WebTV
Breves
20/04/2014 :: La CPH, c'est terminé ! Merci de nous...
19/04/2014 :: Les NiP remportent cette CPH 2014 et...
19/04/2014 :: Quel match ! Au final, les Ninjas in Pyjamas...
19/04/2014 :: 16 à 6, on aura donc du VP / NiP en finale !
19/04/2014 :: 1v1 chaud remporté par Uzzzii, 14 à 5, les...
19/04/2014 :: Ce qui sera payant, 14 à 4 pour VP
19/04/2014 :: Force buy des Français qui ne veulent pas...
19/04/2014 :: byali trop solide, GR pour VP
19/04/2014 :: Fin du side à 12 à 3, il va falloir un...
19/04/2014 :: Encore une fois, impossible de mettre deux...
19/04/2014 :: Et de 3 pour LDLC !


CPH 2014 : Le bilan

5682 24

L'évènement de la capitale danoise a, cette année encore, attiré beaucoup de monde puisque 58 équipes se sont déplacées. Malgré les précédentes éditions presque parfaites, cette année les choses ont été différentes et quelques complications sont venues troubler la compétition. Au final, le tournoi s'est bien terminé et nous avons pu voir des matchs de qualités durant cette Copenhagen Games 2014.

Presque toutes les grosses écuries européennes ont fait le déplacement. Quelques noms manquent tout de même à l'appel, comme Clan Mystik, HellRaisers ou encore Natus Vincere. De l'autre côté de l'Atlantique, iBUYPOWER et compLexity n'ont pas fait le déplacement, vraisemblablement à cause de frais trop élevé.

En effet, étant donné qu'aucune équipe n'a été invitée, l'inscription était entièrement à leur charge. Concrètement, il faut compter plus de 1050 €, sans les frais de déplacement et d'hébergement, pour une inscription et la location de 5 pc, ce qui commence à faire lourd, même pour une lan internationale. Titan ou encore Ninjas in Pyjamas ont par exemple pris la décision de ne pas louer d'ordinateurs dû à un prix excessif. 

La salle

Comme d'habitude, l'endroit qui accueille l'evenement est Øksnehallen, une salle vraiment impressionnante. A côté de l'entrée, nous retrouvons la scène Counter Strike: Global Offensive et completement de l'autre côté, la scène League of Legends. Dans l'allée centrale qui sépare les deux scènes, on retrouve des consoles afin de se détendre un petit peu sur PS4 ou 360 mais également un stand Fona, où sont mis en vente tous les derniers casques haut de gamme, et ce avec de grosses réductions. D'autres stands sont aussi présents, surtout ceux des sponsors comme Logitech, Komplett.dk ou encore MSI.

La scène

Aux extérieurs de cette grande allée centrale, nous retrouvons d'un côté la plupart des joueurs BYOC avec la salle presse, le coin pour les filles et la restauration. Nous noterons la présence d'une table de ping pong, un babyfoot et un billard. Les Danois ont tout préparé pour que les joueurs puissent décompresser. De l'autre côté, le reste des joueurs BYOC et la si chère zone non-BYOC. Les joueurs CS:GO et LoL sont mélangés dans toute la salle et seuls les joueurs SC2 sont condamnés à rester seuls dans leur coin.

Le stand Fona

Le tournoi

Côté logistique, il est difficile de faire pire que cette édition de la Copenhagen Games. Des problèmes de serveurs sont survenus dès le premier jour. Le tournoi a réussi à démarrer grâce à Tgwri1s d'HLTV et à notre deStrO préféré. Cependant, gros problèmes dans l'organisation, les matchs n'étaient pas tous joués en même temps, certains matchs du premier tour démarraient après que d'autres matchs se terminent, c'est à dire aux alentours de 17h, ce qui fait tard mais surtout beaucoup d'attente.

Tout cela est dû à des machines qui ne pouvaient supporter que 16 serveurs de jeux simultanés. Même s'il y a eu une période de répit, les problèmes ont redémarré de plus belle pendant la soirée, vers minuit, où certains matchs ont dû se jouer sur internet ! Au final, la première phase s'est terminé à plus de 3 heures du matin alors que quelques matchs du second tour n'étaient même pas terminé. 

La seule équipe qui a réussi à surprendre durant cette phase de poules est Expert-Gaming qui a accroché fm!TOXiC à plusieurs reprises, sans pour autant les battre. Globalement, le format en BO3 était plutôt ennuyeux, une partie des matchs étant des autoroutes inintéressantes.

RattlesnK et ses coéquipiers ont pu jouer trois fois sur la scène

Les retards survenus le premier jour ont vite été rattrapés lors du second. Même si l'organisation était la même, les matchs se sont bien déroulés et nous avons -enfin- eu le droit à quelques belles affiches. L'une d'entre elle opposait Reason Gaming à 3DMAX. Ces derniers s'étaient déjà inclinés le week-end dernier lors de la SteelSeries Ligaen à deux reprises. Cette fois, les Reason ont eu beaucoup plus de mal, mais se sont tout de même imposés grâce à un Friis on fire. Sans conteste, le match de ces 16èmes de finale.

C'est lors du troisième et dernier jour que s'est produit la seule grosse surprise de l'évènement. Le match tricolore de quart de finale opposant Titan face à Team-LDLC et qui s'est soldé par une victoire des hommes d'Happy. Qui aurait pensé que Team-LDLC allait battre Titan ? Presque personne. Ils se sont montrés très solide et ont su garder leur sang-froid afin de remporter la rencontre sur le score de 2 à 0.

Même s'ils se sont inclinés en demi-finale face aux Polonais de Virtus.pro, les LDLC ont montré un excellent jeu et ont clairement progressé depuis les EMS. Concernant Titan, l'inquiétude reste de mise. L'équipe semble sans solutions et devra à l'avenir changer quelque chose sous peine d'enchaîner les contre-performances. Dans l'autre demi-finale, malgré des scores très serrés, Dignitas n'a pas réussi à éliminer les Suédois de NiP, même avec le public de leur côté.

Enfin. C'est le mot pour définir la victoire des Ninjas in Pyjamas. La dernière fois où ils ont remporté un titre d'un évènement majeur remonte à la Dreamhack Bucarest. Depuis, ils accrochaient le podium à plusieurs reprises mais sans monter sur la première marche. Cette époque est révolue et il semblerait bien qu'ils soient prêts à reprendre la route de la victoire avec le retour de Richard "Xizt" Landström au lead in game. De l'autre côté, VP confirme sa performance aux EMS, les Polonais ont montré de belles choses et sont clairement plus fort en lan que sur le net. Les Suédois ont réussi à avoir tout le soutien de la communauté danoise, ce qui a été un grand plus pour eux, mais on reprochera au public d'avoir hué les Polonais durant la remise des prix.

Crédit photo : HLTV.org

Classement :

  Ninjas in Pyjamas : GeT_RiGhT, f0rest, Xizt, friberg, Fifflaren - 14 000€ 
  Virtus.pro : byali, TaZ, pasha, neo, Snax - 6 000€ 
  Team-LDLC : Uzzziii, KQLY, Happy, Maniac, apEX - 2 000€ 
  Dignitas : cajun, Xyp9x, FeTish, device, dupreeh - 2 000€

5/8  Titan : shox, NBK, SmithZz, ScreaM, Ex6tenZ - 500€
5/8  LGB eSports : dennis, olofm, KRiMZ, cype, twist - 500€
5/8  fnatic : jw, pronax, schneider, devilwalk, flusha - 500€
5/8  Reason Gaming : EXR, karrigan, Friis, LOMME, smF - 500€

Le coverage 

Il faut le dire, avec trois personnes, il est très difficile de couvrir complètement un évènement de cette envergure. Nous avons fait de notre mieux. Nous regrettons un petit peu le fait que les équipes éliminées soient directement parties après leur défaite, nous n'avons donc pas eu l'occasion de les interviewer.

Ça bosse dur chez VaKarM !

L'année dernière, il y avait eu quelques retards dus à l'organisation et un format très chargé. Cette année encore, ils ne se sont pas préparés à l'avance, ce qui a causé encore plus de problèmes. Qui plus est, aucune invitation et un format sans lower bracket, les joueurs et le public restent sur leur faim. Espérons qu'ils redressent la barre l'an prochain. La Copenhagen Games reste cependant un bon évènement et l'un des plus importants de l'année.

Merci aux personnes qui ont aidés depuis l'internet mondial. Mention spéciale aux moviemakers ZMX, shiGeru, Sushiis et ythnk pour leur travail remarquable.

Tout le contenu réalisé durant le coverage de cette Copenhagen Games 2014 est disponible en un clic

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles