 2-0 sans sourciller, 16-13 / 16-7, et voilà fnatic en finale d'un des plus gros tournois de l'année comme si de rien n'était. Face à elle, c'est à nouveau FaZe qui se dresse. La super line-up européenne vient de battre Cloud9 et Astralis et semble avoir l'avantage, malgré sa défaite quelques jours plus tôt. Le format en Bo5, sa puissance de feu, son désir de vengeance après avoir perdu la finale de l'ELEAGUE Boston Major deux mois auparavant alors qu'elle était déjà donnée gagnante contre Cloud9, tous ces éléments participent à faire baisser la cote de FaZe sur les sites de paris.

Une finale assez inattendue, mais qui va largement valoir le détour

Et la première map semble confirmer la tendance. FaZe s'impose sur Cache sans difficultés, 16-5, et enchaîne sur le même rythme sur Inferno en menant 9-2. C'est le moment que choisit fnatic pour se mettre à jouer en revenant à 9-6, puis 10-9 et 13-12. Si FaZe présente un niveau de skill brut indéniable, la défense de fnatic fait bloc et obtient deux occasions de conclure à 15-13. Elle n'en profite pas, gâche encore un round de map à 18-17, un autre à 21-19, mais la cinquième occasion est la bonne. 22-20, flusha s'est réveillé et termine en haut du scoreboard avec 36 frags.

Il aura fallu une map et demi pour que fnatic rentre dans sa finale, mais la bête est maintenant aux affûts. Overpass va lui sourire, 16-7 grâce à huit rounds marqués de suite en attaque et un flusha encore une fois très bon avec plus de 100 d'ADR. Le 1vs5 de GuardiaN ne perturbera pas plus que ça les troupes suédoises. FaZe réagit sur Mirage, 16-11, et la cinquième carte, Train, sert de dénouement à une finale de très haut niveau.

Sur un side d'attaque pourtant désavantageux, FaZe va mener tout du long et faire souffrir l'économie suédoise. Un force-buy CZ à 5-8 sauve le side de fnatic qui n'est qu'à un petit round au moment de la bascule, 7-8. En remportant ensuite le pistol round, FaZe a l'opportunité de s'envoler et mène 10-7, mais flusha gagne un 1vs1 contre NiKo qui pousse ses adversaires dans le rouge financièrement. fnatic peut enchaîner et repasse devant 13-11, mais se retrouve au round suivant en 2vs5. Le "flushow" peut alors débuter.

Le Suédois profite d'un timing pour s'infiltrer sur le B, tandis que trois de ses coéquipiers sont morts en A et dans l'Ivy. À une seconde près, il passe en dehors du champ de vision de son ancien coéquipier olofmeister, qui s'était repositionné à l'arrière du BP. flusha remonte tout le bombsite en slow, repère olof mais attend de voir s'il n'y a pas mieux à faire qu'un seul frag. Bien lui en prend puisque GuardiaN arrive quelques secondes plus tard. flusha tue ses deux ennemis de profil et libère ainsi complètement le BP. Une ligne cassée sur le spawn CT lui offre un troisième kill sur la rotation de karrigan, la fin de la smoke connector lui permet ensuite de repérer rain sur son radar et de l'éliminer à son tour. En quelques secondes, le 2vs5 s'est transformé en 2vs1, puis en 2vs0 quand flusha achève NiKo pour conclure son action de folie.

Cela ne suffit pas à faire craquer FaZe. Les monstres qui viennent de se faire retourner par flusha se reprennent de suite et remportent les quatre rounds suivants pour mener 15-14 et s'offrir un round de match, de tournoi, de victoire à Katowice. flusha doit de nouveau sortir de sa boîte pour sauver les siens. Il prend un premier kill en A lors du contrôle map, un deuxième en B lors de l'exécution. Bombe posée, 2vs3 à jouer. Positionné hauteur, flusha gratte un kill depuis le haut, fait le tour, un autre depuis le bas, attend le désamorçage, et réussit finalement à éliminer GuardiaN. Ace et 1vs2 à 14-15, sur la dernière carte d'un tournoi aussi prestigieux que Katowice. Sur les six derniers rounds joués, flusha termine avec deux full team et 14 frags. Rarement un joueur n'aura été aussi impactant dans un money-time.

Et le pire, c'est qu'il va continuer. À 17-16 pour FaZe, il annihile l'attaque ennemie avec un triple kill en B. Au round suivant, il offre à son équipe un round de match en remportant de nouveau un 1vs1 contre NiKo. Et c'est encore lui qui viendra terminer le match, 19-17, avec un ultime double kill sur des FaZe dont l'attaque en A ne passera pas. fnatic s'offre son troisième titre à Katowice, flusha, KRiMZ et JW aussi. Le premier sera sacré MVP du tournoi, le deuxième occupe dans les statistiques la place de troisième meilleur joueur de la compétition. En fin d'année, HLTV classera les deux aces de flusha en finale dans le top 10 des meilleures actions de la saison, celui à 14-15 à la 9ème place, celui à 13-11 à la 4ème. Une preuve supplémentaire, s'il en fallait une, que flusha était sur une autre planète à ce moment-là.

Que nous réservera 2019 ? Qui rentrera dans l'histoire ? Quel match forgera sa légende ? Qui fera le tour de toutes les fragmovies ? La Spodek Arena ouvrira ses portes le 28 février !

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles