WebTV
    Katowice Major : Champions Stage
Poules indisponibles
Arbre
34927 43
News
En bref...
Pas de breves pour le moment dans ce coverage !
De l'action
Tous - One Actions - Highlights - Winning Moments
Vidéos - Interview et ambiance
 
 


Katowice Major : Les forces françaises

6900 22

Il y a cinq mois quasiment jour pour jour au FACEIT London Major, G2 Esports brisait le coeur des milliers de supporters francophones en tombant après un overtime de folie face aux FaZe dans le match décisif de la ronde suisse menant vers les play-offs. Un échec qui illustrait parfaitement une année 2018 globalement très décevante de la part des écuries tricolores. Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts et si on avait presque oublié que la France était un pays majeur de la scène CS:GO, il semblerait que le clairon de la révolte ait enfin sonné en coulisse. 

Quand les rois historiques n'y arrivaient plus, ce sont les nouvelles têtes qui ont apporté un vent de fraicheur dans notre beau pays. 3DMAX et Team-LDLC ont ainsi pris une nouvelle ampleur en fin d'année dernière en cotoyant les sommets européens. Ces jeunes pousses n'ont pas tardé à taper dans l'oeil des vieilles plantes qui se sont allégrement servies. En phase de reconstruction, G2 Esports a pioché chez les diablotins pour remplacer deux légendes. De l'autre côté, les néo-Vitality ont jeté leur dévolu sur l'ancien leader des LDLC alors fraîchement retournés de Chicago où ils avaient créé le principal exploit français de l'année. 

Jamais dans l'histoire de la scène française de CS:GO, nous avions obtenu autant de nouvelles têtes d'un coup dans nos deux équipes fanions. Ce recyclage permanent entre les mêmes joueurs semble bel et bien derrière nous et ce quatorzième Major à Katowice arrive à point nommé pour tirer les premières conclusions de cette période finalement inédite. 

 

G2 Esports
     

 shox
 bodyy
 kennyS
 Lucky
 JaCkz

 maLeK (c)

 PLG Grand Slam
 WESG Europe Nord/Ouest (online)
 Qualification IEM Sydney (online)


Début 2018, Richard "shox" Papillon mettait fin à la "dreamteam" qui aura échoué à se montrer à la hauteur des espérances qui, il faut le dire, étaient démesurées. Lassé du rôle de leader, il avait rappelé deux joueurs qu'il connaissait bien pour les avoir côtoyé la majorité de sa carrière. Ex6TenZ et SmithZz signaient alors leur retour inattendu et forcément controversé lorsque l'on se rappelait les raisons de leur premier kick. Ce qui aurait pu se réveler comme une belle histoire restera anecdotique dans leur carrière respective.  

Récupérés par G2 Esports après les échecs consécutifs de la formation menée par Nathan "NBK" Schmitt préalablement retenue par les dirigeants de l'organisation, les coéquipiers de shox sont allés de déception en déception. Eliminations dès les poules au Major londonien puis à l'ESL One New York avant un échec en qualification aux IEM Chicago suivie d'une défaite en quart de finale du modeste cs_summit 3, le bilan à l'aube de l'hiver était négatif. Le personnel encadrant, en l'occurrence le manager Jérome "NiaK" Sudries et le coach Damien "maLeK" Marcel, a écopé de nouvelles responsabilités lors de la transition entre l'équipe de NBK et celle de shox sous pavillon G2. 

Désormais les rênes de l'équipe sont entre les mains de ces deux personnes. Et au moment de faire le constat désastreux des derniers résultats, c'est eux qui ont décidé de mettre un coup de pied dans la fourmillière. SmithZz et Ex6TenZ ont ainsi été écartés fin novembre. L'identité de leurs remplaçants a d'abord surpris avant de s'avérer assez logique : Lucas "Lucky" Chastang et Audric "JaCkz" Jug, deux joueurs très en forme et principaux artilleurs chez 3DMAX. Deux joueurs précédemment coachés par un certain maLeK qui avait effectué un court interim chez la structure au diablotin avant de rejoindre les samouraïs. Tout s'explique. 

Et c'est comme cela que l'on retrouve ce cher shox dans le rôle du leader. Capitaine d'une formation résolument tournée vers l'avenir avec deux nouveaux entrants dans le cerclé fermé des joueurs français ayant la chance de participer à un Major. Un nouveau challenge piloté par le manager, le coach et shox. 


G2 au PLG Grand Slam (Photo : HLTV.org)

Invités à prendre part au PLG Grand Slam aux Emirats Arabes Unis, les néo-G2 ont montré de belles choses pour leur première sortie. Battus par fnatic en grande finale après un parcours tumultueux, ils ont réalisé la meilleure performance de G2 en 2018... A deux semaines de 2019. Promesses confirmées avec une qualification facilement acquise pour les WESG Monde aux dépens des rivaux de chez Vitality. 

Si le Major peut durer potentiellement trois semaines en cas de succès, les G2 ont décidé de s'acclimater au froid polonais bien avant son lancement. L'équipe est déjà sur place depuis le début du mois et s'entraîne en bootcamp et surtout en sous-marin. Pas de Minor bien sûr mais également aucun tournoi en ligne, les coéquipiers de Kenny "kennyS" Schrub se sont fait très discrets. Si bien que nous ne les avions plus vu depuis près d'un mois et demi lorsqu'ils ont tenté leur chance pour les IEM Sydney la semaine dernière. 

Plus que l'éventuelle qualification, ce tournoi en ligne était important pour jauger l'état de forme des joueurs à quelques jours seulement du premier Major de l'année. Le bilan est néanmoins mitigé. Auteurs d'une copie parfaite face aux OpTic en ouverture, les G2 ont courbé l'échine une première fois dans un derby face à des 3DMAX impressionnants et certainement revanchards vu le contexte (G2 ayant pioché chez 3DMAX, tu captes le truc quoi). Puis une deuxième fois face aux modestes ForZe qui les ont emmenés jusqu'en overtime sur la troisième carte. Malgré tout toujours en vie dans le lower bracket, ils n'ont pas existé face aux BIG en grande finale. Le nouveau joueur star de l'écurie allemande, XANTARES, ne leur a tout simplement pas laissé le temps. 

Le facteur X : Alexandre "bodyy" Pianaro

Souvent pointé du doigt pour des performances individuelles jugées trop moyennes, bodyy sera l'un des éléments clés dans le succès ou non de son équipe. Son rôle d'ouvreur sera déterminant puisque chacun de ses kills a un impact considérable sur l'issue des rounds. Les prestations de G2 corrèlent ainsi bien souvent avec son état de forme. 

Désormais un joueur expérimenté à ce niveau-là avec cinq Majors joués dans sa carrière, il doit s'affirmer comme pilier de cette formation. Et cela passe par un impact conséquent et régulier lors de ce Major. 

 

Objectif : Assurer sa place au prochain Major

Coach maLeK l'a certifié : G2 a bossé dur et sera préparé. Si l'on a pu voir de belles choses que ce soit individuellement de la part des cinq joueurs capables de livrer chacun des prestations XXL, on a également pu entrevoir certaines limites lorsque la résistance adverse se faisait un peu trop forte. Aussi, contrairement à la plupart des favoris à ce Major, il est difficile d'extraire une carte très forte de leur jeu. Ce tournoi qualificatif a montré que leurs futurs adversaires n'auront pas peur de les jouer sur quelconque carte. Cela ne veut pas dire qu'ils sont nuls évidemment mais face à des écuries possédant des "cartes signatures", ils subiront sans doute les "veto". 

Ne nous y méprenons pas, G2 Esports, de par sa préparation, ses cinq fortes individualités, la motivation des nouveaux arrivés, de son seed #7 et du nouveau format ajoutant plus de BO3, se doit de passer en deuxième semaine. Une élimination dans ce Challenger Stage serait catastrophique puisque synonyme de retour à la case départ. L'objectif ensuite ? Eviter à tout prix le 0-3 en Legends Stage et tenter l'exploit de se faire une place en play-offs. Car oui, ce serait un exploit. 

 

Vitality
     

 NBK
 apEX
 ZywOo
 RpK
 ALEX

 XTQZZZ (c)

 Qualification Europe StarSeries S7
 Ups & Downs ESEA MDL 29 (online)
 Minor Europe Katowice
 WePlay! Lock and Load (online)


C'était l'un des vieux marronniers revenant sans cesse dans les interviews avec les dirigeants de Vitality, structure française la plus importante dans le milieu de l'esport : quand oseront-ils franchir le pas et signer une équipe sur Counter-Strike ? Les rumeurs sont allées bon train et le grand jour est enfin arrivé un certain 8 octobre 2018. Comment ne pas succomber au charme de cette composition où un certain Mathieu "ZywOo" Herbaut évolue ?

Son efficacité invraisemblable sublimée par un côté énigmatique (timidité oblige ?) forge le début de ce qui ressemble fort à un nouveau mythe. ZywOo n'a que 17 ans, que deux lans internationales (dont une victoire et une deuxième place) dans ses bagages et seulement quelques mois au sein du subtop français, et pourtant il est d'ores et déjà historiquement le joueur français ayant créé le plus d'engouement autour de lui. Il n'y a honnêtement aucun équivalent. Ne nous trompons pas, ce n'est pas Vitality qui a donné sa chance à ZywOo. C'est bel et bien l'inverse. 

Certains assidus tentent d'extraire un éventuel faux pas individuel. Et force est de constater qu'ils sont rares. Rares car cette équipe Vitality est sur une lancée particulièrement prometteuse. Certes, il y a quelques échecs ici ou là comme ces éliminations dans diverses qualifications dont celles des WESG, de la StarSeries ou des IEM Sydney ou encore ce casting raté avec Vincent "Happy" Cervoni qui n'aura pas fait long feu dans l'effectif mais les objectifs principaux, eux, sont pour le moment bien remplis. 


Vitality au Minor Katowice

Remplis oui en effet mais il ne faut cependant pas négliger la difficulté avec laquelle ils l'ont été. Si l'arrivée de Vitality sur CS:GO est globalement un succès, il en a fallu de peu pour que le bilan soit parfaitement inversé. En même temps, il serait surprenant que le parcours d'une équipe issue des Open Qualifers jusqu'au Major se fasse sans encombres. 

Dès le départ, on a senti que ce chemin de croix serait chaotique. Après trois échecs lors des trois premières qualifications ouvertes, ce n'est qu'au bout de leur ultime chance que les hommes de Nathan "NBK" Schmitt ont empoché leurs tickets pour le Closed Qualifer au Minor. Dans ce dernier, c'est encore une fois au sprint final qu'ils ont arraché leur place au Minor après une défaite contre Mousesports et un match à suspens face aux Kinguin.

Mais le pire reste ce Minor incroyablement relevé. Sèchement battus par des North qui ne se sont finalement pas qualifiés, les Vitality n'avaient plus le droit à l'erreur en affrontant leurs meilleurs ennemis de chez Valiance. Ce match sous haute tension restera sans doute gravé dans les mémoires. Rappelez-vous de cette reprise de bombe site des Valiance à 14-15 sur Inferno, carte décisive de ce BO3, qui échoue à un centième de seconde. Les Vitality auraient pu concéder un overtime à un bip près. 

Après trois mois de sueurs froides et de frissons voilà que le contrat est rempli côté Vitality. NBK, RpK et apEX retrouvent le chemin du Major qu'ils avaient perdu il y a un an. ZywOo et ALEX découvriront quant à eux le plus prestigieux des tournois pour la première fois. 

Le facteur X : Mathieu "ZywOo" Herbaut

ZywOo par ci, ZywOo par là. Et oui mais comment passer à côté du phénomène ? Dès ses débuts, on savait que ce moment arriverait un jour ou l'autre. Si jusqu'à maintenant, il a affolé les statistiques, ce jeune joueur va véritablement entrer dans la cour des grands lors de ces prochaines semaines. Phénoménal lors de sa première sortie en lan internationale à Atlanta, la pression ne semble avoir aucun effet sur son mental.

Face aux meilleures équipes du globe qui ont sans doute téléchargé toutes ses démos, sera-t-il toujours aussi efficace ? On a hâte de savoir. 

 

Objectif : Assurer sa place au prochain Major

Christopher Nolan n'aurait pas pu écrire scénario si renversant. Les Vitality semblent pré-destinés à subir ce genre d'émotions fortes et il ne serait pas surprenant de les voir passer en deuxième semaine après un triple overtime dans le tout dernier match de cette première ronde suisse. Les pessimistes verront dans ces résultats à l'arraché un manque de niveau du fait d'une adversité de niveau Tier 2. Les optimistes se réjouïeront de l'expérience accumulée dans ce genre de situations tendues qui pourrait s'avérer utile dans une telle compétition. 

En se qualifiant au Major mais également en saison 30 de la MDL, puis en remportant des tournois en ligne comme le WePlay! Lock and Load, Vitality a confirmé son statut de top 15 mondial. Un statut qui lui permet d'arriver en tant que favori pour la qualification au Legends Stage. Néanmoins, il est à ce jour très difficile d'estimer les chances de cette équipe dans ce Major passé ce Challenger Stage. La raison est simple : Vitality n'a jamais affronté d'équipe du top 10 mondial en lan. Sur Internet ? Une seule fois face aux Mousesports et cela s'était soldé par une défaite en BO3. 

Est-ce que les dix heures d'entraînement quotidien revendiquées par XTQZZZ, plus l'expérience des vétérans de la formation suffiront-ils à compenser ce manque de résultats références face à des écuries de top niveau mondial ? Telle est la principale problématique concernant Vitality en arrivant en Pologne. 

The American Dream pour kioShiMa ? 

Il n'y aura pas dix mais bel et bien onze joueurs francophones présents à ce Major. Libre de tout contrat depuis la fin d'EnVyUs au printemps dernier, Fabien "kioShiMa" Fiey a répondu favorablement à l'appel de Cloud9 en octobre 2018. L'écurie nord-américaine a bien changé depuis son sacre au Boston Major de début 2018. Résolument tournée vers l'Europe, elle a fait le pari de signer deux Suédois dont Golden et surtout la légende Flusha. Si ce dernier s'est imposé comme un pilier de l'équipe en l'espace de quelques semaines, l'ancien leader des Fnatic subit malheureusement des problèmes de santé l'empêchant de continuer sa carrière. 

C'est dans cette logique de cosmopolitisation de son effectif que Cloud9 a fait appel au Français, d'abord pour dépanner lors des Blast Pro Series de Copenhague puis en le signant de manière permanente. Si kioShiMa et Flusha sont des valeurs sûres, la dernière recrue répondant au pseudonyme Zellsis apparaît comme un pari risqué. Jeune espoir américain ayant évolué chez Swole Patrol, il découvrira également la pression d'un Major alors qu'il n'est entré dans l'équipe que récemment et n'a, pour le moment, pas convaincu plus que cela. 

Avec ce cinq assez étonnant, Cloud9 a néanmoins montré un niveau très solide qui lui vaut à juste titre d'obtenir la tête de série numéro trois dans ce Challenger Stage. Il y a une quinzaine de jours, Cloud9 s'est en effet emparé de la deuxième place à l'ELEAGUE Invitational en battant coup sur coup FaZe et BIG, et en BO3 s'il vous plaît. Bloquée par les règles du Major, l'équipe ne pourra pas compter sur son coach derrière elle durant ce Major. Si cette absence s'avère inoffensive alors Cloud9 a une carte à jouer dans ce Major en allant, pourquoi pas, titiller les play-offs. 

Souvent mis de côté sur la scène française, kioShiMa représente paradoxalement la meilleure chance francophone dans ce Major. Une bonne occasion qui s'offre de nouveau à lui pour envoyer un joli pied de nez aux écuries tricolores et rappeler qu'il fait bel et bien partie de la crème de la crème hexagonale. 

Lointaines sont les heures de gloire du Counter-Strike français. Après une année 2018 cauchemardesque, la France est en reconstruction. Et il serait contre-productif de viser trop haut, trop tôt. Quand des Astralis, Natus Vincere, Team Liquid, FaZe ou MiBR peuvent aisément prétendre au carré voire à la victoire finale, les équipes tricolores doivent apprendre à regagner. L'objectif principal que ce soit pour G2 Esports ou Vitality, deux compositions finalement assez récentes, sera de conserver un slot pour le prochain Major. 

C'est en évitant le prochain processus de qualification beaucoup trop compliqué qu'elles pourront progresser de manière rapide et complète à la suite de ce Major. Vous l'avez compris, il serait mentir de considérer ces IEM Katowice comme un Major de concrétisation. Celui-ci n'est autre qu'un Major de transition qui doit leur servir de rampe de lancement. Se qualifier pour le Legends Stage puis remporter au minimum un match en deuxième semaine afin d'éviter l'élimination totale du circuit Major : tel est l'objectif réaliste à atteindre. La suite ne sera que du bonus.

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles