Brèves

WebTV
Publicité

Actualité de la scène

Coverage



C'était la guerre krL - Ex6TenZ

14968 72

Il faut être deux pour construire une rivalité. C'est parce que chacun veut à tout prix dépasser l'autre qu'elle prendra de l'ampleur. Et c'est parce qu'elle embarquera dans son sillage toute une scène, toute une communauté, tout un jeu, qu'elle rentrera dans l'histoire.

Sébastien "krL" Pérez et Kévin "Ex6TenZ" Droolans ont vécu ça. Les deux leaders se sont livrés, entre 2008 et 2011, un combat incroyable, inimaginable aujourd'hui. Ce n'était pas juste une joute sur un serveur. C'était une bataille de style, de manière d'être et de jouer, tant en jeu qu'en dehors. C'était une lutte entre coéquipiers, entre supporters, entre sponsors, remplie d'une tension comme Counter-Strike n'en connaîtra sûrement plus jamais en France.

À l'heure où le moindre tweet de chaque joueur est soumis à mille interprétations, à l'heure où la plus petite parole peut engendrer une pluie de réactions hostiles, la rivalité qui a opposé les deux stratèges paraît hors du temps tant elle atteignit des sommets. C'était une période à part, gravée à jamais dans la mémoire de tous ceux qui ont eu la chance de la vivre. C'était la guerre krL - Ex6TenZ.

Présentation des protagonistes

Membre historique de la scène, la réputation de krL n'est plus à faire dès 2007. Il remporte la PxL 12 avec un jeune au nom jusqu'alors inconnu, RpK, et joue déjà avec RegnaM ou mateOo, des noms bien cotés, dans ses différentes line-ups. Brut et sans concessions, il n'hésitera pas à volontairement tricher dans un match en ligne pour contrer un adversaire qui faisait de même, lorsqu'il évoluait chez Stylish. Un joueur entier, pas encore pleinement leader-in-game mais déjà solidement ancré dans le haut du panier en 2008, portant les couleurs de redLine.

De son côté, Ex6TenZ impressionne en ligne avec HardcoreStyle et GlobalTeam. Un peu trop même pour un joueur inconnu quelques temps plus tôt. Bien vite, les soupçons de triche se font pesants et ESL n'hésitera pas à le sanctionner sans aucune preuve réelle. Ex6TenZ y trouve là une formidable source de motivation pour démontrer à tous ce qu'il vaut en lan. Lui et son équipe sont recrutés début 2008 par Epsilon et le leader va prouver qu'il est tout aussi bon hors-ligne que sur le net. Deuxième à la ShokLan, troisième aux EPS IV, il s'affirme de plus en plus comme un meneur sur qui il faut compter.

Si les deux vont, au fur et à mesure de leur carrière, devenir des leaders hors pair, leur manière de voir le jeu était radicalement opposée. Là où krL était réputé pour être très libre, laissant ses joueurs courir et cliquer des têtes, Ex6TenZ impressionnait par son panel de stratégies et les tactiques millimétrées qu'il mettait au point. Ces différences, ils en avaient évidemment eux-mêmes bien conscience.

Mais ce n'était pas qu'en jeu qu'ils s'opposaient. Leur comportement aussi était radicalement différent : avec NiaK à ses côtés, Ex6TenZ était peut-être le joueur le plus sérieux et le plus appliqué de la scène, sans doute l'un des premiers Francophones sur Source à avoir pensé Counter-Strike comme une occupation professionnelle et à avoir adopté le comportement et l'attitude qui en découlaient. De son côté, krL pouvait multiplier les provocations, n'hésitant pas à transgresser les règles et à répondre directement à chaque remarque qu'on pouvait lui faire, sans langue de bois.

Leurs différences ont fait parler, mais c'est peut-être leur point commun qui a rendu cette rivalité si forte : ils possédaient tous les deux une envie de gagner incroyable et arrivaient à la transmettre à leurs coéquipiers comme personne. Ils pouvaient les transcender, tirer le meilleur de chacun, les pousser vers le haut, les persuader qu'ils étaient les meilleurs et pouvaient battre tout le monde. Leur palmarès respectif atteste de leur formidable capacité de meneur d'hommes.

Forcément, quand ces deux joueurs au caractère entier se sont retrouvés au coude-à-coude avec leur équipe pour savoir laquelle était la meilleure de France, voire d'Europe et du monde, les choses ne pouvaient que devenir électriques.

Premier acte : 2008, les prémices

Avant même leur premier affrontement, les deux n'étaient déjà pas d'accord. Quand Ex6TenZ fut suspendu par ESL pour tricherie, krL regarda les démos : pour lui, le Belge était coupable. Ce dernier avait ensuite déclaré qu'à la suite de son débannissement, krL lui avait demandé de venir jouer avec lui sans même s'excuser de ses accusations. Mais krL a toujours démenti, à l'époque comme aujourd'hui, affirmant qu'il n'avait jamais approché Ex6TenZ pour qu'ils soient dans la même équipe. Le ton était donné.

mK, k1s et krL, la classe à la casse

L'historique de leurs rencontres aurait pu débuter à The eXperience 2008. redLine (avec krL) et Epsilon (avec Ex6TenZ et RpK), pour leur première lan européenne, sont les deux seules équipes françaises à faire le déplacement. Mais redLine joue de malchance, deux fois : son leader maLeK tombe malade à une semaine du tournoi, obligeant le cinq à le remplacer par mK au dernier moment ; un changement finalement inutile puisque l'équipe n'atteindra jamais le Danemark, un poteau d'autoroute en décidant autrement. Accident de voiture en Belgique pour redLine, plus de peur que de mal mais une auto toute cassée et une participation rendue impossible. Seule Epsilon aura l'occasion de briller.

Et Ex6TenZ ne va pas s'en priver. Un tournoi fabuleux, une finale extrêmement tendue, cette fameuse brochette lors du dernier round et Epsilon remporte un trophée que personne ne lui donnait même en rêve. Un tel résultat attire les convoitises, notamment auprès d'un joueur, RpK. Pendant l'été, les choses bougent beaucoup autour d'emuLate, autre équipe emblématique de la scène, qui se retrouve avec uniquement trois représentants (SmithZz, RegnaM et mateOo). Un quatrième est bientôt annoncé, avant que le dernier ne suive peu de temps après : RpK et krL rejoignent l'aventure, ce dernier prenant officiellement les rênes de l'équipe.

Ces cinq-là quittent emL et prennent le nom de Nameless. L'acquisition de RpK restera en travers de la gorge d'Epsilon. Ex6TenZ n'oubliera d'ailleurs pas de sitôt le "vol" de son joueur-star et ne manquera pas de le rappeler à son rival dans le futur. Rapidement, Nameless trouve une structure : ce sera celle qui marquera le plus l'histoire de Counter-Strike: Source en France, VeryGames. Pour 130 € par mois, krL et ses compères deviennent professionnels. L'affrontement avec Ex6TenZ, pour le moment à distance, va bientôt être direct.

Ex6TenZ, NiaK et shox au Karé Magik

De son côté, le Belge se relève de la perte de RpK en marchant dans les pas de son futur rival : il rejoint redLine, abandonnant momentanément son poste de leader, le rôle étant déjà pris par AsP. Qu'importe, il en profite pour faire la connaissance de shox, évoluant alors lui aussi dans cette line-up.

Début 2009, krL est donc chez VeryGames, Ex6TenZ chez redLine. Deux fournisseurs de serveurs. Comme s'il fallait que les sponsors soient également concurrents pour ajouter un peu de piment à cette guerre qui s'annonce. Leur premier duel a lieu au Karé Magik, lors des finales EPS V. AsP est à la barre côté redLine, Ex6TenZ n'est encore qu'un "lieutenant".

Ils remportent la première carte de la grande finale 16-5, mais VG réagit sur les deux autres et s'en empare 16-8 / 16-9. Une défaite loin d'être honteuse pour redLine, qui voit tout de même shox quitter l'équipe peu de temps ensuite, direction Elimin8 puis... VeryGames. Ce départ entraîne celui d'AsP : Ex6TenZ prend les commandes. Il ne les lâchera plus jamais.

Cette fois-ci, ça y est. Le décor est définitivement posé, les deux commandants sont à la tête de leur troupe. La véritable rivalité peut commencer.

Deuxième acte : 2009, la domination de krL et VeryGames

La Gamers Assembly sert d'arène pour leur première vraie bataille en face-à-face. En réalité, c'est dans une boîte de nuit du Futuroscope, le Moonlight, que vont d'abord s'affronter les deux équipes, dans le cadre d'un showmatch organisé par ESL. Anecdotique, la rencontre s'achève sur un match nul sur Nuke, 15 partout. Mais à la GA, dans le vrai tournoi, le résultat est tout autre : VeryGames bat une première fois redLine en finale du winner bracket, 16-8, après avoir inscrit 13 rounds en CT sur Train. Le lendemain, bis repetita en grande finale, 16-8, cette fois-ci sur Dust2. VG gagne la lan sans avoir concédé une seule map, redLine termine deuxième en ayant perdu uniquement contre son ennemi juré.

À la Lan79 qui suit, les Tchèques de Reason et un certain GuardiaN battront redLine par deux fois, laissant Ex6TenZ et ses hommes sur la troisième marche du podium, ce qui vaudra au leader belge ce commentaire après la lan :

Pendant ce temps-là, VeryGames continue de rouler sur le monde et remporte une nouvelle fois la compétition en étant restée invaincue. Elle régale même sur le tournoi 1vs1 en trustant les trois premières places grâce à SmithZz, mateOo et shox. Il faudra attendre la ShokLan pour avoir droit à une nouvelle confrontation VG - redLine, et même si Ex6TenZ & Co se rapprochent de la victoire, ils finissent encore par céder, cette fois-ci en overtime : 18-22 sur Nuke, 17-19 sur Inferno. krL reste au-dessus de son rival belge pour l'instant. Mais les choses vont finalement basculer après un événement inattendu qui va complétement bouleverser la scène française.

Finales des EPS VI, disputées pour la première fois en ligne. Comme d'habitude, VeryGames et redLine dominent et que ce soit en lan ou sur internet, la première prend le dessus sur la seconde en finale. Mais ce n'est pas ici que tout va se jouer. Non, il faut aller regarder du côté d'une autre équipe présente dans le dernier carré, essentiaL. Certains joueurs de celle-ci (dont HysokA) n'étaient pas disponibles le jour de leur match. Dans l'illégalité la plus totale et en profitant d'internet, krL les remplace. Mais les langues se délient quelques jours plus tard, le pot au rose est découvert et VeryGames prend une décision lourde de conséquences : elle décide d'exclure son capitaine de la structure pour ce comportement frauduleux, en profitant pour régler ses comptes avec lui.

Cet événement vient s'ajouter à de nombreux griefs que nous avons à l'encontre de Sebastien "krL" Pérez : insubordination, insultes publiques, instabilité...

Il y a 15 jours, il annonçait officiellement à ses coéquipiers et à sa structure son souhait de stopper le jeu en ligne. Choix compris et accepté par tous. Pour finalement changer d'avis 48h plus tard et réintégrer d'office l'équipe sans consulter son staff, alors que des mesures internes de réorganisation étaient déjà prises pour le remplacer. Cela n'est qu'un exemple parmi tant d'autres.

Pour ces raisons, nous avons pris la décision d'exclure Sebastien "krL" Pérez de l'équipe, de manière définitive.

VeryGames, dans un communiqué

Mais on ne sépare pas ainsi un leader de ses joueurs. Entièrement solidaire, le reste de l'équipe VeryGames prend le risque de suivre son meneur, sans aucune certitude quant à l'avenir.

Nous avons été très surpris de la décision prise par VeryGames de m'exclure de l'équipe. Mais mes coéquipiers et moi n'avons même pas eu besoin de parler de l'avenir de l'équipe, il est clair pour tout le monde que notre avenir est ensemble. Ce n'est pas la première épreuve que l'équipe a à gérer ensemble, nous la surmonterons ensemble et en sortirons grandis, comme toujours.

Nos objectifs restent les mêmes, c'est-à-dire rester l'équipe numéro 1 sur Counter-Strike: Source.

Je tiens à remercier toute l'équipe de me suivre hors de la structure, cela ne doit pas être un choix facile pour eux étant donné que l'on se retrouve aujourd'hui sans rien par ma faute et je tiens à m'excuser publiquement auprès d'eux.

Sébastien "krL" Pérez, en réponse à VeryGames

La structure rouge et blanche, incontestée numéro 1 française et européenne, se retrouve donc sans rien, au moment où les démissions des quatre autres joueurs arrivent sur son bureau.

krL et DjoDjo, manager chez VeryGames, parlent papiers administratifs en commentaires

Évidemment, VeryGames ne restera pas vide très longtemps. Deux semaines plus tard, un nouveau roster est annoncé, et qui mieux que l'ex-rival de krL et VG pour remplacer les partants ? Ex6TenZ arrive dans l'organisation avec sa line-up et découvre le maillot qu'il portera durant plus de quatre ans. Il ne le sait pas encore, mais ce dernier lui permettra d'enfin prendre le dessus sur celui qui l'a jusque-là tant martyrisé en finale.

Pendant ce temps, krL et les siens retrouvent le tag Nameless en attendant d'avoir le soutien d'une autre écurie. La première confrontation avec leur ex-structure qui accueille désormais leurs principaux concurrents arrive un mois plus tard, à la MaxLan. Mais avant ça, les deux leaders se sont un peu chauffés en ligne, dans les commentaires d'un article évoquant l'avenir de Nameless, où NiaK est aussi venu mettre son grain de sel. Petite compilation, les fautes sont d'époque (à l'origine, Ex6TenZ répondait à un commentaire où RpK expliquait son point de vue sur le kick de chez VG).

Le débat ne s'est évidemment pas arrêté là et tout est encore disponible sur la news d'origine. On retiendra quand même cette magnifique punchline de krL pour conclure, rappelant à NiaK son glorieux passé cycliste : "Ensuite tu connais quoi a ce qui se passe dans mon équipe ? je pe t assurer en s aime plus entre nous que toi t aime ta bicyclette boloss ."

C'est donc dans une bonne ambiance qu'arrive la MaxLan, d'autant plus que Nameless n'était pas censée y participer (car elle n'avait toujours pas trouvé de structure) et qu'elle n'annoncera sa présence que quelques jours avant le début. krL révélera plus tard que laisser planer le doute sur leur venue était calculé depuis le début... Heureusement, les tensions sont un peu retombées comme l'explique le meneur pendant la compétition, même s'il ne cautionne toujours pas l'attitude qu'a eu Ex6TenZ en venant le provoquer dans les commentaires de l'article :

Même si la concurrence sera plus rude à écarter qu'à l'accoutumée, VG et Nameless concédant chacune une carte en demi-finale, le duo se retrouve bien en grande finale. Encore une fois, le match sera dantesque et très serré et après le partage des deux premières cartes, Inferno doit décider de tout. Les clutchs s'enchaînent de chaque côté, chaque joueur a ses secondes de gloire, VeryGames sauve deux rounds de match et arrache l'overtime, mais un 1vs3 de RpK rentré dans la légende scelle définitivement le sort de la rencontre pour Nameless qui conserve son trône.

À l'époque j'étais clairement pro-krL, je préférais le côté « mental, talent, on est trop forts, on fait des 2-1-2 », le côté humain, on est soudés, on met le feu, on fait le show, je kiffais ! Alors qu'Ex6 c'était « Monsieur va travailler pendant dix heures pour faire une strat' », « Monsieur quand ils font une interview il faut qu'il aille voir Monsieur NiaK et qu'ils soient là tous les deux », à faire des formalités en fait. Je suis pas quelqu'un comme ça, j'aime pas faire des formalités, j'étais clairement pro-krL.

Et justement, ça me faisait marrer, lui [Ex6TenZ] se vantait de pouvoir réussir à nous accrocher avec des mecs inconnus à l'époque, du style victorzw, parce que justement ils travaillaient beaucoup, c'était sa vision. Mais nous on rigolait, parce qu'on avait cinq heures de jeu en deux semaines sur CS, on arrivait en lan, et on gagnait !

Richard "shox" Papillon

Fin décembre, la nouvelle structure de l'équipe de krL est finalement dévoilée : ROCCAT. Une annonce qui conclut une année 2009 largement dominée par le banni de chez VeryGames, qui malgré les polémiques aura su garder le dessus sur Ex6TenZ tout au long des compétitions. Mais 2010 approche, et la roue va bientôt tourner.

Il y a toujours eu des tensions entre Kévin et Seb, c'était des rivaux comme on en voit dans les films. Après hors du jeu, c'était pas le grand amour non plus mais il y a toujours eu du respect. Seb a une grande gueule et Kévin ne se laissait pas marcher dessus non plus. Lorsque les anciens VG sont partis chez ROCCAT et que Kévin a repris le flambeau, il y avait clairement une volonté de les battre, c'était vraiment visible et les spectateurs l'ont sûrement ressenti. VG vs ROCCAT ont toujours été des matchs spectaculaires. Une sorte de PSG - OM.

Loïc "RegnaM" Péron

Troisième acte : 2010, Ex6TenZ s'empare du trône… Et VeryGames domine toujours

Les premiers mois sont marqués par une vague de transferts qui va directement influencer la suite de la saison : krL perd shox, qui part tenter sa chance sur CS 1.6, mais récupère NBK, une jeune pousse. Du moins c'est ce que l'on croit, puisque le futur double vainqueur de Major ne disputera finalement pas un seul match officiel avec son nouveau leader et partira rapidement dans l'autre camp, chez VeryGames et Ex6TenZ. Ce dernier a aussi rappelé victorzw, un temps écarté de la line-up. Côté ROCCAT, on tente de pallier tous ces départs en recrutant mK.

Rendez-vous est pris à la Gamers Assembly : VeryGames peut-elle redevenir l'organisation numéro 1 ? Ex6TenZ va-t-il enfin venir à bout de krL ? La confrontation tant attendue a lieu en demi-finale. Attention aux oreilles, ça hurle à partir de 4:42. Après une belle remontée sur Nuke, VG cède Dust2 mais arrive à conclure sur Inferno. "Enfin ! On les a baisés, ils méritaient que ça", "J'espère qu'il parlera moins sur VaKarM", Ex6TenZ et RegnaM peuvent se lâcher. Leur équipe était venue uniquement pour battre cet adversaire qui leur barrait la route vers la victoire depuis de longs mois.

VeryGames gagne aussi la finale contre D4Gaming (Bistoufly, TaC, HysokA, Bub, enk1or) et (re)met une main sur la place de meilleure équipe française. Il lui faudra très peu de temps pour se l'accaparer entièrement. ROCCAT, qui avait tout gagné, doit s'incliner après plus d'un an de succès sans interruption. Un tel monopole que pour krL, il n'était même pas question de rivalité.

Personnellement je n'ai jamais senti de rivalité avec Ex6, lui en avait peut-être une à cause de son ban ESL. C'est son équipe qui a essayé de nous battre pendant un an et demi, et il pourra dire merci à RegnaM et NBK qu'on avait pris en sixième joueur, qui connaissaient tout notre jeu sur le bout des doigts pour qu'il puisse enfin nous battre.

Sébastien "krL" Pérez

Un mois plus tard, l'heure de la revanche a déjà sonné à la Lan79. Pour ajouter encore plus d'enjeu à un tournoi qui n'en avait pas besoin, krL a révélé avant la lan que ce serait sa dernière : une perte de motivation et un nouveau travail en sont les causes. L'un des meneurs les plus emblématiques du jeu ne peut pas partir sur une défaite. Alors quand le duel se profile, en finale du winner bracket, ROCCAT va réussir à revenir de l'enfer pour sauver sa peau.

Ne marquant que deux rounds en terroriste sur Tuscan, perdant le pistol round qui suit, devant faire face à dix rounds de match à 5-15, krL et ses compagnons vont survivre à tout ça pour remonter et atteindre ce 15 si précieux. RpK est monstrueux, les joueurs sont déchaînés, le trahstalk ne s'arrête pas à travers la scène, SmithZz est debout à chaque fin de round. Mais malgré tous ces efforts, c'est VeryGames qui s'envolera en overtime pour décrocher la victoire, 19-15.

Tant pis, ROCCAT gagne le loser bracket et revient pour la grande finale. Sur Train, la première carte, elle va détruire VG, 16-1. Sonné, Ex6TenZ remotive ses troupes et se venge sur Tuscan, la seconde carte : 16-4, un succès qui suffit à VeryGames pour aller soulever le trophée grâce à sa carte d'avance acquise après sa victoire dans le winner bracket. Le Belge confirme qu'il a bien pris l'ascendant.


Même si ROCCAT perdra, l'équipe était en feu sur scène face à VeryGames, Demonic et de nouveau VG

Comme promis, après la lan, krL s'arrête. Et tous ses supporters, qui comprennent qu'ils ont vu leur joueur préféré disputer ses derniers matchs, s'inquiètent : allaient-ils être obligés de regarder le jeu de VeryGames, qu'ils trouvaient si ennuyeux ? Des critiques auxquelles Ex6TenZ vient répondre directement sur l'article bilan de la lan :

krL parti, la voie est libre pour que VeryGames marche sur le jeu. En plus de ça, elle se paie le luxe de s'offrir RpK, qui retrouve ainsi Ex6TenZ avec qui il avait triomphé à The eXperience 2008. La rivalité paraît terminée. Elle ne l'est pas encore tout à fait.

Le vent de la compétition souffle trop fort sur krL, qui va revenir trois mois plus tard. Pas en tant que joueur cependant, mais avec le rôle de coach et de sixième homme chez LDLC, qui vient d'accueillir une line-up construite autour du duo shox - SmithZz. Mais le cinq principal peine à performer, à tel point qu'à la DSRack 3, krL est obligé de reprendre la souris pour limiter la casse. LDLC termine quatrième après avoir remonté tout le loser bracket quand VeryGames domine encore une fois les débats et rafle l'or.

Les deux joueurs qui trustaient auparavant les finales se croisent sans plus s'affronter : SmithZz va même découvrir la vie avec Ex6TenZ en rejoignant VeryGames, poussant krL à redevenir joueur à part entière. Mais ce dernier a déjà la tête ailleurs, de l'autre côté du globe. Il projette de partir en Australie avec Bistoufly, autre membre de la scène française qu'il connaît de longue date.

Quatrième acte : 2011, la fin

Le dernier duel entre krL et Ex6TenZ aura lieu à la MaxLan, en mars 2011. Une confrontation en demi-finale qui tournera vite à l'avantage du second, 16-5 / 16-7. La tension s'est (un peu) amoindrie depuis 2009 et les commentaires haineux dans les news VaKarM, et les deux s'offrent un ultime face-à-face avant leur match. Ex6TenZ déclare que LDLC "a un style de jeu qui nous fait chier", krL répond que "3DMAX, eLogic, on s'en fout complétement, l'objectif c'est de battre VeryGames". Un dernier mot de la fin, pour la route :

Le "C'est parti" de krL résonne encore dans la salle de cette MaxLan, à Épinal. Il s'en ira pendant un an en Australie, changera de style capillaire et accumulera les retours plus ou moins ratés sur CS:GO, lui qui déclarait pourtant "Je ne suis pas un de ces bouffons qui prend 12 retraites et qui revient parce qu'il n'a rien d'autre à foutre !!" De son côté, Ex6TenZ ne lâchera jamais Counter-Strike, rentrant à jamais dans l'histoire du jeu un certain 25 octobre 2011 en devenant le seul leader jamais sacré champion du monde sur Counter-Strike: Source.

Aujourd'hui, presque sept ans plus tard, il paraît compliqué de dire que leur relation s'est apaisée. D'après leurs dires, les deux ne sont pas en contact, n'ont jamais évoqué cette période, et au vu de leurs réponses à certaines questions lorsqu'ils ont été contactés pour cet article, ne sont pas prêts de se retrouver autour d'un verre pour reparler du bon vieux temps. Même s'ils ont chacun fait beaucoup de chemin depuis, ils ne semblent pas avoir oublié cette période qui a tant marqué la scène francophone, comme tous ceux qui y ont pris part.

La rivalité entre Ex6 et krL allait en dehors du jeu. Ils étaient tous les deux des figures emblématiques sur CS:S et les deux ne voulaient rien lâcher à l'autre, avec leurs approches respectives de la compétition. La manière d'approcher le jeu et de comment jouer avec leurs équipes étaient également diamétralement différentes et les rencontres entre les deux capitaines étaient toujours explosives. CS:S était également bien moins encadré, donc les images montrées de Kévin et Seb étaient brutes et représentaient vraiment qui ils étaient.

Donc de l'intérieur, faire partie de cette rivalité en tant que « soldat » était génial car faire partie de quelque chose qui a marqué l'histoire en France et dans le monde sur CS:S est toujours quelque chose dont on peut être fier. Mon seul regret étant de ne jamais vraiment avoir eu de confrontation avec la meilleure équipe VG possible contre la meilleure équipe Nameless/ROCCAT possible !

Nathan "NBK" Schmitt

Ce n'est pas un hasard si chaque article sur krL attire les plus nostalgiques et fait remonter des souvenirs à tout le monde. Ce n'est pas une coïncidence si Ex6TenZ est encore tant admiré et défendu aujourd'hui. Ces deux-là ont tellement influencé le jeu pendant des années, ont livré tant de combats et de batailles épiques, qu'ils seront pour toujours dans la tête de chaque supporter ayant vécu cette période.

Counter-Strike connaîtra d'autres rivalités. La France aura encore droit à des leaders de talent, des joueurs uniques, des duels intenses. Mais jamais rien n'atteindra l'intensité de cette période. Jamais rien ne pourra rivaliser avec ça. C'était une époque unique. C'était la guerre krL - Ex6TenZ.

Merci à Dorian, SekYo, L4p, Lil Ben et gubbs d'avoir fouillé dans leurs souvenirs, à Ap-3 pour la bannière, et à NBK, RegnaM et RpK d'avoir bien voulu se replonger un moment dans cette ère si particulière.

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles