Brèves

WebTV
Publicité

Actualité de la scène

Coverage



NEO vs f0rest, 12 ans d'affrontements

9437 37

Le premier est Polonais et s'appelle Filip Kubski. Le second est Suédois et se nomme Patrik Lindberg. Mais dans le monde de l'esport, ils sont plus connus sous les pseudonymes respectifs de NEO et f0rest. Pour tout ce qu'ils ont accompli sur Counter-Strike 1.6 et parce qu'ils continuent d'évoluer à très haut niveau sur Global Offensive, ils sont tous deux considérés comme les meilleurs joueurs de l'histoire de leur jeu.

NEO la machine, la polyvalence incarnée, capable de décimer n'importe qui avec n'importe quelle arme et de sentir le jeu comme personne. f0rest l'esthète, le roi du beau jeu, que beaucoup qualifient de joueur le plus talentueux ayant jamais touché à la franchise, pour qui tout paraît si simple.

Aujourd'hui, cela fait douze ans jour pour jour qu'ils se sont croisés pour la première fois. C'était un soir, le vendredi 7 janvier 2005. Depuis, nombre d'affrontements ont eu lieu, partout dans le monde, dans les tournois les plus prestigieux, lors de matchs à enjeux toujours plus forts. Parler de cette rivalité, c'est revenir sur toute l'histoire de Counter-Strike depuis plus d'une décennie tant ils ont écrit, ensemble et contre, certaines des plus belles pages de ce FPS qui a changé leur vie.

Bataille aux quatre coins du globe

Il faut donc revenir au début de la sixième année du troisième millénaire pour trouver trace de leur première rencontre. À l'époque, f0rest a 16 ans et n'a jamais disputé de tournoi en dehors de ses frontières. C'est donc dans son pays, à Göteborg, qu'il va pour la première fois rencontrer NEO, seulement un an de plus, lors de l'édition 2005 de l'Optihack. Le Suédois est alors quasiment inconnu, mais c'est bien lui qui va remporter leur premier duel : avec son équipe Embrace, où figurent aussi Tentpole et RobbaN, il l'emporte 16-8 sur Inferno en quart de finale contre Pentagram, la line-up de NEO et TaZ, déjà réunis. Trois matchs plus tard, il perd la finale mais se gagne une réputation et, sans le savoir, une image de bête noire.


Petit miracle, il est encore possible de trouver des images de cette toute première rencontre

En effet, ce succès face à NEO va être le premier d'une longue série. Six mois plus tard, pour sa première compétition à l'étranger, f0rest et Begrip, son nouveau tag, créent la surprise en remportant les WEG 2005, à Seoul, s'imposant au passage 13-11 face à Pentagram en poules. La légende suédoise brode une première ligne d'or à son canevas. Derrière, NEO prend son mal en patience, et il en aura bien besoin : il ne remportera aucune confrontation en deux ans.

2006 sera l'année de la domination pour f0rest. Passé chez fnatic et récompensé du titre de joueur CS de l'année à la Games Convention de Leipzig, il bat NEO à trois reprises, et pour la première fois en Major : 2-0 (19-17 / 16-10) en demi-finale de la CPL Winter 2006, une victoire qui lui ouvre les portes de la finale puis du titre, Pentagram devant se contenter du bronze contre aAa (Ozstriker, bisou, Xp3, Geno, ferg). Les deux autres rencontres auront lieu aux WSVG 2006 et à l'ECN, disputée entre nations. La Suède va chercher le trophée, laissant la Pologne couler dans le loser bracket.

Mais tout vient à point à qui sait attendre et en février 2007, NEO accroche enfin à son tableau de chasse le Scandinave, en finale du winner bracket du shgOpen 2007. Une réussite qui en laisse présager une encore meilleure, bien plus importante, lors de la première édition des IEM : l'équipe polonaise bat deux fois fnatic, 16-8 en poules puis 16-10 en loser bracket, pour aller remporter son deuxième Major après les WCG 2006. Jamais deux sans trois à l'ESWC, puisqu'une nouvelle fois fnatic doit s'incliner en demi-finale sous les coups de boutoir de Pentagram, 2-1 (9-16 / 16-12 / 16-4). NEO devient champion du monde et compte déjà à son palmarès les trois grandes étapes qui rythmeront le calendrier après l'arrêt des CPL à savoir les IEM, l'ESWC et les WCG.

S'affronter c'est bien, mais s'affronter en grande finale, c'est mieux. Il faudra attendre 2008 et le Samsung European Championship afin de voir les deux lutter directement pour un trophée. En finale du winner bracket, fnatic remporte la première manche face à Meet Your Makers, la nouvelle structure de NEO & Co depuis le début d'année. Mais l'équipe polonaise a de la ressource, elle survit au loser bracket en écartant les emuLate d'HaRts et gagne même la première carte de la grande finale, 16-14 sur Nuke. Égalité parfaite, mais sur la map décisive, Inferno, fnatic déroule et s'impose 16-4, s'adjugeant ainsi la victoire.


La cérémonie de reprise des prix, les plus attentifs reconnaîtront les Français d'emuLate sur la troisième marche

Le reste de l'année verra les deux se faire face trois autres fois : f0rest mate son concurrent à la ClanBase NationsCup XI et en poules des WEM, mais NEO se venge en gagnant le match de la troisième place à la DH Winter après une rencontre très serrée (16-14 / 12-16 / 19-17). En fin d'année, c'est finalement lui qui remporte les lauriers en décrochant pour la seconde année consécutive l'Award de joueur eSport de l'année. Pas tout à fait satisfaite par ses résultats, fnatic décide d'opérer deux changements et fait venir dans son équipe Gux, et un certain… GeT_RiGhT. Un nouveau binôme est né.

L'année 2009 démarre sur les chapeaux de roue avec un double affrontement de haute volée : MYM fait la différence aux finales européennes des IEM III, laissant les Suédois échouer à la quatrième place. Tant pis, ces derniers se vengent lors de la grande finale de l'édition mondiale et vont rafler le Major, 16-13 sur Nuke. Une défaite qui pousse les joueurs de l'est à quitter leur structure pour en rejoindre une autre, Wicked eSports. Une tactique qui ne portera pas chance à NEO : sous ces couleurs, il essuie deux défaites face à son rival, en poules de l'ESWC Masters of Cheonan puis en demi-finale de la KODE5. À chaque fois, fnatic va gagner le titre. À chaque fois, les Polonais tirent la tronche et doivent se contenter de places d'honneur. Ils quittent rapidement Wicked, tentent de se relancer chez Vitriolic sans succès, et décident finalement de prendre le tag AGAiN en attendant de pouvoir rebondir ailleurs.

Un choix payant puisque lors de la prochaine grande échéance, les WCG 2009, l'équipe se retrouve en finale, face à… fnatic, pour ce qui est sans doute l'un des matchs les plus attendus de l'année entre deux équipes d'exception. Il sera à la hauteur des espérances avec une première carte, Nuke, remportée par AGAiN après pas moins de quatre overtimes, 28-26. NEO assure sa victoire finale sur Train, 16-12, et le voilà double médaillé d'or aux WCG, laissant f0rest ruminer sa défaite dans son coin. Il se consolera avec la victoire en fin d'année aux World eSports Masters, fnatic l'emportant 2-0 en demi-finale face aux Polonais avant d'aller triompher en grande finale. À noter toutefois que la formation de NEO avait fait le déplacement sans TaZ, indisponible, mais avec un remplaçant, pas tout à fait inconnu aujourd'hui : pasha.

Les derniers jours de la décennie arrivent, c'est le moment des récompenses. Les deux sont nominés par HLTV dans la catégorie "meilleur joueur européen de la décennie". NEO amasse plus de 2 000 votes et 39 % des voix, f0rest 18 %, HeatoN s'intercalant entre les deux avec 31 %. Quelques jours plus tard, "l'élu" est sacré meilleur joueur de la décennie lors du vote final en raflant 58 % des suffrages face aux représentants des autres continents (cogu, fRoD, solo) et au meilleur sniper (walle). Un plébiscite qui en dit long sur le niveau du monsieur.

NEO s'avance vers dsn, GeT_RiGhT et f0rest lors des WEG e-Stars à Seoul, en août 2010

Sans structure depuis pas loin de six mois, l'équipe polonaise trouve finalement refuge chez Frag eXecutors début 2010, en profitant pour faire rentrer pasha définitivement dans la line-up à la place de Luq. Le Golden 5 2.0 pouvait commencer à écrire son histoire. Mais fnatic ne l'entend pas de cette oreille et bat son rival dès les poules des IEM IV, ce qui entraînera la sortie prématurée du tournoi pour la formation de NEO. De son côté, f0rest fonce vers le titre, mais c'est bien vite oublier une équipe de Na'Vi touchée par la grâce cette année-là. Les Ukrainiens battent les Suédois en finale, posant ainsi la première pierre de leur fabuleux triplé IEM - ESWC - WCG.

Tant pis, il y a d'autres tournois à jouer (et gagner) : fnatic bat FX lors de l'Arbalet Europe et remonte un retard d'une map en grande finale de la GameGune (0-1 / 22-20 / 16-13) pour de nouveau s'approprier l'or et laisser l'amertume des secondes places à son adversaire.

À se taper dessus, on oublie bien vite que Counter-Strike est avant tout un jeu. Alors le temps d'un week-end, les deux meilleurs ennemis s'allient pour la Continental Cup des WEG, permettant à l'ouest (fnatic, Frag eXecutors, Meet Your Makers) de triompher de l'est (WeMadeFOX, TyLoo, TitaNs eSports). Mais il ne faut pas pousser non plus, et la compétition e-Stars voit de nouveau fnatic prendre le dessus sur son rival polonais dès les poules. Le scénario s'inversera tout de fois en fin d'année avec la victoire de FX dès le premier tour de l'arbre des WEM, 16-10, fnatic sombrant ensuite dans le loser bracket.

Fortunes diverses en 2010 donc, dans une année que Na'Vi aura de toute manière dominée de la tête et des épaules, comme jamais personne d'autre avant, et peut-être après elle. Pour le premier top 20 d'HLTV, f0rest, 6ème, devance d'une petite place son rival NEO, 7ème. Et cette fois, c'est le Suédois qui va changer de structure, quittant fnatic pour enfiler un autre maillot de légende : celui de SK Gaming.

SK vs FX, voilà la nouvelle affiche qui va attirer tous les regards. Après une répétition aux finales européennes des IEM V remportée 16-13 par FX, la grande représentation a lieu lors des IEM V : en demi-finale, au bout du suspense et dans une tension folle, les Polonais se débarrassent de leur adversaire 16-14 sur la dernière carte, donnant ainsi aux IEM l'un de ses plus grands moments d'émotion :


Et ce n'est qu'une demi-finale.
Les Polonais perdront ensuite la finale contre Na'Vi, qui conservera ainsi son titre acquis en 2010

La troupe de l'est ne s'arrêtera pas en si bon chemin et l'emportera encore lors du dernier match de la CPH Games, 2-0 (16-13 / 16-7), ainsi qu'en finale du winner bracket et en grande finale des WEG e-Stars, 19-17 sur l'ultime carte. Peu de temps après, c'est chez ESC que filent NEO et les siens, quittant Frag eXecutors. Résultats des courses : f0rest avec SK n'aura jamais battu NEO avec FX. Mieux encore, le Polonais restera invaincu de toute l'année 2011 puisque lors de leur dernier duel, en grande finale des WCG, excusez du peu, c'est encore lui qui prend le dessus, encore une fois 16-14 sur la troisième carte. Il rafle la première place du top 20 HLTV, reléguant f0rest à la 5ème place, et grave encore un peu plus son nom parmi ceux des plus grands.

La fin d'1.6 pour NEO, le début de CS:GO pour f0rest

Counter-Strike 1.6 s'essouffle doucement, et 2012 constitue son baroud d'honneur. Mais jusqu'au bout, ces deux-là se tireront dans les pattes : pour la sixième édition des IEM, SK humilie ESC en poules, 16-4 sur Train. Qu'à cela ne tienne, les Polonais se vengent en demi-finale en s'imposant (évidemment) 16-14 sur… Train, pour ensuite filer vers la victoire finale. En cette fin de vie, définitivement, NEO prend le dessus sur son adversaire.

Les photos des deux ensemble sont rares

Mais un nouveau est en train de faire son apparition. Un petit jeu nommé Counter-Strike : Global Offensive. Lors de la CPH Games, un mini-tournoi à huit équipes est organisé sur une version bêta. SK remporte la finale face à ESC, 16-13. Le premier succès de f0rest face à NEO sur CS:GO. De très nombreux autres suivront.

Mais avant cela, il faut conclure le cycle 1.6. Pour ce duel entre légendes, ce ne sera pas à la NationsCup XV, où la Suède prend le meilleur sur la Pologne, mais à la DreamHack Summer, sur les terres f0restoises. Le futur barbu est un hôte charmant et laisse la victoire à NEO, 16-12 lors de la phase de poules. Ce match, à l'époque assez anecdotique, sera pourtant le dernier des deux hommes sur cet opus mythique. Une page se tourne.

Il faudra patienter plus de six mois et l'édition hivernale de la DreamHack pour revoir notre duo en action. Pendant l'été, f0rest a complété sa trilogie d'équipes légendaires en passant chez Ninjas in Pyjamas, toujours accompagné de GeT_RiGhT. Ensemble, ils vont mettre en place un règne monstrueux, gagnant 87 cartes d'affilée en lan. Et même NEO n'y pourra rien.

DH Winter, eSportsHeavenLAN Prague, NorthCon, MadCatz Vienne, finales StarLadder V : f0rest et NiP remportent les huit cartes disputées à ces occasions, terminant 2012 et 2013 invaincus face aux Polonais, qui ont un peu plus de mal à se faire à ce nouveau jeu. Alors que le Nordique continue de grimper le classement HLTV jusqu'à prendre la 2ème place en 2013, NEO et ses compères quittent ESC et passent chez Universal Soldiers.

Un changement de structure peu important, mais un changement de joueurs qui l'est bien plus : après un clash interne assez fort, le cinq doré qui aura marqué l'histoire du jeu se sépare. Loord et kuben sont écartés au profit de deux espoirs polonais, Snax et byali. La nouvelle line-up se fait finalement recruter par Virtus.pro début 2014. Elle va permettre à NEO de rivaliser de nouveau avec son plus ennemi le plus coriace.

Pour son retour tout en haut, le Polonais a bien choisi son lieu et son heure : ce sera chez lui, à Katowice, pour le deuxième Major de l'histoire de CS:GO. Lors des EMS, son équipe va se révéler inarrêtable. Dans une grande finale de rêve face à NiP, les locaux se montrent intraitables et plient l'affaire en deux cartes (16-9 / 16-10). Le duel peut reprendre.


4 HP, 3 frags, un 1vs1 remporté contre f0rest : NEO est bel et bien de retour

En bon compétiteur, f0rest se venge lors de la finale des CPH Games, aux finales SLTV IX et à la DH Winter après une première carte, Nuke, remportée au forceps 22-20. Bien en place chez Ninjas in Pyjamas et Virtus.pro, entourés de coéquipiers fidèles et solides, les deux anciens maîtres du monde ont chacun trouvé une place forte. Comme le dira f0rest en interview, "Les matchs contre Virtus.pro sont des bagarres", des affrontements bruts et puissants où ni pitié ni respect n'ont leur place.

Les rencontres s'enchaînent en 2015 et après un match nul à l'IOS Pantamera, f0rest et NiP semblent prendre le dessus et l'emporte en demi-finale du Gfinity Spring I, aux finales SLTV XII et aussi lors de la première étape des finales de la FaceIt League. Et pour perpétuer la tradition, 16-14 sur la dernière carte. Mais NEO n'abdique pas et VP s'impose là où cela compte le plus, en Major, à l'ESL One Cologne, 2-0 (16-14 / 16-5) en quart de finale. L'équipe polonaise confirme à Dubaï lors de l'ESL Invitational, 16-7 en poules. Pour conclure cette année mitigée au niveau résultats, les deux se suivent encore au classement HLTV, comme cinq ans auparavant : f0rest est 16ème, NEO 17ème. Comme si l'histoire n'arrivait pas à choisir de quel côté pencher.

Étonnamment, si le nombre de tournois explose en 2015 et continue sur la même voie en 2016, les rencontres entre les deux joueurs restent assez rares, tels des biens précieux dont il faut prendre soin et profiter à tout prix. L'an passé, ils se sont seulement affrontés à trois reprises : une première fois à la DH Masters Malmö, en quart de finale, où NiP triomphera avant d'aller s'adjuger le trophée ; une deuxième fois à l'ELEAGUE S1, où Virtus.pro rendra la politesse aux Suédois en s'imposant là aussi en quart de finale pour ensuite gagner le tournoi ; une troisième fois lors de la deuxième édition de l'ELEAGUE, en poules, pour une belle remportée par NEO et les siens.


La production de l'ELEAGUE avait tenté de répondre à la fameuse question "Qui est le meilleur entre NEO et f0rest ?"

Étant donné leur longévité et leur régularité, il ne serait pas surprenant de voir ces deux-là se tirer la bourre encore un moment. Plus de douze ans après s'être rencontrés pour la première fois. Leurs parcours n'ont pas cessé de se croiser et de s'entremêler depuis, chacun écrivant son histoire en gardant un oeil sur l'autre. Et aujourd'hui, après tout ce temps, deux choses sont remarquables : à 16 000 $ près, ils ont gagné la même somme d'argent en tournoi (506 000 $ pour f0rest contre 490 000 $ pour NEO). Et ils ont tous les deux une page Wikipédia à leur nom. Après avoir connu ça, ils peuvent partir tranquilles.

 

Leurs résultats face-à-face en Major et en finale
 
12/2006 CPL Winter, demi-finale fnatic 19-17 / 16-10 Pentagram fnatic - Pentagram
03/2007 IEM I, phase de poules Pentagram 16-8 fnatic  
03/2007 IEM I, finale loser bracket Pentagram 16-10 fnatic Pentagram - fnatic
07/2007 ESWC, demi-finale Pentagram 9-16 / 16-12 / 16-4 fnatic Pentagram - fnatic
03/2008 SEC, finale fnatic 1-0 / 14-16 / 16-4 MYM fnatic - MYM
03/2009 IEM III, finale fnatic 16-13 MYM fnatic - MYM
11/2009 WCG, finale AGAiN 28-26 / 16-12 fnatic AGAiN - fnatic
03/2010 IEM IV, phase de poules fnatic 18-12 Frag eXe fnatic - 7/8. Frag eXe
07/2010
GameGune, finale
fnatic
0-1 / 22-20 / 16-13
Frag eXe fnatic - Frag eXe
03/2011
IEM V, demi-finale
Frag eXe 16-10 / 9-16 / 16-14
SK
Frag eXe - 4. SK
04/2011 CPH Games, finale Frag eXe 16-13 / 16-7 SK
Frag eXe - SK
08/2011 WEG e-Stars, finale Frag eXe 1-0 / 9-16 / 19-17 SK
Frag eXe - SK
12/2011 WCG, finale ESC 16-12 / 5-16 / 16-14 SK ESC - SK
03/2012 IEM VI, phase de poules SK 16-4 ESC  
03/2012 IEM VI, demi-finale ESC 16-14 / 11-16 / 16-14 SK ESC - 4. SK
           
04/2012 CS:GO Challenge, finale SK 16-13 ESC SK - ESC
12/2012 NorthCon, finale NiP 16-3 / 16-6 ESC NiP -  ESC
03/2014 EMS Katowice, finale Virtus.pro 16-9 / 16-10 NiP Virtus.Pro - NiP
04/2014 CPH Games, finale NiP 12-16 / 16-6 / 16-13 Virtus.pro NiP - Virtus.pro
11/2014 DH Winter, demi-finale NiP 22-20 / 9-16 / 16-8 Virtus.pro NiP - 3/4. Virtus.pro
08/2015 ESL Cologne, 1/4 finale Virtus.pro 16-14 / 16-5 NiP 3/4. Virtus.pro 5/8. NiP

Merci à Ap-3 pour la bannière

Crédits photos : HLTV

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles