EPICENTER : L'arbre
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
EPICENTER 2018 : groupe B
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
EPICENTER 2018 : groupe A
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
EPICENTER 2018 : arbre wild-card
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
EPICENTER : qualification en ligne Europe
Equipes inscrites
Jeu
Counter-Strike: Global Offensive CS:GO
WebTV
Breves
Pas de brève pour le moment dans ce coverage !


EPICENTER : Le point sur les équipes

3100 2

Sur le calendrier CS:GO, fin octobre rime avec… EPICENTER. L’événement russe, qui ravive des souvenirs d’une cérémonie d’ouverture exceptionnelle ou d’une finale dantesque entre Virtus.pro et SK Gaming, fait son retour pour une troisième édition. Après être passé par Saint-Pétersbourg l’année dernière, il revient à Moscou cette année. Réunissant 8 équipes (s’affrontant dans le traditionnel format de 2 groupes GSL de 4 débouchant sur un arbre à élimination directe de 6 formations), il fait office d’interlude avant les grosses compétitions de fin d’année.

Toutefois, le tournoi s’est malheureusement vue amputé d’une part conséquente du prize pool des années précédentes, passant de 490 000 $ en 2016 et 2017 à 300 000 $ cette année. Il est également impacté par les défections d’Astralis et de mousesports, qui ont choisi de renoncer à un voyage en terre russe en évoquant des emplois du temps chargés. Pour les remplacer, l’EPICENTER a fait appel à ENCE et AVANGAR, respectivement vainqueurs des qualifications européennes et CIS.

Une scène comme on n'en fait nulle part ailleurs

En l’absence d’Astralis, les prétendants au titre sont donc – du moins en théorie – Liquid, Natus Vincere et FaZe. Notons que ces équipes l’étaient également lors de l’ESL One New York, événement qui s’est terminée par une victoire de mousesports, remporté au nez et à la barbe de Liquid. Au vu de ce résultat, on pourrait considérer que Liquid est légèrement au-dessus de ses rivales (même si un titre international d’importance lui échappe toujours), ceci car elle avait au moins atteint la finale, là où les deux autres s’étaient écroulées en poules.

En ligne, Liquid comme Na’Vi confirment (respectivement 4ème et 2ème en ESL PL et 1ère en ECS pour Liquid), tandis que FaZe semble avoir un peu plus de mal. C’est donc plutôt vers cette dernière que les points d’interrogation se tournent, notamment suite à un Major compliqué et une période de doute interne ayant débouché sur une sortie du top 5 mondial. Là où Liquid comme Natus Vincere pourraient remporter l’EPICENTER sans que cela étonne, pour FaZe, il s’agit de montrer qu’on est capable de surmonter les mauvaises passes et de se réinventer.

Issue de la qualification européenne puis invitée, ENCE rejoint Natus Vincere et FaZe dans le groupe A. Les Finlandais redonnent leurs lettres de marque à la scène locale suite à leur ascension remarquable depuis la création de leur line-up en avril 2018, culminant avec leur premier titre lors de la sixième saison des StarSeries & i-League, et ce de façon assez convaincante.

N’ayant toutefois rencontré aucune des équipes présentes, l’EPICENTER pourrait s’avérer un cran au-dessus du niveau auquel évolue la formation actuellement. Pour ENCE, la compétition sera l’occasion de se frotter à plus expérimenté et plus établi que soi, surtout avec un Minor européen qui s’annonce être le plus serré de l’histoire du jeu. Après tout, mieux vaut perdre peu et apprendre beaucoup en Russie que subir une désillusion pendant le Minor.

Suivent ensuite les Ninjas in Pyjamas, qui, après un shuffle suédois qui semblait avoir tourné à leur avantage, avaient attiré le feu des projecteurs au Major en revenant à un niveau auquel on ne les attendait pas. Ont suivi les BLAST Pro Series Istanbul, où l’équipe a semblé un cran en-dessous d’Astralis et MIBR, puis des résultats en ligne mitigés ; pour ce que ça vaut, l’équipe est actuellement avant-dernière en EPL et pas bien mieux lotie en ECS. Difficile donc de placer ses espoirs en eux.

Peut-être que l’EPICENTER, événement au format classique et composé d’équipes théoriquement légèrement meilleures qu’eux, est ce qu’il faut aux Ninjas in Pyjamas pour repartir du bon pied jusqu’au prochain Major, qui arrivera rapidement.


Où en est-on chez NiP ? (crédit : Adela Sznajder)

À cet EPICENTER, Avangar, classée 27ème mondiale sur HLTV, fait figure d’outsider. Après avoir terminée 4ème au Minor CIS, l’équipe de Bektiyar "fitch" Bahytov a essentiellement participé à des tournois d’envergure plus modeste, qui lui permettent de s’illustrer. Elle a par exemple remporté les MSI MGA Finals aux Etats-Unis (en battant les Movistar Riders de mixwell, ainsi qu'eUnited et compLexity) et la HellCase Cup 7 (outrepassant Vega Squadron, 3DMAX et Kinguin), cette fois-ci en ligne.

Il ne s’agit pas du même calibre que celui affiché par cette compétition, mais, pour sa défense, force est de constater qu’AVANGAR s’est issue d’une qualification CIS plutôt relevée, battant notamment Spirit et Imperial.
Pour la formation est-européenne, passer les poules représenterait déjà un événement réussi.

Les deux dernières équipes participantes sont déterminées par le Wild Card Qualifier, dont s'est déjà issue HellRaisers. La formation CIS avait fait un Major solide, terminant sur un top 5-8, mais s'était ensuite loupée aux StarSeries & i-League S6, sous-estimant peut-être un ou deux adversaires au passage. Qu'importe, elle est de retour après avoir battu Swole Patrol et Virtus.pro, mais le comeback, dans une poule très relevée, risque d'être compliqué.

Enfin, il faudra atteindre le résultat du match Swole Patrol vs. Virtus.pro pour connaître le nom de la dernière line-up participante. Étant arrivée en finale lors des deux dernières éditions précédentes, on souhaiterait que ce soit Virtus.pro, mais Swole Patrol, grimpant lentement mais sûrement les échelons de la scène nord-américaine, aura sans doute son mot à dire.

Début des matchs mardi 23/10, 12h - Les poules

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles