WebTV
Publicité
En bref...
23/07/2017 :: N'oubliez pas EnVyUs qui est en...
23/07/2017 :: C'est déjà la dernière journée du...
22/07/2017 :: Une map partout, Astralis remporte Inferno...
22/07/2017 :: Astralis a mis 10 rounds en terro sur...
22/07/2017 :: Gambit remporte Overpass, 16-10,...
22/07/2017 :: Gambit impressionne, l'équipe mène...
22/07/2017 :: Une interview avec Guardian arrivera dans la...
22/07/2017 :: Instagram : Vakarm_net
22/07/2017 :: Snapchat: vakarm_net
21/07/2017 :: N'hésitez pas à nous suivre sur...
Vidéos - Interview et ambiance
 
 


Les questions du Major

4650 12

Le Major commence demain, et avec lui vient son lot d'interrogations. Qui pourra arrêter SK Gaming ? Astralis, FaZe ou les Français de G2 Esports ? Natus Vincere, Virtus.pro et Fnatic retrouveront-ils enfin leur niveau ? Quel challenger pourra créer la surprise ? Nous nous sommes intéressés aux enjeux de ce PGL Major Cracovie.

SK va-t-elle faire la passe de quatre ?

Si SK Gaming a dominé 2016, la fin d'année et le début 2017 ont été plus compliqués. Les Sud-Américains ont enchaîné les places d'honneur sans jamais remporter le trophée d'août 2016 à avril 2017. Ils ont dû se séparer de fnx pour des problèmes internes et ont fini par accrocher une belle demi-finale à l'ELeague Major avec fox en remplaçant. En février, ils ont enfin pu intégrer felps à leur effectif et leur première sortie à la DH Masters Las Vegas s'est avérée être un succès malgré la défaite en finale contre Virtus.Pro. Ils n'ont cependant pas su confirmer ce résultat lors des IEM Katowice et à la Starladder i-League S3 où ils sont sortis dès les poules.

Après leur victoire à Cologne, les SK seront les grands favoris du Major (Photo : ESL)

Le rouleau compresseur s'est cependant remis en marche avec des victoires au cs_Summit et aux IEM Sydney avant que G2 Esports ne vienne casser la série en les éliminant en demi-finale de la cinquième saison de l'ESL Pro League à Dallas. Mais depuis leur retour en Europe, les Brésiliens sont inarrêtables puisqu'ils viennent d'enchaîner trois victoires en trois événements à la DreamHack Summer, aux finales des Esports Championship Series et à l'ESL One Cologne. La puissance de leur map pool, expliquée ici, les joueurs qu'ils comptent dans leur rang (et notamment le trio coldzera - FalleN - fer) et leur série actuelle de victoires font d'eux les grands favoris du tournoi, et donc l'équipe à abattre. 

Astralis et FaZe peuvent-elles l'en empêcher ?

Malgré la domination de SK, Astralis a toutes les cartes en main pour conserver son titre. Les Danois ont eu un calendrier un peu plus léger que leurs concurrents ces dernières semaines, ils ont raté les finales ESL Pro League saison 5 et ont décidé de faire l'impasse sur l'ESL One Cologne pour tout miser sur le Major. Ils ont donc pu s'économiser et analyser leurs concurrents qui bataillaient ferme dans la Lanxess Arena la semaine passée. Leur état de forme semble également satisfaisant puisqu'ils ont remporté 250 000 $ lors du Clash of Cash contre Virtus.Pro et ne se sont inclinés que de très peu en Bo3 contre SK Gaming lors des finales ECS à Londres fin juin. Astralis ne l'a pas caché, le Major est sa priorité : il serait compliqué de voir autre chose qu'un échec si les Danois ne l'emportaient pas.

Depuis l'arrivée de Niko, FaZe est impressionnante de régularité. Lors de ses cinq dernières compétitions, elle a à chaque fois atteint le stade des demi-finales. Il est probable que les joueurs européens atteignent une fois de plus ce stade lors du Major mais ont-ils ce qu'il faut pour aller plus loin ? Malgré leur présence dans le carré final, ils n'ont remporté qu'une compétition, la StarKadder en avril. Et s'ils échouent souvent même au stade, c'est en partie dû à leur bête noire, SK Gaming. À Cologne, aux IEM Sydney et aux ECS, ils ont à chaque fois échoué contre eux et enregistrent un déficit de huit maps perdues contre à peine trois gagnées face à FalleN et ses coéquipiers. Si la confrontation avec Astralis semble équilibrée, celle avec SK est largement en défaveur de FaZe. Une constatation qui pourrait peser lourd en cas de rencontre précoce entre les deux.

G2 confirmera-t-elle sa place dans le gratin ?

G2 nous a offert du bon et du moins bon depuis la formation de l'équipe. Le bon avec la victoire à la DreamHack Tours et lors de la cinquième saison de l'ESL Pro League en mai, des victoires convaincantes puisque G2 bat notamment régulièrement  SK, en bo1 ou en bo3 (16-12 / 16-12 en demi-finale à Dallas, avant de remporter facilement la finale contre North). L'équipe a confirmé ces bons résultats et son statut de gros outsider en obtenant facilement sa place pour Cracovie avec trois victoires pour zéro défaite lors de la qualification.

shox et ses coéquipiers pourront avoir un oeil sur le trophée à Cracovie (Photo : HLTV)

Coté moins bon, les G2 nous ont laissés sur notre faim lors des finales ECS où ils se sont montrés impuissants en poule face à SK et FaZe Clan, et à Cologne, ils nous ont un peu déçus en laissant filer le quart de finale contre Natus Vincere dans un match qu'ils avaient pourtant en main. À l'approche de ce Major, Les Français seront en embuscade derrière les SK, Astralis et FaZe pour la victoire finale. Nos experts ont d'ailleurs analysé leurs chances de victoire ici. N'oublions pas qu'une place de Légende serait déjà une bonne chose d'acquise : cela fait un an et demi que plus aucune équipe française n'a ce statut, et même bientôt deux ans pour shox.

Virtus.pro peut-elle se racheter devant son public ?

Les Polonais n'ont jamais été aussi peu en confiance d'après pasha. Ils avaient pourtant trouvé une nouvelle dynamique en janvier avec une deuxième place au Major et une victoire à la DreamHack Masters Las Vegas mais leur forme a depuis dégringolé. Devant leur public aux IEM Katowice, ils ne sont pas sortis des poules et ont ensuite été relégués de l'ESL Pro League. Pire à Cologne, ils ont terminé dernier en ne remportant aucune map lors de la ronde suisse.

Mais les Polonais nous ont habitués à l'irrégularité et déjà en janvier, ils nous avaient déçus avant le Major en échouant à la troisième place des WESG alors qu'ils étaient les grands favoris de la compétition. Si tout n'est pas non plus à jeter dans leurs résultats depuis février, peu s'en faut pour ne pas complétement oublier ce semestre désastreux. Seule une victoire aux finales de l'Adrenaline Cyber League devant HellRaisers et Na'Vi joue en faveur de VP. Devant son public, en Major, on croit en elle pour relever la tête. Le statut de Légende est quasiment tout ce qu'il reste à Virtus.pro : le perdre pourrait avoir des conséquences irrémédiables pour le cinq.

Fnatic et Na'Vi peuvent-elles retrouver leur prestige ?

Depuis la reformation de l'équipe en février, Fnatic peine à retrouver ses marques. Elle n'est sortie des poules ni à la DH Masters Las Vegas, ni aux IEM Katowice, ni aux finales ESL Pro league, ni aux finales ECS, ni à Cologne. La liste de leurs échecs est donc longue mais elle ne reflète pas leur réelle valeur et Fnatic reste Fnatic. Elle est parvenue à inquiéter SK Gaming en finale de la DreamHack Summer et on attend tout de même d'eux qu'ils conservent leur statut de Légende. olofmeister et flusha sont réputés pour briller en Major, le trio olof / KRiMZ / denis n'a jamais échoué en poules, bref, voilà une bonne occasion pour Fnatic de se réveiller.

Natus Vincere n'a jamais été à la hauteur de nos attentes et nous a encore plus déçus en se loupant complètement à la DreamHack Tours et aux finales ESL Pro League en mai. On aurait pu penser l'équipe au bord du split et les joueurs ne cachaient d'ailleurs pas les problèmes internes. Ils sont cependant toujours ensemble et semblent aller dans la bonne direction. A Cologne, l'équipe a retrouvé un peu de sa superbe la semaine passée grâce notamment à un GuardiaN resuscité qui leur a permis d'éliminer G2 et d'échouer de peu contre Cloud9 au terme d'une superbe demi-finale. De quoi les mettre en confiance au meilleur moment. Ils arrivent d'ailleurs avec de grandes ambitions puisque Guardian a déclaré que tout autre résultat qu'un Top 4 serait un échec. Si cela venait à arriver, les rumeurs de shuffle sur la scène CIS ne ferait que s'amplifier.

North, Cloud9 et Gambit peuvent-elles jouer les trouble-fêtes ?

North ne fait plus peur depuis le départ de RUBINO, l'équilibre de l'équipe a été bouleversé et son remplaçant aizy n'a jamais su trouver sa place. Ils se sont faits sortir des poules aux IEM Sidney par une équipe australienne (Chiefs) et n'ont pas non plus passé les poules à l'ESL One Cologne. Oui, ils ont atteint la finale lors des finales de l'ESL Pro League mais c'est l'arbre qui cache la fôret, ils se sont d'ailleurs inclinés lourdement trois maps à une en finale contre G2 Esports, prouvant ainsi un peu plus que l'écart se creusait entre eux et les meilleures équipes. Avec valde libre de tout contrat au Danemark, on imagine déjà un changement de joueur en cas d'échec lors du Major.

Les Cloud9 sont eux sur la pente ascendante alors qu'on ne les attendait plus. Il faut dire qu'ils avaient montré un état de forme inquiétant en terminant derniers des finales de l'ESL Pro League et de la DreamHack Summer. Pourtant, c'est la seule équipe américaine à s'être qualifiée pour le PGL Major et elle pourrait porter loin les espoirs de tout un continent. Elle a su relever la tête après le cuisant échec de la DreamHack Summer en battant Fnatic et Astralis aux finales ECS, avant de se hisser jusqu'en finale de l'ESL One Cologne grâce à des victoires sur Natus Vincere et Ninjas in Pyjamas dans l'arbre. Derrière un duo Stewie - autimatic toujours très percutant, Cloud9 a une chance légitime de retrouver un statut de Légende, perdu depuis bien longtemps.

Cloud9 sera la seule chance américaine à Cracovie (photo : HLTV)

Gambit est peut-être l'équipe la plus mystérieuse de ce Major : elle n'a fait qu'une sortie depuis avril, la DH Summer, qui s'est conclue sur une triste élimination en poules après un match décisif perdu 2-0 contre Fnatic. Si l'arrivée de Zeus et HObbit avait définitivement donné un nouvel esprit à l'équipe, cela a semblé s'éroder un peu au fil du temps. À l'approche du Major, cette approche plus ou moins en sous-marin pourrait jouer en sa faveur, mais Gambit est tout sauf assurée de garder son titre de Légende : parmi les huit actuelles, elle fait partie de celles qui sont le plus mis en danger par la horde de Challengers qui arrivent.

Quel challenger deviendra légende ?

Cloud9 et G2 ont déjà été évoquées, mais ce ne sont pas les seuls Challengers à pouvoir prétendre au titre de Légende. Les deux autres qui arrivent avec le plus d'ambition sont sans doute Immortals et mouz : les Brésiliens voudront confirmer qu'ils peuvent bien faire partie des tout meilleurs, et l'équipe européenne était tout près de passer la première phase à Cologne, sorte de répétition générale du Major. Est-ce que leur manque d'expérience (deux rookies chez mouz, trois chez Immortals) dans ce genre de tournoi va les handicaper ? Cela pourrait jouer dans les matchs à pression, si jamais elles se retrouvent à devoir disputer un match décisif à 2-2, même si les autres membres des line-ups (boltz et Steel pour Immortals, denis pour mouz) ont déjà connu les quarts de finale.

Enfin, les chances semblent moindres pour BIG, FlipSid3, PENTA et Vega Squadron, qui sont plus favorites pour terminer à 0-3 plutôt que pour rejoindre les Légendes. Mais chacune compte quand même des atouts de son côté, et si leur joueur star (respectivement tabseN, electronic, suNny et Mir) est déchaîné, une surprise est bien possible. La grande difficulté pour ces quatres-là sera de ne pas se satisfaire d'une seule victoire, mais de réussir à garder leur concentration et leur motivation pour aller en chercher trois. Pour cela, le calme et l'expérience de gob b et B1ad3 pourraient bien aider les deux premières.

Quant à nous, nous n'avons pas été autorisés à couvrir la phase de poules depuis Cracovie mais nous y serons tout de même pour la phase finale à partir de vendredi.

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles