WebTV
News
Breves
17/08/2014 :: Après un nouveau match de folie, NiP...
17/08/2014 :: NiP remporte cette demi
17/08/2014 :: NOOOONNNNNN § C'est au tour de NiP de...
17/08/2014 :: 14 partout ! Round énorme de Kqly !
17/08/2014 :: Ca passe ! 14/13 pour NiP
17/08/2014 :: 14/12, avec les Français qui forcent buy !
17/08/2014 :: 12/13, round armé capital pour LDLC
17/08/2014 :: 12 partout, la stratégie à 2 awp des NiP...
17/08/2014 :: Happy qui remporte son 1vs1 contre GR après...
17/08/2014 :: Les rounds sont très contestés, 10 partout
17/08/2014 :: Perfect pour LDLC, 9 partout


ESL One Cologne : Les demi-finales

5882 17

Avant toute chose, faisons-nous plaisir en regardant une nouvelle fois du côté des statistiques pour nous rendre compte que les records continuent de tomber. Avant même ce dimanche, jour de la grande finale, le pic record de téléspectateurs a passé la barre des 300 000, plus précisément 320 125. Une audience qui selon le directeur des IEM, Carmac, place le match Cloud9/NiP à la cinquième position des matchs organisés par l'ESL les plus regardés de l'histoire de la société. En parallèle, le record de joueurs simultanés sur le jeu est désormais de 248 912. 

Passons maintenant aux choses sérieuses. L'ESL One Cologne arrive bientôt à son terme et les quatre équipes toujours en course s'apprêtent à s'affronter pour désigner les deux grands finalistes. Les quarts de finale nous ont déjà offert un spectacle hors-normes, de très bon augure pour ce dernier carré. Parmi les quatre demi-finalistes, seulement une équipe n'avait jamais atteint ce stade dans un événement majeur et il s'agit de LDLC qui en accédant à ces demi-finales a sans doute d'ores et déjà réussi le résultat de son histoire sur CS:GO. 

22 000 $ minium, c'est le prizepool assurée pour ces quatre formations qui vont tenter maintenant de doubler voire, pour les vainqueurs, quadrupler ce gain. 

A une marche de la grande finale de l'ESL One Cologne, aperçu des demi-finales qui se dérouleront toujours en BO3 ce dimanche à partir de 9h. 

16
Dust2 Old
11
16
Overpass
14

Près de 350 ans après la Guerre de Scanie, la Suède et le Danemark se retrouvent une nouvelle fois confrontés dans un match au sommet. Fnatic contre Dignitas. Une affiche entre deux équipes qui illustrent très bien l'excellence scandinave en matière de Counter-Strike. Qui sortira vainqueur de ce choc ? Tentative de réponse. 

Dignitas s'est qualifié pour les demi-finales d'une lan européenne pour la quatrième fois d'affilée (EMS One, CPH Games et Gfinity 3). Une série qui confirme la régularité des Danois, incontestablement dans le top 3 mondial depuis le début d'année. Vainqueurs faciles pour ne pas dire très faciles des Epsilon au tour précédent, les hommes de FeTiSh ont une nouvelle fois montré un niveau de jeu à couper le souffle, à l'instar de la Gfinity 3 où ils s'étaient également aisément débarrassés des NiP en quarts de finale. 

Chez Fnatic, les prestations individuelles ressemblent fortement à celles observées durant une certaine DreamHack Winter 2013. Là encore, une qualification en grande finale serait une belle histoire pour ces Suédois qui, souvenez-vous avant leur sacre suprême fin novembre 2013, avait effectué un changement important avec l'intégration de pronax. Et si le scénario se répétait ? Fnatic a effectué son deuxième changement majeur dans sa composition il y a quelques semaines seulement en ajoutant Olofm et KRiMZ. Si réellement, Fnatic venait à se qualifier en grande finale voire remporter le trophée, l'award de la formation ayant réalisé les transferts les plus rentables de CS:GO ne laissera pas de place au suspens. 

Fnatic a confirmé sa forme du moment en éliminant les Natus Vincere au bout d'un match long et difficile conlût 16-14 sur la troisième carte. Un match référence en BO3 pour des Suédois dont tout le monde s'accordent à dire que l'évolution du style de "lead" de pronax les a magnifiés.


- Résultats par carte -

 Fnatic

de_dust2
07-16 vs. Na`Vi

de_inferno
16-11 vs. Na`Vi

de_nuke
16-14 vs. Na`Vi 

de_overpass
19-16 vs. Virtus.Pro

de_cobblestone
16-07 vs. iBUYPOWER 

 Dignitas

de_dust2
16-09 vs. Epsilon
16-09 vs. Vox Eminor

de_inferno
16-08 vs. Epsilon

de_mirage
14-16 vs. Cloud9

de_nuke
16-01 vs. Titan

Fnatic semble assez à l'aise sur les deux nouvelles cartes et quand on a vu l'importance qu'elles avaient notamment dans le quart entre Ninjas in Pyjamas et Cloud9, ce sera un gros point fort des Suédois. Ces derniers ne devraient pas les veto au profit peut-être d'un ban de Dust2 ou Nuke sur lesquelles les Danois se sont montrés très forts. 

- Ratio des dix acteurs -

 Fnatic

Olofm : 1.35
Flusha :
1.3 
JW :
1.15
pronax :
0.8
KRiMZ :
1.01

 Dignitas

dev1ce : 1.47
dupreeh : 1.42
aizy : 1.36
FeTiSh : 1.25
Xyp9x : 1.07

C'est sur ce plan que Dignitas partira favori dans cette demi-finale. Ses cinq joueurs sont très en forme. Quand dans une équipe, le joueur ayant les moins bonnes statistiques est Xyp9x avec 1.07 de ratio, généralement, elle gagne. De l'autre côté, Olofm et Flusha se démarquent mais leurs deux seules individualités ne suffiront pas face à cinq Danois enragés. Cet aspect simple du jeu est largement favorable à Dignitas qui possède les meilleurs cotes sur tous les sites proposant un système de paris. 

Le duel de chef d'orchestre entre pronax et FeTiSh s'annonce également palpitant. Une rivalité indirecte entre deux joueurs qui auront la responsabilité d'utiliser au mieux leurs joueurs phares, au bon moment et pour la bonne cause. 

Quoi qu'il en soit, l'équipe qui remportera ce match sera certainement favorite en grande finale. 

10
Inferno old
16
16
Nuke
06
16
Cobblestone
14

VeryGames était la dernière équipe française à avoir atteint les demi-finales d'un tournoi majeur à l'occasion de la DreamHack Winter 2013. Aujourd'hui, comme un symbole, LDLC reprend le flambeau et aura la lourde responsabilité de représenter la France, meurtrie par l'élimination prématurée de Titan et la défaite d'Epsilon. Les coéquipiers de Happy feront face aux Ninjas in Pyjamas, seuls joueurs à avoir constamment atteint les demi-finales des trois tournois majeurs, performance à la hauteur de ce que représente cette équipe pour CS:GO. 

En quarts de finale, LDLC a fait preuve d'un mental d'acier accommodé à des performances individuelles impressionnantes et saupoudré d'un poil de réussite (coucou KQLY). Opposés à leurs bêtes noires de Virtus.Pro, les Franco-Suisses ont bien failli perdre la première carte mais c'était sans compter une réaction d'orgueil qui a tout simplement assommé les Polonais alors à deux rounds du 1-0. Impériaux ensuite sur Mirage, une carte sur laquelle ils avaient encaissé un 0-15 à Katowice, les LDLC se sont relativement facilement séparés de leurs adversaires pour se qualifier dans le dernier carré sans fausse note majeure. 

Côté Ninjas in Pyjamas, on a beau dire que c'est peut-être la pire période de l'histoire de l'équipe, elle répond toujours présente et a une nouvelle fois sorti un match incroyable contre des Cloud9 pourtant supérieurs en terme de skill. Il a fallu un GeT_RiGhT des grands jours pour revenir à une carte partout avant de terminer sur Cobblestone sur le score de 16-14. Si les NiP peuvent paraître moins forts qu'avant, ils restent les meilleurs du monde au moment d'aller chercher les rounds qui comptent. 

Ces deux équipes ne se sont plus rencontrées en lan depuis les EMS One en Pologne où Ninjas in Pyjamas l'avait emporté en poule. Plus récemment sur internet, les Suédois avaient remis le couvert lors d'un match comptant pour le Caseking of the Hill. 


- Résultats par carte -

 Ninjas in Pyjamas

de_dust2
16-14 vs. Cloud9
16-07 vs. Wolf 

de_nuke
08-16 vs. Cloud9

de_overpass
16-11 vs. HellRaisers

de_cobblestone
16-14 vs. Cloud9
06-16 vs. Epsilon 

 LDLC

de_dust2
16-14 vs. Virtus.Pro

de_inferno
16-12 vs. Na`Vi

de_mirage
16-12 vs. Virtus.Pro

de_nuke
16-02 vs. London.C

LDLC est la seule équipe encore en lice n'ayant encaissé aucune carte du tournoi. Difficile donc d'établir des cartes faibles pour cette équipe dont la préparation sur les nouvelles cartes est toujours énigmatique, ce qui peut être un point fort comme un point faible face à une équipe qui les a déjà joué trois fois dans la compétition. Nuke serait un veto logique de la part des Franco-Suisses tandis que côté NiP, on devrait sûremenent réfléchir à mettre de côté Inferno ou Dust2, deux cartes appréciées dans le camp adverse. LDLC a de fortes chances d'avoir à découvrir pour la première fois en officiel, une nouvelle carte. Eventuellement dans le cas où cette dernière serait décisive. Les hommes de Happy éviteront sans doute des ennuis en gagnant directement les deux premières cartes. Captain Obvious à la rescousse. 

- Ratio des dix acteurs -

 Ninjas in Pyjamas

GeT_RiGhT : 1.06
f0rest :
1.3 
Xizt :
1.17
Friberg :
1.02
Fifflaren :
0.69

 LDLC

apEX : 1.67
Happy : 1.53
Maniac : 0.87
Uzzziii : 0.98
KQLY : 1.44

Si à Katowice, Fifflaren a été bon jusqu'en demi-finales, il est ici à Cologne, proche de la transparence. GeT_RiGhT s'est réveillé lors de la troisième carte contre Cloud9 et est désormais lancé dans la compétition. Il devra être au moins aussi solide face à LDLC qui comporte le meilleur joueur de l'événement pour le moment : apEX. Ce dernier est véritablement monstrueux et il n'y a aucune raison pour que son rythme baisse en demie. KQLY et Happy restent des valeurs sûres tandis qu'Uzzziii a montré des belles choses en défense contre Virtus.Pro. Si Maniac n'a pas des statistiques folles, il a été l'un des acteurs clés dans la victoire de LDLC en quart grâce à une belle gestion des clutchs dont notamment le duel décisif face à pasha.

LDLC semble posséder des joueurs sur une dynamique plus intéressante et cela pourrait faire la différence contre des Suédois qui bien que lancés dans leur tournoi, restent fébriles. Ninjas in Pyjamas est l'équipe des demi-finales qui a fait la moins bonne impression dans le reste de l'événement. En ayant obtenu la demi-finale la plus "favorable" pour accéder éventuellement à une grande finale historique, LDLC a un coup à jouer demain et les joueurs le savent. 

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles