Brèves

WebTV
Publicité

Coverage



L'histoire de la France en Major

10453 31

Dix Majors ont eu lieu sur Counter-Strike : Global Offensive. 22 équipes et 17 joueurs ont représenté la France au cours de ces éditions, auxquels il faut aussi ajouter deux Belges et un Suisse. Depuis les 62 maps disputées par Happy jusqu'aux 3 jouées par ioRek, depuis la victoire finale de Team-LDLC jusqu'aux éliminations précoces de G2 et EnVyUs, la France a tout connu. Retour sur trois ans et demi de succès, d'échecs, d'immenses joies et d'inconsolables tristesses.

DreamHack Winter 2013
EMS Katowice 2014
ESL One Cologne 2014
DreamHack Winter 2014
ESL One Katowice 2015
ESL One Cologne 2015
DreamHack Cluj-Napoca 2015
MLG Colombus 2016
ESL One Cologne 2016
ELeague Major 2017
Statistiques générales



DreamHack Winter 2013 (novembre 2013)

VeryGames : Ex6TenZ, shox, SmithZz, NBK, ScreaM
Clan-Mystik : HaRts, ioRek, apEX, KQLY, kioShiMa
Recursive : Happy, kennyS, GMX, Uzzziii, Maniac

Tout a commencé en novembre 2013. DreamHack Winter, premier Major. Les statuts de Légende et de Challenger étaient encore bien loin. Pour ce premier tournoi à 250 000 $, trois équipes françaises sont au rendez-vous : VeryGames, à la lutte avec Ninjas in Pyjamas pour le titre de meilleure équipe du monde, et Clan-Mystik, sacrée championne du monde à la surprise générale deux mois plus tôt, ont été invitées. Recursive a dû passer par la qualification en ligne, éliminant EnRo GRIFFINS (Spiidi, denis, r0bs3n, globe, dukiiii) au dernier tour pour obtenir sa place. Une pré-compétition disputée sous le tag WE GOT GAME, avant qu'un accord avec la structure finlandaise ne soit trouvée au dernier moment.

VG est le favori du tournoi avec NiP, Clan-Mystik doit prouver que l'ESWC n'était pas un oneshot et Recursive arrive en tant qu'outsider total, sans objectif particulier. Le format suisse n'était pas non plus d'actualité, et c'est via les poules GSL que la première étape est disputée.

Les poules

Poule A

Clan-Mystik
fnatic
Na'Vi
LGB eSports

Poule B

Ninjas in Pyjamas
iBUYPOWER
Universal Soldiers
Recursive

Poule C

VeryGames
compLexity
n!faculty
Xapso

Tombée dans une poule assez tranquille, l'équipe d'Ex6TenZ passe tranquillement les Xapso, sortis du BYOC la veille, 16-8, avant de rencontrer de grosses difficultés face à compLexity. Au bout d'un trentième round un peu fou et d'un fake magistral des Américains, voilà que VG se retrouve en loser bracket. Une sortie dès ce premier tour est inconcevable : derrière un SmithZz bouillant à l'AWP, le cinq reprend sa marche en avant et écarte finalement n!faculty 16-9. Ce n'était pas parfait, mais les quarts de finale sont là.

La route est plus compliquée pour les deux autres formations francophones : si CM s'en sort une première fois de justesse face à LGB, 16-14, la suite est moins flamboyante. Huit petits rounds marqués en deux cartes, d'abord face à fnatic, 6-16, puis pour la revanche contre LGB, 2-16. Grosse désillusion pour HaRts et ses hommes, sortis dès les poules par deux équipes suédoises bien trop en forme à domicile.

Côté Recursive, c'est la poule de la mort au rendez-vous. Et contre toute attente, les ex-WE GOT GAME vont se montrer très bons. D'abord en accrochant NiP pour ne céder que 16-13, puis en sortant iBUYPOWER dans le match des perdants grâce à dix rounds glanés sur le side terroriste d'Inferno. Lors du duel décisif contre Universal Soldiers, le déficit de 3-12 à la pause n'empêche pas Maniac de réaliser son ace au pistol round pour amorcer une remontée fantastique. Treize rounds plus tard, Recursive rejoint VG dans l'arbre en s'imposant 16-13.

L'arbre

Mauvaise nouvelle : la deuxième place de VeryGames la situe dans la même partie d'arbre que NiP. La finale rêvée n'aura pas lieu, ou plutôt si, mais en demi. Avant cela, il faut passer l'obstacle CPH Wolves (device, dupreeh, Xyp9x, FeTiSh, Nico). Les Danois sont en train de monter dans la hiérarchie mondiale, et même si les Franco-Belges sont favoris, la pression est déjà forte. Heureusement, le match commence à la maison, sur Dust2, et un ScreaM très chaud qui claque 29 frags en 22 rounds permet à VG de mener tranquillement 1-0. CPH réplique de suite sur Inferno, tarif plus sec encore, 16-5. Mirage est la dernière carte. Celle sur laquelle VeryGames n'a pas mis un seul round en attaque un mois plus tôt contre Clan-Mystik, en finale de l'ESWC.

Les choses se passent bien mieux cette fois-ci, et avec sept rounds dans la besace après son side terroriste, shox & Co ont fait le plus gros. Une défense solide finit le travail, 16-12, l'affrontement tant attendu aura bien lieu.

Pour Recursive, l'équation est tout autre : la pression s'est envolée, tout ce qui arrive, ce n'est que du bonus.

On sort de la poule sûrement la plus difficile, on a réalisé entre guillemets ce qu'on voulait faire. Maintenant c'est que du bonus, on a tout gagné on n'a rien à perdre, on va jouer le match à fond, on va jouer comme on a su le faire en étant un peu moins fébriles et en rentrant un peu plus dans le match. C'est que du bonus maintenant.

kennyS, après la phase de poules

Ce match, il est contre fnatic, le bourreau de Clan-Mystik en poules. Et comme contre les Polonais d'Universal Soldiers, Recursive ne mettra que trois rounds sur Inferno en attaque. Mais cette fois, pas de SuperManiac pour sauver les meubles, et la première carte file logiquement dans les mains suédoises. La balance se rééquilibre après Dust2, remportée au forceps 16-13 par les Français. Tout se jouera sur Train. Et malgré deux pistol rounds remportés, fnatic est un cran au-dessus et conclut, 16-10. L'aventure s'arrête là pour kennyS et ses compagnons.

Seul reste donc VeryGames, pour faire face à son meilleur ennemi. Dans une ambiance électrique, avec un public présent en masse derrière les barrières adjacentes aux ordinateurs, le combat n'aura finalement lieu que sur une seule carte, la première. Malgré dix rounds inscrits en terroriste sur Dust2, la formation rouge et blanche se fait remonter et passer devant au dernier moment, 13-16. Elle se venge facilement sur Inferno, 16-6, mais ne peut ensuite rien faire en commençant en attaque sur Nuke. Comme bien souvent, les duels NiP - VG tournent à l'avantage des premiers qui concluent 16-6 et s'en vont défier fnatic en grande finale.

Résultats finaux

VeryGames : Top 3/4 – défaite face à NiP (13-16 / 16-6 / 6-16)
Recursive : Top 5/8 – défaite face à fnatic (9-16 / 16-13 / 10-16)
Clan-Mystik : Top 9/12 – défaites face à fnatic (6-16) puis LGB eSports (2-16)

Les meilleurs joueurs

SmithZz (VeryGames)
1,11 de rating, +14
(9 cartes jouées)
Maniac (Recursive)
1,10 de rating, +7
(6 cartes jouées)
shox (VeryGames)
1,08 de rating, +18
(9 cartes jouées)
Happy (Recursive)
1,08 de rating, +10
(6 cartes jouées)
apEX (Clan-Mystik)
1,01 de rating, 0
(3 cartes jouées)

 

         
L'action marquante
         
 

Maniac vs.  Universal Soldiers

Lors du match décisif de la poule B, Recursive est bien mal embarqué, mené 12-3 à la mi-side. Gagner le pistol round qui suit est indispensable. Maniac l'a bien compris et, depuis son bac à sable, va réaliser un superbe ace pour redonner de l'espoir aux siens.  L'équipe française s'impose finalement après une superbe remontée, qui n'aurait pas été possible sans la rage du Suisse.

 

 
 

Mais aussi...

  • shox vs. n!faculty : L'une des actions les plus célèbres de la compétition, classée deuxième meilleure action de l'année 2013 par HLTV, l'ace de shox en mode tourelle sur le A de Dust2 contre n!faculty. À voir ici, ou en version live derrière lui ici.
  • kioShiMa vs. LGB eSports : Dans son match d'ouverture face à LGB, Clan-Mystik peut compter sur un kio impérial en B malgré les fumigènes pour commencer son tournoi par une victoire. À voir ici.
 

 


EMS Katowice 2014 (mars 2014)

Titan : Ex6TenZ, shox, SmithZz, NBK, ScreaM
Clan-Mystik : HaRts, kioShiMa, GMX, Sf, kennyS
Team-LDLC : Happy, Uzzziii, Maniac, apEX, KQLY

Après la Suède, c'est la Pologne qui a l'honneur d'accueillir le deuxième Major de Counter-Strike : Global Offensive. Valve a déjà de la suite dans les idées et les huit premières équipes de la DreamHack Winter sont automatiquement qualifiées pour l'événement. Si rien n'a changé pour VeryGames exceptée la structure, puisque les joueurs sont désormais chez Titan, Clan-Mystik et Recursive ont fusionné pour donner naissance à LDLC. Une opération qui s'est fait dans la douleur, certains ne manquant pas de laisser quelques mots doux à leurs ex-coéquipiers. Mais au final, encore une fois, ce sont bien trois équipes françaises qui se présentent à Katowice.

Titan et LDLC qualifiés d'office, Clan-Mystik sortant vainqueur de la qualification française, les espoirs sont grands, notamment grâce à la line-up menée par Ex6TenZ, qui s'avance encore une fois comme l'une des équipes favorites du tournoi aux côtés de NiP et d'une prometteuse line-up polonaise, Virtus.pro.

Les poules

Poule A

Titan
HellRaisers
Virtus.pro
mousesports

Poule B

Ninjas in Pyjamas
Team-LDLC
Vox Eminor
3DMAX

Poule D

compLexity
LGB eSports
Na'Vi
Clan-Mystik

Tout commence parfaitement pour Titan, 16-5 contre mouz, c'est un peu plus poussif pour LDLC face aux surprenants Australiens de Vox Eminor, 16-13. Mais Clan-Mystik rompt l'adage du jamais deux sans trois en tombant face à compLexity, 6-16. Au tour suivant, on inverse : Titan se fait marcher dessus par Virtus.pro (sur Mirage, map reine de l'équipe polonaise, ce qu'on ne réalisera qu'après le tournoi), LDLC ne résiste pas à NiP mais Clan-Mystik reste en vie après un succès à l'arrachée face à Na'Vi, 16-13.

Les trois formations françaises peuvent donc se qualifier, ou être éliminées dès les poules. Trois matchs, trois résultats : un soulagement, une déception, un séisme.

Le premier, c'est pour LDLC. Malmenée par 3DMAX (Pimp, MSL, aizy, gla1ve, raalz), la line-up d'Happy ne s'en sort que grâce un à ultime sursaut lors de son side terroriste sur Inferno et un bel effort collectif, 16-13. Le deuxième, c'est pour Clan-Mystik. Pour la revanche contre compLexity, malgré un grand kioShiMa, quatre rounds en terroriste sur Nuke ne suffisent pas. Défaite 16-12, HaRts & Co échouent encore une fois en poules.

Le troisième, c'est pour Titan. L'histoire a déjà été racontée mille fois, et elle n'est qu'un peu plus cruelle à chaque narration. HellRaisers, Inferno, un side CT qui vacille, des Russo-Ukrainiens qui poussent, les clutchs de ScreaM qui ne suffisent pas à sauver les siens. Un trentième round perdu au temps, et Titan échoue dès les groupes d'un tournoi où 41 % des votants HLTV la voyaient triompher en finale.

L'arbre

LDLC est donc le seul survivant, et alors que peu de gens misaient sur elle, cette équipe va marquer l'histoire. Pas dans le bon sens, malheureusement. Aujourd'hui encore, le cinq français est l'un des deux seuls à avoir fini un premier side de match de Major avec un 0 à son compteur. Quart de finale, Virtus.pro en face, les Polonais font trembler la terre sur Mirage et accomplissent une moitié de match parfaite sur leur side d'attaque. La première carte est pliée 16-3, la deuxième 16-8 après un nouveau premier side proche de la perfection pour VP, cette fois-ci en défense sur Inferno, 13-2. Évitant de justesse l'humiliation totale, LDLC s'incline en quart de finale face au futur vainqueur.

Résultats finaux

Team-LDLC : Top 5/8 – défaite face à Virtus.pro (3-16 / 8-16)
Titan : Top 9/12 – défaites face à Virtus.pro (7-16) puis HellRaisers (14-16)
Clan-Mystik : Top 9/12 – défaites face à compLexity, deux fois (6-16 puis 12-16)

Les meilleurs joueurs

shox (Titan)
1,26 de rating, +17
(3 cartes jouées)
ScreaM (Titan)
1,13 de rating, +12
(3 cartes jouées)
apEX (Team-LDLC)
1,07 de rating, +1
(5 cartes jouées)
kennyS (Clan-Mystik)
1,03 de rating, +6
(3 cartes jouées)
Maniac (Team-LDLC)
1,02 de rating, -1
(5 cartes jouées)

 

         
L'action marquante
         
   

ScreaM vs.  HellRaisers

Au bord du gouffre, mené 14-9, Titan s'en remet à ScreaM pour garder espoir. Isolé en A, le Belge justifie son surnom de "Headshot Machine" et remporte un 1vs3 de haute volée. Un sursis de courte durée pour son équipe néanmoins puisqu'elle finira bien par s'incliner, lors du tout dernier round du match.

 
 

Mais aussi...

  • Maniac vs. Ninjas in Pyjamas : Même si LDLC ne pourra rien faire face à NiP, Maniac sauvera les meubles avec un 1vs3 pour conclure un ace, joué en toute discrétion. À voir ici.
  • kennyS vs. compLexity : Les deux défaites de Clan-Mystik face à compLexity n'empêcheront pas kennyS de prouver sa rapidité d'exécution, comme le montrent ces trois frags glanés sur Inferno. À voir ici.
 

 


ESL One Cologne 2014 (août 2014)

Team-LDLC : Happy, Uzzziii, Maniac, apEX, KQLY
Titan : Ex6TenZ, SmithZz, NBK, ScreaM, kennyS
Epsilon : kioShiMa, GMX, Sf, shox, fxy0

Titan et Clan-Mystik, les deux grands perdants de Katowice, ont bougé. L'organisation singapourienne a recruté kennyS et s'est séparée de shox, qui est allé se relancer dans la line-up Clan-Mystik, passée ensuite chez Epsilon. Peu de temps après, fxy0 viendra compléter le cinq, prenant la place d'un mistou encore un peu tendre pour le très haut niveau.

Si LDLC a automatiquement sa place pour le premier Major en terres allemandes, les deux autres doivent passer par les qualifications. Tout se passera plutôt tranquillement, et Epsilon laissera seulement une map en cours de route contre les CPH Wolves (karrigan, Pimp, gla1ve, Nico, smF), tandis que Titan déroulera sans problème en ligne contre des équipes nordiques.

Les poules

Poule A

Ninjas in Pyjamas
HellRaisers
Epsilon
Wolf

Poule B

CPH Wolves
Team-LDLC
London Conspiracy
Na'Vi

Poule D

dignitas
Cloud9
Titan
Vox Eminor

Prenant de plus en plus l'ascendant sur Titan au niveau national, LDLC confirme son nouveau statut en dominant aisément les Norvégiens de London Conspiracy (rain, RUBINO, prb, Polly, Skurk), 16-2, avant, petite surprise, de s'imposer également contre Na'Vi, 16-12. Après deux matchs, une équipe française est donc déjà dans l'arbre final, avec en prime un statut de tête de série. De très bon augure.

Si LDLC étonne, alors que dire de Epsilon ? Emmenés par shox, les cinq joueurs infligent deux corrections à HellRaisers, 16-1, puis aux Ninjas in Pyjamas, 16-6. Impressionnants de sérénité et de décontraction, ils sortent eux aussi en tête de leur poule. Ne reste plus que Titan pour compléter le trio gagnant. Dans une poule compliquée, l'équipe franco-belge s'en sort pourtant très bien face à Cloud9, les ex-compLexity, et mène 15-10. Allez, ça va le faire.

Bon, évidemment, non. Titan va s'écrouler, se faire remonter, encaisser un 1vs3 aux timings improbables en prolongations et se retrouver en loser bracket. On redoutait alors une confrontation fratricide dès les quarts de finale, mais il n'en sera rien, et pour cause : Titan n'atteindra jamais ce fameux arbre final. Et si vous avez un peu suivi CS ces dernières années, vous savez très bien que ce jamais est lourd de sens. La line-up fait un crédit pour battre Vox Eminor, 16-1, et doit passer à la caisse le lendemain contre dignitas pour tout rembourser : 1-16, seuls LDLC et Epsilon continuent l'aventure.

L'arbre

Flamboyante lors des Bo1, Epsilon va vite montrer ses limites en Bo3, surtout face à une équipe de dignitas très bien huilée. Et puis ce n'est pas encore les demi-finales, donc tout roule pour elle pour le moment. Pour sa dernière apparition en Major, même s'il ne le savait évidemment pas à l'époque, fxy0 va vaillamment se battre avec les siens, mais rien ne pourra empêcher une sèche défaite en deux cartes, 16-9 / 16-8. Un top 5/8 certes très honorable, mais le sentiment d'impuissance de la dernière rencontre laissera sans doute un goût amer à ce résultat.

De son côté, LDLC a une revanche à prendre. Comme cinq mois plus tôt, c'est face à Virtus.pro qu'elle dispute son quart de finale. Et contrairement à Katowice, ce match-là va être bien plus accroché. Durant deux cartes, Happy et ses compagnons rivaliseront avec une des meilleures équipes du monde et, mieux encore, la battront. 2-0. 16-14 / 16-12. Ce jour-là, apEX était l'élu et cette rencontre reste, peut-être encore aujourd'hui, l'une de celles qu'il a le plus marqué de son empreinte. Ajoutez à ça un tir rentré dans la légende de KQLY et une équipe parfaitement dirigée, et vous obtenez une demi-finale de Major à aller disputer.

Partie encore une fois sur les chapeaux de roue, tout le monde croira pendant longtemps à l'exploit de LDLC. Mais à 1-0 contre NiP, les dieux suédois décidaient de donner un petit coup de pouce à leurs joueurs. Les ninjas remportaient facilement Nuke avant de s'en sortir miraculeusement sur Cbble, 16-14, laissant à LDLC tous les regrets du monde tant la grande finale semblait proche. Mais rien ne pouvait arrêter NiP à Cologne cette année-là.

Malgré cette défaite, quelle compétition de celle qui n'était même pas encore tout à fait sûre d'être la meilleure équipe française avant le tournoi. Happy et Maniac passent enfin la barrière des quarts de finale, apEX sort une compétition époustouflante (encore aujourd'hui, il détient à égalité avec pasha et flusha le rating le plus élevé établi lors d'un Major pour un joueur ayant franchi les groupes, 1,38) et Uzzziii fait taire les critiques qui ne lui accordaient pas le moindre crédit. Il fallait combler le nouvel échec de Titan, LDLC l'a fait avec brio.

Résultats finaux

Team-LDLC : Top 3/4 – défaite face à NiP (16-10 / 6-16 / 14-16)
Epsilon : Top 5/8 – défaite face à dignitas (9-16 / 8-16)
Titan : Top 9/12 – défaites face à compLexity (18-22) puis dignitas (1-16)

Les meilleurs joueurs

apEX (Team-LDLC)
1,38 de rating, +59
(7 cartes jouées)
kioShiMa (Epsilon)
1,33 de rating, +26
(4 cartes jouées)
kennyS (Titan)
1,28 de rating, +17
(3 cartes jouées)
shox (Epsilon)
1,21 de rating, +15
(4 cartes jouées)
Happy (Team-LDLC)
1,17 de rating, +35
(7 cartes jouées)

 

         
L'action marquante
         
 

KQLY vs.  Virtus.pro

Certains donnent leur nom à des positions, d'autres préfèrent attribuer le leur à des types de tirs. Mais pour celui-ci, on ne saura jamais si c'est mérité ou non. Dernier round de Dust2, 15-14, 1vs1, KQLY rentre une dinguerie sur pasha et permet à LDLC de remporter la première carte. Lors de son bannissement pour cheat quelques mois plus tard, tout le monde repensera à ce moment : ce tir, est-il "propre" ou non ? Peu importe la réponse, aujourd'hui, un tir rentré en sautant et tout le chat Twitch s'inondera de "KQLY".

   
 

Mais aussi...

  • Sf vs. Ninjas in Pyjamas : Là aussi, certains crieront à la triche. Sf dégoûte NiP lors de leur match de poule avec quatre headshots, rendant le BP A de Cobblestone imprenable. À voir ici.
  • Ex6TenZ vs. Vox Eminor : Titan s'amuse face aux Australiens de Vox Eminor, et Ex6TenZ y va de son 4 kills à l'extérieur. À voir ici.
 

 


DreamHack Winter 2014 (novembre 2014) 

Team-LDLC : Happy, shox, SmithZz, NBK, kioShiMa 
Titan :
Ex6TenZ, kennyS, apEX, Maniac, KQLY

Epsilon : GMX, Sf, fxy0, ScreaM, Uzzziii

Le vent a soufflé fort à l'été 2014 en France, et les joueurs se sont éparpillés un peu partout. Le trio apEX - Maniac - KQLY a débarqué chez Titan, un projet nommé "Mercenary" s'est monté d'un autre côté, avant que LDLC n'apporte son soutien à cette nouvelle line-up, et ceux qui restaient sans équipe se sont mis d'accord pour repartir ensemble sous les couleurs d'Epsilon. Au jeu des spots et des slots, il n'y a que LDLC qui doit passer par la qualification, une épreuve passée sans aucun problème. Encore une fois, trois équipes françaises sont donc présentes au Major.

Ça, c'est le schéma une semaine avant le début. Avant les VAC Ban de KQLY et Sf, avant les disqualifications de Titan et Epsilon, avant le début du plus gros scandale de l'histoire de Counter-Strike GO, avant la chasse aux tricheurs. De quinze représentants francophones, le total passe à cinq juste avant que les joueurs ne prennent l'avion. Les espoirs de la communauté ne reposent plus que sur une seule équipe, Team-LDLC.

Les poules

Poule C

Ninjas in Pyjamas
Team-LDLC
ESC ICY BOX
Planetkey Dynamics

Les poules qui se transforment donc en la poule, en l'occurrence la C, qui regroupe deux favoris aux côtés de deux petits poucets. LDLC l'a bien compris et se sert des Polonais d'ESC en guise d'échauffement, 16-4 sur Cbble. Happy se venge du pays qui lui avait infligé pareil huit mois plus tôt et colle une bulle à ses adversaires, 15-0 en défense. Finie la rigolade ensuite puisqu'un gros poisson arrive dans l'aquarium, NiP, supporté par une foule déjà bien présente lors des matchs de poules.

La rencontre est très serrée, l'équipe de NBK laisse passer deux rounds de matchs avant de justifier son futur surnom de "LDLCZ" en terminant le match lors d'une quasi-éco, remportée avec quatre frags effectués grâce à cette mitraillette de poche. L'overtime rôdait, mais LDLC a su éviter d'inutiles frayeurs pour continuer sa route. L'arbre final approche, et avec lui l'un des matchs les plus célèbres de CS:GO.

L'arbre

Ce match, c'est évidemment le quart de finale contre fnatic, qui a eu la bonne idée de terminer deuxième de sa poule pour que les deux meilleures équipes du monde s'affrontent dès le premier tour de ce tableau final. LDLC gagne Dust2, fnatic remporte Cache, Overpass doit décider de qui sera déçu et qui sera ravi. En défense, SmithZz et sa bande font un side CT de toute beauté, 12-3, et remportent le pistol round qui suit, 13-3. Le moment choisi par olof pour se rendre sur les hauteurs de la carte grâce à un boost inédit et amorcer un inarrêtable retour. fnatic revient, passe devant et gagne 16-13 devant des Français désabusés.

Le match se termine, des gens viennent vers vous, qu'est-ce qu'ils vous disent ?

Ils nous disent que c'est complétement abusé, qu'ils étaient en boost, que c'était un boost trop spécial, qu'il fallait être trois pour y aller, etc. Là je fais « ouais boost à trois, c'est pas autorisé, c'est quoi le délire », et ensuite ils nous montrent le boost, et on voit directement pixel-walk, et on fait « non ok, ça passera pas ».

SmithZz, revenant sur l'après-quart de finale

Réclamation, contre-réclamation, interviews, posts assassins sur les réseaux sociaux, l'imbroglio est total. Après une nuit très courte, tout le monde se retrouve dans les coulisses pour apprendre que fnatic déclare forfait. La troisième map, qui devait être rejouée, est donc remportée par LDLC qui passe en demi.

Contre Na'Vi, une équipe qui lui réussit parfaitement, la line-up menée par Happy repart de l'avant grâce à un double 16-11 acquis après deux sides CT en béton sur Inferno et Dust2. Pour la première fois, une formation française est en finale d'un Major. Ce sera face à NiP, pour la revanche du match de poule. Encore une fois très en place en défense sur Dust2, LDLC prend la première carte 16-10. Mais la baisse de régime sur Inferno ouvre la porte à un retour des ninjas, qui en profitent pour revenir à hauteur avec un 16-4 assez piquant.

Et c'est encore Overpass qui sera le théâtre du combat. Derrière 11-4, LDLC refait son retard, résiste à la monstrueuse pression suédoise et sauve deux rounds de match avant de crucifier son opposant en prolongations, 19-16. Six Français (n'oublions pas MoMaN) explosent de joie au milieu du peuple suédois, et offrent à la nation bleu-blanc-rouge son premier titre en Major lors du seul tournoi où elle n'avait qu'un seul représentant. La joie est immense.

Résultats finaux

Team-LDLC : Grand vainqueur – victoire contre Ninjas in Pyjamas (16-10 / 4-16 / 19-16)

Les meilleurs joueurs  (et les cinq seuls)

Happy (Team-LDLC)
1,17 de rating, +45
(9 cartes jouées)
kioShiMa (Team-LDLC)
1,08 de rating, +27
(9 cartes jouées)
NBK (Team-LDLC)
1,07 de rating, +19
(9 cartes jouées)
shox (Team-LDLC)
1,03 de rating, +18
(9 cartes jouées)
SmithZz (Team-LDLC)
0,86 de rating, -24
(9 cartes jouées)

 

         
L'action marquante
         
   

LDLC vs.  Ninjas in Pyjamas

Pas un joueur précis cette fois, mais une équipe. Un cinq soudé qui va repousser deux rounds de Major, en Suède, contre des Suédois, au milieu d'une arène remplie à ras bord de... Suédois (évidemment). Sur ce BP A devenu apocalyptique pendant quelques secondes lors du tout dernier round, LDLC résiste à la pression et va chercher l'overtime. On connaît la suite.

 
 

Mais aussi...

  • shox vs. ESC ICY BOX : shox s'amuse dans les fumigènes face aux pauvres Polonais d'ESC, qui n'arriveront pas à mettre un seul round durant leur side d'attaque. À voir ici.
  • NBK vs. fnatic : Même si fnatic remportera Cache, NBK montre son talent défensif en A, se permettant même un joli jumpshot pour conclure. À voir ici.
 

 


ESL One Katowice 2015 (mars 2015)

EnVyUs : Happy, shox, SmithZz, NBK, kioShiMa
Titan : Ex6TenZ, kennyS, apEX, Maniac, RpK

Tenants du titre en Major, les joueurs LDLC sont depuis la DreamHack passés chez EnVyUs, ce qui permet à shox de disputer son cinquième Major sous un cinquième tag different. Si aucun élément n'a bougé dans la line-up, Titan a de son côté fait un pari un peu fou en rappelant RpK, retraité depuis deux ans, pour remplacer KQLY. Et l'équipe d'Ex6TenZ va avoir toutes les peines du monde à obtenir sa place pour le tournoi polonais lors de la qualification en lan, grande première instaurée pour mettre fin à toutes les suspicions des matchs en ligne.

Il faudra quatre overtimes aux Francophones pour se débarrasser des surprenants Russes de PiTER (wayLander, facecrack, ub1que, hooch, waterfaLLZ), avant de céder sur le fil contre CLG, 14-16. Heureusement, le match décisif sera facilement négocié contre CPH Wolves : il y aura bien deux équipes françaises à Katowice. Et heureux hasard, elles se retrouvent dans le même groupe, s'affrontant même dès le match d'ouverture de la compétition.

Les poules

Poule B

EnVyUs
PENTA Sports
LGB eSports
Titan

Le duel aura lieu sur Cobblestone. EnVy est devant à mi-match, 9-6, et enfonce le clou au pistol round pour mener 12-6. Mais Titan va déployer une défense impressionnante et enchaîner huit rounds consécutifs pour repasser devant. La première surprise du tournoi est-elle là ? L'un des grands favoris peut-il perdre dès son entrée en lice ? Non, bien sûr, c'est Titan en face. Alors la formation qui avait l'avantage s'écroule, perd les quatre derniers rounds et file en loser bracket. Là-bas l'attend une équipe de PENTA pourtant largement à sa portée mais contre laquelle elle se noiera totalement. 4-16, comme un an plus tôt au même endroit, Titan sort dès les poules après deux matchs sans avoir gagné le moindre GR.

Malgré un début compliqué, EnVy va de son côté profiter de sa dynamique victorieuse pour enchaîner sur un succès facile face à LGB, 16-8. Les poules sont franchies, la route vers la défense du titre a commencé.

L'arbre

Na'Vi est l'adversaire des Boys in Blue en quart de finale. Un tirage favorable quand on sait que depuis plusieurs mois, LDLC puis EnVy est la bête noire des joueurs de l'est. Mais Zeus & Co ont appris de leurs défaites et commencent à titiller de plus en plus celle qui les a tant martyrisés auparavant. Overpass est accrochée mais tombe finalement chez nV, 16-12. Dust2 est encore plus serrée et après une dernière défense héroïque de GuardiaN en B (au… Famas), Na'Vi s'impose 16-14 et revient à hauteur. 1-1, la pression se fait de plus en plus lourde. Mais la dernière carte sera finalement à sens unique. En mode rouleau compresseur, EnVy ne laisse aucune chance à l'attaque ukrainienne et gagne sa place pour le dernier carré après un 16-3 final.

Les quatre vainqueurs de Major se font maintenant face. Après un premier duel remporté par fnatic contre Virtus.pro, EnVy et NiP se retrouvent. Et si les ninjas s'étaient inclinés à la dernière DH Winter ainsi qu'aux X-Games, ils ne vont pas laisser cinq Français leur griller la politesse une nouvelle fois, même si l'équipe suédoise est loin d'être favorite. Pourtant, c'est bien elle qui va d'emblée imposer son jeu avec onze rounds marqués en attaque sur Cache pour conclure 16-9. Un peu estomaqué, on se dit que Dust2 va relancer NBK et ses compagnons : il n'en est rien.

Encore une fois, NiP se montre impérial et ne laisse rien passer, étouffant dans l'œuf l'attaque française. Un sentiment d'impuissance se dégage de la line-up tricolore qui doit finalement s'incliner assez sèchement en deux cartes, sans jamais avoir vraiment pu tenir la dragée haute à son adversaire.

Les résultats finaux

EnVyUs :  Top 3/4 – défaite contre Ninjas in Pyjamas (9-16 / 10-16)
Titan : Top 13/16 – défaites contre EnVyUs (14-16) puis PENTA Sports (4-16)

Les meilleurs joueurs

shox (EnVyUs)
1,13 de rating, +20
(7 cartes jouées)
SmithZz (EnVyUs)
1,09 de rating, +20
(7 cartes jouées)
NBK (EnVyUs)
1,05 de rating, +11
(7 cartes jouées)
Happy (EnVyUs)
1,00 de rating, +1
(7 cartes jouées)
kioShiMa (EnVyUs)
0,92 de rating, -4
(7 cartes jouées)

 

         
L'action marquante
         
 

apEX vs.  EnVyUs

Dans ce choc qui sert de match d'ouverture, Titan enchaîne les rounds en défense et pousse l'économie nV à mal. Ce gros rush en A pourrait effrayer apEX mais il n'en est rien, il reste solide sur ses appuis et élimine quatre adversaires en quelques secondes, faisant le plein de confiance pour lui et son équipe. Mais la roue finira par tourner au dernier moment, et EnVyUs reprendra la tête de justesse à la fin du match pour s'imposer.

   
 

Mais aussi...

  • shox vs. Titan : shox profite d'un bon setup défensif dans la long A pour faire parler son P250, trois frags, et il conclut avec un dernier kill effectué avec une AK ramassée. Une éco plutôt rondement menée. À voir ici.
  • NBK vs. LGB eSports : Toujours aussi solide sur le A de Cache, NBK s'offre de nouveau un quadra-kill, cette fois-ci face à LGB. À voir ici.
 

 


ESL One Cologne 2015 (août 2015) 

EnVyUs : Happy, NBK, kioShiMa, apEX, kennyS
Titan :
Ex6TenZ, Maniac, RpK, shox, SmithZz
ScreaM participe avec Team Kinguin (Maikelele, fox, rain, dennis, ScreaM)

Shuffle français, épisode 2. Après un printemps compliqué, kennyS et apEX quittent Titan pour rejoindre EnVyUs, pendant que shox et SmithZz font le chemin inverse. Et si EnVy cartonne avec cette nouvelle line-up, s'imposant aux IEM Gamescom, Titan n'a aucune certitude avant d'aborder le Major. La qualification n'a pas franchement rassuré sur les capacités de ce cinq, qui a perdu contre eBettle (peet, Hyper, Furlan, GruBy, rallen) et a dû passer par le loser bracket pour obtenir sa place.

Les poules

1er jour

Poule B

EnVyUs
Luminosity Gaming
Team Kinguin
FlipSid3 Tactics

Poule C

fnatic
Na'Vi
Titan
eBettle
2ème jour

Poule G

Ninjas in Pyjamas
Titan
Renegades 

Poule F

Cloud9
Team Kinguin
Immunity

EnVyUs confirme rapidement son statut d'équipe en pleine confiance en ne faisant qu'une bouchée de FlipSid3, 16-3. Le match suivant est un peu plus compliqué face à des Brésiliens de chez Luminosity accrocheurs, qui pousseront les hommes d'Happy en prolongation grâce à un FalleN assez ignoble. Heureusement, un bon kennyS rappelle au futur double vainqueur de Major qui est le patron et nV finit par l'emporter 19-16, assurant ainsi son passage en quart de finale.

Pour Titan, les choses sont plus compliquées. À cause d'un seed assez moyen, la formation hérite de Na'Vi comme premier adversaire. Et malgré un side terroriste poussif avec seulement quatre rounds inscrits sur Overpass, elle remonte bien en deuxième partie de match et accroche le nul. 15-15, mais de nouveau, une attaque trop faible empêche Ex6TenZ et les siens d'inscrire le moindre round lors de leur side offensif en prolongation. 17-19, Titan se retrouve au bord de l'élimination. Dans un format assez spécial, où les poules sont à nouveau tirées après le premier jour, l'équipe franco-belge trouve un peu de chance dans son malheur en tombant contre Renegades lors de la rencontre des perdants, un opposant plus qu'à sa portée.

La déconvenue n'en sera que plus totale. SPUNJ est déchaîné, Renegades parfaitement à l'aise sur Mirage, et à la surprise générale les Australiens font la différence en attaque, 16-9. Une nouvelle fois, la porte de l'arbre se ferme sur le nez des joueurs Titan. Il n'y aura donc qu'une équipe française dans l'arbre, et aussi… un Belge, ScreaM, parti tenter l'aventure internationale avec Team Kinguin. Après une sèche défaite face à Luminosity le premier jour, 6-16, Kinguin sort Immunity puis Cloud9 pour obtenir son statut de Légende.

L'arbre

Le cinq cosmopolite va cependant vite montrer ses limites puisque dès les quarts de finale, les Danois de TSM ne rencontrent pas vraiment de difficultés et s'imposent tranquillement 2-0, 16-6 / 16-8. Il ne reste donc qu'EnVyUs pour les supporters français, présents en nombre dans la Lanxess Arena depuis qu'un bus a eu la bonne idée de faire Paris-Cologne juste avant que l'arbre ne commence.

Le temps n'est pas encore venu pour Na'Vi de vaincre nV, et l'équipe ukrainienne bloque encore une fois. NBK et ses complices font la différence dans le money-time sur Inferno, 16-13, et appuient sur l'accélérateur en attaque sur Mirage, 16-10. Comme un an auparavant, apEX et Happy se retrouvent en demi-finale en Allemagne. Cette fois-ci ce n'est pas NiP en face mais TSM, une autre line-up qui réussit particulièrement bien aux Français, qui l'ont battue quatre fois en autant de cartes disputées à la GamesCom.

Cette fois, les Danois feront un peu mieux : ils gagneront une map. Mais pas le Bo3. Au milieu d'une Marseillaise chantée à pleins poumons, EnVy prend Cache, cède Dust2 mais en remet un coup sur Inferno : 12 rounds inscrits en attaque, largement suffisant pour s'imposer quelques minutes plus tard, 16-8. Pour la seconde fois, une équipe française est en finale.

L'affiche laisse rêveur. EnVyUs - fnatic, pour un duel que tout le monde attendait. Dès le premier round du match, NBK knife flusha : le ton est donné, les Français sont prêts à tout pour mettre leur main sur le trophée. Ils déciment tout sur leur passage, virent devant 10-5 à la pause et poussent à 14-7. Mais le vent souffle dans la Lanxess Arena et un grain de sable du nom de KRiMZ vient tout enrayer. D'un 1vs3, il sauve son équipe et la remet sur les rails. fnatic sauve cinq rounds de map, arrache la prolongation et finit son entreprise de démolition. 19-15, les Suédois viennent de tuer le moral français.

La deuxième carte ne sera pas à la hauteur de la première. EnVy n'arrive pas à réagir et laisse fnatic filer sur Cbble. 16-7, olofmeister et sa bande remportent leur deuxième Major consécutif après avoir arraché une première carte qui semblait promise aux Frenchies et aurait totalement changé le cours de la finale.

Les résultats finaux

EnVyUs : Top 2 – défaite face à fnatic (15-19 / 7-16)
ScreaM : Top 5/8 avec  Team Kinguin – défaite face à TSM (6-16 / 8-16)
Titan : Top 13/16 – défaites face à Na'Vi (17-19) puis Renegades (9-16)

Les meilleurs joueurs

apEX (EnVyUs)
1,09 de rating, +18
(9 cartes jouées)
shox (Titan)
1,04 de rating, +1
(2 cartes jouées)
Happy (EnVyUs)
1,02 de rating, +5
(9 cartes jouées)
ScreaM (Kinguin)
1,01 de rating, +5
(5 cartes jouées)
NBK (EnVyUs)
0,99 de rating, +9
(9 cartes jouées)

 

         
L'action marquante
         
   

NBK vs.  Team SoloMid

Troisième carte de la demi-finale, EnVy commence très bien en terro sur Inferno, et a l'occasion de briser l'économie adverse au septième round. NBK se retrouve seul avec une bombe plantée à défendre, mais ce n'est pas un problème : une grenade et deux sprays feront le travail. EnVy est lancé et inscrira 12 rounds sur son side d'attaque, qui lui ouvriront les portes de la finale.

 
 

Mais aussi...

  • kennyS vs. TSM : Les Français n'auront décidément pas fait de cadeau aux Danois et c'est cette fois-ci kennyS, sur Cache, qui se fend de son 1vs3 en attaque. À voir ici.
  • kioShiMa vs. fnatic : Au fond du trou sur Cobblestone après avoir perdu Dust2, les joueurs EnVy peuvent tout de même compter sur kioShiMa pour leur redonner un peu d'allant. Quatre kills et une fake plant culottée en 1vs1, à quelques secondes de la fin du round. À voir ici.
 

 


DreamHack Cluj-Napoca 2015 (octobre 2015)

EnVyUs : Happy, NBK, kioShiMa, apEX, kennyS
Titan : Ex6TenZ, RpK, shox, SmithZz, ScreaM

EnVyUs veut sa revanche, et arrive à la DreamHack Cluj-Napoca, septième Major de l'histoire de CS:GO, avec la même line-up et les trophées de la DH Londres et du Gfinity Champion of Champions dans la poche. Avec fnatic, TSM et Virtus.pro, elle fait partie des quatre grands favoris du tournoi, malgré une ambiance interne très tendue.

Pour Titan, un changement a été fait : le retour de ScreaM dans la line-up, plus d'un an après s'être fait évincer lors du premier shuffle français. Le Belge prend la place du Suisse, Maniac. Avec ce cinq-là, des souvenirs de VeryGames ressurgissent, même si cette line-up précise n'a jamais porté les couleurs rouge et blanche. Qu'importe, Titan se débarrasse des Vietnamiens de Skyred et de leur sniper crazyguy puis d'HellRaisers, en trois cartes, pour assurer sa qualification au Major. Encore une fois, comme pour toute l'année 2015, deux équipes tricolores seront présentes au tournoi le plus important.

Les poules

Poule C

Virtus.pro
Ninjas in Pyjamas
Titan
Team Liquid

Poule D

EnVyUs
Na'Vi
CLG
dignitas

Cela devient une habitude pour EnVyUs, qui passe la phase de poules sans aucun problème : dignitas est tranquillement écarté 16-6, et Na'Vi ne pose toujours pas plus de problèmes aux Français (décidément), 16-9. L'équipe de kennyS confirme son statut de favorite et prend rendez-vous pour la suite.

Comme à chaque fois, les choses se compliquent un peu au moment de parler de Titan. Tombée dans un groupe pas facile avec NiP et VP, la line-up va pourtant idéalement entamer son périple roumain en proposant une défense de fer aux Suédois, 13-2 sur Cbble. Plus poussive en attaque, s'emmêlant un peu les pinceaux dans son cycle économique, il faudra attendre les derniers rounds du match pour voir la troupe d'Ex6TenZ conclure, 16-13.

La première étape est passée, un match est gagné, ce qui mine de rien n'était plus arrivé pour Titan en Major depuis… Cologne 2014. Un sacré bail. Un peu de répit s'impose après cette délivrance, et c'est logiquement que Virtus.pro s'impose tranquillement dans le match des vainqueurs, 16-7, envoyant l'équipe francophone disputer le match décisif face à NiP. Cette fois-ci en Bo3, de quoi laisser un peu plus d'espoir à une équipe à qui les Bo1 n'ont jamais réussi.

La première carte est accrochée, mais Titan semble prendre le large une fois le premier side terminé. 9-6, 12-6, 13-6, les ninjas sont en éco. Titan perd malgré tout le round. Plus vraiment une surprise. Ce qui est plus étonnant (quoique), c'est la suite : la formation franco-belge va, sans aucune raison, totalement lâcher prise. f0rest et les siens vont d'abord remonter sur Cache et gagner 16-14, avant de se retrouver face à des fantômes sur Dust2. 16-1, pour la cinquième fois en autant de tentatives, Titan a fini son tournoi dès la phase de poules. Personne ne le sait encore à ce moment-là, mais c'est la dernière fois que ce scénario se produit. Cette défaite 2-0, ce non-match 16-1, seront les dernières images de Titan en Major.

L'arbre

Ce qui attend nV dans l'arbre est proche d'un parcours du combattant. Quart de finale : fnatic. Déjà ? Et oui, l'équipe suédoise est sortie deuxième de sa poule et comme un an auparavant, le destin a fait se rencontrer les deux dès le premier tour de l'arbre. Pas d'Overpass cette fois, la rencontre débute sur Mirage. fnatic ne fait pas un match énorme, mais nV offre une prestation très décevante, accumulant les erreurs : 16-9 pour les Scandinaves. Les Français se reprennent bien sur Cobble et remettent la balle au centre, 16-9 également. Cache décidera de tout.

Ce sera une boucherie. Happy et apEX ouvrent le middle à grands coups de rafales, la défense fnatic est totalement dépassée. 13 rounds marqués en terro, 3 en CT : 16, le compte est bon. Pendant ce temps-là, fnatic n'a pas dépassé les deux rounds. EnVy tient sa revanche, la voilà en demi-finale. Ce sera face à G2, qui a surpris bon nombre d'observateurs en sortant Virtus.pro. Et l'équipe internationale va continuer sur sa lancée face aux "baguettes" : Dust2 est solidement gérée, 16-10, et Inferno part en prolongations après que jkaem & Co aient réussi à inscrire neuf rounds sur leur side d'attaque. La pression est à son apogée. 15-15, 18-18, puis bientôt 21-18 pour G2. Trois rounds de matchs. EnVy n'a plus le droit à l'erreur.

On arrive à accrocher l'overtime, et là on prend 3-0. Ce qu'il faut savoir en Major c'est que t'as deux minutes entre les sides. Je pense que pendant ces deux minutes, personne n'a parlé. On aurait dit que notre mère était morte, c'était vraiment horrible. L'attente était très longue. On regarde et on se dit « y a 1-0 pour eux, ils ont trois balles de match, on rentre à la maison ». On a tout donné en rentrant dans la deuxième partie de l'overtime, on remonte à 3-3, et là tout s'inverse. C'était à leur tour de prendre un coup de massue sur la tête. C'était une game qui s'est jouée au mental.

kennyS, qui revient sur les trois rounds de matchs sauvés

Ce mental, qui avait tant fait défaut aux Français à Cologne, ne va cette fois-ci pas les lâcher. Ils reviennent, passent devant, finissent 25-21 et enchaînent sur Cache avec le même rythme. C'en est trop pour G2 qui ne peut rien faire et laisse filer la victoire, 16-7. EnVy est en finale, pour la seconde fois consécutive. Et à la surprise générale, c'est contre Na'Vi qu'elle se jouera.

La bande de Zeus a profité d'un tirage au sort favorable et d'un GuardiaN stratosphérique pour se hisser jusqu'en finale. Et si son passif face à nV ne joue pas en sa faveur, elle va tout donner pour aller chercher la victoire. Le début de match sur Train est pourtant largement favorable aux Français qui mènent 7-1 en défense mais se font ensuite rattraper, 9-6 à la pause. Et lorsque Na'Vi passe ensuite devant, 11-9, sur sa carte, où EnVy n'est pas le plus à l'aise, on se dit que c'est plié et qu'il faudra être fort sur les deux autres maps pour l'emporter.

Mais Happy et ses hommes vont répondre d'une superbe façon au jeu proposé par les joueurs de l'est. Ils vont recoller et même passer devant, 12-12 puis 15-12. Trois rounds de première carte, il ne faut pas les gâcher comme contre fnatic. Le premier est raté. Le second également. Tout se joue sur le dernier. Deux minutes, une attaque en A et un 1vs1 remporté par kennyS contre GuardiaN plus tard, et Train est pour les Français. 1-0. En réalité, EnVy a déjà gagné bien plus. Face à son écran, les yeux rivés sur la dernière bombe plantée qui n'explosera jamais, seized l'a déjà compris. Sur Cobblestone, Na'Vi n'existera pas.

NBK et apEX sont déchaînés et, contrairement à deux mois plus tôt, ce sont cette fois-ci eux qui courent partout sur la carte et enchaînent les headshots. Dix rounds marqués en attaque, une défense qui ne cédera pas une seule fois, et la rencontre se conclut sur un 16-5 qui paraît facile. NBK, Happy et kioShiMa remportent leur deuxième Major, kennyS et apEX connaissent pour la première fois ce sentiment d'exaltation suprême. Une nouvelle fois, la France est sur le toit du monde.

Les résultats finaux

EnVyUs :  Grand vainqueur – victoire contre Na'Vi (16-14 / 16-5)
Titan : Top 9/12 – défaites face à Virtus.pro (7-16) puis Ninjas in Pyjamas (14-16 / 1-16)

Les meilleurs joueurs

kennyS (EnVyUs)
1,23 de rating, +66
(10 cartes jouées)
Happy (EnVyUs)
1,14 de rating, +41
(10 cartes jouées)
NBK (EnVyUs)
1,14 de rating, +33
(10 cartes jouées)
shox (Titan)
1,12 de rating, +6
(4 cartes jouées)
apEX (EnVyUs)
1,11 de rating, +20
(10 cartes jouées)

 

         
L'action marquante
         
 

NBK vs.  Na'Vi

Contrairement à Cologne, EnVy se fait plaisir sur Cbble lors de la grande finale. En situation de 2vs5, NBK continue de remonter vers le BP A, imperturbable. Il va y chercher cinq frags et un ace, pour mettre un peu plus le mental des Ukrainiens au fond du seau.

   
 

Mais aussi...

  • RpK vs. Ninjas in Pyjamas : Premier round du match décisif contre NiP, RpK frappe fort avec un superbe ace en reprise de BP. Un effort vaillant mais inutile, puisque les Francophones perdront quand même le round : pas de kit... À voir ici.
  • Happy vs. G2 Esports : La délivrance est proche pour EnVy après une demi-finale titanesque contre G2. Happy fait parler sa science du lurk au dernier round, prend trois kills grâce à elle et en ajoute un quatrième pour conclure. À voir ici.
 

 


MLG Colombus 2016 (mars 2016)

EnVyUs : Happy, NBK, apEX, kennyS, DEVIL
G2 Esports : Ex6TenZ, RpK, shox, SmithZz, ScreaM

Grande première, un Major a lieu en Amérique, à Colombus, sous l'égide de la MLG. Titan n'est plus, la structure a fermé, et les joueurs ont trouvé refuge chez G2 Esports. RpK et les siens passent la phase de qualification sans perdre mais sans rassurer, après deux victoires serrées contre Tempo Storm (16-13) et FlipSid3 (16-14). Pour EnVyUs, la victoire à Cluj a malheureusement marqué le début d'une longue période de résultats en dents de scie, qui ont amené la formation à effectuer un changement trois semaines avant la compétition : kioShiMa est écarté, DEVIL prend sa place. À l'approche du tournoi, aucune des deux équipes françaises n'est donc en pleine confiance.

Les poules

Poule C

EnVyUs
Astralis
Gambit Gaming
CLG

Poule D

Na'Vi
Virtus.pro
G2 Esports
Cloud9

Si G2 est tombé dans un groupe extrêmement relevé et se fait atomiser 16-1 par Virtus.pro lors du premier match, EnVy semble avoir plus de chance en tombant contre CLG pour ouvrir le bal. Mais chez eux, les Américains vont offrir une prestation très solide, et combinée à une défense française aux abonnés absents, cela va aboutir à une première surprise : victoire 16-8 de CLG après un 9-0 marqué sur son side d'attaque sur Cbble. Les deux formations tricolores sont à un match de l'élimination.

Première à tenter de sauver sa peau, EnVy fait face à Gambit. Sur Cache, la première moitié de match est bonne, Happy et ses hommes inscrivent neuf en rounds en terroriste. Et puis en défense, de nouveau, plus rien. Un wayLander de gala martyrise le B, les CT ne tiennent plus leurs poses, tout part à vau l'eau. Gambit inscrit dix rounds, remporte la partie 16-13 et sort nV dès les poules. Une première pour Happy, qui avait jusque-là toujours passé les groupes, une première pour un tenant du titre, puisque jamais le vainqueur du Major précédent n'avait échoué aussi tôt au suivant.

Tous les espoirs reposent désormais sur G2. Et de l'espoir, il y a des raisons d'en avoir, puisque les Franco-Belges se sont bien repris en étrillant Cloud9 sur leur map forte, Dust2, 16-3. Il reste un Bo3 à gagner contre Virtus.pro pour accéder à l'arbre. Comme deux jours plus tôt, les Polonais remportent Train, 16-9. G2 réagit bien en s'appropriant Inferno sur le même score. Et si le tirage au sort avait désigné Cache ou Overpass comme dernière carte, alors SmithZz et ses compagnons auraient sans doute eu une vraie chance de passer. Mais c'est Cobblestone qui est tombé. Et Virtus.pro est fort dans le château fort. Dix rounds marqués en terro, le pistol round suivant dans la poche, c'en est trop. G2 doit céder 16-7 et, encore une fois, n'atteint pas les quarts de finale. Aucune équipe française n'obtient le rang de Légende. Pour la première fois, tout s'arrête en poules pour tout le monde. La désillusion est énorme.

L'arbre

Pas d'arbre pour les Français lors de ce Major.

Les résultats finaux

G2 Esports : Top 9/12 – défaites face à Virtus.pro, deux fois (1-16 puis 9-16 / 16-9 / 7-16)
EnVyUs : Top 13/16 – défaites face à CLG (8-16) puis Gambit (13-16)

Les meilleurs joueurs

shox (G2 Esports)
1,07 de rating, +6
(5 cartes jouées)
Happy (EnVyUs)
1,07 de rating, +4
(2 cartes jouées)
RpK (G2 Esports)
0,98 de rating, -3
(5 cartes jouées)
apEX (EnVyUs)
0,97 de rating, -1
(2 cartes jouées)
SmithZz (G2 Esports)
0,92 de rating, -11
(5 cartes jouées)

 

         
L'action marquante
         
   

Ex6TenZ vs.  Cloud9

G2 se doit de réagir contre Cloud9 après sa lourde défaite face à Virtus.pro lors de la première journée. Ex6TenZ met ses hommes sur la voie avec quatre kills sur le BP B lors du premier pistol round. Un début idéal qui refroidira d'entrée C9 et ne laissera pas l'ombre d'un espoir aux Américains lors de cette rencontre.

 
 

Mais aussi...

Rien d'autre. Un Major bien pauvre en actions côté francophone.

 

 


ESL One Cologne 2016 (juillet 2016)

EnVyUs : Happy, NBK, apEX, kennyS, DEVIL
G2 Esports : RpK, shox, SmithZz, ScreaM, body
kioShiMa participe avec  FaZe Clan (fox, rain, jkaem, aizy, kioShiMa)

Après l'échec de Colombus, G2 a décidé de se séparer de son leader emblématique, Ex6TenZ, et de donner sa chance à bodyy. Un changement payant puisqu'au cours du printemps, l'équipe a réussi à remonter la pente, parvenant à rivaliser avec les tout meilleurs dans les deux mois précédant le Major. Malgré tout, le résultat du précédent Major l'oblige à disputer la qualification, tout comme EnVyUs, qui a gardé le même cinq malgré des difficultés en jeu toujours bien visibles.

Un nouveau format fait son apparition à cette occasion, la ronde suisse. Trois victoires et la place pour le Major est acquise, trois défaites et tout espoir s'envole. Les deux formations s'en sortent assez bien, avec deux succès pour un revers à l'entame du quatrième jour. Et si EnVy valide son billet après un dernier 16-12 contre Cloud9, G2 s'incline contre Gambit et doit disputer une rencontre à haute tension face à C9 pour la qualification. Heureusement, un shox à son meilleur niveau portera les siens vers Cologne : ce fut compliqué, mais encore une fois, la France aura deux représentants lors du tournoi le plus prestigieux.

Les poules

Poule C

Team Liquid
Virtus.pro
mousesports
EnVyUs

Poule D

SK Gaming
fnatic
FaZe Clan
G2 Esports

G2 n'est une fois de plus pas verni et doit faire face aux SK Gaming, soit les ex-Luminosity, vainqueurs à Colombus, pour son entrée dans la compétition. Malgré la perte des deux pistol rounds, les Francophones résisteront jusqu'à 11-11 avant de laisser filer leur adversaire. Direction le loser bracket et fnatic pour une autre rencontre de très haut niveau. Encore une fois, ne pas inscrire le moindre GR est très handicapant et même s'ils donnent tout, les hommes de shox finissent par craquer sous les assauts répétés des Suédois. 13-16, G2 sort dès les poules d'un Major dont elle était l'un des favoris au vu de ses résultats des derniers mois.

Pour EnVyUs, le chemin est différent mais la destination sera malheureusement similaire. Devant 6-3 contre Liquid, elle s'écroule d'un coup et n'inscrit plus qu'un seul round, en encaissant dans le même temps treize : 7-16, premier échec. Le schéma est plus ou moins le même contre mouz. Après un bon premier side d'attaque sur Train, sept rounds marqués, les Français contrôlent bien le match et sont devant 12-9. Et puis le vide, la défense fait grève et mouz en profite pour remporter un match qui était bien mal engagé. 12-16, tout s'arrête là. Comme à Colombus, il n'y a aucune équipe française dans l'arbre. Et pire qu'à Colombus, il n'y même pas une victoire française dans le tournoi.

Le dernier espoir bleu-blanc-rouge repose sur kioShiMa, parti chez FaZe Clan et qui participe donc à la compétition sous une bannière européenne. Et malgré toutes les prières du bus VaKarM qui désespérait d'avoir fait tout ce voyage pour ne pas avoir un seul représentant à supporter dans l'arbre, FaZe tombera également en poules, d'abord face à SK puis ensuite contre fnatic lors du match décisif. 2016, année (très) noire pour les Français en Major.

L'arbre

Pas d'arbre pour les Français lors de ce Major.

Les résultats finaux

kioShiMa : Top 9/12 avec FaZe Clan – défaites face à SK Gaming (6-16) puis fnatic (9-16 / 7-16)
G2 Esports :
Top 13/16 – défaites face à SK Gaming (11-16) puis fnatic (13-16)
EnVyUs : Top 13/16 – défaites face à Team Liquid (7-16) puis mousesports (12-16)

Les meilleurs joueurs

kennyS (EnVyUs)
1,17 de rating, +7
(2 cartes jouées)
RpK (G2 Esports)
1,09 de rating, +5
(2 cartes jouées)
ScreaM (G2 Esports)
1,04 de rating, +1
(2 cartes jouées)
SmithZz (G2 Esports)
0,97 de rating, -3
(2 cartes jouées)
apEX (EnVyUs)
0,87 de rating, -4
(2 cartes jouées)

 

         
L'action marquante
         
 

SmithZz vs.  SK Gaming

G2 doit faire face au pire adversaire possible pour son entrée dans la compétition, SK Gaming. Sur Cbble, l'équipe de SmithZz fera de son mieux, ce dernier s'illustrant en défense avec ce 4k à l'AWP sur le BP B. Un effort insuffisant, G2 s'inclinera 16-11 et filera en loser bracket.

   
 

Mais aussi...

  • RpK vs. fnatic : RpK se la joue fine dans les recoins de Train et profite de la naïveté des fnatic pour prendre trois frags en deux secondes. Et les commentaires en russe, c'est cadeau. À voir ici.
  • Happy vs. Team Liquid : Avant de s'écrouler face à Liquid, EnVy assurait en défense. Ces trois frags d'Happy, qui renversent un 2vs4, en sont la preuve. À voir ici.
 

 


ELeague Major 2017 (janvier 2017)

EnVyUs : Happy, NBK, apEX, kennyS, SIXER
G2 Esports : RpK, shox, SmithZz, ScreaM, body
kioShiMa participe avec FaZe Clan (rain, aizy, allu, karrigan, kioShiMa)

Et de dix ! On repart aux États-Unis pour conclure cette première tranche de dix Majors. Des rumeurs de changement font vibrer la scène française, mais un seul s'est officiellement passé depuis Cologne, avec le départ de DEVIL et l'arrivée de SIXER chez EnVyUs. En attendant, une nouvelle ronde suisse attend nos deux formations nationales pour tenter de se qualifier pour ce Major. Un affrontement fratricide le deuxième jour pousse EnVy au bord du gouffre, avec deux défaites en autant de matchs. Mais un enchaînement de trois succès contre Team Spirit, TyLoo et Vega Squadron amèneront Happy à disputer son dixième Major.

L'enjeu est le même pour le tandem shox - SmithZz, qui après une défaite contre dignitas affronte Immortals dans une rencontre décisive ô combien importante. L'enjeu est énorme, la pression aussi, et il faudra un onetap de l'espace signé ScreaM pour amorcer la remontée d'un match bien mal parti, arracher l'overtime et finalement la victoire.

Les poules

Ronde suisse : chaque équipe peut rencontrer toutes les autres, les matchs sont tirés au sort d'un jour sur l'autre.
Seules les rencontres du premier jour sont connues en amont du tournoi :

G2 Esports vs. fnatic
EnVyUs vs. Team Liquid

La ronde suisse a rencontré un beau succès auprès du public, si bien qu'on la retrouve à la place des traditionnelles poules lors de cette première phase. Les matchs sont donc tirés au sort d'un jour sur l'autre, en fonction du résultat de la veille. Seules les affiches du premier jour sont connues bien à l'avance. À ce petit jeu, G2 doit affronter fnatic et réalise un side terroriste quasi-parfait sur Cache, qui lui offre la victoire 16-10. Sur la même carte, EnVyUs se fait terriblement peur contre Liquid, encaissant un 1vs5 de jdm64 et une remontée de 7-15 à 15-15, avant de finalement prendre le dessus lors du troisième overtime, 25-21. Deux victoires le premier jour, tout commence bien pour les Français.

Cela va cependant vite s'assombrir. Le lendemain, EnVy est impuissant face à Na'Vi, impérial en poules, 6-16. G2 fait le plein de regrets contre Virtus.pro en s'inclinant 14-16, au cours d'une rencontre où ce sont plus ses erreurs que le talent polonais qui auront scellé le sort du match. Tombé à un partout, son sort ne s'arrange pas face à Astralis, futur grand vainqueur, 5-16. La fin est proche. EnVy en revanche rebondit bien mieux et étrille GODSENT 16-3.

Au quatrième jour, G2 n'a donc plus droit à l'erreur, quand nV garde encore un joker sous le coude. Mais il va vite être jeté puisque fnatic gagne leur confrontation 16-11, et envoie la bande de NBK disputer un match décisif. Quant à G2, ce dernier tour n'arrivera jamais. Un ultime revers contre les Danois de North conclut le tournoi des Franco-Belges et la carrière de SmithZz, qui s'en va par une porte bien trop petite pour l'immense carrière qu'il a derrière lui.

La dernière chance repose donc sur EnVyUs, qui doit battre FaZe pour se qualifier. La bonne nouvelle, c'est qu'il y aura donc au moins un Français dans l'arbre, puisque kioShiMa est toujours bien présent dans l'écurie américaine, qui a battu FlipSid3 et Liquid pour arriver à obtenir ses deux premiers succès. Ce dernier duel se déroule sur Nuke, et rapidement FaZe prend l'ascendant, avec neuf rounds inscrits en attaque. Largement suffisant pour ensuite assurer en défense : 16-11, kioShiMa acquiert son titre de Légende au détriment de ses anciens coéquipiers. Et pour la troisième fois de suite, les supporters français n'auront aucune équipe nationale dans l'arbre.

L'arbre

FaZe a droit à SK en premier adversaire de cette phase finale, ce qui n'est jamais un cadeau, même si la formation brésilienne joue avec un last en la présence de fox. Et pourtant, sur Mirage, la line-up cosmopolite va terrasser son adversaire, proposant un incroyable side terroriste avec 12 rounds inscrits. 16-7, la demi-finale n'est plus qu'à une carte pour kioShiMa et les siens.

Une carte qui n'arrivera malheureusement jamais, puisque SK se montrera redoutable durant la suite du match : Train est pliée en 19 rounds, 16-3, Overpass en deux de plus, 16-5. Le parcours du seul Français rescapé et de son équipe s'arrête en quart de finale.

Les résultats finaux

kioShiMa : Top 5/8 avec FaZe Clan – défaite face à SK Gaming (16-7 / 3-16 / 5-16)
Team EnVyUs :
Top 9/11 – défaites face à Na'Vi (6-16), fnatic (11-16) puis FaZe Clan (11-16)
G2 Esports : Top 12/14 – défaites face à Virtus.pro (14-16), Astralis (5-16) puis North (9-16)

Les meilleurs joueurs

kennyS (EnVyUs)
1,22 de rating, +27
(5 cartes jouées)
shox (G2 Esports)
1,12 de rating, +11
(4 cartes jouées)
RpK (G2 Esports)
1,11 de rating, +6
(4 cartes jouées)
NBK (EnVyUs)
1,03 de rating, +3
(5 cartes jouées)
bodyy (G2 Esports)
1,02 de rating, +3
(4 cartes jouées)

 

         
L'action marquante
         
   

shox vs.  fnatic

Premier round du Major pour G2 et shox. Ce dernier a déjà pris deux frags en A et se retrouve à 8 hp lorsqu'il doit aller remettre le même tarif en B pour espérer remporter le round. Aucun problème : olof et twist doivent s'incliner face au P2000 du Français. Le tournoi commence bien. En tout cas mieux qu'il ne se terminera.

 
 

Mais aussi...

  • kioShima vs. SK Gaming : Chez FaZe, kioShiMa continue de cartonner. Pour l'ouverture du quart de finale contre SK, il rentre quatre frags au pistol round dont un 180 à montrer dans toutes les écoles. À voir ici.
  • kennyS vs. GODSENT : Impérial face à GODSENT, kennyS fait parler son AWP et son P250 pour stopper un rush B à lui tout seul. À voir ici.
 
 

 


Statistiques générales

En résumé, les parcours des équipes françaises en Major :

  Victoire
Finale
Demi-finale
Quart de finale
(Top 5/8)
Phase de poules
(Top 9-16)
DreamHack Winter 2013    

EMS Katowice 2014

     
ESL One Cologne 2014    
DreamHack Winter 2014      

ESL One Katowice 2015

   
ESL One Cologne 2015      
DreamHack Cluj-Napoca 2015      
MLG Colombus 2016        
ESL One Cologne 2016        
ELeague Major 2017        

Les participations des joueurs français :

10 participations Happy, NBK, shox, SmithZz
9 participations kioShiMa, kennyS, apEX
8 participations ScreaM
7 participations Ex6TenZ
6 participations RpK
5 participations Maniac
4 participations  
3 participations GMX, Uzzziii, KQLY
2 participations HaRts, Sf, DEVIL, bodyy
1 participation ioRek, fxy0, SIXER

Les meilleurs résultats des joueurs français :

Victoire finale Happy (x2), NBK (x2), kioShiMa (x2), shox, SmithZz, apEX, kennyS
Finale  
Demi-finale Ex6TenZ, ScreaM, Maniac, Uzzziii, KQLY
Quart de finale GMX (x2), fxy0, Sf
Phase de poules HaRts (x2), ioRek, RpK (x6), DEVIL (x2), bodyy (x2), SIXER

 

Ils réussissent aux Français
 
Na'Vi :
7 matchs gagnés - 2 matchs perdus / 11 cartes gagnées - 3 cartes perdues
Les Norvégiens :
3 matchs gagnés - 0 matchs perdus / 3 cartes gagnées - 0 carte perdue
   
Eux un peu moins  
Les Américains :
3 matchs gagnés - 6 matchs perdus / 3 cartes gagnées - 6 cartes perdues
Ninjas in Pyjamas : 4 matchs gagnés - 6 matchs perdus / 7 cartes gagnées - 11 cartes perdues
Virtus.pro :
3 matchs gagnés - 5 matchs perdus / 4 cartes gagnées - 8 cartes perdues
fnatic : 3 matchs gagnés - 5 matchs perdus / 5 cartes gagnées - 7 cartes perdues
   
C'est très serré
 
Les Danois :
5 matchs gagnés - 4 matchs perdus / 7 cartes gagnées - 7 cartes perdues

 

Pour la suite de l'histoire, rendez-vous à Cracovie, en juillet prochain !

 

Merci à Sushiis pour l'idée, à Cerogrimm pour le coup de main sur les images, à Miles pour la relecture et à Elnum pour la bannière

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles