Brèves

WebTV

Compétitions



Blog de la rédac : C'est dans la tête !

13780 44

Article proposé et rédigé par Aks

Comme la plupart d’entre vous, je suis l’actualité CS:GO par l’intermédiaire de VaKarM.net, HLTV.org et des réseaux sociaux. Depuis quelques mois, les plus fervents supporters des équipes françaises sont confrontés à une situation bien étrange... En effet l’équipe EnVyUs, malgré un démarrage haut en couleur (de nombreuses victoires en lan dont un Major), semble depuis être rentrée dans une spirale de défaites et des résultats globalement décevants. A cela venant s'ajouter des problèmes d'entente assez récurrents en interne.

S'inspirer des sports de haut niveau

Au quotidien, tout à chacun rencontre des problèmes de toutes sortes qui peuvent être réglés, plus ou moins facilement, par des experts qui les ont scrupuleusement étudiés. Nous sommes par exemple à peu près tous des procrastinateurs : certains réussissent à passer au-delà de cette faiblesse humaine d'eux-mêmes, d’autres vivent avec sans s’en soucier réellement et d’autres encore cherchent des solutions pour régler ce problème avec des experts comme Tim Urban.

Vous n’êtes pas sans savoir que les sportifs de haut niveau ont quotidiennement recours à tout un tas de spécialistes pour optimiser au mieux leurs performances. Les joueurs de l’équipe de France de football, par exemple, sont entourés de préparateurs physiques, de cinq médecins (généraliste, ostéopathe, kinésithérapeutes), d’entraineurs spécialisés par poste et d’un homme avec les casquettes de coach/sélectionneur/entraîneur. En plus de ce staff déjà bien fourni, la Fédération Française de Football emploie régulièrement des consultants pour former les entraineurs à la préparation mentale et aux Techniques d’Optimisation du Potentiel (TOP).

Le XV de France de rugby n’est pas en reste puisqu’il a intégré à son staff Christian Ramos, ancien joueur de rugby, titulaire d’un DESS en psychologie et spécialisé dans le coaching mental. Des joueurs de tout horizon ont recours au coaching mental, comme les joueurs de poker, de tennis, de golf, et même les chefs d’entreprise de grosse ou de petite taille.

Les sportifs de haut niveau ont une préparation globale (physique, physiologique, tactique, technique et nutritionnelle), mais les médecins du sport semblent dire qu’à valeur physique et technique équivalente, un mental de haut niveau différencie le champion d’un simple sportif.

Témoignage d'Henri Émile – Staff de l'équipe de France de football

Pourquoi une équipe de joueurs professionnels ne profiterait pas de ces techniques déjà mises en place dans le secteur du sport ? Et bien en réalité, cela a déjà été fait : en 2006, Matthieu Audonnet, président du groupe In Game, expliquait à Esports France l’innovante préparation qu’avait eue l’équipe féminine BtB en vue de la coupe du monde des jeux vidéo au Palais omnisports de Bercy : "D'un point de vue mental, nous avons mis en place des sessions avec des intervenants qui avaient pour mission de les booster tout au long de la saison. Par exemple Bertrand Amoussou, triple champion du Monde et champion d'Europe de jujitsu, est intervenu dans le coaching mental pour les familiariser à la pression que l'on ressent dans une grande compétition mondiale."

Un préparateur mental, c'est quoi ? Et comment ça marche ?

D’abord c’est souvent un ancien sportif ou compétiteur, qui a rencontré tout ou partie des problèmes des sportifs de haut niveau. Il s’est ensuite spécialisé en psychologie et a étudié des méthodes de préparation mentale (PNLTOP, relaxation, sophrologie, hypnose...).

Son but est de permettre au sujet d’exploiter le maximum de son potentiel, lui apprendre à optimiser ses compétences pour atteindre ses objectifs. Pour ça il va travailler sur de nombreux points comme la mise en place d’une routine, la gestion du stress (comment transformer le mauvais stress en bon stress), la concentration (apprendre à oublier les problèmes, les caméras, le public, etc.), comment améliorer sa technique par la mémorisation du geste, comprendre les mécanismes de la visualisation... Mais le mieux est encore d’écouter ce que les professionnels nous en disent.

Pier Gauthier (www.celionscoaching.com) est un ancien joueur de tennis professionnel (18e joueur français) qui s’est orienté dès l’arrêt de sa carrière vers la préparation mentale. Il possède différents diplômes en PNL et en coaching, et il a été le préparateur mental de nombreux joueurs de poker, de Gaël Monfils et Sébastien Grosjean (tennis) ou encore d'équipes de football.

L’objectif du coaching mental est que le coaché donne le meilleur de son potentiel au moment où il en a le plus besoin. Je pratique la préparation mentale en travaillant sur l’individu avec la méthode "Acceder" : Adaptation, Confiance en soi, Concentration, Détermination, Environnement et Ressources.

Tout grand champion, à un moment donné de sa carrière, a pratiqué son sport de manière parfaite, dans un "état de grâce" ou "momentum". Notre travail est très pragmatique, nous cherchons à mettre le sportif dans les meilleures conditions pour qu’il puisse reproduire constamment ce fameux "momentum". Pour ça, nous travaillons sur les points de la méthode "Acceder" et notamment sur les trois piliers fondamentaux : la gestion des émotions (peur, colère, stress), la confiance en soi (éviter les doutes au moment de l’action) et la concentration (définir la concentration, apprendre à se canaliser, à penser à l’instant présent et pas à l’avant ou à l’après).

Amaury Boulay est un psychologue du sport qui s’est spécialisé dans le coaching et la préparation mentale et qui a notamment coaché des équipes de basket et de nombreux joueurs de sports individuels.

Je travaille sur l’individu et le collectif. D’abord nous faisons une première séance pour comprendre chaque individu, ce sur quoi ils souhaitent travailler puis ce sur quoi je pense qu’ils doivent travailler réellement. Puis nous mettons en place les fondamentaux avec la méthode "Target", qui se concentre sur la gestion des émotions, l’estime de soi et l’énergie. Pour les sessions collectives nous pratiquons des exercices de cohésion de groupe, de concentration sur l’objectif en situation, etc.

Le sport électronique me semble avoir tous les problèmes classiques que l’on peut rencontrer dans le sport traditionnel : le manque de confiance, les phases de doutes, le manque de régularité de certains joueurs, les problèmes de groupe, etc. Les équipes qui en ont la capacité financière devraient s’essayer à la préparation mentale. Pour donner une idée, bien que la prestation soit sur mesure et dépende du travail à effectuer, deux jours d’accompagnement lors d’un bootcamp par exemple coûteraient moins de 1000€ et ne peuvent être que bénéfiques pour les résultats.

Nous avons également contacté Jean-Christophe Briard, préparateur mental formé par l’institut Repère.

Pour permettre à chacun de conserver son excellence en toute situation, j’utilise principalement la PNL et l’analyse systémique. Nous travaillons par exemple avec les coachés sur la sortie de la spirale d’échec, ou comment sortir du cercle de l’entrainement peu productif. Je travaille également sur la sortie des conflits et la gestion des égos, en permettant à chacun de comprendre les stratégies et motivations des autres par exemple.

Dernier intervenant et non des moindres, Mathieu "Maniac" Quiquerez, qui a validé un Master en psychologie du travail en parallèle de sa carrière de joueur professionnel et qui avait rejoint les rangs de l'équipe EnVyUs en partie pour sa préparation mentale :

Comme dans toute thérapie ou relation d'aide / conseil, une immense partie du succès réside dans la prise de conscience du patient (ndlr : ici le sportif ou l'esportif) de son problème ou de son axe d'amélioration et de sa volonté de travailler dessus. Je pense que c'est important pour l'esport de comprendre qu'il n'y a pas de formule magique pour que les joueurs deviennent miraculeusement meilleurs et se dépassent. Il faut une réelle prise de conscience des progrès qu'on peut faire grâce au coaching mental. Aussi, je pense qu'avec le temps, les méthodes de coaching qu'on applique à l'esport se développeront et se préciseront de mieux en mieux pour s'adapter à ce type particulier de compétition et d'environnement.

Selon moi, le concept du "coaching" sur CS:GO en est encore à ses tous premiers pas. À l'avenir, non seulement les techniques et les praticiens (les coachs) devront se perfectionner et développer leurs méthodes, mais les joueurs également devront prendre une posture bien plus active et apprendre à voir un coach comme une ressource qu'ils peuvent utiliser pour se développer, personnellement et professionnellement. Les premières équipes qui trouveront cet équilibre et ce fonctionnement avec leur coach (et je parle ici de coach mental) seront les premières équipes à en bénéficier véritablement.

Rapprochement entre le sport de haut niveau et l'esport professionnel

L’esport sollicite moins le corps que la majorité des sports traditionnels, mais l’actualité récente semble toutefois indiquer qu’il faille un suivi régulier afin d’éviter aux équipes de manquer un évènement. En effet, olofmeister et GuardiaN ont tous deux rencontré des problèmes au niveau du poignet et de la main, qui ont forcé leurs équipes à reconsidérer leur présence à la DreamHack Malmö. Ce problème avait déjà été évoqué lors du départ de pronax de l’équipe suédoise et tout récemment par shox sur Twitter. Les plus attentifs d’entre vous auront remarqué lors du reportage de TF1 sur EnVyUs et LDLC que les joueurs des White étaient bichonnés par un kinésithérapeute. C'est probablement une très bonne initiative de la structure française.

Néanmoins, comme de manière générale Counter-Strike – comme la majorité des sports électroniques – sollicite moins le corps, il est raisonnable de penser que le mental représente une part extrêmement importante et donc qu’une préparation mentale puisse avoir un impact significatif sur la performance.

Le travail des managers d’équipe est déjà bien reconnu grâce à Niak, Next ou encore Moman. Ces managers rémunérés, souvent autodidactes, ont réussi à s’imposer dans l’univers professionnel de Counter-Strike à tel point qu’aucune équipe pro ne puisse raisonnablement s’en passer. Nous pourrions considérer qu’ils se forment aux méthodes de coaching mental, de gestion de crise et de management sportif, par le biais de formations payées par leurs structures. L’intervention de consultants extérieurs pourrait également être envisagée par les équipes pour optimiser leurs performances ou régler des problèmes internes qui enrailleraient leur bonne lancée.

Une nouvelle technique développée par coach stunna pour C9 et n0thing ?

"Accompagner et permettre aux athlètes d'atteindre l'état idéal de performance individuelle et collective"

Les structures européennes se sont déjà penchées sur la question. SK Gaming a eu un préparateur mental, fnatic a ouvert la porte en 2015 mais n’a pas communiqué sur la chose, et NiP a fait appel à Robert Szasz pour ses joueurs Dota 2 l'an passé également et a conclu son expérience par ces mots : "La question n’est pas de savoir si la psychologie du sport et les psychologues du sport vont avoir un rôle dans l’esport, mais plutôt quand. Avec l’accroissement du nombre de viewers et des revenus, ça arrivera très rapidement."

La scène Counter-Strike internationale, ses structures, ses joueurs et ses dérivés se sont fortement professionnalisés ces dernières années. Nous savons que deux structures suédoises se sont intéressées aux consultants en préparation mentale pour CSGO l'année dernière, souhaitons que nos frenchies ne prennent pas trop de retard dans ce domaine.

 

Merci à akin pour la bannière.

Crédits photos : HLTV.org (merci à L4p et Akuma), Trace Sports

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles