Scoreboard

Pas de match pour le moment
WebTV
News
Breves
Pas de brève pour le moment dans ce coverage !


Lans françaises : Nantarena 20.1

3751 1

Voilà bientôt une semaine que nos vies sont rythmées par le confinement ou par quelques sorties bien encadrées. Une semaine que nous savons que notre passion pour CS:GO ne passera plus par les LANs avant un certain temps. Vous comptiez, entre autres, aller décrocher un pavé à Roubaix pour la Nexen ou un rayon de soleil à Gardanne pour la Gaming Gen ? Rapé, il va vous falloir patienter puisque toutes les LANs ont, pour l'instant, été reportées. Alors, que diriez-vous de vous replonger, ensemble, dans la dernière LAN CS:GO qui s'est déroulée en France, la Nantarena 20.1 ? 

Nantarena 20.1

  Dates : 7 au 8 mars
Lieu : Gymnase de l'Ecole polytechnique de Nantes (44)
Nombre de slots CS:GO : 32
Prix de l'entrée : 20 €
Dotations : 1 875 €   
 

Arbre pro

udada
POCEBLO
twitch.tv/mrs_fly

 

Arbre amateur

OldSchool
ZOOLAND
Prophecy

Samedi 7 mars, c'est au nord de Nantes que les joueurs ont rendez-vous pour cette autre grande LAN du Grand Ouest, à 100km de Rennes et de l'INSALan dont la quinzième édition s'est déroulée un weekend plus tôt. Un peu plus proche, les passionnés de foot reconnaitront Carquefou, connue pour ses épopées en Coupe de France, de quoi donner des idées à certains ?  Ce matin-là, le temps est couvert - pas étonnant en étant si proche de la Bretagne diront certains - lorsque le gymnase de la Polytech Nantes ouvre ses portes. Parfait temps pour se réfugier dans un lieu clos et s'affronter des heures durant sur CS:GO sans regretter de ne pas profiter de la côte Atlantique.

Cette année est propice aux mixs mais attention à ne pas faire de conclusions hâtives sur le niveau puisqu'en plus de retrouver les habitués de l'ouest, la Nantarena 20.1 a vu se déplacer quelques joueurs de chez Alltech et TheDabers. Alors que l'équipe bordelaise s'est scindée avec d'un côté madc et de l'autre Zeynih et Derly - partageant de nouveau les armes avec Fuzang -, TheDabers s'est déplacée avec la majorité de ses membres et fait clairement office de favorite à la victoire finale. Deuxième, troisième et sept/huitième de l'INSALan, ARROSEUR, POCEBLO et DRAGODINDE ont décidé de venir à Nantes avec, encore, l'idée de montrer de quoi elles sont capables. Outre ces six équipes, quelques mixs comme DeaglePEEK, KebaBEAST et OneX eSport ne sont pas à prendre à la légère.

Du côté du format, les 32 équipes inscrites ont été partagées dans huit poules de quatre en fonction de leur élo FACEIT ou de leur place à la dernière Nantarena. Jouées en round-robin, les poules donneront un classement qui enverra les deux premières équipes en arbre élite et les deux dernières en arbre amateur. À noter qu'aucune équipe ne sera directement envoyée en lower bracket et que toutes auront donc une seconde chance en commençant l'arbre en huitièmes de finale.

De manière générale, les huit poules ont suivi la même logique avec une équipe dominant les trois autres puis une seconde au-dessus des deux dernières. Il y a tout de même eu un match de la première place plus qu'accroché dans la poule N°3 où udada, l'équipe de wallax, l'a emporté sur Nuke après trois prolongations, face à WatiGanG. 

Place alors aux huitièmes de finale de l'arbre élite durant lesquels seul le match entre WatiGanG, encore eux, et DeaglePEEK sera plus que serré et penchera en la faveur des seconds, 16-14 sur Dust2. Pour le reste, les favoris ont répondu présents et n'ont pas lâché plus de dix rounds sur leur map. Ils vont donc se retrouver en quarts de finale pour notre plaisir et, surtout, pour ne pas descendre en lower bracket.


Chacun chez soi et direction FACEIT pour continuer à se taper dessus ? (Photo : Jean-Baptiste Mael Guy)

POCEBLO vs ARROSEUR, remake de la finale de lower bracket de l'INSALan remportée par les seconds. Cette fois, les premiers ne sortent pas d'un match interminable avec des histoires rocambolesques et arrivent à conclure 2 maps à 1. ARROSEUR se dirige donc vers le lower et n'y connaîtra pas la même réussite qu'à Rennes puisqu'elle perdra dès son premier match face à KebaBEAST qui enchaînera ensuite avec l'équipe de Derly avant de tomber face à DeaglePEEK. POCEBLO affrontera udada, qui vient justement d'envoyer Derly en dernière chance, 2-0, et malgré qu'elle ait réussi à enlever Inferno, n'arrivera pas à tirer son épingle sur Overpass et à conclure sur Nuke.

Souvenez-vous de ces équipes car ce sera l'affiche de la grande finale. En effet, udada va l'emporter face au mix de madc en finale de winner bracket et POCEBLO prendra le lower bracket à son compte pour s'offrir une dernière chance de jouer la victoire finale malgré une map de retard. Mais n'allons pas trop vite et regardons justement comment l'équipe de Fly et madc en est arrivée là. Alors qu'elle battait OneX eSport en quart de finale, 2-1, DeaglePEEK en faisait de même face à DRAGODINDE, 2-1. Les perdants se retrouvant en lower avec une map à l'avantage des montures dofusiennes avant qu'elles ne se fassent dresser par POCEBLO.

En demie, même si Fly et ses coéquipiers vont lourdement s'incliner sur Overpass, ils domineront sans souci les deux autres cartes pour s'offrir un beau duel face à udada. Vous trouverez d'ailleurs, ci-après, une interview de Looxie et Fly, qui sont notamment revenues avec nous sur ce match. On ne peut pas dire que cette finale ait été à sens unique puisque chacune des équipes s'est montrée à son avantage sur une carte, Inferno pour madc et Nuke pour wallax. La différence s'est faite sur Dust2, première carte jouée, où l'équipe de Fly a fait trop d'erreurs pour l'emporter, 14-16. C'est sur cette même map qu'elle a retrouvé POCEBLO en finale de lower et, encore une fois, s'est inclinée de peu, 17-19.

Ne reste plus qu'au maximum deux cartes à jouer dans cette édition 20.1 de la Nantarena et la grande finale débutera par cette carte qui a tant animé les matchs décisifs, Dust2. Malheureusement pour POCEBLO, elle n'arrivera pas à égaliser avec udada et s'inclinera 16-11. Félicitons tout de même ses joueurs pour leur régularité et leurs performances à Rennes puis, ici, à Nantes. La grande gagnante de cette édition est donc udada qui aura su tenir sa place de favorite en montrant l'alchimie que ce mix, en grande partie basé sur TheDabers, avait.

 
Ah ce fameux krieg, online ou offline, il est partout ! (Photo : Nicolas Billiaux)

Merci de pouvoir raconter mon expérience de la Nantarena 20.1 !

Je me présente, Tudual "Tuddual" Quinio, j'ai intégré le club Rézo Polytech Nantes dans la communication en 2019, club Rézo qui organise les Nantarena depuis maintenant plus de 10 ans !

La Nantarena 20.1 s'est déroulée durant le week-end du 7 et 8 mars, elle proposait des compétitions sur CS:GO, League of Legends, Rocket League et des jeux versus comme Smash ou Tekken, organisés par Beatby44. La spécificité de la Nantarena est que c'est une LAN organisée par un club étudiant (c'est même la plus grosse de France dans cette catégorie). Aujourd'hui on ne cherche plus à s'agrandir, mais simplement à s'améliorer pour qu'elle soit une bonne expérience pour tout le monde ! Et ça a plutôt bien marché pour la Nantarena 20.1, nous avons reçu plein de retours positifs des joueurs et des joueuses ! Malgré quelques désistements sûrement dus au Covid-19, les tournois LoL et CS:GO ont été complets !

De mon côté au poste de CM, la Nantarena n'est pas de tout repos ! Entre tenir tous les réseaux sociaux à jour, faire parler de la Nantarena dans les radios ou journaux locaux, et faire du référencement pour les tournois, je n'ai pas beaucoup dormi ! La Nantarena est, je pense une bonne expérience en tant que staff, tout le monde est passionné, et fait tout pour que tout se passe bien !

Les LANs dans notre genre (avec des participations accessibles pour n'importe quelle équipe qui veut se lancer dans la compétition) sont nécessaires pour l'écosystème de n'importe quel jeu voulant être compétitif. Cela permet de former le subtop et de dénicher des talents ! Notre objectif, de notre côté, c'est de faire jouer le plus possible les équipes pour qu'elles s'amusent et/ou prennent de l'expérience le plus possible.

Tudual "Tuddual" Quinio
Community Manager de la Nantarena

 

Bonjour Fly et Looxie, pourriez-vous vous présenter en quelques mots pour ceux qui vous découvriraient ? 

Looxie : Bonjour ! Je m'appelle Léa (alias Looxie), j'ai bientôt 20 ans. Je joue à CSGO depuis bientôt 5 ans avec 4900h de jeu, je stream régulièrement sur twitch. J'ai connu CS:GO grâce à des amis au lycée qui m'ont forcée à l'acheter, au final j'ai aimé et je suis toujours autant passionnée du jeu.  

Fly : Bonjour, moi c'est Chloé (alias Fly) ! J'ai bientôt 26 ans, j'habite à Bordeaux. De mon côté, j'ai commencé CS:GO il y a bientôt 4 ans et je stream, aussi, régulièrement sur twitch depuis presque 2 ans. J'ai découvert CS:GO grâce à mes frères, en commençant sur CS:S.

Qu’est-ce qui vous a fait vous intéresser aux LANs ?

Looxie : Je me suis intéressée aux lans grâce à plusieurs équipes féminines dans lesquelles j'étais mais j'avais déjà commencé les lans en y accompagnant mon copain, tant qu'à faire je voulais jouer aussi.

Fly : Jouer en équipe amène forcément à la question des compétitions, c'est donc là que je m'y suis intéressée. Par ailleurs, ayant un copain qui joue beaucoup et qui s'y déplace, je m'y suis intéressée davantage encore. Et j'ai donc réalisé ma première lan avec mon copain, la nanta 18.2.

On a pu noter que la notion d’amusement était importante dans la LAN notamment avec les défis à réaliser comme l’incontournable premier kill au zeus ou encore gagner un round avec trois poulets à ses côtés. Comment avez-vous trouvé l’ambiance vous qui êtes allées au bout de l’évènement ?

Looxie : L'ambiance à la lan était vraiment agréable, mais il y avait aussi un grand esprit de compétition. Leur système de défis était assez ingénieux et motivait l'amusement plus que le tryhard.

Fly : Je suis d'accord avec Looxie ! J'ai trouvé qu'il y avait une très bonne ambiance lors de cette édition 20.1, et une excellente organisation (sans problèmes techniques) cette année !  

Pour revenir sur cette édition 20.1 de la Nantarena, quel était le niveau général de la LAN ?

Fly : Il y avait de très bons mix cette année, j'ai trouvé le niveau plutôt bon !  

Looxie : Le niveau était très bon avec quelques mix sympathiques, WatiGanG, POCEBLO, ARROSEUR, DerlyEtLes4Bolosses et OneX eSport. Certains nous ont donné quelques difficultés comme POCEBLO qui nous a battus sur inferno en demie de winner.  

Vous êtes toutes deux arrivées en finale de winner bracket avec vos équipes respectives, udada et twitch.tv/mrs_fly. Comment s’est passé ce match où les deux premières cartes ont été plutôt accrochées avant que Nuke ne parte à l’avantage d’udada ?  

Fly : Un peu déçue de la première map (Dust2), on a fait quelques erreurs individuelles, qui auraient pu nous permettre de changer les résultats, et pourquoi pas de gagner cette finale de winner, étant donné que nous avons remporté inferno, assez "facilement". Cependant, les joueurs d'udada ayant tout de même beaucoup plus d'xp que notre équipe, nous n'avons pas réussi à remporter cette dernière map, malheureusement.  

Looxie : Effectivement sur D2 nous avons eu un peu de mal à nous mettre dans la game, puis inferno était notre map la plus faible. Nous avions aussi perdu sur cette map contre POCEBLO. Nuke était une map sur laquelle nous étions vraiment à l'aise et dans notre game ce qui nous a permis de remporter cette finale winner.   

Looxie, vous avez réussi à mettre trois forces achats après avoir perdu en pistol round dont deux sur Dust 2. Est-ce ce qui a fait pencher la balance sur cette map ?

Looxie : Effectivement nous avons eu beaucoup de réussite dans nos forces achats, ce qui nous a permis de faire tomber l'économie adverse, et, peut-être, ainsi gagner cette première map.   

 

Fly, si on te dit, mourir d’un saut depuis la short A, tu réponds ?  

Fly : Petit clutch nous faisant gagner le 14ème round sur D2 et ainsi égaliser au score (14-14). C'était une AWP, je me suis dit que de la faire tomber pourrait nous apporter un avantage pour le round suivant. Malheureusement, je n'ai pas pris le temps de regarder mes hp avant... On a tous bien rigolé sur cette fameuse action !   

Vous terminez finalement l’évènement à la troisième place pour toi, Fly, et à la première pour toi, Looxie. Qu’est-ce que cela fait de réaliser ces beaux résultats sur une LAN française reconnue ?

Looxie : Finir Top 1 dans une lan mixte pour la première fois, c'est une immense joie et une immense fierté. J'avais de très bons coéquipiers, et, pour moi, j'ai fait de bonnes performances durant cette lan.

Fly : Déçue de ne pas avoir réussi à décrocher la 2eme place, face à POCEBLO (17-19), mais nous avions joué contre eux en poule, sur D2 également, où nous avions perdu 4-16. Nous avons donc eu l'occasion de leur montrer un meilleur niveau.
Je reste fière de ce podium, puisque c'est le premier ! Nous avons réussi à montrer de belles games tout de même et nous aurons l'occasion de faire mieux à la prochaine édition !
 
 

Vous avez toutes deux vos chaines twitch et êtes donc habituées à jouer, en ligne, avec un cinq de potes. Qu’est-ce qu’apporte de jouer en LAN pour vous ?  

Fly : L'environnement et l'ambiance de jeu sont totalements différents que lorsqu'on joue chez soi. Ca nous donne l'occasion de montrer nos capacités en compétition, et, surtout, ça apporte de l'expérience, ainsi que de bons souvenirs (et un peu de visibilité, notamment sur le stream) !  

Looxie : Les lans sont un tout autre univers, c'est un endroit vraiment convivial où l'on passe du temps en réalité avec des amis d'internet. C'est un univers vraiment à part où l'ont fait des compétitions entre passionnés, où l'ont peut prouver nos capacités, et en retenir les meilleurs moments !  

Looxie, Fly, ça représente combien de LANs après cette Nantarena ?  

Fly : Cette édition 20.1 de la Nantarena représentait ma 10ème lan.  

Looxie : Pour ma part je n'ai pas fait énormément de lans, 4 en tout avec l'INSALan, la Louvard Game Féminine, l'OGS, et la Nantarena pour deux Top 1 à mon actif.  

Est-ce difficile, aujourd’hui, pour une fille, de se faire une place dans ce monde ?  

Fly : Une fois qu'on a trouvé les personnes avec qui jouer, qui ne s'occupent pas du fait qu'on soit une fille, mais qui se préoccupent simplement de ton jeu, c'est assez simple ! Je n'ai jamais vraiment eu de difficultés à trouver des mates pour aller en lans ! Après, il arrive encore d'entendre, sur place, "elle joue où la fille de l'équipe ? On ira sur son BP". J'ai eu le cas récemment, lors de l'INSALan. Nous étions deux filles dans l'équipe, jouant sur le même BP. C'est donc avec fierté qu'on a été leur serrer la main après notre victoire !

Concernant les games online (et notamment FACEIT) ça peut être un peu plus compliqué. Les gens ont encore beaucoup de préjugés sur les filles dans les jeux vidéos. C'est quitte ou double... Car une simple erreur peut amener à beaucoup de remarques de la part des coéquipiers. J'essaie donc de lancer le plus souvent avec des amis.  

Looxie : En revenant sur les remarques de Fly, le jeu online est souvent très difficile mentalement, avec des remarques et des insultes. Ces préjugés sont, je pense, pesant aussi pour les nouvelles joueuses qui voudraient s'intégrer, car toute mauvaise game ou action aboutit le plus souvent à des insultes.

Concernant les lans, le respect est quand même plus présent pour ma part, même s'il m'arrive d'apercevoir des têtes se décomposer à la vue d'une fille, lorsque que l'on se serre la main. Certes, cela reste comique sur le moment, mais il y a quand même une certaine pression due à ces préjugés, qui, même dans la vie de tous les jours sont encore présents. Donc moi aussi j'essaye de lancer le plus souvent avec des amis, qui savent laisser leur égo de côté.
 

Que pensez-vous de la présence des LANs dans l’ouest où on retrouve tout de même l’INSALan et la Nantarena ?  

Fly : Il n'y en a pas assez à mon goût ! La Nanta et l'INSA restent assez loin tout de même [quand on habite dans le sud-ouest]...  

Looxie : Je pense que ces lans sont accessibles a tous, mais si l'on parle du sud-ouest, les lans manquent énormément. Six heures de route pour chaque lan c'est assez lourd... et cher. 

De manière plus générale, le subtop - voire parfois les pros - se déplace en LAN plus souvent en mix qu’en équipe. Aimeriez-vous les voir se déplacer avec leurs coéquipiers même si cela implique que le niveau sera nécessairement plus élevé ?  

Looxie : Je pense que le cashprize de ces lans n'est pas assez élevé pour attirer des équipes entières ne serait-ce que pour rembourser le déplacement mais si l'on prend de plus grosses lans comme l'OGS, des équipes du subtop y participent.

Fly : En effet, ils participent déjà aux lans reconnues telles que l'Epsilan ou l'OGS. A nous de nous déplacer à ces évènements !
Mais, je pense qu'ils ne voient pas vraiment d'intérêt à participer aux autres lans, plus petites, au vue du cashprize (et éventuellement de la visibilité) comme l'a mentionné Looxie.
 

Quand on regarde l’esport et plus particulièrement CS:GO, on ne pense pas à une distinction de sexe quant au niveau potentiel de jeu. Pourtant, la scène professionnelle dissocie les hommes des femmes et la scène féminine est très peu mise en valeur que ce soit vis à vis des compétitions proposées ou de leur visibilité. Quel est votre avis là dessus ?  

Looxie : La scène féminine est trop peu mise en valeur, premièrement car elle est arrivée plus tard mais aussi car elle est jugée de moins bonne qualité voire comique dû à certains préjugés. Les compétitions restent vraiment rares, leur cashprize est assez faible et elles sont très peu visibles, même trop peu à mon gout. Cela n'améliore en rien la place des femmes sur les jeux vidéos, et conserve cette pseudo "infériorité" créée pas ces manques.

Fly : Les préjugés concernant les femmes dans les jeux-vidéos existent depuis longtemps maintenant. Les scènes compétitives se sont donc développées avec ces préjugés-là, et il est désormais difficile d'en sortir. Contrairement au sport, ce n'est pas le physique qui compte. Les hommes et les femmes sont donc, logiquement, à égalité concernant le domaine des jeux-vidéos.

Comme l'a dit Looxie, la scène féminine est trop peu mise en valeur et les compétitions sont plus rares.
Par ailleurs, le faible développement de la scène compétitive féminine peut entraîner un manque de motivation de leur côté, ce qui n'aide pas à la développer davantage. On se retrouve en quelque sorte dans un cercle vicieux.
 

Qu’auriez-vous à dire à nos lecteurs pour les motiver à se déplacer en LAN et auriez-vous un petit mot de la fin ?  

Looxie : Bien sûr, se déplacer en lan est une expérience à vivre et on en devient vite accro. Cette bonne ambiance, et ces souvenirs que vous n'oublierez jamais sont vraiment que du bonheur. Bon... sauf la nourriture qui, j'avoue, n'est pas terrible !

Fly : Franchement... Vous allez revenir fatigués et vous allez mettre 3 jours à vous en remettre, mais ça vaut le coup ! Mais vous passerez des week-ends inoubliables !
C'est l'occasion de se tester dans un environnement compétitif, de rencontrer les personnes avec qui vous jouez, mais également de rencontrer de nouvelles personnes !
Une fois que vous aurez commencé à en faire, vous serez accro, comme Looxie et moi !

Fly & Looxie


Une LAN sans photo, ça n'aurait quand même pas la même saveur ! (Photo : Nicolas Billiaux)


... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles