Brèves

WebTV
Publicité

Actualité de la scène

Coverage



Le phénomène coldzera

10497 27

Si 2015 a été l'année du Suédois Olof "olofmeister" Kajbjer, 2016 a vu l'éclosion au plus haut niveau du Brésilien Marcelo "coldzera" David. Ce jeune homme de 22 ans a affolé tous les compteurs en étant l'un des artisans principaux du succès de son équipe notamment lors des deux derniers Majors. Si cette année a vu d'autres joueurs obtenir des statistiques assez folles, il est difficile de lui contester le statut de meilleur joueur 2016. 

Le manque d'engouement et de médiatisation autour de la scène locale sud-américaine avant l'arrivée au sommet de Luminosity entretient un certain mystère sur les débuts de joueurs comme coldzera. A peine venait-on de connaître son pseudo qu'il trustait déjà le haut du tableau des scores. Une ascension très rapide mais finalement pas très surprenante lorsque l'on remonte le fil de sa jeune carrière. 

La scène brésilienne est très intéressante et mériterait son dossier de 15 000 signes à elle seule. Souvent snobée et peu reconnue par la communauté internationale, elle n'en est pas moins très active avec un public à la ferveur incomparable. Le nombre de lans locales est impressionnant, la masse de joueurs et de passionnés n'a fait qu'augmenter ce qui n'a pas laissé les diverses marques indifférentes et le nombre d'organisations a explosé. Les Brésiliens sont très friands de FPS que ce soit Counter-Strike 1.6, CrossFire puis plus tard Global Offensive. 

Il existe donc un véritable écosystème esportif réservé au Brésil qui pourrait passer inaperçu pour un étranger s'il ne s'y intéresse pas de manière assez poussée. Un écosystème assez sain qui s'avère être aujourd'hui un vivier de jeunes talents. Aujourd'hui, le Brésil est devenu un pays majeur de Counter-Strike voire même du sport électronique en général. 

Dans cet environnement, il faut remonter à 2011 pour apercevoir des premières traces de coldzera. Du haut de ses seize ans, il se rend en spectateur à la qualification sud-américaine aux World Cyber Games se tenant à Saö Paulo. L'histoire est bien faite car ce sont deux de ses futurs coéquipiers qui remporteront leurs tickets pour l'événement, Lincoln "fnx" Lau et surtout Gabriel "FalleN" Toledo. Des joueurs qui ont déjà un statut de stars sur 1.6. Car tout bon supporteur a une photo avec ses idoles, coldzera n'a pas dérogé à la règle. Une photo qui date de 2011 donc. Un poil prophétique.


coldzera et FalleN au milieu. Ils ne le savent pas encore mais ils vont marquer l'histoire... ensemble.

Marcelo jouait déjà à un 1.6 depuis quelques mois. C'est à l'arrivée de Global Offensive qu'il s'y met sérieusement et trouve une première équipe fin 2012, au lancement de la division brésilienne de l'ESEA Open. Il rejoindra la saison en cours de route mais fera une entrée très remarquée. On sent déjà l'âme d'un champion. C'est notamment lors d'un match perdu face aux Gamerhouse (fv, lukaszL, dmzx, delboNi, kNg) où il atteindra les 37 frags en l'espace de trente rounds qu'il soulèvera l'intérêt de certains joueurs... dont ses adversaires d'un soir qui ne tarderont pas à le recruter !

Cette nouvelle équipe possède une petite renommée et parvient à se faire inviter à des tournois d'envergure supérieure dont le Razer Challenge. Des tournois en ligne réunissant huit des meilleures équipes du pays. Des légendes y participent, FalleN, fnx, bit, bruno, entre autres. Malheureusement, le néo-GamerHouse n'aura pas vraiment l'occasion de se dévoiler. C'est en rejoignant semXorah en compagnie de son futur binôme Tacio "TACO" Filho que les choses sérieuses vont réellement commencer. 


Deux frères de parents différents

Il est déjà un ton au-dessus de la concurrence. Aveugle serait celui qui ne voyait en coldzera autre chose qu'un diamant brut. Quatrième de la saison régulière puis disqualifié de la phase finale, semXorah doit une fière chandelle à son nouvel entrant. Dépasser la barre symbolique des trente frags n'est pas étonnant, celle des vingt frags, une habitude. Tout cela ne passe pas inaperçu à Saö Paulo et Marcelo va pointer le bout de son nez à plusieurs événements locaux avec des joueurs du coin. Bel exemple de ce vivier de talents qui n'attendaient que d'exploser au grand jour, ce tournoi organisé dans un des cyber-cafés réputés de la ville : la LGX & r1se Cup.

Le mix "Afterall" de coldzera montera sur la troisième marche du podium (gagnant au passage un serveur 12 slots... Oui on est loin des millions) derrière les mix Seven Wars et Fake Da Rima où évoluaient alors respectivement Joao "felps" Vasconcellos et Fernando "fer" Alvarenga. 

L'année 2014 va être très importante dans sa carrière. Marcelo s'impose de plus en plus sur la scène locale. Il va ainsi côtoyer d'autres pépites comme le déjà mentionné, Joao "felps" Vasconcellos mais également Ricardo "boltz" Prass qu'il retrouvera plus tard tout comme Tacio "TACO" Filho sous la houlette de FalleN chez Luminosity. Mais nous n'y sommes pas encore. 

Quand les KaBuM de FalleN et les ProGaming.TD de Steel se départagent la tête de la hiérarchie nationale, l'équipe de coldzera se positionne comme un solide outsider en remportant des ligues subtop et montant sur le podium de tournois tels que le X5 Mega Arena, événement majeur de l'époque au pays de la samba. 

Le 5 octobre 2014 restera comme l'une des dates clés dans la carrière de Marcelo. Il est annoncé dans la nouvelle formation qui portera les couleurs d'une organisation déjà très reconnue de Rio à Saö Paulo : Dexterity Team. Une première vraie structure avec des moyens et une vraie fanbase. En compagnie de son binôme TACO, coldzera restera fidèle à ses nouvelles couleurs durant toute une saison. 

Le presque point commun de Neymar et coldzera 

Celui d'avoir joué avec le maillot du Santos FC, le club de football légendaire de Saö Paulo.

Si le roi Pelé est l'icône du club et le restera pour un petit moment encore, la dernière pépite sortie du centre de formation reste Neymar, exilé à Barcelone en 2013. 

Dans la vague des clubs de sport traditionnel arrivés dans le milieu de l'esport, le Santos FC ne fait pas exception et fait même office de pionnier. Les dirigeants ont racheté la structure Dexterity Team afin d'accroître leur potentiel marketing en août 2015... Soit quelques jours seulement après le transfert de coldzera vers Luminosity !

De quoi faire un bon sujet de conversation entre les deux personnalités qui passent désormais des vacances ensemble

Les Dexterity vont mettre quelques semaines pour stabiliser leur effectif et ce malgré une première victoire sur les numéros uns nationaux de chez KaBuM lors du Circuito Game7, un tournoi en ligne réunissant la crème de la crème brésilienne. On date très souvent le premier coup d'éclat international d'une équipe brésilienne sur CS:GO aux X-Games Aspen de janvier 2015. Les KaBuM de FalleN ont en effet choqué la planète entière en écrasant totalement les Nord-Américains de Cloud9 sur Mirage. Une performance sublimée sur la même carte une semaine plus tard face à Fnatic, alors la deuxième meilleure équipe du monde, lors de la ClutchCon. 


prd, lucas, HEN1, coldzera et TACO © r1se.com.br

Sachez qu'avant d'effectuer cette tournée aux USA, les hommes de FalleN ont dû tout d'abord se qualifier lors d'un tournoi en ligne. Et quelle équipe ont-ils affronté dans le match décisif ? Leurs nouveaux rivaux de chez Dexterity. Imaginez si les coéquipiers de coldzera avaient confirmé leur précédent résultat face à ces mêmes KaBuM ? L'histoire de CS:GO n'aurait sans doute jamais pris la même trajectoire. 

La formation Dexterity s'imposera au fil du temps comme la deuxième force du pays en s'articulant autour de Marcelo, bien sûr, de son binôme Tacio "TACO" Filho, de l'expérimenté Arthur "prd" Resende mais aussi du futur tandem de Tempo Storm/Immortals, Lucas "lucas" Teles et Henrique "HEN1" Teles. Une composition qui transposée à aujourd'hui serait certainement en mesure de gagner des titres internationaux. 

Durant tout le premier semestre 2015, les Dexterity ne vont plus quitter les grandes finales locales seulement devancés par les KaBuM devenus Keyd Stars. De part leurs apparitions hors des frontières, ces derniers étaient alors considérés comme de larges numéros uns au Brésil par la communauté internationale. Mais en réalité, leur avance commençait à s'estomper avec une montée en puissance assez spectaculaire de leurs dauphins.

La finale de la r1se Cup à Saö Paulo en est l'illustration. C'est d'ailleurs l'un des matchs de coldzera les plus documentés de sa jeune carrière avec une vidéo-reportage (ci-dessus) le suivant lui et son équipe ainsi que l'intégralité des cartes disponible en VOD. Amateurs de jeu animé et passionné, cette rencontre est faite pour vous. Petit conseil : Eteignez vos enceintes. 

Durant toutes leurs rencontres, les Dexterity et les Keyd Stars ont offert un vrai spectacle tant les deux équipes étaient proches. Les matchs en trois cartes étaient devenus une norme et que ce soit dans la victoire ou dans la défaite, s'il y a bien une individualité qui est sortie du lot, c'est bel et bien coldzera. Il est rétrospectivement très aisé de comprendre l'intérêt que FalleN va porter sur la machine à frags des Dexterity lorsque l'on regarde les statistiques de cette dernière dans leurs confrontations directes. Si Marcelo et ses coéquipiers remporteront plusieurs cartes sans jamais battre concrètement les numéros uns, ils réaliseront enfin l'exploit en finale de la Razer League avec la manière puisque les Keyd Stars ne verront le jour à aucun moment du match.

En parallèle des différentes échéances nationales, les Keyd Stars ont fait leur trou sur le Vieux Continent. Surprenants quart de finalistes de l'ESL One Katowice 2015 après s'y être qualifiés avec brio, les hommes de FalleN préparent leur participation à l'ESL One Cologne où ils auront à défendre leur statut de "Légendes". Le chemin vers leur second Major est finalement assez compliqué. Eliminés dès les poules de l'ESWC Montréal et rattrapés par Dexterity sur leur propre territoire, ils profitent de la fin de leurs contrats avec Keyd Stars et une belle offre d'une organisation nord-américaine du nom de Luminosity pour effectuer un changement de joueur. 

Le 17 juillet 2015, les regards se tournent vers un jeune inconnu du grand public. Marcelo "coldzera" David écope de la lourde tâche de remplacer Caio "zqk" Fonseca, un mois avant l'ESL One Cologne 2015. Un rêve devenu réalité pour celui qui a néanmoins hésité quelques jours avant d'arrêter sa licence et se lancer à plein temps aux côtés de ses nouveaux coéquipiers. La légende voudrait qu'il ait accepté l'offre de FalleN après avoir écouté un poème de Charles Bukowski, "Roll the Dice". La réalité est sans doute plus pécunière. 

Le début d'un nouveau chapitre dans la carrière de Marcelo. Après près de trois ans de lutte au Brésil, le monde lui ouvre ses portes. Bientôt, il va lui appartenir. 

Lucas "Steel" Lopes, Ricardo "boltz" Prass, Fernando "fer" Alvarenga, Gabriel "FalleN" Toledo et le nouvel entrant partent s'installer au pays de l'Oncle Sam afin de disputer l'ESL ESEA Pro League et s'entraîner au mieux pour le Major approchant. On reconnait les talents au progression fulgurante lorsque leur premier événement international est un Major. Qui plus est, dans le cas de coldzera, quand il s'agit de l'ESL One Cologne, l'événement au public le plus impressionnant. 

Luminosity débarque en Allemagne avec la ferme intention de montrer qu'elle n'est pas du genre à venir dire coucou le temps d'une journée avant de retomber dans les abysses de l'histoire. L'histoire, les coéquipiers de FalleN veulent la marquer. Dans une poule relevée, les Brésiliens ne vont faire qu'une bouchée des Kinguin de ScreaM et Maikelele. Derrière, ils pousseront les futurs finalistes d'EnVyUs en prolongations avant de s'incliner. Dans le match-qu'il-ne-faut-pas-perdre-sous-peine-de-regrets-infinis, les Luminosity ne lâcheront pas et l'emporteront face aux dangereux FlipSid3. 

Luminosity conserve son statut de Légende. Le quart de finale face aux Fnatic, futurs champions, est un poil trop relevé. Mais le principal est fait : le Brésil est là pour rester. Durant cette compétition, on découvre que FalleN accorde une confiance assez extraordinaire à son nouvel équipier qui lui a d'ailleurs bien rendu dès ses premiers matchs. Le Parrain de la scène brésilienne avait vu juste en misant sur coldzera. 

Un style de jeu digne des grands patrons

FalleN a directement donné à coldzera une importance capitale dans le jeu de son équipe. Alternant parfaitement le sniper et le fusil automatique, l'ancien Dexterity joue le rôle de pivot en défense. Avec sa vision de jeu hors du commun, il parvient à aider son coéquipier attribué à un bombesite tout en renforçant également une autre position. 

En attaque, on le retrouve souvent en binôme essayant de trouver une brèche à une extrémité. En deuxième ou troisième position dans les rushs derrière les ouvreurs, c'est à lui que revient la responsabilité de finir les rounds et d'assurer les "revenges" kills. Un rôle de "carry" digne des grandes stars mondiales qui semble lui aller comme un gant. FalleN a compris cela dès le début et coldzera n'a depuis pas vraiment changé ni de rôle, ni de style de jeu. 

Luminosity s'impose comme une des meilleures équipes outre-Atlantique avec ses matchs en ESL ESEA Pro League et une deuxième place à l'iBUYPOWER Cup d'automne derrière Liquid. Arrivés à Cluj pour le troisième Major de l'année et déjà le deuxième pour coldzera, les Brésiliens vont survoler une poule pourtant relevée avec les numéros uns américains de Cloud9 et les tenants du titre de Fnatic. Deux matchs dans lesquels Marcelo a été incroyable avec notamment ses 31 frags face aux coéquipiers de n0thing. 

Même les meilleurs ont parfois des moments de faiblesse. Les Luminosity s'arrêteront une fois de plus en quarts de finale contre les futurs finalistes de Natus Vincere. La jeune star en puissance n'aura été que l'ombre d'elle-même. Si d'un point de vue individuel, coldzera rebondira et continuera sur une dynamique assez folle, le collectif aura du mal à passer cette étape séparant les très bonnes équipes aux meilleures du monde. Sortie dès les poules après un match épique face aux Titan aux finales de la CEVO S8, battue par Renegades dans le RGN Championship, éliminée dès le premier tour des IEM San José, l'équipe Luminosity stagne en cette fin d'année 2015. 

Alors c'est encore une fois celui qui détient les manettes de la scène brésilienne qui va bouger les choses. FalleN joue pour les numéros uns brésiliens et sponsorise les numéros deux avec Games Academy (NDLR: Les ex-Dexterity). Forcément, cela donne un peu de pouvoir. FalleN va organiser un transfert entre ces deux écuries. Les heureux promus sont Lincoln "fnx" Lau et Tacio "TACO" Filho. Des changements poste pour poste avec Lucas "Steel" Lopes et Ricardo "boltz" Prass "rétrogradés" chez Games Academy qui suivra le chemin de sa grande soeur en signant un contrat avec une structure nord-américaine, Tempo Storm. 


coldzera tout sourire avec son coéquipier TACO © DreamHack

Le retour de TACO, son binôme d'autrefois et l'arrivée d'un nouveau joueur d'expérience en la personne de fnx, ancien MiBR vont accélérer l'ascencion vers le sommet de la hiérarchie mondiale. Le grand tournant va arriver aux finales de la Saison 3 de la FACEIT League organisées à la DreamHack Winter. Cet événement promet un spectacle détonnant. Les équipes les plus en vues du moment sont au rendez-vous. Le niveau est très relevé. Et les Luminosity vont vite le comprendre. 0-5, 0-10 puis 0-16. Les Suédois de Fnatic les humilient en ouverture. 

Les réactions à cette débâcle ne se font pas attendre : les Brésiliens ne sont pas au niveau et les changements récents ne portent pas leurs fruits. Retourner danser le Flamenco à Rio ? Oh que non, FalleN et ses hommes ont d'autres cordes à leurs arcs. Piqués au vif, ils s'apprêtent à réaliser l'un des plus grands bouleversements de l'année. Une remontée incroyable. Luminosity éliminera tour à tour EnVyUs et Ninjas in Pyjamas au bout des trois cartes. Des matchs fous. La magie ne s'arrêtera pas à cette seule journée et le lendemain, le Brésil frappera encore le monde de Counter-Strike. Les Danois de TSM les attendent en demi-finales. A l'image des matchs de poules, cette demie sera intense au possible. La combativité des Sud-Américains l'emportera durant l'overtime de la carte décisive. 

Après avoir encaissé un 0-16, les Luminosity se retrouvent dans leur première grande finale internationale face à leurs bourreaux du premier tour. Cette fois, la donne sera bien différente. Chauds bouillants, ils domineront Train, la première carte avant de céder sur les deux suivantes. Le titre leur échappe de peu mais le mal est fait. La hiérarchie mondiale vient d'être chamboulée à jamais. La côte de l'équipe brésilienne vient de décupler.


Luminosity en action © DreamHack

De retour au pays après deux derniers déplacements aux USA sans grands succès, FalleN et ses acolytes vont peaufiner leur jeu pour entamer 2016 de la meilleure des manières. Cela va payer. Les Brésiliens entament l'année avec une superbe sortie à Minsk pour les finales de la Starladder i-League S1 éliminant Gamers2 puis Natus Vincere avant de céder face à la meilleure équipe du monde Fnatic aux portes de la finale. 

Une semaine plus tard, les Luminosity passent à deux doigts de remporter leur premier trophée international à Leipzig dans le cadre d'une DreamHack Open. Ils battront notamment FaZe et Astralis avant de perdre en prolongations par deux fois face aux Natus Vincere. A quelques jours du premier Major en terres américaines, les IEM Katowice vont consacrer les Brésiliens comme équipe de haut de panier. Et ce de manière indiscutable. 

A l'instar de la DreamHack Open allemande, Luminosity parviendra à se qualifier en demi-finales après une phase de poules à succès. Une seule défaite face aux NiP mais enfin une belle victoire sur Fnatic. Dans le dernier carré, Natus Vincere craquera à chaque fin de carte laissant les portes d'une nouvelle grande finale ouvertes pour FalleN et ses hommes. Encore une fois, ce sont les Fnatic qui les empêcheront de mettre les mains sur un premier titre au terme d'un match d'anthologie. 

coldzera et les pertes de motivation 

Marcelo a beau être sur la voie le menant vers le titre de meilleur joueur du monde, il subit un coup de mou dans la préparation aux IEM Katowice. Il faut dire que dans le Spodek Arena, le Brésilien a été très en dessous de ses performances habituelles. C'est simple, c'est le seul événement de sa carrière où il a fini avec un ratio négatif selon HLTV.org. Dans une interview, FalleN expliquera que son poulain ne s'est pas aussi bien préparé qu'à l'habitude. Il aurait joué seulement les entraînements en équipe sans vraiment s'embêter à faire du deathmatch ou même jouer seul de son côté. 

Cette baisse de régime et de motivation fait écho à un autre passage anecdotique, plus vieux celui-là puisqu'il date du début 2014. Avant d'intégrer Dexterity, coldzera avait évoqué arrêter CS:GO suite à un échec d'équipe pour se consacrer à League of Legends et essayer de devenir professionnel sur le MOBA. S'en étaient alors suivis deux mois sur le jeu de Riot. Heureusement pour lui et pour nous, il semblerait qu'il soit revenu à la raison juste à temps. 

Ces deux brefs moments dans le parcours de coldzera démontrent qu'il reste avant tout un humain avec tout ce que cela implique et notamment des pertes de motivation. Elles restent néanmoins pour le moment très limitées et sans réel impact. 

En bon capitaine, FalleN parviendra à remettre notre jeune coldzera sur de bons rails à un mois du prochain Major, la MLG Colombus. Un coup de pied au cul décisif. L'étoile sud-américaine va dévoiler toute sa classe et son talent lors de son troisième Major. Luminosity est désormais attendu comme l'une des trois meilleures équipes du globe. L'écurie va dominer sa poule battant Mousesports puis Ninjas in Pyjamas. En quarts, elle écarte Virtus.Pro pour retrouver TeamLiquid, une formation complètement boostée par s1mple en demi-finale. 

C'est dans ce match-là, plus précisément lorsque Luminosity est mené 09-15 sur Mirage que coldzera va marquer à tout jamais l'histoire de Counter-Strike. Armé de son sniper, il tente un jumpshot sorti de nulle part et tue deux adversaires d'un seul coup. Une brochette devenue mythique puisque sublimée par son impact considérable sur le reste du tournoi. En effet, Luminosity remportera donc ce round et parviendra à remonter toute la rencontre avant de l'emporter. Une action insensée et un match de folie qui vaudront à coldzera son graffiti made in Valve sur les lieux du crime. Le joueur sera tellement honoré de cette récompense qu'il tatouera le dessin sur son corps. Légendaire. 

La grinta brésilienne ne s'évaporera pas. En grande finale, les Na`Vi passeront à deux doigts de l'emporter sur la première carte avant de craquer complètement sur la seconde. Luminosity remporte son premier titre international à l'occasion de ce Major. 500 000 $ de prizepool et une entrée directe au Hall of Fame de CS:GO en plus de cela. Le Brésil est de retour sur le toit du monde après les MiBR de cogu en 2006. 

Suite à des IEM Katowice ratés, coldzera réalisera à Colombus la meilleure prestation personnelle de sa carrière. Il sera, de très loin, élu MVP de la compétition avec des statistiques à couper le souffle. Le bonhomme sait rebondir. 

Marcelo et ses compatriotes garderont une soif de victoire intacte remportant notamment la DreamHack Austin mais surtout les finales de l'ESL Pro League Saison 3 avec cette grande finale dingue contre les Français de G2. Certainement l'un des plus beaux matchs de l'année. Le palmarès tourne au dorée, le compte en banque gonfle à la vitesse d'un flickshot de coldzera, bref la vie est belle pour les Luminosity qui vont néanmoins créer le scandale dans une sombre affaire de transfert avec SK Gaming, structure germanique historique du sport électronique. 

Puisque gâcher un tel potentiel pour des problèmes administratifs aurait été l'un des plus grands drames de l'histoire, des accords seront trouvés entre les différents partis et les Brésiliens joueront désormais sous le tag SK. Selon les rumeurs, ils deviendront par la même occasion les joueurs les mieux payés du monde. 

Ce scandale derrière eux, les Brésiliens sont conviés au Lanxess Arena pour remettre leur titre en jeu. L'ESL One Cologne 2016 promet encore du beau jeu. Nous allons être servis. Etre dans la poule de la mort avec G2, Fnatic et FaZe n'inquiète guère le groupe auriverde. Au contraire, cela le galvanise. Et la foudre va frapper fort. Les néo-SK Gaming écrasent G2 puis FaZe pour s'assurer un quatrième statut de Légende d'affilée. Marcelo que tout le monde s'accorde désormais à dire que c'est le meilleur joueur de la planète, est dans une forme stratosphérique. Encore une fois sommes-nous tentés de dire. 

SK Gaming à l'ESL One Cologne 2016 © ESL

Le problème quand ce genre de joueur est encore plus en forme que d'habitude, c'est que son équipe devient directement très difficile à battre. Ni FlipSid3, ni Virtus.Pro, ni Team Liquid en grande finale ne parviendront à contrer le jeu de la star brésilienne. Celui-ci terminera l'événement avec un ratio simplement ubuesque de 1.72. Son niveau de jeu à ce moment-là en est presque absurde. 

Remporter deux Majors consécutifs est un exploit que seuls cinq Suédois avaient réalisé jusque-là. Désormais, coldzera et sa troupe font partie de ce club très restreint. Alors forcément quand on vient de gagner plus d'1 200 000 $ de prizepool en sept mois, on a le droit à une baisse de régime histoire de profiter de ses sous autrement que sur le marché Steam. Alors la reprise va être pour le moins difficile d'autant plus quand Fernando "fer" Alvarenga, l'un des piliers de l'écurie, sera contraint de lâcher la souris pour des soucis médicaux. 

En témoigne ce match en ligne face aux Australiens de Renegades. Sur le papier, une affiche déséquilibrée et bien pour la seconde fois après Fnatic en 2015, les SK vont se faire humilier en n'inscrivant aucun round. On est loin d'une descente aux enfers mais quand même, les SK Gaming vivront une fin d'année plus difficile. 

Une grande gueule sous-estimée

S'il n'est au premier abord pas le plus charismatique de son équipe, coldzera n'a néanmoins pas la langue dans sa poche. Il n'a ainsi pas hésité à critiquer ouvertement le remplaçant temporaire de fer, SHOOWTIME suite à l'humiliation infligée par les Australiens. Un tweet qui n'était bien sûr pas passé inaperçu et qui dévoilait derrière le masque de meilleur joueur du monde, une personne au fort caractère. 

Marcelo n'a également pas hésité à raconter en interview à quel point le public les avait désavantagé face aux Team Liquid lors de la MLG Colombus. Un franc-parler sous-exploité par les journalistes. Le personnage se fait en effet rare en interview peut-être à cause d'un niveau d'anglais insuffisant ?

A côté de cela, un Brésilien reste un Brésilien avec la ferveur qui va avec. Les décibels montent très vite, très haut dans leur cabine. Et quand il s'agit d'hurler, coldzera n'est pas en reste. 

Dans un semestre qui restera comme l'un des plus fous et imprévisibles de l'histoire, SK Gaming ne remportera plus aucun trophée. Cloud9, OpTic, Dignitas et même NiP créeront tour à tour la surprise. Les Brésiliens se contenteront de podiums. L'équipe sera néanmoins certainement la plus stable et régulière au niveau des résultats. Sept podiums dont deux médailles d'argent. Dans une époque où chacun semble en mesure de créer un exploit à un moment ou à un autre, cette régularité au sommet est un atout que peu d'équipes peuvent se vanter d'avoir dans leur manche. 

En parlant de régularité, coldzera est un exemple. Sa page statistiques sur HLTV.org est à tomber par terre. Hormis l'écart à Katowice en 2016, tous les compteurs sont au vert. Son ratio k/d global s'élève à 1.33. En Major, il atteint même les 1.45 soit le ratio le plus élevé au monde. En clair s'il n'est pas MVP en fin d'événement, il est souvent le proche second. 

Cette année extraordinaire sur les plans collectif et individuel n'a laissé personne indifférent. Celui qui zonait dans des lans locales à Saö Paulo il y a à peine deux ans, se retrouve invité aux plus prestigieuses remises de trophées de la planète. Ainsi en 2016, coldzera a été élu meilleur joueur "eSport" aux eSports Industry Awards et aux Games Awards. Désigné meilleur joueur CS:GO de l'année par GosuGamers, son nom revient également en tête de liste des classements établis par différents experts dont Thorin et lurppis. Si encore vous aviez un doute, coldzera sera bel et bien nommé aux VaKarM Awards du meilleur joueur étranger. Quelle surprise. 

Les pépites de son genre sont rares et se comptent sur les doigts d'une main. Gardons cela en tête afin d'apprécier la carrière d'un diamant brut qui, espérons-le, n'en est qu'à ses débuts. 

 

Source : HLTV.org,  r1se.com.br

Bannière par Elnum

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles