WebTV
    StarLadder Major : Champions Stage
Poules indisponibles
Arbre
13769 16
News
En bref...
Pas de breves pour le moment dans ce coverage !


Pourquoi suivre chaque équipe du Challengers Stage ?

4007 3

Le Major c'est super, la hype monte, on veut voir du beau jeu, des grosses équipes, des matchs de folie. Mais avant d'arriver aux rencontres à enjeu et à la foule en délire, il faut passer par les phases de poules, à commencer par le Challengers Stage. Où l'on retrouve des noms bien connus, et d'autres un peu moins, venant de ces régions toujours surprenantes que sont la zone CIS ou l'Asie.

Si l'envie de ne pas prêter trop d'attention à cette première étape peut surgir, il ne faut surtout pas céder à la tentation. Car les 16 formations qui entreront en piste à partir du 23 août sont toutes passionantes à analyser. Elles ont chacune des histoires particulières, des enjeux divers auxquels se confronter, des comptes à régler avec elles-mêmes ou le Major.

Alors, pourquoi chaque équipe de ce Challengers Stage va-t-elle être intéressante à suivre ?

Vitality (NBK, apEX, RpK, ZywOo, ALEX)

  • Parce que les choses ont changé ces derniers mois pour l'équipe française, et notamment depuis le dernier Major. Katowice était déjà un petit aboutissement en soi après l'interminable parcours ayant commencé lors des qualifications ouvertes. Cette fois, Vitality va débarquer au Major avec un nouveau statut, celui de candidat sérieux au top 4 voire à la victoire finale. Des trophées garnissent sa besace (Charleroi Esports, cs_summit 4, Finales ECS S7), des places d'honneur sont venues récompenser son travail, il faut maintenant concrétiser dans le plus grand des tournois.
  • Parce que RpK doit atteindre les play-offs d'un Major, enfin ! En huit participations, il n'a jamais réussi à se hisser dans le top 8, échouant toujours en poules ou lors des rondes suisses. Son plus proche concurrent à ce triste record, l'Australien AZR, a levé la malédiction à Katowice. Au tour du tank d'aller coller quelques pralines en quart de finale, voire aux tours suvants si affinités.
  • Parce que ZywOo. Un talent pareil, capable de sortir une one action à tous les rounds, ça ne se rate pas, que l'on soit joueur, spectateur ou même adversaire.
  • Parce que le professionnalisme dont semble faire preuve Vitality mérite que l'on se penche dessus. Préparation physique, présence d'un kiné auprès des joueurs, Counter-Strike ne se joue plus seulement sur le serveur mais aussi tout autour. Et si cette approche globale pouvait se refléter sur les résultats, ce serait le pompon.

Syman (t0rick, neaLaN, Perfecto, Ramz1k, Keoz)

  • Parce que Keoz prouve à tout le monde que son choix d'aller s'exiler dans une line-up russophone était le bon. Dans le subtop français il y a plus d'un an, en train de disputer le BYOC de la DH Tours, il est désormais en Major et a un sticker à son nom dans le jeu. Même si Syman se fait sortir rapidement et que l'équipe ne fait plus rien ensuite, un tel accélérateur de carrière et d'expérience ne pouvait être que bon à prendre.
  • Parce que Syman a admirablement su rebondir après un début d'année chaotique. SANJI part chez AVANGAR, iDISBALANCE se fait recruter par Spirit, et voilà que deux des éléments qui lui avaient permis de percer fin 2018 ne sont plus là. Pas de problèmes, l'organisation recrute Ramz1k puis Keoz, retourne au Minor et parvient cette fois-ci à s'en sortir pour atteindre le Major. Pourquoi ne pas viser encore plus haut ?
  • Parce que depuis la jurisprudence QBF, toute équipe considérée comme petit poucet d'un Major et donnée perdante de tous ses matchs a le droit de rêver à un exploit colossal. Alors, qui imitera en premier les désormais séparés Quantum Bellator Fire ?

Match d'ouverture : Vitality vs. Syman / Vendredi 23 août, 12h00

 

NRG (Brehze, Ethan, CeRq, tarik, stanislaw)

  • Parce que l'arrivée de stanislaw ne peut qu'être positive pour NRG. Le leader canadien est meilleur fragger que daps et a déjà su insuffler un nouvel élan aux formations dans lesquelles il a débarqué par le passé. OpTic en 2016 et Complexity en 2018 peuvent en témoigner. C'est peut-être bien stanislaw qui détient les clés pour que NRG déchire enfin son costume d'outsider-sérieux-mais-qui-perd-toujours-en-demie et se mette à viser plus haut.
  • Parce que l'équipe a une revanche à prendre en Major. À Katowice, elle faisait déjà partie des potentielles line-up dangereuses. Et si son Challengers Stage s'était très bien passé, 3-0, son Legends Stage avait été catastrophique, 0-3. Ce qui l'a obligé à repasser par le Minor Amérique cette fois-ci. Bref, NRG doit enfin accéder au top 14, ce serait bien un minimum, et au top 8, pour confirmer ses progrès.
  • Parce que Brehze, Ethan et CeRq en forme, ça envoie sacrément du lourd. Ces trois-là ne sont pas forcément les plus cités dans les machines de guerre de la scène, mais s'ils sont bien affûtés, ils peuvent en effrayer plus d'un. Avec tarik en renfort, pas sûr que beaucoup d'adversaires fassent les malins.

DreamEaters (Krad, kinqie, svyat, Forester, speed4k)

  • Parce qu'absolument personne n'attend DreamEaters. Le cinq russe est donc dans la position rêvée pour embêter tout le monde. Il fallait être sacrément visionnaire pour anticiper sa qualification via les Minors, lui qui n'avait même pas disputé une lan au complet en 2019, étant donné que starix avait dû jouer le stand-in lors des finales WePlay! Forge of Masters en mai. Bref, DreamEaters n'a rien à perdre. Finir en 0-3 serait attendu, faire mieux constituerait déjà une belle performance. Alors, autant foncer, sur un malentendu, on ne sait jamais.
  • Parce que malgré son inexpérience et son statut peu flatteur, DreamEaters recèle peut-être quelques talents prometteurs pour la scène CIS. Gambit en hibernation jusqu'à la rentrée, de même pour Vega Squadron, Spirit en plein doute, un beau shuffle CIS ne constituerait pas une idée folle. Dans cette optique, speed4k, Forester ou Krad sont à surveiller du coin de l'oeil si le marché des transferts post-Major s'activait à l'est.

Match d'ouverture : NRG vs. DreamEaters / Vendredi 23 août, 12h00

 

G2 (shox, kennyS, Lucky, JaCkz, AmaNEk)

  • Parce qu'avant les vacances, G2 avait laissé une sacrée bonne impression. À l'exception d'un match complètement raté contre MiBR aux IEM Chicago, la line-up française avait remporté la Good Game League et sérieusement embêté Team Liquid à deux reprises (1-3 aux finales Pro League avec deux cartes perdues en overtime, 1-2 à Chicago). Ces derniers résultats donnaient envie de voir la suite. Ça tombe bien, elle arrive.
  • Parce que ce cinq, sur le papier, a quand même sacrément de la gueule. shox n'a plus rien à prouver à personne, kennyS n'est peut-être plus celui de fin 2014 mais reste un sniper d'exception, AmaNEk est l'exemple parfait du joueur à la fois skillé et intelligent, JaCkz a pris la bonne habitude d'être très brutal dans ses ouvertures, et Lucky ne semble pas encore avoir atteint son plein potentiel dans cette équipe, ce qui laisse rêveur quant au jour où il jouera pleinement libéré. Évidemment, en jeu, tout n'est pas aussi rose, et les déceptions sont même encore plus grandes quand échec il y a. Par contre, si tout est aligné le jour J, attention aux mirettes.
  • Parce que G2 a récemment recruté un nouvel analyste, Swanni, passé entre autres par FURIA ou MiBR. Alors, si son apport pour le Major restera sans doute limité étant donné le laps de temps réduit qu'il a pu avoir, tout renfort tactique reste bon à prendre, surtout avec cette équipe donc le jeu stratégique a si souvent été décrié.
  • Parce que depuis 2015, shox et kennyS n'ont connu qu'une seule fois les play-offs d'un Major, en 2018, à l'ELEAGUE Boston Major. Et ils avaient été éliminés dès les quarts. C'est bien peu. Pour leur histoire et celle de la scène française, autant réparer cette anomalie maintenant et propulser à nouveau ces deux-là sur la grande scène d'un Major.

TYLOO (Summer, BnTeT, somebody, AttackeR, Freeman)

  • Parce que TYLOO n'a pas encore sorti sa grosse performance de l'année. C'est devenu une habitude, au moins une fois chaque saison, TYLOO réussit un bon coup dans un tournoi bien doté, sort un favori par-ci, atteint les demi-finales par-là. Mais en 2019, rien. Du moins pour l'instant. Et si le Major était l'endroit parfait pour s'acquitter de ce dû envers ses supporters ?
  • Parce qu'à coup sûr, la formation à majorité chinoise n'a pas envie de devoir repasser par le Minor Asie. Sur les cinq dernières éditions, depuis 2017, TYLOO a fini quatre fois deuxième. Et la seule fois où elle a raté le coche, c'était parce qu'elle n'y participait pas ! Bref, compétition devenue véritable marronnier, l'équipe se passerait sans doute bien d'y retourner. Mais pour ça, il faut franchir ce Challengers Stage et gagner au moins un match durant le Legends Stage.

Match d'ouverture : G2 vs. TYLOO / Vendredi 23 août, 13h15

 

North (aizy, Kjaerbye, valde, gade, JUGi)

  • Parce que North ne semble toujours pas avoir véritablement explosé. Depuis deux ans, nombre de joueurs sont passés en son sein, mais la régularité manque toujours à l'appel. Il y a bien eu quelques coups d'éclat, mais le potentiel de cette équipe semble quand même bien supérieur. Donc, en attendant le jour où il sera enfin révélé au grand jour, pour peu que ce jour arrive, autant garder un oeil sur North en permanence pour être sûr de ne pas le rater.
  • Parce que depuis l'éviction de cadiaN en mai dernier, valde a repris le leadership au sein de la line-up. Or, derrière les cinq brutes d'Astralis, valde est probablement le meilleur joueur danois, fermant la marche du dernier Top 20 HLTV. Prendre le rôle de meneur quand on est une brute de skill, il n'est pas le premier à le faire, mais les résultats sont toujours intéressants à observer. Va-t-il perdre de son niveau ? Proposer un jeu tactique complet ? Parvenir à concilier de hautes performances individuelles et collectives ? Devenir mauvais au sein d'une équipe qui sombre ? Suspense.
  • Parce qu'une qualification de North signifierait la possibilité d'avoir, lors du Legends Stage, un duel North-Astralis. Et le classico danois est toujours sympathique à observer, encore plus depuis que Kjaerbye a quitté la seconde pour rejoindre la première, permettant ainsi à Astralis de recruter Magisk pour devenir la meilleure équipe du monde. Disons que ça ajoute encore un peu plus de piment à un derby qui n'en avait même pas forcément besoin.

INTZ (kNg, destiny, chelo, yeL, xand)

  • Parce que, deux ans après son parcours insensé avec Immortals au PGL Major, achevé sur une médaille d'argent, kNg va faire son grand retour en Major. Sa descente aux enfers (dont il avait lui-même savonné la pente) l'a éloigné pendant longtemps du très haut niveau, mais Berlin est l'occasion d'y remettre un orteil. Avant un départ potentiel chez MiBR une fois le tournoi fini, selon un bon nombre de rumeurs. Bref, kNg semble encore indispensable à la scène brésilienne. Et durant cette compétition, il pourrait bien le démontrer sur le serveur.
  • Parce qu'INTZ est synonyme de bruit. Quand les Brésiliens jouent, ça s'agite, ça crie, ça vit. Certains adorent, d'autres détestent, mais personne n'est indifférent à cette ambiance. En cas de grosse action ou de remontada, comme ce fut le cas contre DreamEaters lors des play-offs de la dernière chance, les studios pourraient trembler.

Match d'ouverture : North vs. INTZ / Vendredi 23 août, 13h15


FURIA (arT, KSCERATO, yuurih, ableJ, VINI)

  • Parce que, un peu comme Vitality, FURIA n'a plus la même aura depuis quelques mois. À Katowice, c'était une des équipes les plus faibles en piste, et remporter un match face à Spirit puis une carte contre C9 fut déjà encourageant. Mais ce printemps, FURIA a changé de dimension. Finaliste à la DH Rio, aux finales ECS S7, demi-finaliste de la DH Masters Dallas, elle a réussi à rivaliser avec de très gros noms de la scène lors de certains événements. Ce Major pourrait être celui de la confirmation, mais il faudra pour cela au moins passer le Challengers Stage.
  • Parce que son coach guerri l'avait promis à Cologne, la formation brésilienne va densifier son jeu. Surprendre tout le monde en étant hyper-agressif et en jouant sur les individualités, ça peut marcher une voire deux fois, mais ce n'est pas viable sur le long terme. Sans se renier, FURIA doit aussi passer au niveau stratégique supérieur pour poursuivre son ascension. Démonstration prévue lors de ce Major ?
  • Parce que KSCERATO, yuurih ou arT sont sans doute les futurs grands de la scène brésilienne de demain. Voire même d'aujourd'hui si MiBR ne parvient pas à se relancer à l'avenir. Ils sont jeunes, très skillés, et s'ils ne se ratent pas en chemin, ils ont la possibilité d'aller haut. Alors autant commencer à les suivre dès maintenant.

HellRaisers (ANGE1, ISSAA, oskar, nukkye, loWel)

  • Parce qu'HellRaisers doit réussi un bon Major pour ne pas rater complètement sa saison. Pour l'instant, 2019 a été catastrophique pour l'équipe. Incapable de se qualifier pour les plus gros tournois ou de briller dans les lans d'un niveau moindre où elle a été invitée, elle n'est sans doute pas partie en vacances l'esprit serein. Berlin est peut-être, déjà, l'une de ses dernières occasions de montrer qu'elle est toujours en vie.
  • Parce que malgré sa forme poussive, ce cinq européen rescelle un bon paquet de skill. ISSAA reste une machine au rifle, oskar est un sniper qui a longtemps carry ses équipes et a terminé 14ème du Top 20 HLTV l'an passé, nukkye est un bon exemple de joueur hybride capable de tout faire. Pour l'instant, l'alchimie n'a pas pris. Mais si la formule magique est trouvée lors de ce Major, ça peut faire mal.
  • Parce qu'ANGE1 a 29 ans, est plus proche de la fin que du début, et n'a pas encore atteint ses objectifs. Dans une longue introspection qu'il avait mené en début d'année avec HLTV, il avait donné à sa carrière un piètre 2/10. Il lui manque toujours un grand titre, une victoire de prestige. Fidèle à HellRaisers depuis cinq ans et demi, une longévité exceptionnelle dans l'esport, l'un des leaders les plus réputés d'Europe de l'Est mérite sans doute de trouver ce qu'il cherche tant. Même si le mérite, dans le sport comme dans la vie, est loin d'être synonyme de justice.

Match d'ouverture : FURIA vs. HellRaisers / Vendredi 23 août, 14h30

 

mousesports (chrisJ, ropz, karrigan, woxic, frozen)

  • Parce qu'avec le trio ropz-woxic-frozen, mousesports possède là une des line-up les plus prometteuses de la scène. Déjà très forts, les trois ne demandent qu'à dominer le monde dans les prochaines années. Avec l'expérience de karrigan et de chrisJ, le mélange peut être démentiel. Sans aucun doute, mouz est à surveiller et pourrait en surprendre plus d'un. Mais serait-ce vraiment une surprise ?
  • Parce que karrigan a l'occasion de prouver qu'il est véritablement l'un des meilleurs meneurs d'homme du monde. Il avait fait passer un premier palier à TSM en 2015, puis à FaZe en 2017. Il peut réitérer la performance avec mouz. Si ses fins d'aventure dans ces anciennes équipes ont toujours été plus complexes, il en est encore au début ici. Tous les voyants sont donc toujours au vert.
  • Parce que ce cinq a déjà prouvé qu'il savait s'accrocher. Au bord du gouffre au Minor Europe, mené 13-16 / 3-12 par Sprout dans le match éliminatoire de sa poule, il avait réussi à revenir à hauteur, gagner, remonter le loser bracket pour accéder aux demies, et finalement remporter le titre. Quelques semaines plus tôt, aux finales ESL Pro League, derrière 2-13 face à Liquid sur Nuke, il était également parvenu à accrocher l'overtime, pour finalement s'y incliner. Mais mouz sait se battre et ne jamais s'avouer vaincue.
  • Parce qu'en l'absence d'équipes allemandes, mousesports sera peut-être la formation la plus suivie par le public local étant donné que la structure est d'origine germanique. Et avoir un public à fond derrière son favori, c'est quand même plus sympa pour l'ambiance.

forZe (almazer, facecrack, Jerry, FL1T, xsepower)

  • Parce que tout le monde sous-estime forZe. Équipe sortie de la région CIS, peu présente dans les gros tournois, sans résultats marquants contre le top 10 mondial... Certes, vu comme ça, forZe ne fait pas très envie. Mais la line-up russe monte en puissance depuis de longs mois. Qui avait failli battre fnatic en demi-finale du PLG Grand Slam fin 2018 ? Qui a soulevé la coupe de la dernière CPH Games ? Qui a remporté le Minor CIS sans perdre une seule carte ? Qui devait participer aux IEM Chicago après avoir remporté le GG.BET Chicago, mais a dû renoncer pour cause de problèmes de visa ? C'est vrai, contre les Liquid, Astralis, ENCE, forZe n'a encore aucune référence. Mais pour le Challengers Stage, ce ne sera pas ce genre d'adversaire qu'elle rencontrera. La voir atteindre le top 16 ne serait qu'une suite logique de sa progression.
  • Parce que contrairement à ce que d'autres pouvaient faire par le passé, notamment FlipSid3 ou Vega Squadron, forZe ne se concentre pas juste sur le Major, disparaissant le reste de l'année. L'équipe est présente dans de nombreux tournois et qualifications en ligne, et participe à diverses lans locales, européennes, voire plus, quand l'administration ne lui pose pas de problème. Il ne faut donc pas la ranger trop vite dans la même lignée que certaines de ses prédécesseures. Et ne surtout pas la prendre à la légère !

Match d'ouverture : mousesports vs forZe / Vendredi 23 août, 14h30

 

AVANGAR (buster, qikert, Jame, SANJI, AdreN)

  • Parce qu'AVANGAR a bien besoin d'un nouveau souffle, et que ce Major est peut-être l'occasion de le trouver. Son début d'année a été bon, l'équipe kazakh a même été toute proche de devenir Légende à Katowice. Son printemps a été ponctué de deux titres, à la DH Rio et aux finales WePlay! Forge of Masters. Mais depuis, ça coince, malgré le recrutement d'AdreN, pas le plus manchot des rifles a priori. Un bon résultat à Berlin relancerait AVANGAR et laisserait augurer d'une seconde de partie de saison meilleure.
  • Parce que Jame reste une brute. Le seul Russe de la line-up, qui occupe le poste de sniper, peut aussi bien ouvrir que clutcher, et se présente comme l'atout numéro 1 d'AVANGAR. Dans cette optique "skillesque", l'arrivée d'AdreN devrait aussi faire du bien à l'équipe, même si les premières semaines avec l'ancien MVP de Major, au PGL Major de Cracovie, ont pu être poussives.
  • Parce qu'en recrutant SANJI et en l'amenant au Major, ça fait un pays de plus, l'Ouzbékistan, à avoir participé au plus grand tournoi de l'année. Et plus CS:GO s'étend sur le monde, mieux c'est. À noter également la première fois de la Serbie (LETN1 et nexa chez CR4ZY) et de l'Azerbaïdjan (t0rick chez Syman).

Complexity (dephh, ShahZaM, Rickeh, SicK, oBo)

  • Parce qu'oBo va faire ses débuts en Major et qu'il s'agit de l'un des grands espoirs de la scène nord-américaine. 16 ans depuis même pas deux mois, il était déjà le meilleur joueur de son équipe, statistiquement parlant, aux dernières Finales ECS S7, la seule lan de calibre international à laquelle il a déjà pris part. Et quoi de mieux qu'un Major pour confirmer un potentiel prometteur ?
  • Parce que c'est un rendez-vous crucial pour une line-up qui suscite de nombreuses interrogations. Si oBo et SicK restent jeunes et incarnent le futur, comment se positionner par rapport à dephh, Rickeh et ShahZaM ? En cas d'échec et d'élimination dès le Challengers Stage, auront-ils encore leur place dans le cinq ? Notamment dephh, leader-in-game désigné depuis le départ de stanislaw. Le temps n'est pas à la fête pour Complexity qui n'a jamais réussi à capitaliser sur son parcours au FACEIT Major 2018, où elle avait accroché le statut de Légende. Retomber dans le circuit des Minors pourrait signifier la fin de l'aventure pour certains.

Match d'ouverture : AVANGAR vs. Complexity / Vendredi 23 août, 15h45

 

CR4ZY (LETN1, huNter, nexa, EspiranTo, ottoNd)

  • Parce qu'enfin, CR4ZY est au Major, et ce n'est que justice. Passée toute proche de se qualifier pour Katowice, elle n'avait pas lâché pendant les six mois suivants, conservant la même line-up et enchaînant les tournois pas toujours prestigieux. Son abnégation a payé au dernier Minor lorsqu'elle s'est offerte le scalp de fnatic et North pour gagner sa place ici. CR4ZY est au Major, c'est largement mérité, et il n'y a plus qu'à observer quelle quantité de dégâts elle est capable d'y faire.
  • Parce que ça peut partir très vite contre n'importe qui. EspiranTo, huNter, nexa, et même ottoNd si son AWP est affûté et LETN1 quand il est en forme, ça clique vite et ça ne se préoccupe pas forcément des sacro-saint principes de jeu. Ça donne des matchs toujours animés et des affrontements spectaculaires, ce qui est toujours sympathique à observer en tant que spectateur.

Grayhound (dexter, malta, DickStacy, erkaSt, Sico)

  • Parce que Grayhound arrive en Allemagne avec le statut acquis et confirmé d'équipe n°1 de la région Océanie. Depuis de longs mois, c'est elle qui gagne les diverses qualifications régionales et représente le continent lors des compétitions internationales. Son statut pourrait même peut-être s'étendre à l'Asie avec sa victoire au dernier Minor Asie. Quoiqu'il en soit, la line-up australienne est souveraine chez elle et restait la plus indiquée pour aller défendre les chances de son continent au Major.
  • Parce que ce sera un tournoi d'adieu pour ce cinq. erkaSt a déjà annoncé qu'il ne poursuivrait pas l'aventure ensuite, problème de visa permanent en Australie oblige. Le joueur mongol retournera dans son pays natal et des rumeurs ont déjà commencé à naître sur une nouvelle "super-team" 100 % mongole. En attendant, Grayhound ne voudra probablement pas se rater pour le jubilé de l'un de ses plus anciens membres, présent depuis plus de deux ans dans l'organisation.
  • Parce qu'en cas de raté de Renegades lors du tournoi, l'Australie pourrait avoir droit à sa vague de changements. Et dans cette perspective, certains joueurs Grayhound seraient potentiellement en mesure d'intéresser la meilleure équipe du pays, exilée aux États-Unis depuis maintenant un moment, si elle souhaitait conserver son côté australien. Ce Major constitue ainsi une bonne vitrine pour prouver sa valeur côté Grayhound.

Match d'ouverture : CR4ZY vs. Grayhound / Vendredi 23 août, 15h45

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles