Brèves

WebTV

Statut serveurs MatchMaking CS:GO

LOW - En ligne

Europe Ouest

LOW - En ligne

Europe Est

LOW - En ligne

Europe Nord

En ligne

MatchMaking

119 secs

Temps de recherche

1301

Joueurs en recherche

Publicité

Actualité de la scène

Coverage



Un départ moins glorieux qu'espéré ?

7071 66

L'engouement autour de Counter-Strike:Global Offensive a débuté dès les toutes premières informations et le fameux voyage à Seattle dans les bureaux de Valve de joueurs professionels ainsi que d'autres personnalités gravitant autour de CS:Source. Dès lors, les médias ont largement couvert l'évolution du jeu dès le lancement de la beta. Bien que les avis diffèrent sur l'avenir du jeu et sa crédibilité dans le monde de l'esport, nous ne pouvons pas, à l'heure actuelle, nier le fait que la relève passera par ce nouveau Counter-Strike.

Souvenez-vous, il y a neuf mois, alors que le jeu n'était qu'en alpha, les Intel Extreme Masters avaient organisé une série de showmatchs réunissant les meilleurs joueurs 1.6. De cette prise de température par la compétition phare de l'ESL, beaucoup se sont peut-être enflammés, et certains d'entre-nous également, en rêvant d'un départ en fanfare de CS:GO. Alors que Michal Blicharz enterrait un peu plus l'ainé des Counter-Strike en le retirant de liste des jeux officiels des IEM, l'annonce de la sortie du jeu coïncidant plus ou moins avec le lancement de la septième saison, avait clairement relancé les espoirs de voir directement Global Offensive sur le devant de la scène esportive.


  "We will not have CS:GO as a main title in the Intel Extreme Masters"

Dans une entrevue réalisée avec Marc "Nix0n" Winther, un confrère de chez HLTV.org, le directeur des IEM a décidé de clarifier les  choses. Voici un extrait qui nous intéresse tout particulièrement :

HLTV : L'annonce de Counter-Strike: Global Offensive par Valve a-t-il eu un impact sur la décision de retirer CS 1.6 comme titre principal ?

Carmac : Aucun. Comme je l'ai dit, nous traitons les jeux indépendamment les uns des autres. A part des raisons budgétaires, je ne vois rien qui pourrait nous empêcher d'avoir les deux jeux à l'affiche en même temps si nous décidons qu'ils correspondent à notre projet.

D'après votre implication avec Valve jusqu'à présent et la date de sortie de CS:GO, pouvons nous espérer que ce jeu fasse partie des jeux principaux pour la saison à venir ?

Un jeu peut être un titre principal des Intel Extreme Master s'il est viable en terme d'esport : il faut qu'il ait des joueurs, des spectateurs et des fans actifs. Aucun jeu n'aura cela 1 jour après sa sortie. Cela se développe avec le temps et une communauté pour soutenir le jeu.

Donc la réponse est : non, CS:GO ne sera pas un titre principal des Intel Extreme Masters pour la saison à venir. Le jeu sortira le même mois que le premier évènement de la nouvelle saison.

Si CS:GO (ou n'importe quel autre jeu) est inclu dans les Intel Extreme Masters à quelque période que ce soit, il ne remplacera pas un jeu qui y est déjà présent. Il y sera intégré car il a une communauté qui lui est propre et qui peut prouver que le jeu le mérite.

Nous n'avons pas fixé un nombre spécifique de jeux dans nos compétitions. Si j'avais un budget illimité, nous aurions probablement 9 jeux différents aux Intel Extreme Masters.

Pas de CS 1.6 et pas de CS:GO. Cela veut-t-il dire qu'il n'y aura pas de FPS en tant que titre principale pour la saison 7 ?

Ça en a tout l'air pour le moment, bien que nous organisions toujours des tournois  pour des jeux de manière localisé

Si CS:GO est apprécié, je le vois intégré aux Intel Extreme Masters. Je peux également imaginer un évènement rassemblant les deux jeux. Jusqu'à ce que nous soyons sûrs que 75% de la communauté 1.6 ait passé sur CS:GO, nous devons traiter ces deux jeux comme deux titres totalement différents.

En général, que pensez-vous du futur des FPS ?


Je pense que nous attendons tous de nouveaux bons jeux qui font mouche. Le potentiel est énorme car les gens jouent toujours aux FPS. Le problème majeur est le suivant : comment convaincre les casuals que c'est mieux de jouer à un FPS sur un PC que sur une console ? Pour nous, le choix est plus qu'évident car rien n'égale le contrôle à la souris. Mais pour eux ça ne l'est pas.

Nous avons besoin de nouveaux visages dans la scène esports FPS, et de transformer les casuals en joueurs chevronnés ainsi que les joueurs compétitifs en joueurs profesionnels. Le nouveau jeu qui va sauver le FPS dans l'esport doit avoir à la fois une plateforme sociale et compétitive bien développée.

Je pense que c'est une honte qu'il n'y ait pas de bon FPS hardcore 1on1 sur le marché (pour le moment). Ça serait super d'avoir ça !

Vous l'avez compris, la déception est là pour ceux qui croyaient dur comme fer à un départ canon du nouveau FPS de Valve. En effet, les RTS et MOBA semblent de plus en plus rentables aux yeux des organisateurs poussant les FPS et en particulier, Counter-Strike vers la sortie. Néanmoins, Carmac laisse une trace d'espoir de voir CS:GO lors d'une étape régionale. Pas très convaincant d'autant plus qu'il a tenu le même discours avec 1.6, il y a seulement quelques jours.

Une autre compétition d'ordre mondiale a tourné le dos à CS:GO et même si nous avons beaucoup moins d'espoirs concernant celle-ci. Les World Cyber Games ont décidé de retenir un jeu qui en a fait rire (jaune) beaucoup. Son titre ? Counter-Strike: Online. Une version non-officielle de Counter-Strike 1.6 reprennant les mêmes graphismes et simplifiant les commandes. Destiné au marché asiatique, CS:O est un véritable OVNI en Occident mais ce sera bien le successeur de 1.6 aux WCG qui resteront une compétition marquante de l'histoire.

La conclusion est sèche mais témoigne de la conjoncture favorable aux succès esportif de ces dernières années. L'argument de la jeunesse de CS:Global Offensive est légitime et ce dernier devra semble-t-il faire son trou au niveau des nations avec sa sélection dans les différentes lans avant d'entrevoir un avenir sur la scène mondiale et des éventuelles grosses compétitions. En attendant, CS:GO est toujours soutenu par des grands noms de l'époque CS dont notamment Emil "HeatoN" Christensen qui dans une entrevue par nos collègues de chez eSportsfrance, assure qu'il a entièrement confiance dans le futur du nouvel opus de Valve.
... Commentaires en cours de chargement ...
Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles