Brèves

WebTV

Actualité de la scène

Compétitions


Sprout à bout de souffle
1305 3

C'est la fin pour Sprout. L'organisation allemande cesse ses activités, un peu plus de six ans après ses débuts. Le business model de la société ne lui permet plus de subvenir à ses besoins. "Nous sommes arrivés à la conclusion que notre modèle de développement et d'accompagnement des talents dans leur progression n'est pas viable financièrement si l'on ne participe pas, de temps en temps, aux plus gros événements de la scène. Et dans cette industrie en croissance, il s'est avéré de plus en plus difficile d'atteindre ces gros événements", a expliqué la structure.


syrsoN, l'un des meilleurs joueurs à être passé chez Sprout

Depuis sa participation au Major de Rio, fin 2022, Sprout n'est plus parvenue à se qualifier pour le tournoi qui dicte la vie et la mort des petites écuries de la scène Counter-Strike tant l'argent généré par les stickers leur permet d'exister. Éliminée lors du RMR du Major parisien, l'équipe n'avait ensuite pas réussi à franchir les qualifications ouvertes pour le RMR du Major de Copengague.

Après avoir longtemps servi de vivier de joueurs allemands (Spiidi, denis, syrsoN, k1to, faveN, etc.) où BIG a allègrement pioché au fil des ans, Sprout avait quitté son pays natal pour s'étendre vers le Danemark puis le reste de l'Europe. Des joueurs comme oskar, dycha, refrezh, NaToSaphiX ou lauNx ont ainsi porté ses couleurs. Si l'organisation restait un nom familier du subtop européen, elle n'était en revanche jamais parvenue à taper plus haut, pas aidée par son business model qui reposait donc beaucoup sur la revente de jeunes joueurs prometteurs, qui allaient rayonner ailleurs dès que leur potentiel apparaissait.

Sprout laisse derrière elle deux line-up, une principale et une académie, qui englobaient neuf joueurs et deux coachs.

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles