Brèves

WebTV

Actualité de la scène

Compétitions


Un partenariat de la honte
4591 41

Si vous n'avez jamais entendu parler de Neom, c'est certainement normal. Il s'agit d'un projet pharaonique au coût estimé de 500 milliards de dollars et directement chapeauté par le prince héritier d'Arabie Saoudite, Mohammed ben Salmane. Son objectif assumé ? Créer de zéro une mégalopole futuriste, cinq fois plus grande que New York, sur les rives de la Mer Rouge. Mêlant voitures autonomes, hyperconnectivité et même lune artificielle, ce projet pourrait ravir les passionnés de science pas si fictive tout en scandalisant les plus écologistes d'entre nous. 

Les deux camps pourront néanmoins s'accorder sur le fait que les responsables de Neom ont du sang sur les mains. Le territoire convoité par le prince héritier se trouve au nord-ouest de l'Arabie Saoudite où vivaient jusqu'à présent plusieurs tribus et communautés locales. Un obstacle balayé à coup d'avis d'expulsions envoyés à la pelle. En avril dernier, on apprenait qu'un membre d'une tribu décidé à rester sur ses terres avait été abattu par les forces de sécurité. Ces dernières se défendront en expliquant que le récalcitrant avait ouvert le feu en premier. Mais comment croire un régime ayant méthodiquement organisé l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat d'Arabie Saoudite en Turquie ? 


I <3 pas trop les Human Rights

Pourquoi parlons-nous de cette affaire aujourd'hui ? Et bien, même si les travaux devraient prendre du retard dû à l'épidémie de coronavirus qui a durement touché l'économie saoudienne, Neom n'en reste pas moins un projet très actif. Certainement à doses de millions de dollars, Neom a signé des partenariats avec plusieurs sociétés très en vue du monde de l'esport. Celui avec Riot Games, faisant de Neom le partenaire principal des LoL European Championship (LEC) pour la saison en cours, a particulièrement fait jaser. Et pour cause, comment un championnat communiquant à tout-va sur son ouverture au monde et sa défense des minorités peut-il être partenaire d'un projet contrôlé par l'un des régimes les plus répressifs envers les femmes d'un côté et les LGBT+ de l'autre ? 

Chez Riot Games, le malaise est palpable. De nombreuses personnalités, y compris des commentateurs phares salariés par l'entreprise, n'ont pas hésité à critiquer ouvertement ce partenariat. Du côté de CS:GO, c'est l'organisateur de tournois BLAST qui a également officialisé la signature d'un partenariat "record" avec Neom. Une annonce passée jusqu'à présent inaperçue mais qui, à son tour par effet ricochet, subit de nombreuses critiques. 

A lire : Blog de la rédac : CS:GO et l'Arabie Saoudite, pourquoi ?

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles